Préfaces de Raymond Queneau à Bouvard et Pécuchet
Chargement de l'image en cours ...
Cependant, il n'est pas sans charme. La table de logarithmes
habituellement utilisée il y a quelques vingt ans et peut-être
encore en service, était l'oeuvre de deux messieurs dont l'un
se nommait Bouvart et l'autre Ratinet : il était inévitable
que les auteurs d'une pareille production portassent de pareils
noms ; à un d et à un pécuch près, ils se fussent mis à
recopier purement et simplement la suite des nombres entiers
en couchant en rouge les nombres pairs et en bleu les impairs.
 
            Le passage d'une science (ou d'un « hobby ») à l'autre
se fait en général d'une façon logique, mais, quelquefois,
c'est le hasard qui envoie BOUVARD et PECUCHET sur une piste
de recherches nouvelles. On vogue évidemment d'une façon
normale de l'agriculture à l'horticulture, puis de celle-ci
à l'horticulture, et de celle-ci à l'art du liquoriste
et à la bromatologie, et de là à la chimie, puis à l'anatomie,
puis à la physiologie, puis (ici la logique est renforcée
par un hasard : l'achat d'un manuel Raspail à un colporteur ;
mais auparavant, il y a un « mois creux »), à la médecine,
puis à l'hygiène, puis à la contemplation de la Nature, puis,
après intervention de DUMOUCHEL, à la géologie. Ici, naufrage.
Il eût été naturel de faire passer Bouvard et Pécuchet de la
géologie à l'histoire par l'intermédiaire de la paléontologie
et de la préhistoire. Non. FLAUBERT a préféré le hasard : la
découverte du bahut chez Gorju. Les voici donc archéologues.
Ils s'intéressent ensuite à l'histoire, au roman historique,
à la littérature, à l'art dramatique, à l'art d'écrire. Ici,
nouveau naufrage. Les événements (1848) interviennent : politique
et socialisme entrent en conséquence dans le domaine de
leurs préoccupations. Coup d'Etat. Ici, le chapitre VII (le
plus court de tous) : amours de PECUCHET avec Mélie, de
BOUVARD et de Mme BORDIN. La navigation encyclopédique reprend