BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol. 1, folio 49.
16.
Cependant                                                                                rien        à leur conven
Au bout de deux ans, ils n'avaient pas encore trouvé de maison
                                                                                          ils*
Ils consultèrent les affiches des propriétés à vendre, firent des
                                          dans e                                successivemt
voyages d'abord dans  aux alentours de Paris & peu à peu, depuis
                                                                                        successivemt
Amiens jusqu'à Orléans & de Troyes jusqu'au Hâvre.
ils voulaient une campagne, qui fût bien la campagne, qui répondît
                                                                   sans tenir précisémt
à cette idée abstraite. la campagne, ne tenant pas à un site pittoresque
mais un horizon trop pauvre leur avait déplu/déplairait.  Ils fuyaient la
                                    toute
proximité des villes toute* habitation, & redoutaient pourtant une
                            souvent après avoir bien examiné délibéré & discuté
solitude absolue.  [ ils demandaient enfin de quoi faire du jardinage
                                                  [illis.]                                               Puis tout coup
                        souvent après [illis.]  – ils se décidaient. – mais craignant

& un peu d'agriculture. ] À peine c'étaient-ils décidés qu'ils avaient 
                                    par la suite   ils 
peur de se repentir plus tard  & changeaient d'avis immédiatement
l'endroit leur paraissait
                             insalubre  
    accusant         ou exposé       ou recevant                   

l'insalubrité,  le vent de la mer, les émanations d'une fabrique
la fréquence des fiacres   .  .  . 
ou impraticable ou                                                                      l'affaire était si
par* l'absence de routes.  Ψ Ils discutaient . . .  c'était important
                  &* bien
qu'il fallait y regarder à deux fois, discussions sans fin, où ils
même temps s'emportaient.  puis s'accordaient.  mais tant d'incertitude les minait
           leur
et cependant plus d'impatience*
que jamais                    
augmentait                    

ils étaient de plus en plus
     d'impatience
rongés* & comme
     
com
{{                     n'en dormait plus
Pécuchet en devenait plus maigre.  Bouvard en avait des
                                    2                     1
palpitations. [ il engraissait cependant & pr accorder sa coiffure
à sa physionomie fit élargir les bords de son chapeau. ]
            fut leur
Barberou les sauva/eur
                  le sauva
               }}
exaspérés par leur
besoin                   
désir de campagne
qui restait inassouvi.
     découvrant ainsi*
                                                                                        plus ils
                  chaque fois qq n'  inconvénient*        
                                                                           Ψ                         désir de la
                                          C'était à y renoncer cependant leur impatience
Barberou fut les sauva
fut leur
                                      campagne
                                         aug de plus en plus & ils était com
                                                   chaque jour              à force d'attendre
                                                           & s'exaspèrent par
                                       leur besoin          une attente si longue.
                                                           exaspéraient
  & à mesure que le terme approchait ils étaient comme
           exaspérés à force d'attendre.
Ψ  cependant ils s'impatientaient de plus en plus, & étaient
comme exaspérés par leur besoin de campagne.
                                                   B
                                   Barberou fut leur sauveur
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]