MANUSCRITS
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

NOTES SUR L’ESPAGNE

d’après la Revue française de mars et mai 1828.

[Les pages vendues désormais en deux lots proviennent probablement du gros dossier « Espagne », 48 pages petit format 20 x 17, qui a figuré à la Vente Franklin Grout, Hôtel Drouot, 18-19 novembre 1931 (lot 114). D’après les fac-similés des premières pages des deux ensembles séparés, figurant dans les catalogues ou sur les sites de vente, on peut dater l'écriture de 1845. Transcription diplomatique ; résumé de la suite d'après les notices de catalogues.]

> Voir les manuscrits

(cat. Vente Piasa, 20 novembre 2008)

[Transcription]

revue française
n° 2 mars 1828

De l'Espagne et de sa révolution

pays inconnu et par Napoléon & par la restauration, erreur
complète des deux côtés dans les craintes & dans les espérances.
l’invasion de Napoléon a commencé la révolution.
     Au commencement du 19e siècle deux nations
en Esp. — les habitants du littoral de la mer, & ceux
des terres, les premiers en contact avec le reste de
l’Europe, les seconds isolés — les montagnards se
distinguaient de leurs voisins, s’en séparaient et
les haïssaient.
     L’arrivée de N. arracha le peuple à
ces montagnes, réveilla ses instincts guerriers
endormis, l’arracha à ses habitudes de repos
& de paresse, la paix survenue il ne revint
                        vie
point à sesa habitudes d'hier de la veille
et resta en armes en guerre. il lui resta le
besoin du mouvement et de la le désir d’une
condition mll meilleure. Ferdinand VII ne songea
point à tout cela, aussi le peuple des
campagnes s’arma-t-il contre
la Constitution [...]

[Suit une analyse de la libération du pays par Napoléon, et des juntes qui s’y succédèrent...]



revue française
n° 3, mai 1828

De la guerre d'Espagne en 1823

les Cortès espagnols comptaient sur le parti libéral
français et sur l’armée qu’on destinait à marcher
contre eux, le ministère français se défia de
l’armée et l’épura.
trois partis, les absolutistes au secours des quels
allait l’armée française les soldats de la foi,
formés sous l’inspiration des moines, 2°
les maçons parti modéré 3° les communards
qui représentaient la vieille cause de l’indépend
ance populaire et qui se disaient descendre de
Moria Padilla
Dans l'armée française il y avait dégoût
pr cette guerre qui faite par des libéraux et
des libéraux [sic], on n'y voyait point une guerre
politique mais une guerre de [illis.], de plus
les anciens soldats de l'empire avaient
dégoût à soutenir l'absolutisme, la jeune armée
qui voulait avancer se serait tout aussi bien
tournée contre la Ste Alliance — les constitutionnels
laissaient s'avancer l'ennemi dans le pays et
reculaient, s'effrayaient.

[Suivent des réflexions sur l’attitude des militaires français, les combats en Catalogne, l’arbitraire de Ferdinand VII et le mouvement contre la Constitution. « Qu’importait à l’habitant de la montagne son droit de vote. Il lui aurait fallu autre chose que ce que la constitution lui donnait — il s’offrit donc aux courtisans et aux prêtres comme un milieu propre à rétablir l’absolutisme »...]



Mentions légales