Préfaces de Raymond Queneau à Bouvard et Pécuchet
Chargement de l'image en cours ...
(1)    Ce texte, publié par FONTAINE en 1943, a été écrit avant de
connaître la bibliographie du sujet. Je le laisse dans son état naïf. 
(2)    Publié pour la première fois en 1911 dans l'édition CONARD de
BOUVARD et PECUCHET; et séparément, par FERRERE en 1913. 
(3)    Je ne donnerai pas de références aux citations de FLAUBERT, 
qu'elles proviennent de notes ex-inédites ou de la correspondance : 
le lecteur les retrouvera toutes, soit dans René DESCHARMES, Autour de 
BOUVARD et PECUCHET, Etudes documentaires et critiques
, Paris, 1921, 
soit dans D.L. DEMOREST, A travers les plans, manuscrits et dossiers 
de BOUVARD et PECUCHET
, Paris, 1931. L'érudition de seconde main ne 
s'excuse que lorsqu'elle est cynique. 
(4)     Cf, le chapitre VIII de DESCHARMES, op. cit. Les plans publiés 
par DEMOREST, op. land., résolvent la question. Le Dictionnaire figure
effectivement parmi les textes copiés par BOUVARD et PECUCHET, 
contrairement à ce que croyait avoir prouvé DESCHARMES. 
(5)     Il manque la fin du chapitre X et le tome II qui n'aurait compris
que le chapitre XI (tout ce que BOUVARD et PECUCHET copient) et 
le chapitre XII (conclusion). 
(6)     Edouard MAYNIAL, dans sa préface à l'éd. Garnier, écrit également 
« Il y a peu de livres qui aient inspiré plus de contresens et fait
écrire plus de sottises que ce roman prédestiné du contresens et de la
sottise ». Aussi, en conservant à cette préface sa forme première, j'ai cherché 
à limiter les dégâts. 
(7)     C'est dur pour BARBEY d'ANNEVILLY. Si l'on pense que c'est un 
grand écrivain, la phrase est à faire figurer dans l'Album : « BARBEY
d'ANNEVILLY, l'un des critiques les plus obtus du XIXème siècle 
(QUENEAU) ». 
              dans le chapitre : hymnes aux grands hommes, chapitre que l'on