Préfaces de Raymond Queneau à Bouvard et Pécuchet
Chargement de l'image en cours ...
saleté »), « des jours tristes commencèrent ». Alors « PECUCHET emprunta
la canardière de Langlois pour tirer des alouettes ; l'arme, éclatant du
premier coup, faillit le tuer.
(17)     Dans l'édition Charpentier et Conard, trente-trois est en chiffres
dans le manuscrit, en lettres (Voir ladite édition                      la reproduction
de cette première page p. 412). Le trente-trois en chiffres me
plaisait ; je croyais y voir un signe de la volonté scientifique de
l'auteur. Il m'a fallu renoncer à ce développement facile.
(18)      L'Album n'aurait été qu'un des éléments du chapitre XI qui aurait
compris, outre le Dictionnaire des Idées Reçues et le Catalogue des
Idées chic
(d'une inspiration parallèle à l'Album), des « specimens de 
tous les styles », des « parallèles », les « Manuscrits du clerc Marescot » –
et maints autres textes encore : « cornets de tabac, vieux journaux,
affiches, livres déchirés » (« ... la littérature démodée, latin d'église, 
livres érotiques sans orthographe, romans de nos aïeules, contes de fées
petits livres de l'enfance, opéras vieux, refrains niais, rythmes naïfs »). 
(19)        Ce qu'a fait DESCHARMES pour BONVARD et PECUCHET ; ch.III op. cit
il conteste la chronologie de l'ouvrage. Ses repères donnés par Flaubert
sont les suivants : le roman commence pendant l'été 1838, BONVARD et 
PECUCHET ont à ce moment 47 ans. Le dimanche 20 Mars 1841, ils partent 
pour Chavignolles. Au chapitre III, PECUCHET a cinquante-deux ans :
nous sommes en 1843. Le chapitre IV se passe en 1844-1845. Chapitre VI
révolution de 1848 et coup d'Etat du deux-décembre. Chapitre IX : ils 
retrouvent BONBERON qu'ils n'ont pas vu depuis vingt ans, donc nous
sommes en 1859 ou 1860 ; un peu plus loin, il est dit : « c'était l'époque
des guerres d'Italie » – donc 1859. Tout cela est cohérent – à condition 
de réduire à deux ou trois ans l'expérience agricole qui dure « en réalité »
sept ans. Le chapitre X s'étend également sur une assez longue 
période (croissance de Victor et Victorine). Flaubert a conçu la chronologie