Préfaces de Raymond Queneau à Bouvard et Pécuchet
Notes 1, folio 33
Chargement de l'image en cours ...





méthode
       {{ pourraient avoir également des sous-titres non moins
mais les grands romans d'ailleurs ont souvent des thèmes très
bizarres.
 On a beaucoup discuté sur le sens réel et profond de Bouvard
et Pécuchet. L'auteur ayant, comme nous venons de le voir, pris
soin de nous l'indiquer, il n'y a pas à discuter là-dessus.}}
  Le
sens de ce roman est très clair : c'est un roman pédagogique.
Et un roman moral : il nous montre ce qu'il ne faut pas faire
lorsqu'on veut étudier une science. J'ai donc bien dit :
pédagogique – et ce n'est pas par hasard que l'avant-dernier avatar
des deux bonshommes soit précisément la pédagogie. C'est donc
une vue pessimiste sur l'autodidactisme, et par conséquent un
roman d'époque : c'est en effet avec le XIXe siècle que l'on a
vu pour la première fois des autodidactes, c'est-à-dire des gens
sachant simplement lire écrire et compter et se lançant dans
l'étude des sciences, des arts et de la philosophie et ravi de
leurs découvertes exposant au monde grâce aux facilités de
l'imprimerie leurs élucubrations leurs cogitations pris par eux pour
nouvelles merveilles. J'ai dans les Enfants du Limon inséré une
sorte d'histoire des fous littéraires, fou ne doit pas y être
pris dans son sens strict et médical ; beaucoup d'entre eux
à vrai dire, et beaucoup dont je n'ai pas voulu parler ne sont
à vrai dire que des autodidactes.


développer les
réflexions
sur les autodidactes