RESSOURCES
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

Chronologie théâtrale de Flaubert

ŒUVRES DE JEUNESSE

1831. Éloge de Corneille
1832. L’Amant avare, L’Antiquaire ignorant, projets
1835. Frédégonde et Brunehaut, drame historique, non retrouvé.
Avril 1835. Les soirées d’étude, 14e soirée : Théâtres, critique
1835 ? Deux amours et deux cercueils, scénario d’un drame en cinq actes
1837 ? Madame d’Écouy, scénario
Scénario sans titre [« Henri Dupont est aux bains de mer… »]
Scénario sans titre [« Dans une ville de province, un jeune homme de vingt ans, Antoine d’Henneval… »
1838. Loys XI, drame (daté « 3 mars 1838 »)
1840. Mademoiselle Rachel
1845. Sampiero Corso, scénario de drame.

APRÈS LA RENCONTRE AVEC LOUIS BOUILHET

1846-1849. Ébauches et scénarios de théâtre en collaboration avec Bouilhet

[1847-1848. « Pendant deux hivers de suite, à Rouen, 1847 et 1848, tous les soirs trois fois par semaine, nous faisions à nous deux Bouilhet des scénarios, travail qui assommait, mais que nous nous étions jurés d’accomplir. Nous avons ainsi une douzaine, et plus, de drames, comédies, opéras comiques, etc., écrits acte par acte, scène par scène, et quoique je ne me croie nullement propre au théâtre, il me semble que la charpente de ta pièce est malhabile », lettre à Louise Colet, 15 avril 1852.]

1846. La Découverte de la vaccine (collaboration en tiers avec Maxime Du Camp, selon son témoignage, mais son écriture n’apparaît pas sur le manuscrit)
1847. La Tache du sang ou Le Fils du bourreau
1847. Marie Dufau
1847. Le Marquis de Pompal
1848. Le Pivot
1848. La Partie de barres
1848. Parisina
1849. Les Deux Pirates

1849-1850 ? Ébauches et scénarios de théâtre non autographes, auteurs non identifiés ; conservés dans les Dossiers de Bouvard et Pécuchet

1849. Les Liaisons dangereuses
1849. Les Extrêmes
La Belle Artémise
La Pepita de Grenade
Le Mari qui enlève sa femme [ou La Nuit blanche]
L’Ami Grégoire
Les Jeunes Amours
L’Indigestion
Les Parvenus
L’Art d’aimer
Une bonne affaire
Les Fureurs de l’amour
Les Poses plastiques
Le Prince de Troubonbon
Rengaines dramatiques

PENDANT LA RÉDACTION DES ROMANS

1852 ? « Une noce – en Italie. Pepo va se marier à Pepa », scénario d’un ballet-féerie
1855. Pierrot au sérail, canevas de pantomime, en collaboration avec Louis Bouilhet (premier scénario 1847-1848)
1862. « L’hypocrisie sociale… », scénario
1862. Kœnigsmark, scénario

Féerie

1863. Le Château des cœurs, en collaboration avec Louis Bouilhet et Charles d’Osmoy. Publication dans La Vie moderne en 1879-1880.

Autres projets de féeries, datant des années 1862-1863
Les Trois frères
Le Rêve et la Vie
La Forêt des femmes
La Recherche de l’amour
Les Folies de l’Amour
Les Trois Épiciers ou La Fille du voisin
Le Pays des chimères
Animaux microscopiques
Notes [« Dans une féerie »]
Sans titre [« Joies diverses que cause la mort d’un individu »]
Sans titre [« Trois hommes amoureux de la même femme »]


Autres scénarios
L’Institutrice
La Fille à marier

1867. La Queue de la poire de la boule de Monseigneur, pochade rouennaise en collaboration avec Louis Bouilhet
1870-1873. Le Sexe faible, pièce de Louis Bouilhet (composée vers 1865) remaniée par Flaubert
1872 ? La Candidature, scénario
1873. Le Candidat, comédie en 4 actes, représentée du 11 au 14 mars 1874 au Théâtre du Vaudeville (édition chez Charpentier, 1874 ; seule pièce de Flaubert composée seul, représentée et publiée).

[« Pendant les répétitions du Candidat, il nous parlait de cinq ou six sujets de pièces qui lui étaient venus et qu’il voulait mettre à la scène, si le public mordait. Il ne nous en a jamais reparlé, il avait renoncé au théâtre », Zola, Les Romanciers naturalistes.]

Le théâtre dans la correspondance, index thématique par Danielle Girard (jusqu'en 1857)

à Chevalier Ernest, Rouen, 31 décembre 1830

Si tu veux nous associers pour écrire moi, j’écrirait des comédie

 

à Chevalier Ernest, Rouen, 15 janvier 1832

j’ai oublier à te dire que je m’en vais commencé une pièce, qui aura pour titre L’amant avare ce sera un amant avare, mais il ne veut pas faire de cadeaux à sa maîtresse et son ami l’attrape

 

à Chevalier Ernest, Rouen, 04 février 1832

Il y a dans mes proverbes dramatiques plusieur pièce que nous pouvon joué.

 

à Chevalier Ernest, Rouen, 31 mars 1832

J’ai fait aussi plus plusieurs pièces et autres une qui est L’antiquaire ignorant qui se moque des antiquaires peut habiles et une autre qui est les apprêts pour recevoir le roi, qui est farce

 

à Chevalier Ernest, Rouen, 18 juin 1835

Tu sais que j’ai en tête Frédégonde et Brunehaut, que je m’en occupe (mentalement) depuis environ trois mois. Mais surtout depuis quinze jours je ne rêve que cela. J’en ai fait une douzaine de lignes. Oui ce sera un drame et autrement fabriqué que les autres. Bref tu verras, c’est la meilleure critique

 

à Chevalier Ernest, Rouen, 23 juillet 1835

J’ai fini ma Frédégonde, je suis encore indécis si je dois la faire imprimer quoique Panard doive me la porter samedi soir à Ebœuf [Elbeuf].

 

à Chevalier Ernest, Rouen, 14 août 1835

Il y a près de 15 jours que j’ai fini ma Frédégonde, j’en ai même recopié un acte et demi. J’ai un autre drame dans la tête. Gourgaud me donne des narrations à composer.

 

à Colet Louise, Croisset, 15 avril 1852

Pendant deux hivers de suite, à Rouen, 1847 et 1848, tous les soirs trois fois par semaine, nous faisions à nous deux Bouilhet des scénarios, travail qui assommait, mais que nous nous étions jurés d’accomplir. Nous avons ainsi une douzaine, et plus, de drames, comédies, opéras comiques, etc., écrits acte par acte, scène par scène, et quoique je ne me croie nullement propre au théâtre, il me semble que la charpente de ta pièce est malhabile

 

à Feydeau Ernest, Croisset, 25 mai 1857

Je vous lirai une TRAGÉDIE ! ! ! de moi – oui Monsieur – Une tragédie que je croyais perdue & que j’ai retrouvée [La Découverte de la vaccine]

 

[Chronologie établie par Yvan Leclerc, septembre 2016.]

 





Mentions légales