BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
 Bouvard et Pécuchet - Plans et scénarios, folio 33
Troisième scénario
I
ils s'avancent l'un vers l'autre en même temps pr se reposer sur le même banc – se
sourient et s'asseoient.
 – un dimanche d'été  –  chaleur – solitude
Ils s'appelaient Bouvard et Pécuchet.
a lieu                                                                                                  [illis.]
Leur rencontre sur un banc du Boulevard Bourdon. - décrire le milieu, et la figure des deux bonshommes
N ils dînent ensemble dès le premier
jour – et finissent pas se tutoyer.
ils se complètent mutuellement
l'un prise l'autre fume, l'un prend son
café sans eau de vie, l'autre rien qu'un
L'un employé à la douane, l'autre dans une maison de roulage
                                        longue
Pécuchet nez pointu, taille [illis.] et petites jambes. son gazon brun et plat a l'air de vrais cheveux. – Il est garçon.
pantalon de coutil gris, longue redingotte brune – casquette à visière pointue
Bouvard gras, replet. ses cheveux blonds frisés ont l'air d'une perruque –. veuf et enfant naturel.
Leur âge est impossible à dire
Pécuchet est comme fané
B. encore frais
et cependant
ridé
petit verre. - – l'un aime les confitures,
l'autre le fromage.

rentrent chez eux enchantés
Dès le lendemain
ils se montrent leur logement
réciproque
.
pantalon de nankin, à gd pont très ht, gilet court déboutonné, redingotte bleue trop courte et étroite aux aisselles  – mains grasses.
Pécuchet est bilieux. Bouvard lymphatique. – L'un est employé à la douane, l'autre dans une maison de roulage
Ψ [Ils se ressemblent en cela qu'ils ont nativement une certaine inquiétude. Bouvard change de logement sans cesse, et varie
                                                                                                         marronne 
dans sa chambre la disposition des meubles. Pécuchet moins bouillant bougonne et rêvasse. Ils passent à leur bureau pr des
excentriques. On dit de Pécuchet c'est un coinché* – et de Bouvard c'est un cerveau brûlé ]
Pécuchet réfléchi a plus de profondeur.  Bouvard vif plus d'imagination ]
Pécuchet exalté, mystique, Bouvard sceptique.] A
                                                      leurs occupations
Ils se plaisent tout de suite, se content leur vie, leurs antécédents, leur enfance malheureuse à tous les deux.
M Leur coeur jusque là comprimé se dilate. M   Pécuchet bouquine. Bouvard est gd amateur de spectacles, fréquente les petits théâtres
Commencer le Ch. II par un gd
mouvemen lyrique pr exalter leur amitié


– L'amitié de deux hommes, tout ce qu'il y a
de plus beau sur la terre
* = esquisse des pr occupations qui seront
plutard développées.
B Dès le lendemain ils se montrent leur logement   Ils finissent bientôt par dîner
II II Dans les premiers temps, ils se font des visites puis dînent ensemble tous les jours. – Comme Pécuchet a plus tôt fini sa besogne, il
                                                qqfois c'est l'inverse. Leurs collègues réciproques en sont embêtés
vient chercher Bouvard à son bureau. Par les vitres on le voit arrivant dans la cour M Ψ
                                                 ils viennent se chercher
Ils se complètent mutuellement – l'un prise, l'autre fume l'un aime les confitures, l'autre le fromage l'un prend son café
sans eau de vie, l'autre rien qu'un petit verre
.
                                                    toujours                                                         Lesurques, Fualdès procès célèbres causes de 
                                                                                                                                                   λ   la Révolution, le collier *
vide de leur conversation*. Ils parlent de leur « maison » la critiquent amèrement.  Vide de leurs discours (– mais les gds sentiments
n'ont pas besoin de paroles. Qu La moindre chose suffit pr l'épanchement quand le coeur est plein) –
Ψ Ils s'introduisent dans leur
société réciproque. B. fréquente un
café où il vient des cabottins – Pécuchet
joue aux dominos dans un autre
où il y a des carabins et où on parle
politique. – mais du moment
qu'ils se connaissent les sociétés
qu'ils fréquentent les ennuient. λ
Opposition du plaisir qu'ils ont à se trouver ensemble et de l'embêtement que leur cause/ent leurs occupations.
 ils se ressemblent Ψ
Par le fait seul de leur amitié, ils se développent moralement désirent avoir plus d'idées. Ils vont le dimanche au
                                       Ils assistent aux séances publiques de l'Acad. française – leur mine recueillie, en écoutant les discours. Qqfois
Jardin des Plantes, et dans les Musées, le tout sans ordre, ce qui produit un chaos dans leur cervelle. – une fois même, ils vont
entendre une leçon
au Collège de France. Ils ont connu, ou entendu parler deux ou trois messieurs très forts, des gens célèbres.
Avant de se connaître, ils étaient calmes et supportaient leur métier patiemment. mais à présent il leur devient intolérable. -
Ils ont des aspirations de voyages, et de pays lointains causées par la vue des chaises de poste et des diligences – et la contemplation des gravures sur les quais
Enfin                                                                                                                                                               flânerie sur le quai Voltaire
III ils Ils rêvent de se retirer à la campagne ! – X
         désirent
III – Ils ont même des aspirations de voyage et de pays lointains causées par la vue des chaises de poste et diligences - la contemplation 
des gravures sur les quais – Bref, ils s'arrêtent à
une campagne qui réponde le plus possible à cette idée « la campagne ! » pas
B. s'aperçoit que P. est très pudique
« vous n'aimez pas la gaudriole » — mais oui »
Eh bien alors ? - « Je vous expliquerai ça plutard.
                                          
Il y a là-dessous un mystère, que le lecteur
ne doit rien comprendre et qui revient qqfois.
d'eau, pas de vue, pas de bois, rien que des champs, de quoi faire du jardinage et un peu d'agriculture.
– Leur vie dès lors, est tournée toute entière vers ce rêve.
plaisirs qu'ils se promettent ! « nous laisserons pousser notre barbe ! nous.. nous.. Ils feront tout par eux-mêmes n'auront besoin
de personne ! etc. Ils achètent des instruments rustiques, un tas de choses qui pourront leur servir. qqfois l'un fait des emplettes
des baromètres – un baromètre à canne pr voyage Gay-Lussac. pr quoi faire ? pr faire des expériences – quelles expériences ? on ne peut pas savoir ? 
à l'insu de l'autre, ils se font des surprises. – mais comme il y a des doubles, ils s'arrêtent et désormais se consultent. Comme il leur
                                                                                                                                   contestations
faudra une bibliothèque, ils achètent sur les quais, au hasard toutes sortes de livres. petites querelles pr savoir si tel livre est un
livre de bibliothèque ! – Leur mobilier respectif sera suffisant pr meubler leur future maison.
X un événement arrive, leur (la retraite de
Pécuchet
l'un et un héritage survenu à
 Bouvard
l'autre ) qui leur permet de réaliser
leur rêve.
(avoir posé cela , dès le ch. Ier)
Mais où sera la/leur maison de campagne ? Ils consultent les affiches des/de propriétés à vendre, font des excursions aux environs de
Paris, tous les dimanches pr en découvrir une. Longue perplexité – délibérations – discussions.
enfin ils se décident : ils choisissent une maison / clairvoie donnant sur la gde route, charmille etc.
Le moment arrive. insolence et négligence dans les derniers temps, contrastant avec la bassesse et la ponctualité de toute leur vie.
             déménagement
Ils partent – et débarquent – au mois de mars par un temps sec.
Joie du premier réveil, dans leur propriété –
dans lequel le voyage qu'ils font – ou qu'un des deux
(Bouvard fait fait pr voir la maison de
Campagne, poser qques uns des personnages secondaires
qui utiles pr la suite.

à la seconde rencontre ils dînent ensemble et se
tutoient

dire leur âge est impossible. Pécuchet est
comme tanné. Bouvard encore frais qque
ridé.

– la Veuve
– le médecin ?
– un ouvrier socialiste
– le fermier
– Le Curé 
       [illis.]
– le notaire qui leur a vendu
la propriété.
[Transcription de Nicole Sibireff.]