BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet, chap. 1. Brouillons, vol.1, folio 50v.
[Page entièrement barrée]
10=II.
?                                                    se tenait 
             se tenait d                 était juché sur une chaise très hte

                 était                                                                             sur
Pécuchet était dans le sien, sur un haut tabouret, les pieds dans les barreaux/[illis.] 
                                                              en avant             talons              traçait
                           poitrine     le front baissé                         avec ses narines 
le menton sur le papier, rattattiné, & faisai/ant du bruit à son nez, travaillait
                        les caractères de sa
Malgré la différence de leur
taille leur allure s'accordait
sans discontinuer. – belle écriture ronde.. Bouvard était répandu sur
        les deux 
                coudes très écartés
son pupitre, débraillé, soufflant, poussant du bout des lèvres un petit
                                  traçait
sa redingotte battant/ait*
sur ses talons
ses jambes courtes.
sifflement habituel, petite écriture menue.
                                                                               que l'un paraissait
                                                     Mais sitôt que l'un a  que celui qui écrivait
                                                   l'autre rangeait
apercevait celui qui se/venait, il se levait bien vite. – & ils s'en allaient
                                  avanc*
          – se – semblait sous*
      remuer les jambes &
P.  rou* allant comme sur    
glissant des roulettes.
B.  faisait de gdes enjambés
s'arrêtait de temps à autres
                                                                                      ses affaires .
                                                                                           petites
ensemble.
Dans la f* les foules, la hte taille de Bouvard protégeait Pécuchet
                                                                          leurs pas s'accordaient [illis.]
utile à Bouvard qui s'appuyait sur son bras. Bouvard pas lents 
leurs jambes, de longueur différente. S'accordaient
Pécuchet pas vifs. Les différences contribuaient à faire un tout
mais  
de même               Ils n'avaient
  leurs goûts          sans se faire
pas besoin de         leurs goûts          Leurs goûts différents s'harmonisaient
aucune g/concession              *sans se*
     s'accordaient sans         harmonique. Ils n'avaient pas besoin de se faire de concessions.
s'accordaient     
                       pendant que            au restaurant le même dessert.
Bouvard fumait, Pécuchet prisait. l'un aimait le fromage 
car                                                              [illis.]        B/Pécuchet    plus sobre
                                                                    [illis.]          trempait d/un morceau 
                                    qui/Bouvard ne   pas le café            de sucre
l'autre les confitures. Pécuchet prenait un canard dans la tasse de
          différence de caractère     B. léger.  P. rêveur.
 {{ Services mutuels qu'ils se
choses sur la vie pratique
B. indique des fournisseurs bon marché
l'initie à X.
P. veut lui apprendre* le jeu d'échecs
lui donner un peu plus de décorum
.
}}
Bouvard. – la gaîté de l'un était tempérée par le sérieux de l'autre.
                                   Services mutuels qu'ils se rendent d'après leur différence
                ces                                        N.
                                            de caractère
Malgré leurs différences, ils avaient un point commun, – c'est qu'ils 
             N.                   native ce                               de la vie.*
avaient une inquiétude, un vague mécontentement, désir de mieux 
                                                                                          ce
                                         sous une forme ou une autre
ce malaise inscient qui est peut-être le besoin de l'idéal.
Autant par vanité
que* dans l'espoir
dans la supposition* de lui être agréable
que pr
ainsi               aimait beaucoup*
B fumait, mangeait
du fromage, & prenait
régulièr sa demi tasse.
tandis que P. prisait
ne mangeait au dessert
           que des confitures     

              et se contentait         
                                                             vanité
                     Chacun,  – autant par coquetterie que jouir/pr faire jouir l'autre
                                                             amour-propre
                                                chacun

de ce qu'il avait de meilleur, voulut montrer à son ami nouveau
                                               voulut faire faire     la connaissance
son ami ancien.    Bouvard conduisit Pécuchet à l'estaminet où
                                                                                            leur chaîne*
                      extremt                         maintenant banquier
qu'il jugeait très drôle            ancien       coulissier         faisant [illis.]
se rendait Barberou. C'était un commis-voyageur, – chic indépendant 
              de         fort obligeant     patriote    
d'un canard.               chasseur ami des                                  très républicain,    affectant le chic
L'un était  –  –  –
               l'autre
–  –  –          
au courant de la vie parisienne          faisant*                   faisant*
affectant d'être grossier..  dont la plus gde originalité consistait
parler en gamin de Paris. –  chasseur, ami des dames 
à faire l'homme du peuple.   avait pr maîtresse une petite fille
les Délassements.   – son mauvais ton déplut à Pécuchet.
ils se ressemblaient
et cependant M     
par M                                                                               déplorab
                                     – Pécuchet le trouva d'un ton mauvais
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]