BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Plans et scénarios, folio 9 bis
Quatrième scénario
4.
                                                       chat avec moineau
                                                                          St Allyre
.
celticisme –
Ψ travaux* sur les Druides
– veau d'or. celtique
III.                                                                                              objets qu'il y avait      objets. les décrire (1)
six mois après, la maison était d'un autre aspect. Parloir gothique = musée, qu'ils époussètent eux-mêmes     X*
                                                            (2)                                                                            [illis.]
      Ils cherchent et collectionnent toutes sortes de vieilleries, meubles, médailles, ouvrages en coquillages & en verre filé.
courses archéol.
visites les églises M.-âge.
se plaignent des vandales
vandales                    
entrent dans les maisons pr
demander à acheter des
curiosités, = 
des vieux papiers
se déguisent en
colporteurs
                                                                                                                                                          abrutiss du vieux Rouen.
[ prie-Dieu. « moine du Moyen-âge ». ]  Ils tapent, pr les faire résonner, sur toutes les assiettes qu'ils rencontrent.
Ψ                                                                                                             titres de brochures, des archéologues locaux
abrutissement du vieux-Rouen. sérieux des niaiseries historiques, des recherches locales, de la petite érudition, du précieux
       ruses énormes pr se procurer des niaiseries. [illis.]
document. –  montrer que l'amour de la Curiosité est la haine de l'Art.  – Le Notaire est leur rival comme collectionneur de bibelots.
                                   abrutissement du vieux-Rouen – tapent sur toutes les assiettes qu'ils rencontrent
                    Cependant le menuisier-Démosoc répare le bahut très lentement, – n'en finit pas ! Deux ou trois fois, on l'aperçoit
avec Mélie. (Le lecteur ne doit avoir que des doutes, légers – à la fin seulement, on découvre qu'il a abusé de Mélie, avant le
lancier.).  Il est congédié que le bahut n'est pas fini. peu importe quand
{{ ramener Me Bordin [illis.] et Mr de Faverges
à propos du notaire
}}
        Au coin du cim.               P. se réconcilie avec le curé fait des bassesses pr obtenir un bénitier.
                                                                                                                                                Ils s'emparent                        d'un
{{ on vient voir leur musée 
ils le montrent avec
plaisir
}}
L'amour de la collection les pousse au vol.  ou tout au moins y pousse Pécuchet. ils veulent ravir, puis acheter un vieux
                                                                                                    [illis.]                                                             les laisse prendre
bénitier abandonné au coin du cimetière dans l'herbe. Querelle puis l/Le curé fort indifférent à l'archéologie [illis.] le bénitier
                                                                    – ça se fait celticisme.     mais          Foureau 
leur reste , à condition qu'ils lui donneront X pour son église. Excité par le notaire, il le leur fait restituer, & leur donne, en compensation
                                                                                                                                     est                             ce bénitier                                    les assiettes
                                                                                                                            lequel fait l'artiste 
– douze assiettes de faïence que convoite le notaire.  –
l'ancien maître                                                                                                                                                              Alors il
Comme ils montrent leur Musée rivalités à propos de faïence avec le Notaire qui est artiste. L'objet échappe* au Notaire qui devient leur ennemi.
de                       les assiettes.    M. de F. émet des doutes sur le bahutce qui contrarie Gorju.    s'ils allaient le lâcher*
le relier à Mélie   X et il débine l'objet en question  alors B. & P. croient s'être trompés. Ils cassent dans leur fureur toute la pile
avec plaisir, Mr de Faverges vient le voir
 on vient le             avec le Notaire
  puis                                                                                                                                        M. de Faverges émet des doutes sur
et la pile cassée, ils se demandent s'ils n'ont pas eu tort ? – & tâchent de s'éclairer.
voir Me   qui C'est leur rival en bibelots
Bordin            lequel                              
le trouvant joli  X
                                                   ce point là                                          de l'Histoire (X).           le bahut. – ce qui
– La recherche sur  un point spécial les amène à l'étude de l'Histoire générale Ψ
                                                                     de livres    
  {{ Ancienne – Bossuet. –
                                    Niebhur
romaine – Tite* Rollin & Momsen 

Hist. de France – Anquetil. Thierry
     Révolution française  préambule charte de1814. λ
}}
                Ils l'étudient dans trois sortes d'auteurs  : ceux qui croient à un auteur & ne le critiquent pas, – Rollin, Anquetil
les naïfs, c'est par là qu'ils commencent. ceux qui ont une idée préconçue. vouloir que telle chose y soit ou que les
événements fournissent des preuves, des arguments. alors, qu'il soit de bonne foi ou non, l'histoirien a la vue obscurcie.
Exemple : les historiens de la Révolution française. théorie de Michelet quil faut être partial. Donc nous ne devons pas
nous attendre à la vérité. D'autre par, si l'historien était impartial, il n'écrirait pas car il n'entreprend son oeuvre que pr
étayer son opinion, prouver son idée. Ainsi, l'histoire n'est jamais qu'un jugement personnel. – 3° ceux qui ont les
                                                                                                         et voient aux choses de ce monde                  restent 
gds principes, morale, Providence, philosophie de l'histoire,un plan bien clair, Mably, Bossuet, Vico. | 4° ceux qui écrivent
X   relier le Cte de Faverges à
Mélie.
                                                  Duc d'Angoulèm  X
«ad narrandum », l'école pragmatique. – Mais ceux-là, aussi, sont dans le faux, car il faudrait épuiser tous les documents
{{  Mme Bordin aussi vient voir la
collection
.     X
}}
ce qui est impossible. – & puis, il faut montrer les faits sous leur vrai jour. mais pr les montrer, il faut interpréter
Pécuchet en est jaloux.
germaine tojours en conférence avec elle

il se dispute avec Mélie*– se grise.

ou avec Marianne Pécuchet finit
par la chasser

quand Gor. n'y est plus.
– d'où l'on arrive à l'impossibilité de l'histoire parce qu'on lui demande plus qu'elle ne comporte – & qu'on en
a, apr* une idée fausse. cela amène B. & P. à un scepticisme radical, et absurde – D'ailleurs rien que les faits, c'est
                                                                                                                                                                              bien sec.
                                                                                                                 étant
                 Il faudrait la vivifier par l'étude de la Littérature. L'idéal plus vrai que la vie (Vigny, préface de Cinq-Mars).
alors ils entament les romans historiques.
N « quelle est la meilleure histoire de France ? »
N   Moyen-Âge             problème insoluble.
Anquetil. Thierry.
puis romaine     id
puis. révolution . – puis romaine
philosophie de l'histoire.  
    C'est le notaire qui dans sa visite avec
Faverge leur a parlé des assiettes du curé.
      – plutard ils se rappellent ça –
puis le N. les débine. P. les casse. – doute. étude de l'histoire de France
P. les dates, mnémotechnie. Système des maisons
Fenaigle. (Salgues) –  Ils s'en dégoûtent vite.
pas même moyen d'apprendre les dates – & de savoir si
                                                                                elles sont justes.
λ (les lectures, puisqu'il y a
contradiction, doivent être
simultanées). – la ph. de l'histoire trop vague.
puis il s'en va (il est congédié)
quand ils ne lisent plus que des
romans, les considérant comme des
hommes trop légers – Mais
quand ils lisaient des Mensonges
*
historiques, ils étaient sérieux
{{ Méthode pr la 2è partie du ch.
Ils prennent un point de l'Hist. romaine
                                       de l'Hist. de France
 
                         de la Révolution. défaut général des Historiens φ
puis philosophie de l'histoire – trop vague
                        ne peut être vraie qu'à la fin du monde
                                            la                                       }}
{{400     12
     12         4
                     
     800       48
    400
                     
     4800
      }}

Buchez, Genoude & Blanc
Ψ.  {{   Finir ici le ch.  le IVe
serait tout entier consacré aux
livres – ou bien en faire un
petit chapitre.

un fait quelconque
                 
& se reliant au roman*
arrivé chez eux  leur prouverait
qu'il est impossible de savoir
la Vérité.
    }}
[Transcription de Jean-Christophe Portalis]