BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol. 9, folio 1160
                                                      XV bis
comm          2                       
Placquevent
Le garde champêtre avait le droit
de battre son fils, parce qu'il en
               1
était le père. gouy avait le droit
de son battre son cheval parce qu'il
     maître 
était le propriétaire. – que de droits ?


Victor  leur demanda prquoi ils s'étaient fâchés contre gouy.
c'est une brute » « à cause de son action
                       C'est un                  
il s'est montré
il s'est montré cruel » dit Pécuchet. « la fureur envers les bêtes
il est lâche    descend
& cruel
nous ravale à leur niveau.
                  Le gamin avait l'air de ne pas comprendre.
                                   reprit
— &
C'est très mal » dit Bouvard.
                                      dit
— Pourquoi est-ce mal ?
      Ce mot les stupéfia. Les enfants n'auraient-ils aucune idée de la justice ?
                                                                                                    1
Le citoyen Buchez déclare qu'ils possèdent, avant même de parler, la
                                               2 au contr au contraire
notion de devoir. – & le P. Félix nous apprend que dès la mamelle ils
                                                         nous apprend
sont corrompus.
L'opinion intermédiaire est sans doute la vraie ? – & le Bien on peut
Cependant         &                                   se être
enseigner le Bien peut être démontré/er comme l'utile & le Beau. 
                         or*
La semaine suivante*, Pécuchet installé devant le bureau
Qques jours après, on s'installe dans le Museum – av & Pécuchet, ayant
              droite                      devant lui
à sa dr gauche Bouvard, en face de lui les deux élèves, & sous la
                                 sous
main qques notes, & devant lui les deux élèves, commença un un
cours de morale.
C'est la Science qui nous apprend à diriger nos actions
nos actions                 le plaisir
Elles ont deux motifs : le plaisir. & l'intérêt. & un troisième plus
impérieux : le devoir.                                                                     à l'égard de
                                                                                                          envers
L Les devoirs se divisent en deux classes : Primo : devoirs en nous-mêmes
il faut                                                              soigner notre corps
par/en conséquent/ce il faut développer notre caractère, nous garantir de toute
           développer notre            comprenaient
injure, soigner notre corps. ils comprenn cela parfaitement –
                                                     entendaient
secundo : devoirs envers les autres. c'est que à  dire : ne pas nous satisfaire
            dépens   &                     pr eux pr eux                           attentionné
à leur détriment être toujours à leur égard, juste, charitable, indulgent &
                                                       à leur égard 
                                                              est n'étant
même fraternel, car le genre humain n'est qu'une seule famille –
souvent souvent une         agrée  nuit à                                            notre
de ce qu'une chose nous profite peut nuire aux autres. donc* l'intérêt
                                 qui        profite                    semblables
                                                 [illis.]
particulier différe du devoir. – car l'idée du BIen ne peut se réd
                                                C'est
résoudre en une autre idée. C'est un de ces principes, sans lesquels
                                                           indéniables* qui constituent
il est impos  in  nécessaire, sans lesquels il est impossible de concevoir
la Raison, elle-même.
 
[Transcription de Nicole Sibireff. ]