ŒUVRES
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

Trois pages d'un Cahier d'Ecolier
ou Œuvres choisies de Gustave F***

(2)
Avis des éditeurs

On vient de publier L'hymne à la cloche, de M. Hyacinthe Langlois, distraction de cet habile et savant artiste ; Ayant eu l'indiscrétion de chercher dans les cahiers d'un jeune écolier ; et le bonheur de trouver dans l'un d'eux des distractions échappées à sa muse naissante, nous croyons devoir les adresser à ses parents et amis, pour qu'ils jugent de ses progrès et de son talent en tout genre.

Le célèbre antiquaire a prouvé qu'il pouvait encore figurer sur les bancs des écoles ; nous voulons prouver qu'un écolier peut, parfois les quitter, et figurer ailleurs avec distinction.



(3)
Eloge de Corneille
Avertissement

L'autre jour, en regardant le vénérable buste de Corneille, j'ai résolu d'en faire un juste éloge.

Je ne suis qu'un gamin ; excusez-moi de vouloir parler de Corneille, mais pas de compliments mes bons amis, attendez-vous à une brioche qui est bonne à mettre au cabinet.

C'est toi Corneille qui par tes écrits as corrigé ton siècle. Ah ! père de la Tragédie française pour parler de toi il faudrait des Horaces, des Virgiles, des Homères. Pour te chanter il faudrait que j'emprunte la lyre d'Apollon ; encore entre mes mains suffirait-elle ?

C'est donc toi qui au bout d[e ta plume] [(4)] fait parler les Césars, c'est toi dont l'écho résonne dans toute l'Europe et ta renommée, comme un soleil, brille autour du globe. Au Corneille, au mon cher compatriote, dans ta tête combien de chefs-d'œuvre ! Maintenant ta maison est habitée par un grossier ouvrier ; ton cabinet qui a entendu des paroles sublimes ; oui des paroles qui méritent monter aux cieux, maintenant entend le bruit sourd du marteau. Pourquoi es-tu né si ce n'est pas pour abaisser le genre humain ? Qui ose entrer en ligne avec toi ? L'enfant, l'homme mûr, le vieillard, tous s'accordent à t'applaudir. Personne dans tes œuvres trouve un défaut. Tu es né pour rendre le règne de Louis 14 célèbre, et en même temps tu es immortalisé. Quelques-uns disputent sur ton mérite ou celui de Racine, et je réponds avec fierté : Quel est celui qui a le plus de mérite de retirer les épines d'un chemin ou de semer des fleurs après ? eh bien ! c'est toi qui as retiré les épines, c'est-à-dire les difficultés de la versification française !

[Corneil]le tu as le prix. Je te salue.

Gustave F***


(5)
La belle explication
de la fameuse constipation

La constipation est un resserrement du trou merdarum, et quand le passage est stérile, c'est-à-dire quand le débouché est rétréci, on appelle cela constipation. Il ressemble alors à la mer qui ne produit plus d'écume et à la femme qui n'a pas d'enfan. On appelle ce qui sort du trou merdarana, gros et menu. Voilà la production du trou fameux.

Gustave F***
C'est digne de lui (I)


(I) Littéral et de sa main. (Note des éditeurs).


(6)

Nous avons trouvé dans le même cahier une comédie en prose et une épitaphe en vers.

La comédie est en sept scènes, à quatre acteurs et a pour titre L'Avare. Elle peint l'avarice dans tout son hideux, et l'amour dans toute sa force de la part de l'homme et sa dissimulation de la part de la femme. Il apparaît à son titre, dans le cahier, que M. Gustave F....... s'est adjoint, pour cette œuvre, un collaborateur, M. Ernest C........ autre auteur du même âge et de même force. Elle sera jointe à la nouvelle collection des œuvres de Molière, pour servir de point de comparaison avec la sienne.

Quant à l'épitaphe (avec variantes) au chien de Mr D... elle est d'une poésie brillante et d'une liberté romantique ; - mais il y a des vers d'une beauté si prolongée que la largeur de notre papier ne pourrait les contenir.


Exemplaire conservé à la Bibliothèque nationale de France, N.a.fr. 23825, ffos 67-72.
Photographie à la Bibliothèque municipale de Rouen, dossier 92N Flaubert.
Texte édité pour la première fois par Jean Bruneau, Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert, 1831-1845, Armand Colin, 1962, p. 40-41.
Œuvres de jeunesse, édition présentée, établie et annotée par Claudine Gothot-Mersch et Guy Sagnes, Bibliothèque de la Pléiade, 2001, p. 9-10 (orthographe et ponctuation normalisées).
Transcription littérale de Yvan Leclerc (décembre 2004). Nous restituons entre crochets droits les mots manquants, en raison d'un coin de papier déchiré.