NOUVEAUTÉS
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

« Élevé dans les coulisses d’Esculape »


La jeunesse de Gustave Flaubert à l’Hôtel-Dieu de Rouen

3 février-30 octobre 2010, Rouen, Hôtel-Dieu de Rouen

Exposition

(< Arlette Dubois)
Gustave Flaubert est une figure majeure du panthéon littéraire, l’auteur de Madame Bovary, le créateur du roman moderne. Mais derrière l’image de l’écrivain consacré, il y a un homme qui se confie dans son abondante et magnifique correspondance et un jeune homme dont on connaît désormais mieux le cadre de vie. Cette exposition est une invitation à parcourir la maison natale de l’écrivain, lieu emblématique où s’est révélée sa vocation littéraire, et à pénétrer dans l’intimité de la famille Flaubert, depuis la naissance de Gustave, en 1821, jusqu’à la mort, en 1846, de son père, le chirurgien Achille-Cléophas Flaubert. À cette date, le jeune homme de 24 ans quitte la maison de son enfance pour Croisset où il vivra jusqu’à sa mort en 1880.

Que sait-on de la jeunesse de Gustave Flaubert dans cette maison de l’Hôtel-Dieu de Rouen ?

Flaubert est un enfant privilégié, choyé par ses parents, adoré par sa soeur, un enfant facétieux, franc et ouvert, mais d’un caractère indocile, ce qui lui vaudra d’être renvoyé du Collège royal (actuel lycée Corneille). Dès l’âge de neuf ans, il commence à écrire, il se passionne pour le théâtre, monte des représentations dans la vaste salle de billard de son père et ambitionne une carrière d’auteur. C’est aussi un bel adolescent, mélancolique et rêveur, qui s’isole dans sa petite chambre du second étage pour rédiger des récits historiques, des contes fantastiques, des oeuvres autobiographiques, Les Mémoires d’un fou et Novembre, qui révèlent son hypersensibilité. L’intimité familiale est sans cesse confrontée à l’univers des malades et la mort imprègne les oeuvres de jeunesse de Flaubert, comme elle plane au-dessus de ce cadre de vie austère. La permanence de ce passé dans le coeur de l’écrivain est récurrente dans sa correspondance : « je suis né dans un hôpital », « j’ai grandi au milieu des misères humaines dont un mur me séparait », « tout enfant j’ai joué dans un amphithéâtre »...

Quand on a été « élevé dans les coulisses d’Esculape », peut-on sortir indemne de telles expériences ?

Les recherches entreprises en vue de la restauration de la chambre de l’écrivain ont permis de restituer le papier peint d’origine, de préciser la distribution des pièces dans la maison du chirurgien de l’Hôtel-Dieu, de situer la chambre de Gustave, la fameuse salle de billard, l’amphithéâtre d’anatomie qui donnait sur le jardin.

L’exposition présente des portraits inédits de Gustave enfant, de sa famille et de ses amis, des documents évoquant l’univers du jeune écrivain, son goût pour le théâtre, ses années au Collège royal de Rouen et ses oeuvres de jeunesse.

Autour de l’exposition

Visites commentées

tous les samedis à 14h 30, tarif : 4 euros.

Visites commentées pour groupes

adultes et scolaires sur rendez-vous.

Atelier « le gueuloir »

lectures à voix haute pour adultes avec la comédienne Sophie Caritté, samedi de 15h 30 à 17h 30 (27 février, 20 mars, 22 mai, 25 septembre, 18 octobre), sur réservation (places limitées), tarif : 8 euros.

Conférences sur la jeunesse de Gustave Flaubert

le samedi à 15h 30, sur réservation (places limitées).
24 avril : Yvan Leclerc (Centre Flaubert, Université de Rouen), « Ce que nous savons de la jeunesse de Flaubert ».
29 mai : Louis-Paul Astraud, « Flaubert à 20 ans » (à la place de la conférence annoncée de Chiara Pasetti, empêchée).
Louis-Paul Astraud, auteur du livre Flaubert à 20 ans aux éditions du Diable Vauvert, dressera le portrait d'un jeune homme déchiré entre ses deux natures : jovial, bon-vivant et séduisant, mais aussi tourmenté, obsédé par la mort, et perpétuel insatisfait. Un Flaubert qui ne ressemble pas du tout à l'image que l'on se fait de lui aujourd'hui. Loin d'être un garçon isolé qui écrit avec peine, il est un fougueux adolescent qui veut vivre des aventures et écrit avec une facilité déconcertante. Presque trop.
19 juin : Joëlle Robert (Centre Flaubert, Université de Rouen), « Généalogie imaginaire de Flaubert ».
11 septembre : Chiara Pasetti (Université de Rouen et Roma III), « Maladie, hallucinations et création littéraire chez Gustave Flaubert ».
2 octobre : Philippe Dufour (Université de Tours), « L’instant indifférent » [sur l'écriture de la sensation dans les oeuvres de jeunesse ].

Nuit des musées

Samedi 15 mai 2010 de 19h à 23h 30, entrée libre.
Visites nocturnes de l’exposition à 19h et 22h.
Lecture de la correspondance de Gustave Flaubert et de sa soeur Caroline à 21h.

Journées du Patrimoine

Samedi 18 et dimanche 19 septembre 2010, entrée libre de 10h à 18h.
Visites commentées de l'exposition.
Lecture des oeuvres de jeunesse de Gustave Flaubert.

Librairie thématique


Carnet de visite

remis gratuitement aux enfants pour découvrir l’exposition en s’amusant.

Catalogue de l’exposition

Sous la direction de Arlette Dubois, avec des textes de Yvan Leclerc, Marshall Olds, Chiara Pasetti, Fabienne Picard et Joëlle Robert. 84 pages très illustrées, 12 euros.

Mentions légales