BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 48v.
[Page entièrement barrée]
12.
                                        comme
                             comme d'habitude                de temps               malgré eux   

Ils voulurent dîner mais ils n'avaient pas faim. Ils ricanaient involontairement
  tout à coup       tout à coup
                   2              1/2*                                inquiétude                  environ
puis s'arrêtaient
tout à coup, saisis par une angoisse. à combien en/pouv environ
cet héritage devait  pr le moi la som                                alors Je ne sais pas disait
pouvait se monter l'héritage ? Peut-être à la somme – Du reste Bouvard
                       Ah/Ah                                                     Du reste
n'en savait rien. ce serait trop beau ! n'en parlons plus » ils en reparlaient
                                                                                              mais
                                                                                            mais
La première chose à faire était de rendre à Savigny. Mais rien n'empêchait 
  demander                         des informations
   [illis.]..
                            des informations
de prendre tout de suite qques renseignemts. Bouvard écrivit au notaire pr en
   avoir                               qques détails
demander
                           répondit poste pr poste                                      il      se terminait
Mtre Tardivel lui envoya la copie du testament. Il était court & finissait par ces
                                                                      2           1
mots « en conséquence, je donne à François Denys Bartholomée Bouvard, qui est 
                                                                                                  que                                            
que la loi m'autorise
à lui transmettre
                                             l'entière                                    dont la loi m'autorise
mon fils naturel reconnu, toute la portion de mes biens, disponible par la loi
à disposer »                                                                       qui est  
                                                                             dans sa jeunesse
                     Le bonhomme                                  très jeune
                   Le père Bouvard avait eu ce fils dans sa jeunesse. Mais craignant que le
                lui    par*
marmot ne fût obs par la suite un obstacle à un bon établissement, il l'avait
           à l'écart à l'écart                                                                                    «*
tenu dans l'ombre autant que possible, le faisait/ant passer pr un neveu qu'il
qu'il protégeait. »
protégeait
, & le neveu l'avait toujours appelé mon oncle bien que gagn* sachant
qu'il protég                                                       Mr Bouvard
à quoi s'en tenir. Vers la quarantaine, le bonhomme s'était marié, puis était
devenu veuf. Ses deux fils légitimes ayant tourné contrairement à ses vues, un
                                                           l'                          laissait
remords l'avait pris sur | l'espèce | d'abandon, où il depuis tant d'années son 
                               [illis.]        fait venir à ses côtés
autre enf enfant. Il l'eût même rappelé près/chez de lui sans l'influence de sa
                                                     r/appelé                             et le sieur Bouvard
cuisinière. Elle le quitta grâce aux manoeuvres de la famille. Dans son isolement
le vieillard
le père
   le vieillard  il il                                                                                 le vieillard
Bouvard                                                                                         Le vieillard
le père Bouvard se convertit à la religion, & près de mourir voulut réparer ses torts
                                                                                                      il
en léguant au fruit de ses premières amours tout ce qu'il pouvait de sa fortune
Elle s'élevait à la moitié d'un million, ce qui faisait pr le copiste deux
                                                                                          Etienne
cents cinquante mille francs. L'aîné des frères, Mr Antoine, avait annoncé 
qu'il respecterait le testament                               ce serait trop b*
Surpris par la prospérité                                                                      se              à voix basse
Alors, Bouvard tomba dans une sorte d'hébétude. Il se répétait tout bas
en souriant du
avec le sourire paisible des ivrognes « Douze mille livres de rente ! »
et Pécuchet, dont la tête pourtant était plus forte, n'en revenait pas.
                             2             1                                  de Tardivel
Ils furent brusquement secoués par une lettre du notaire. L'autre fils, Alexandre
Bouvard déclarait son intention de régler tout par les voies de justice,
exigeant au préalable
exigeait d'abord scellés, inventaire, nomination d'un séquestre, etc.
[Transcription de Nicole Caron]