BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol. 9, folio 1156
                                                         XIII.
 Ψ  est toujours à le diguer

tout neuf
un mur, une haie
à la place d'une haie
à demi détruite.
c'était leur ferme

Ψ & les chemins, jadis pleins
d'ornières, étaient empietrés*

          que dans une promenade, ils suivaient un sentier. ils se trouvèrent
                                                                                                                    reconnaisse
– II – un jour, ils se trouvent devant une ferme, que d'abord ils ne reconnaissent
                                                                                         sur le pressoir un toit d'ardoise
pas pr la leur – à cause des changements & embellissements   à la place d'un toit Ψ
qu'ils n'avaient pas reconnu d'abord
                                                   de chaume * 
             parut  X les fait  X    B
Le père gouy les fait entrer – [ il regrettait ses anciens propriétaires. – sa femme
              en paraissait très consolé C           celle d'à présent ne les valait pas
est morte, & il la pleure très peu. C'était « un Carnage* » – portrait du
X toujours le même depuis 3 ans
père gouy, gd, sec, mains noueuses. seulement un peu plus ridé.  A  D il les fait
                                                                                                                                 un coup
                                                                                                                 entrer  de boisson*
Premiers jours d'avril
on était aux                       
les hts bords, broussailles.     
pommiers en fleurs comme des bouquets blancs & roses – les cours en pente – hts bords
Cours en pente
printemps. pommiers en fleurs – ciel bleu.
soleil                   tendues                  des nappes        qui en a plein les bras  un
sur des cordes sèchent des draps très blancs, un peu humides, vent léger
Le père g. les levait pr passer & s'en plaignait       avec Marianne  pr la faire sécher
c'est la lessive de Me Bordin qui est là, pr la surveiller
Me B sans corset, en sarrau
négligé à cause de sa besogne.
v'là un embêtement                très
                                         toilette plus        de toilette soit à cause de sa besogne
     Me Bordin maintenant se néglige/ée un peu – ou n'ayant plus à plaire
                                                                                   ou que
                                                          ça prouvait son activité de ménagère
ayant atteint son but, qui était la possession de cette ferme
elle a bien chaud – gouy propose
Pécuchet s'en va
plus loin 
qui la déteste            
    avec gouy & Victor

Assis, ils se
regardent, – elle payait
très régulièrement la rente
B n'avait pas à s'en
              commencement d'excitation
                sympathie* physique
plaindre. – elle sent bon
 Nombreux          son téton
       compliments sur la
qques mots sur       [illis.]
  ferme.    soleil sur la
              nuque
Me B. en est étonnée, n'eût
pas été capable de ça ! le
trouve intérieurement
un charmant homme.

parle de ses projets d'embellissement
aplanir les beaux rangs
et les montre. Victorine
y est. (1)





Ψ    mais vous dites
— oui vous me comprenez.
avec des yeux humides.
Ceux de Me Bord brillent
extraordinairement.
elle halète s'évente
avec son mouchoir
— il n'est plus temps.
   Ψ
un coup   Pas contrariée de les voir, au contraire. « Faites comme chez vous. Asseyez-vous
non ça
  on renoue qqueson renoue connaissance, on s'asseoit. – le père
amollit          un vieux cheval broute l'herbe    2
gouy & Victor sont ailleurs. Victorine devant eux, s'amuse à cueillir 
                                                    2
les primevères & les violettes. les dispose coquettement en bouquet.
[ puis se couche sur le dos ]. – un vieux cheval, bro broutait l'herbe 
                                                                      elle est    — oui c'est gentil
Me Bordin & bouvard la considèrent — C'est gentille une petite fille
                                                                                               Me B. avec un
            intérieur de B J'aurais aimé à en avoir ! — «  Ψ          soupir.
regret de n'en pas avoir une. « il n'a tenu qu'à vous » – mouvement
il bande λ — oui vous me    il la regarde avec des yeux une larme dans les yeux
de sensibilité prmais regain de jeunesse causé par le printempsBouvard
                       yeux de Me Bordin très brillants, elle est oppressée*
qui depuis longtemps ne bande plus a un revif. ] à demi cachés par
           vent léger, comme dans une tente blanche
les draps, ils ont envie de se baiser. & restent un moment, la main
                                                                reprend. B.
                   elle                  B. « prquoi. hein ? prquoi , il lui prend
dans la main. la laisse dedans*.                                         se met*      mâle
un coup de vent relève le drap en face & ils – la femelle postée  le paon
voient
. Deux paons un mâle & une femelle. s'avancent  Victor les suit. Les paons
faisant la roue tourne autour d'elle  – monte dessus. la couvre. de ses plumes
se baisent – contemplation de Victor. – & en même temps Victorine, couchée
d'arrière en avant. – Victor en contemplation devant.
sur le dos aspire les fleurs avec une joie sensuelle
                                                                vibration
                                                               le bruissement des plumes  des
Le cheval effrayé par les paons rue & casse une cordes qui tenait la lessive
              arrivent* Pécuchet, gouy & Marianne. – le cheval empêtré X   
                                                                                             lui donne des coups
émoi de Me Bordin  Colère de gouy. il maltraite le cheval
                                du cheval
N  
B. en prend la défense. gouy s'indigne « puisqu'il m'appartient. il est à moi »
— n'importe ! on n'a pas le droit de maltraiter les animaux.
                              Ah ! par exemple. se déclare pr son fermier.
 Me Bordin se range à l'avis de son fermier, se déclare pr lui.
                         aussi *                    — Comment ? — oui
Pécuchet — mais l'animal a des droits – puisqu'il a une âme, inférieure à la
nôtre, si l'on veut mais il en a une.
Me Bordin indignée, les traite d'impies. fierté de la bourgeoise inepte
– un* sarcasme de Bouv. gouy les engeu engueule, foutez-moi la paix !
on se quitte fâchés.    ( Fin plus violente )
                                                                                   X dans les ficelles finit d'abîmer la lessive
                                 surprise                                         colère de gouy contre le cheval, lui 
 [illis.] silence*   Me B. rougit & retire                      donne des coups de pied dans le
sa main. – en lui montrant Victorine  /Victor                       ventre              M
qui est là. il paraissait observer qq chose avec gde attention
[Transcription de Nicole Sibireff.]