Écran précédent
Texte du chapitre 6
Texte intégral
Index
Table des matières

Recherche dans les 4500 manuscrits du roman

 

 

 

Recherche dans les manuscrits du chapitre 6

 

 
Pour vos recherches, tapez CTRL + F.

N'oubliez pas qu'il s'agit de brouillons,
avec des abréviations, des fautes, des oublis d'accents, etc.
Essayez plusieurs orthographes.

Les passages sur fond vert indiquent les suppressions de Flaubert
 

 

L'éducation d'Emma, Première partie, ch. 6.

 

PLANS ET SCÉNARIOS

[f° 1 r°] PREMIER SCÉNARIO GÉNÉRAL
Me Bovary Marie (signe Maria, Marianne
ou Marietta) fille d'un cultivateur aisé élevée au
                              souvenir de ses rêves quand elle repasse
                               devant le
               couvent à Rouen - nobles amies - toilette piano - couvent.


[f° 3 r°] DEUXIÈME SCÉNARIO GÉNÉRAL
                                                            Rouault
Il se marie à 30 ans à Melle Emma Lestiboudois - son père -
                              - sa mère morte d'un cancer au sein ×
3 type carré du fermier cauchois - éducations d'Emma élevée au couvent d'Ernemont
avec les filles de gros bonnets - piano - dessin - broderie - etc - élégance native qque
                                                                           dessine mal - excelle dans la danse -
maniérée et fausse souvent. - pas artiste mais idéale - se mar laisse marier sans
répugnance ni plaisir. - …
elle l'épouse pr ne pas épouser un paysan il a moins les mains blanches.

(à gauche)
× depuis la mort de la mère la ferme décline et le père
Lesiboudois, moitié par sa faute, moitié par des
hasards va se ruinant de plus en plus - avait
retiré sa fille de pension à 17/6 ans. - elle est bien
aise de se marier pr être débarrassée de la campagne
& des paysans -


[f° 9 r°] TROISIÈME SCÉNARIO GÉNÉRAL

Emma Lestiboudois gde, maigre, & noire - admirables yeux -
Mains longues & trop maigres osseuses aux articulations - élevée au
couvent de Me Cousin avec les filles des gros bonnets - piano - dessin. broderie
élégance native qque maniérée et fausse souvent. dessine mal, excelle da[ns]
la danse. pas artiste mais idéale. son père type carré du Cauchois, a [été]
depuis la mort de sa femme se ruinant petit à petit, en café et en
mauvaises récoltes - a voulu spéculer & s'est achevé. il a repris sa fille [à]
16 ans chez lui et elle est restée trois ans à la ferme, s'y ennuyan[t]
&
à périr, déteste la campagne les paysans - elle se marie à Charles
parce que c'est un monsieur. il elle l'épouse plutôt avec plaisir
qu'avec répugn


(à gauche)
amenant aux premières
langueurs = torpeur -
rêves de la lune de miel



[f° 8 v°] PLAN D'ENSEMBLE - en haut

joie de Charles - état d'Emma. il y a de la surprise là dedans
elle attend - rien ne vient - torpeur des sens & du coeur
ce qu'elle avait rêvé. - ses lectures - elle se fouette
rêves de lune de miel - d'Italie - de Suisse - d'Angleterre (Keepsakes) - Journal des Modes.

PLAN D'ENSEMBLE - en bas

état nul d'Emma - son étonnement de ce qu'elle ne sente rien
si ce n'est le pl un changement matériel C prquoi elle
- montrer Charles - (psychol)
l'avait épousé B. rêves de la lune de miel
A lectures antérieures - & actuelles
D. besoin d'être développée
F. Chaises de poste - mareyeurs la nuit




[f° 5 r°] au milieu - NOTES ET PLAN PARTIEL -

livr. de petites filles Charités
vieux soldat - l'amour médecin grav. de Desmoutiers/ touches
chiens du Mt-St-Bernard. Florian - La Dame blanche de Boieldieu
toques de velours

Paul & Virginie
Werther plus tard - Corinne - Me Cottin -

- rêve du cottage - une femme en chap. à la Pamela - homme en bottes à revers - chapeau pointu
gason. du pampre.

3 dernier Abencérage
romances. jeune fille à la fontaine - hommes à manteaux & à poignard -
                                  1                                   2
- pages - destriers - tourelles. - croix & ruines génie du Christianisme.

4 Atala -
Lamartine (plus tard lors des étouffemens – ce sont des lectures qu'elle fait après son mariage)

Walter Scott. - bons chics historiques - Bayard. - l'esclave grecque

palais se mirant dans l'eau.
rêves d'Italie - amor
rêves de la lune de miel - Keepsake. gravures : femmes à leur balcon
                                                   pages jouant de la guitare.                  Marie Stuart.
                                                                                                                   Agnès Sorel -
                                                   parcs gds arbres                                Melle de la Vallière.
Venise - Rodolpho - Pandolfo - masques

(à gauche)
5
Catholicisme amoureux
mais en tire plus de propension
à l'amour qu'à la religion
Car n'est pas mystique
mais po-é-tique (& sensuelle plus tard)
peu de véritable sentiment & de
jugement.

La Suisse - glaciers - le lac au clair de lune
cascade très écumeuses. Amour -
la nature féroce. Les paysages à
Caractère. -

articles des keepsakes signés par des comtes ou
des marquis.
Jeunes filles = anges qui montent qu ciel
ailes pointues, nuages, tunique - fond d'acier froid
étoiles.
Jeune fille qui becquète un oiseau.


[f° 5 v°]


Keepsakes

femmes en toilette rêvant sur des canapés - flacons

fem à genoux, robe à queue, chapeau à plume par terre - balcon. fenêtre ouverte draperie
jalousie, - lune perçant les nuages - oeil levé fleurs dans les cheveux

oiseaux dans des cages gothiques. - l'oiseau ou le chien, toujours associé au sentiment du personnage

le bout des doigts des femmes dans les gravures anglaises, est relevé comme les bouts de souliers à la poulaine

paysages de pays rêvés orientaux, indiens ou américains. -
Cygnes & bêtes féroces à la fois - nappes d'eau -

gondoles touffes de verdure, temples
sur le bord, rayon de soleil du ht en bas dans l'eau. - imp La lumière toujours froide

guerrier qui part, femme qui pleure, embrassemens, l'h. toujours brun, armé, la fem blonde, robe blanche, demi-nue
pose abandonnée - c'est qqfois un grec, des fleurs par terre. la fenêtre ouverte - ou bien au contr l'homme
maudit.

                                                                             châtelaine
femme qui joue de la guitare, page derrière - fem seul rêvant à genoux dans sa prière, le chapetet pend de
ses mains. son oeil erre est fixé par terre, coiffée en toquet. - des une longue fleur dans un vase - des joyaux sur
la table

            sa                                                          ou à une fenêtre
page & maîtresse, départ, sur les degrés d'un palais. - petit manteau, toque, crevés. jeune fem, hermine, j. h longs cheveux
& plume blanche - fleurs dans les environs. échel de corde - ou sie fuite aux étoiles on entre dans la gondole - ou le
cheval qui boit dans l'eau pendant que la maîtress descend du mur & laisse sa main à baiser à sa suivante

sultan avec sa sultane, jets d'eau

petits livres
romances
Keepsakes
Lamartine.
lune de miel
Suisse - Italie - cottage


[f° 18 r°] PLAN ET SCÉNARIO PARTIELS

Paul & Virginie
Robinson Suisse - histoires de fées -
petits livres d'enfance qui excitent s sensibilité - charités vieux soldat - chien du Mont-St-Bernard. Bouilly
histoire
gravure de Melle de Lavallière dans un cabaret sur des assiettes.
( Première communion - adoration du Sacré-Coeur - petites vignettes

Romances jeune fille à la fontaine. Comment la nature ne l'impressionne pas -
- Numa Pompilius
Corinne - Me Cottin. - vieux romans - emphase. - prêtés par la Dumesnil
- romans - puis histoire -
génie du christianisme - croix & ruines - Atala - Catholicisme amoureux -
Marie Stuart - Agnès Sorel - clémence isaure - Jérusalem délivrée. le Joseph de Bitaubé
batisto. Héloïse & Abailard
Walter Scott - pages - tourelles - Venise Pandolfo - rodolfo.
leur profess. de littérature
Lamartine - Tastu - Valmore un certain positivisme de son esprit l'en détourne bientôt.

gravures de Keepsake. (leur caractère général se fond dans une impression identique.
Keepsakes prêtées par la fille d'un banquier
Femmes rêvant.
Femmes enlevées -
Femmes amoureuses
Paysages rêvés

                              & la vie
résumé - la nature considérée comme mise en scène de l'amour - qui doit être au premier plan & dans le plus
beau cadre -
rêves de la lune de miel - Suisse - Italie - cottage -

                    
5 fit des cahiers de pièces choisies
1 quand elle était seule elle s'efforçait mais pas musicienne
2 - Lamartine -
3. - c'est à cette époque qu'elle fit des cahiers, Keepsakes (fille de banquier).
noms nobles. - gravures.
                                                comment
4. résumé comment montrer que elle n'est pas religieuse


1 Quand sa mère mourut elle était dans
les lacs de Lamartine
                    
(reste encore un an en pension)
la mort de sa mère redouble
2 Mais comment elle n'est pas religieuse -
                    on veut trop la pousser à la religion
                    ce qui l'en détache -
3 résumé de ses facultés et des acquits
                                                            antécédens
                                        - état de jeune fille -
                    ses premiers temps à la ferme
                    s'abandonne à l'ennui -
                    4 à propos de son mariage ; elle reprend

[à droite ]
Aimée des bonnes soeurs - prquoi
Petites vignettes. Agneau pascal.
Sacré-cœur - 1ere communion
Confessionnal - prêtres.
époux mystique etc. - lecture du g. du ch.
-rêves de chapelle & de lune -
(dans les soirs d'été, clochent sonnent boulevard) - comment la nature ne
l'impressionne pas. - se tourne vers
le sentiment. Livres de la Dumesnil.
- mais l'emphase
opposition la refroidit
apprend à chanter - romances - histoire
Walter Scott. W . Lamartine


LES BROUILLONS

 

84v

2 / 3
à douze ans, elle avait lu Paul & Virginie et elle avait
     alors                                     belle jolie
rêvé dans son coeur d'enfant | la fontaine au clair de lune
une  
la maisonnette de bambous | sous les larges feuilles des
lataniers |, le nègre Domingo, le chien Fidèle, mais
                         douce                           bon petit caressant
surtout l'amitié caressante de quelque  frère à cheveux 
et qui pr vous  
monte       pr vous  
   va         pr vous  
qui  pr cueillir  des fruits  
rouges, grimper tout  
seul  dans de gds  
arbres droits plus  
hts que des clochers  
                                                                            tout autour
 noirs bouclés qui battaient sur son col nu - & qui va
  grimpe dans des arbres
pr vous dénicher au haut  d'arbres plus gds que les clochers
monte cueillir pr vous des fruits plus gros que des
citrouilles
de la mer                ou qui           nu
  et qui court nu pieds nu sur le sable
vous apportant un nid d'oiseau 
  toute petite  
elle avait aimé d'abord  
   les marr des contes de Fées  

                                                             - Ce n'était plus
                                              elle avait vu
comme dans les contes de Fées, des dames à baguette
habillées comme des soleils
d'or et en manteau de satin blanc qui descendaient

 
du ciel

 

 

1

      du ciel                 vers   vous
dans des nuages pr par roses | pr parler aux petites filles
ch
  faisaient des carrosses avec des citrouilles, changeaient
                                         faisaient des carrosses avec des citrouilles
                        pièce de          secouaient des
  fais    secouaient des
les prairies en satin, les citrouilles en carrosses, les groseilles en rubis
                                                                                       et qui
émeraudes aux branches des groseilliers - & qui touchaient
 avec                               les                         parterre
de leur baguette d'un aux tulipes du jardin qui se
                               tenir des discours
mettaient aussitôt à parler aux petites filles comme
                                               aussitôt
des parents   les faisaient parler comme des
   parents
personnes - pr gronder les petites filles.  

enfantin  

Jeunes marins célèbres etc.  


qui sont comme la fleur
d'oranger qui parfument  
cette littérature d'eau sucré
e

                                                              merveilleux
dont elle n'était plus la dupe. Dans| elle avait
                                                                mère
attendu la bonne marraine, cru à la Mi-carême
et à l'homme qui jette du sable | - D  Puis  dans
les livres du Second Age, morales en action, exemples
                                               exemples de la J. etc  ensuite
de la Jeunesse, veillées du Château │       son coeur s'était
attendri à toutes aux charités enfantines qui
qui remplissaient    ces pages  les livres du Second Age
peuplent  de     cette littérature vertueuse, qu'elle
       morales en act.  vert.
retournait, le coeur gonflé, de son petit doigt poissé
de confiture - debout- contre les carreaux de la fenêtre
  tranche du
la     livre appuyé contre son sarrau - & qu'elle retournait
de son petit doigt poissé de confiture & la
poitrine gonflée

205v


toute petite

belles dames habillées
comme des soleils
        aimé      d'abord          belles
elle avait d'abord aimé les bonnes marraines des contes de
        qui descendaient du ciel dans des nuages roses
Fées, dames habillées comme des soleils   qui   descendaient
                              sur la terre 
           habillées comme des soleils
du ciel dans des nuages roses, changeaient les prairies
                                                                        carosses
en pièces de satin, les citrouilles en groseilles, les groseilles
les cerises en topazes   en rubis, et qui touchant de leur baguette les tulipes du
parterre
jardin les faisaient parler comme des parents, pr
                                              Puis     2        + ensuite
gronder les petites filles - son coeur, ensuite, s'était
ému aux charités enfantines des livres du Second Age
(Exemples de la Jeunesse, Veillées du château, Jeunes marins
célèbres et autres)
tous pleins d'actions vertueuses et de
personnages sensibles, domestiques se sacrifiant pour
leurs maîtres, demoiselles faisant l'aumône à des
invalides à la porte des châteaux, chiens qui sauvent
la vie des voyageurs, hommes qui pansent la patte des lions
enfants perdus, mères retrouvées, orphelins sur la paille
A douze ans elle avait lu Paul et Virginie, et
                            et                            alors
alors
elle avait rêvé tout de suite la maisonnette de bambous
le nègre Domingo, le chien Fidèle, mais surtout
l'amitié douce de quelque bon petit frère qui va
chercher
cueillir pour vous des fruits rouges dans de gds arbres
                               ou qui court pieds-nus sur le sable
droits

plus hauts que des clochers. elle versa sur le livre
   vous apportant un nid d'oiseau      vous apporte un nid d'oiseau
ses premières larmes d'amour elle s'enlaça dans
les phrases. Elle eut voulu dormir entre les pages/
            dans le jardin
elle essaya    de semer des graines dans le jardin
                      donc
pour voir pousser des arbres. Elle enfouit en
terre un noyau de pêcher mais rien ne sortit
l'année suivante. un jour même qu'il faisait
                              même
chaud, elle alla   vers l'abreuvoir aux vaches
                                                      s
ous pompe
                                                         sous la pompe, et comme


82v


 
tous pleins d'histoires

                                         personnag sensibles
                                vért- & devoue

   de bienfaisance & de dévouement - actions d'éclat

d'enfants
prin      jeunes filles qui se sacrifient pr leurs mères -

riches
Jeunes demoiselles p faisant

 
 
l'aumône à de vieux militaires        
            invalides                                                                de sang royal

invalides    à la porte des châteaux - chiens princesses inconnues
dans la chaumière d'un garde chasse-
qui visitent  les paysans - petits garçons qui se jettent
             la chaumière        
                                                qui sauvant les voyageurs
dans les incendies - chiens  du Mont St Bernard, -
Androclès - hommes qui pansant la patte des lions

 orphelins sur la paille  
                                                        elle lisait debout
enfants perdus. Mères retrouvées . trop Debout, le liv devant
d'orphelins ramassés                                              par la tranche
les carreaux de la fenêtre - & le livre appuyé contre le
   sur la tranche             silencieuse

elle lisait silencieuse
 
sans f de bruit

rebord de la fenêtre, elle    tournait les pages de son petit
    sur sa poitrine elle tournait les pages du livre appuyé contre
doigt poissé de confiture, avec des soupirs qui soulevaient
                                                               avec
sa poitrine. Sa poitrine, en poussant   de gros soupirs
     qui soulevaient
qui   soulevaient sous sa brassière de percale blanche
Mais le mer   -  

 
 
   
qui garnissent

2 /3

                                        Préparée par
            2         1                    ému  à toutes les
Son coeur ensuite s'était attendri aux sensibilités charités enfantines
des livres du Second Age, (Exemples de la Jeunesse, veillées du Château
                                                    tous               d'actions
Jeunes marins célèbres, etc) tous pleins d'histoires vertueuses & des
                                          serviteurs         dévouant               maîtres
personnages sensibles, enfants qui se sacrifiant pr leurs mères
                                              domestiques


riches

 

1

                                                                               sur
demoiselles faisant l'aumône à des invalides à la porte de
                                 de sang royal         cabane
châteaux, princesses qui visitent la chaumière des paysans
chiens qui sauvent des voyageurs   hommes qui pansent
la patte des lions - enfants perdus, mères retrouvées, - orphelins
                                                                            vitres
                       elle lisait le front appuyé les carreaux de

sur la paille     -     Debout   devant   la fenêtre,         elle lisait
et le livre par la tranche appuyé contre sa poitrine
              sans faire de bruit                         avec
elle lisait silencieuse
, tournant les pages de son petit
            tout        --- et en poussant de temps à autre                        
doigt poissé de confiture, & avec un gros soupir de
         de temps à autre
temps     qui soulevait sa brassière blanche


132

 

à 12 douze ans      elle avait lu P.& V.  
                                                                         à lecture de
      Comme elle avait pleuré à douze ans, en lisant Paul &
                                             dans son coeur d'enf
Virginie ! Comme elle avait rêvé    la    fontaine au clair
                                                             jolie
                 maisonnette de bambous         larges    
 
del de lune, la case sous les larges feuilles des lataniers
le nègre Domingo, le chien Fidèle & surtout quelque
les fruits laiteux se balançant au bout d'arbres plus hts que
                                    de quelqu'un      
mais surtout    douce prévenante       caressant
des clochers  et l'amitié         d'un frère qui va pr vous
                                 caressante
cueillir
dénicher des nids charmants au bout d'arbres    plus   arbres
plus hts que des clochers - vous porte sur son dos & revient
all haletant avec un vent d'été dans ses cheveux bouclés.
 

dans les contes de fées elle avait  
vu
  

Préparé de longue main par les lectures du premier âge
                  où de belles dames à couronnes d'or
où les fées descendent dans des nuages pr parler à leurs
                                                                                        calices
filleules - où l'on entend leurs voix à tr dans les corolles
des tulipes - & par les contes moraux, où des jeunes filles
riches font sur le seuil des cabanes font l'aumône
                               tandis qu'une calèche.
à des militaires invalides, des chiens du Mont St
Bernard sauveant des voyageurs dans la neige, des
hommes pansant la patte des lions -  dévouemens
- (résumé) avaient préparé son coeur & esprit à -
                                                                                - petit jardin -
- elle essaya de faire pousser des noyaux de pêcher
Mais - prend un bain de pied dans l'auge - & quant
à son ami, bourru & peu complaisant -
 

 
 Comment le côté nature du livre s'en va
il n'en reste que le côté sentimental.
            l'amour non espèce de charité.
 

    Assiettes de Melle de la Vallière
            Couvent - Comment la Religion apporte une pature
                                                            très doux
& succède à ce type vague - époux céleste - mélanges d'expériences
profanes. - adoration du Sacré Coeur - joie d'aller en
confesse, ténèbres, mystères -
                                                 lu le soir
               génie du christianisme - lecture d'atala


125v

 

Ainsi  mais insensiblement elle se détacha
Ainsi préparée au merveilleux
  ces tendresses-là s'en
                   elle n'attendit          bientôt
allèrent, &  elle n'espérant plus    de bonnes marraines

    au diadème d'or     
désaffectionné de          

d'un merveilleux dont

elle avait parcouru cent fois

le cercle restreint     

qui s'était aiguisée
à des tendresses vides


elle aspira le souffle

et voulu dormir entre les
feuillets du livre

                             tout à coup                                   Ainsi
pr la venir consoler  quand elle pleurait. - Ainsi   Mais
                                             par les
préparée de longtemps aux  aux  féeries du fantastique 
                   lui
         qui ne  suffisait plus à son imagination
gracieux,   &    par les tendresses d'une sympathie
                                 habituée aux
 vague ×               
désintéressée, dont   elle avait répété cent fois la banalité
                                            précipita dans
elle sentait vide, - elle se   rua    avec avidité cette
                                      de tendresses
                          qui satisfaisait ses appétits d'im. & de sentiments
histoire d'amour - / se colla le coeur dessus, s'y enlaça
  dans les phrases
tout autour - vécut dedans - s'incarna à ses héros. │
                                          naissant en des
Comme - │avec toutes les caresses du sentiment &
                           inconnue
les splendeurs de la nature - │le départ de Virginie lui
ravagea le coeur - elle se roula avec Paul dans les
angoisses d'un déchirement profond - elle pleura tant
qu
' & à la fin quand elle ne veut pas retirer ses
habits, elle jeta le livre furieuse - elle pleura tant qu'elle
trempa les pages. -

 

                                        essaya
                                 │elle voulutelle comme Paul
                                          dans le jardin
+ eur, semer des graines dans son jar    pr voir
                                                        même
pousser des arbres. - elle enfouit   en terre un noyau

  
elle eut même du mal
à en retrouver la place

                     d'où            l'année suivante  dont
de pêcher - mais  rien ne sortit,    &           elle ne le retrouva
                         mais                  fouilla
pas quand désespérée elle creusa un trou - une fois

dans l'été qu'il  

un jour d'été qu'il faisait chaud

           vers
elle alla dans l'abreuvoir aux vaches sous la
                                                en
pompe - & comme la pierre   était verte, avec de
                                 comme Virginie - dans
pendant la nuit
la mousse au fond, elle eut envie de s'y baigner
   
ses bas étaient                        elle
elle avait déjà défait ses bas &    commençait à

  
arriva tout à coup         
lui donna deux soufflets sur

les joues & la fit rentrer
                         à la maison

                             dans l'eau
y entrer les pieds    quand sa mère arriva &
                                          soufflets sur les joues
la fit rentrer avec deux     calottes. - il y avait                              
                     
 charpentier                        du même âge
     le fils du charron était de six   mois  plus âgé qu'elle -
dans le voisinage un gamin de deux ans plus
âgé qu'elle et qui s'appelait Isidore -
          - que n'était-ce Paul !


130

 

  Mais                     prtant
Mais insensiblement    ces tendresses-là s'en allèrent et
           aussi       n'espéra                              en
bientôt ,  elle n'attendit  plus de marraine au diadème
d'or pr la venir consoler quand elle pleurait -

       ainsi désab
-désaffectionnant d'un merveilleux qui ne lui suffisait plus
cherchait où s'adresser
                          par une
et tourmentée d'une   sympathie vague qui tournait
nourrissait encore
encore     par habitude dans un cercle restreint des
             insipides commun            dans
banalités   [illis.] . elle se précipita avidemment sur
   l'ardente idylle                               d'un seul coup
l'églogue empourprée qui satisfaisait à la fois ses
                                                        avec                et
à ses    appétits de sentiments, & ses instincts d'imagination.
        versa sur les pages             ×
elle pleura des larmes chaudes
s'incarna
                                                        - elle se colla le coeur
                                         à ses                vécut dedans
dessus - elle s'enlaça aux phrases - aspira le souffle
aux héros  - vécut en eux
Quand elle s'allait coucher elle
eut voulu dormir    entre les feuillets du livre -
                          la nuit.
                 ×  &   à travers ses cils mouillés, les lignes
se confondaient
      alors
      ainsi - désaffectionnée   les féeries  innocentes
      alors désabusée d'un merveilleux d'u  dont
  sa raison souriait
elle avait parcouru cent fois le cercle restreint
    déjà                           déjà par
et  secrètem  tourmentée d'une sympathie vague
  \   qui cherchait partout où s'adresser elle se
                    alors
précipita donc toute entière sur l'ardente idylle
  où se
qui satisfaisait à la fois d'un seul coup
à ses appétits de sentiment & d'imagination
 où             transportée sur les tropiques.

  2
comme dans une serre chaude
   

l'églogue

        entra           1                         cette
elle rencontra par hasard dans l'ardente
          des tropiques
idylle où s'ennivrèr  s'ennivrèrent  où
se grisèrent de poésie ses appétits de sentimens
et d'imagination - elle versa sur le livre
ses premières larmes d'amour - elle se colla
le coeur dessus - elle s'enlaça toute entière
dans les phrases - elle eut voulu dormir
entre les feuillets

131

peu à peu cependant                    
insensiblement  prtant  ces tendresses-là s'en allèrent et
                                                                   belle
elle
bientôt aussi, elle n'espéra plus de   marraine
à
en diadème d'or pr la venir consoler quand elle
                   abandonnant alors  donc
pleurait - désillusionnée les féeries dont sa raison
          ainsi                           déjà  d'une
souriait, & déjà tourmentée   par une  sympathie
                                       de tous côtés          
vague de qui cherchait partout où s'adresser
  
 c'est alors qu'   
                                                 en
 elle entra par hasard comme dans une serre
chaude dans l'églogue des tropiques où se
grisèrent de poésie s'ennivrèrent ensemble
grisèrent de poésie  ses appétits de sentiment &
                                                 le
d'imagination. - elle versa sur le livre ses
                                                 le
premières larmes d'amour -- elle s'enlaça toute
entière
dans les phrases. - elle eut voulu dormir
                                       feuillets ses
entre les feuillets.   pages.      ses pages. - elle essaya
     dans le jardin
sans en rien dire, de semer des graines dans le jardin
pr voir pousser des arbres. - elle enfouit en terre
un noyau de pêcher, mais rien ne sortit l'année
              et elle put même retrouver
suivante │&    elle n'en put retrouver la place
                          caché
où elle l'avait planté sans en rien dire
un jour d'été           une fois, qu'il faisait chaud elle alla vers
l'abreuvoir aux vaches sous la pompe. – la
 

 
   
immobile 

                était
pierre en   verte avec de la mousse au fond - le
soleil frappait sur l'eau,  & claire qui crue
                            d'argent ,f  claire fluide
qui semblait plus limpide encore - immobile
tenue  entre ses parois verts.

un peu             
la pierre usée suintait par les angles
à l'intérieur
il y avait de la mousse au fond

 et sous le soleil qui la frappait
 au
                     et frappée par le   soleil,
et toute éclairée de soleil
l'eau froide

                 carrée
                      usée
la pierre usée aux angles suintait un peu par
   elle était veill et
 elle avait   on voyait
elle  les angles. - elle avait de la mousse au fond
                                    il y
poussée  le  le soleil frappait sur l'eau froide
                                      alors
immobile qui semblait alors d'argent fluide entre
                             alors  alors                       durant
ses parois verts. alors (Comme Virginie, pendant
les nuits 
 
 
assise sur le bord de ses bas
déjà  ret def retirés elle entrait

                donc                                    même
elle voulut    s'y baigner, - ses bas déjà étaient
           et
défaits, \& assise sur le bord ) elle entrait déjà
                                        Lorsque
ses jambes dans l'eau - Quand sa mère arriva
                                                  quand
tout en courant, lui donna deux soufflets sur les
                  joues & la fit rentrer à
                                             la maison


133

les jours de fête             les jours de fête
elle jouait  qqfois avec le fils du charpentier leur
                       qqfois
voisin. - il était de six mois plus âgé qu'elle
                           tout                 Isidore
mais craintif  &  lourdaud Isidore   il n'osait pas
seulement grimper sur le to  la couverture des
 de la bouillerie
et d'ailleurs   

bâtiments pr cueillir  des iris - & il   il  - Ce  
               - jaloux detout ce qu'elle avait
n'est pas lui, qui l'eut portée sur dos à
                                                                           même
travers les torrents !  -  Car  - il se précipitait  
comme un vorace sur ses tartines de compottes
                                                   pr l'éviter
& – alors elle s'enfuyait,  car elle courait
comme une petite biche chat
                                                   chevreau
Car elle était vive comme un petit chat
Quand elle eut 13 ans
son père         à R.
              à la ville
l'amena lui-même
              au couvent
pr la mettre en pension
            à treize ans son père l'amena l'amena
           lui-même à R. pr       ils                    un soir
l'amena au couvent
.    -   on descendit un jour dans
                                                            
un auberge du quartier St Gervais  -  on leur
                 servit le soir le soir   à
servit   au   dessert    à   dîner    souper dans des
                        fayence   fayence peintes
assiettes de   fayence    porcelaine brune  qui représentaient
                                                             on la voyait
l'histoire de Melle de la Vallière. - on la voyait

 sur une d'elle          

 

  on la voyait                         et les cheveux frisés
avec une gde robe à queue /qui traînait
                          &
sur les pavés \ ,  embrassant d'une main un
                tandis qu'elle
crucifix   &   repoussait de l'autre Louis XIV

                                                       au bas des assiettes
qui s'avançait le chapeau bas    -   les explications
 brisées nombreuses
et dont les lignes    étaient
      brisés    ça & là      
interrompues de raies par
de scènes les unes              
                       
               tableau
de chaque scène / avaient dix lignes, et étaient
                         &
d'une fine écriture fine  brisée ça & là par le
par la coupure                                 toutes
tranchant des couteaux glorifiaient    les forces
                   les délicatesses du coeur
de la Religion,  et les pompes de la Cour

BAS (texte à l'envers)

 
 
 
car elle était légère
comme une biche -
  lourdaud                                      eut abusé
Mais craintif & brutal lourdaud Isidore abusa
          sur
deux ou trois fois de sa force, si elle n'eut été plus
leste que lui - & il n'osait même pas aller cueillir des
iris sur le toit de l'écurie
                à atto

134

loin de s'ennuyer 
elle ne s'ennuya point
les premiers seuv  jours
                                   qu'elle fut
les premiers jours qu'elle fut au couvent, elle
se plut
  s'amusa  loin de s'y ennuyer, comme
on l'eut cru, elle s'amusa de cette vie nouvelle
qui se passait pr elle toute assise  -  loin du bruit
loin de

s'ennuyer les 1ers jours       au contraire
et dans des occupations douces.  -  elle se plut au
réfectoir à regarder dans les sociétés des
                           qui de temps à autres pr l'amuser
bonnes soeurs    femmes aux manières caressantes
              conduisaient
qui la   menaient   pr l'amuser dans la chapelle
où l'on pénétrait du réfectoir par un long
                      déjà          un peu
corridor.  -  sérieuse déjà  pr son âge, elle
et
naturellement habile de ses doigts
excella bientôt aux qque distraite à la classe
     fut                   la plus forte de ses camarades
elle  excella bientôt dans tous les petits travaux

ou personne jusqu'à présent
ne l'avait jamais exercée
déjà sérieuse pr son âge,
moins que les petites filles de la
ville, elle jouait à des jeux
bruyants pendant les récréations
elle aimait mieux rester
assise & faire la petite
dame -
 d'aiguille où l'on les exerçait  -  comme elle
ne  ses parens ne venaient jamais la voir, elle
          plus que toutes les autres      de ses maîtresses
restait toute entière sous leur influence.  - on lui
                                                   n'était point faite
fit faire sa première communion.  Elle était la
plus âgée du Catéchisme,  elle  c'est elle qui
répondait pr les autres & à qui le Vicaire
demandait adressait les questions les plus difficiles
                       maintenant  en  dans des occupations douces
il lui  -  vivant loin du bruit  - sans jamais
            de           température
sortir à la tiède atmosphère de l'étude  - parmi
ces femmes au teint blanc qui portaient des
au pli de leurs jupons bleus de
elle s'abandonna doucement
aux langueurs mystiques
                             longs
portaient    des     chapelets de bois à croix de cuivre
          donc tout doucement à la langueur mystique
sur elle s'assoupit dans l'atmosphère du
qui s'exhalent du parfum              - de la fraîcheur
théologique des fleurs d'autel   -    de l'eau bénite
& du flambloiement  rayonnement des gds  des bénitiers
au lieu de suivre l'office & des cierges.  -  elle regardait dans son livre
                                                           encadrées
                             
                               bordées d'azur
de messes les petites vignettes pieuses où l'on voit
qui servent de signets dans les messes de
                         chérissait       malade
messe  -  elle aimait l'agneau
                      bon
fatigué que le pasteur sur ses
    épaules

135

             au couvent
loin de s'ennuyer les premiers jours, elle se plut au
 d'abord
au contraire  contraire dans la société des Bonnes Soeurs, qui │de
                                  la distraire   menaient de temps à autres
temps à autres│ p
r l'amuser   la  conduisaient dans
la chapelle où l'on pénétrait du réfectoir par un
long corridor  -
                              elle se fit aimer par elles, car un
      déjà      un peu                        adroite
peu déjà sérieuse pr son âge  &  naturellement habile de
           emma fut      
la première adroite  de ses compagnes
bientôt la plus forte

      aux ouvrages
ses doigts, elle bientôt  la plus forte dans les petits travaux
           
        que  qu'on ne-lui avait pas montrés jusqu'à présent
à
l'aiguille où personne jusqu'à présent ne lui avait
       l'avait exercée
ne lui avait montrés  -  moins que ses petites
        
        enseignés
compagnes de la  ville /, elle ne jouait pas beaucoup pendant
                         
                        plutôt
les récréations  -  elle préférait   rester assise à faire
la petite dame ce qui lui valut l'estime de ses
maîtresses 
d'autant plus d'ailleurs
      qu'étant la plus
âgée
que
                    & la jalousie de ses camarades  - d'autant
que c'est elle plus qu'elle répondait toujours bien au
plus que la plus âgée du  Cathé--  Catéchisme, c'est elle
                                    le Cathéchisme
qui comprenait le mieux & répondait toujours au
Vicaire.
d'autant│plus│ qu'elle
compren
            
entendait
         
comprenait toujours bien
le Cathécisme & que c'est
elle qui répondait toujours
aux au Vicaire dans les
questions difficiles
                        donc maintenant et alors
            Vivant donc en des occ  loin du bruit
            maintenant                                   jamais
en des occupations douces, & sans jamais  sortir
  de la tiède            tranquilles
jamais
                des
de la température tiède  l'atmosphère de l de la classe
               toutes                              pâle
et  parmi   les femmes au teint blanc portant au pli
                                 longs
de leur jupons des  chapelets à croix de cuivre,
                           tout         dans  cette
elle s'assoupit  doucement à la langueur mystique
                   tout                aux
qui s'exhalent du parfum des fleurs d'autel,
de la fraîcheur des bénitiers  &  du rayonnement
                                                       la messe
des cierges.  - au lieu de suivre l'office  elle
                                    de messe
regardait dans son livre   les petites vignettes
pieuses
pieuses qui encadr  bordés d'azur qui servent de
                  et                       la brebis
signets  - elle chérissait l'agneau,  malade,  le
             tout rouge percé de flèches aiguës  ou
Sacré Coeur   saignant  percé  de  flèches,  & le pauvre
Jésus qui tombe, en marchant, sous sa croix.

136

 

               tout rouge
   sacré    tout rouge                                           ou
le  Coeur saignant percé de flèches aiguës - & le
pauvre Jésus qui tombe en marchant sous sa Croix.

                                          devait y avoir
- &- il lui semblait qu'il y avait du bonheur à être
           
elle essaya une fois       volontaire             de rester
martyre, -        par pénitence          une fois, elle resta tout un
                                                      longtemps
jour sans manger - & elle cherchait dans sa tête, un
   -très-difficile         Quand sa          fut
qque voeu  à accomplir. -  Sa  communion  passée, elle
eut un gd espoir de moins & il
                  Quand sa première communion
fut faite, elle eut un gd espoir de moins - sûre
qu'elle était maintenant                   était maintenant de n'avoir plus
con qu'elle n'avait plus à attendre de la religion
   aucune         à présent
aucune sensation nouvelle. - mais - │ elle voulut
                                                prtant
la recommenc recommencer plus - à chaque
fois le plaisir s'affaiblissait│. - mais elle aimait
    
se plaisait beaucoup à   à                        mais
ne     lassait     pas d'aller en confesse - & quand
       qque la plupart du temps elle ne sut 
puis quand elle était agenouillée elle ne savait plus
                                                               et
quoi trouver dans sa conscience. - quels pauvres péchés
souvent de peur d'être      
renvoyée trop tôt            
elle inventait des            
petits péchés            
                 │ c'était
d'ailleurs │d'avoir ri pendant les vê  la prière, de s'être
moquée de la supérieure -, d'avoir fouillé le pupitre

d'une camarade.│& - pr rester d'-- de peur d'être
rester là pr longtemps elle inventait des péchés
   tant elle aimait
elle se plaisait à rester là la tête baissée, dans l'ombre
  les mains jointes
- à genoux - sa bouche collée contre la grille
du confessionnal

l'amour
du confessionnal - à parler bas à travers la grille
                   agenouillée                écoutant
à parler bas, à dire des secrets
à aimer Dieu
qui l'exhortait à voix douce
avec des caresses de langage
 toute sorte      
& lui disait des mots bénis
  lui parlait            
& parlait à voix basse
en lui parlant à voix douce      
pour elle seule                  
chuchottant tout bas les secrets de sa conscience, à
 et à rester les mains jointes   voix
travers la grille,  &  à entendre à demi les
 monotone
m chuchottement  du prêtre, │ - dont appuyé sur le
coudre, & dont la main blanche était à
   -
                                                                  encourageantes
tout pleins de mots bénis - d'exhortations
-        de comparaisons. -                 le langage des

120v

il lui semblait qu'il devait y avoir du bonheur à être
                    elle           
martyr / - une   essaya une fois /  par pénitence volontaire /
de rester tout un jour sans manger-/ elle cherchait dans
sa tête qque voeu à accomplir.
      Quand sa première communion fut faite
alors
elle eut  un gd espoir de moins - sûre qu'elle était
maintenant de n'avoir plus à attendre de la Religion
                                                      demandait souvent
aucune sensation nouvelle. elle se plaisait beaucoup
en
à aller à confesse quoique la plupart du temps elle
   elle n'eut rien à y dire
ne savait quoi trouver dans sa conscience  souvent
            vite
      trop
tôt tout de suite donc               qqfois

et
 alors   de peur

d'être renvoyée trop tôt,   elle inventait   des petits péchés
 tant elle aimait afin de pr rester là plus longtemps alors      
tant elle aimait à rester là, dans l'ombre, à
agenouillée
genoux, les mains jointes, la bouche collée contre
          à       à écouter           monotone monotone
qui l'exhortait à l'amour
de Dieu avec en lui parlant
   d'une voix douce
et lui disait tout sorte de
mots bénis en lui
la grille écouter[ant] le chuchottement du prêtre
         à l'amour deu de Dieu            
                    l'amour de               toutes sortes de
qui l'exhortait  à aimer Dieu        avec des caresses
                  lui              de gds

de langage│  & lui disait des mots bénis en
et parlait      d'une               allégories
lui parlant à voix douce.  -  les comparaisons
de fiancé, d'époux, d'amant céleste, & de mariage
    qui reviennent/revenaient                     parfois
éternel, qu'elle entendait dans les sermons lui
                       parfois
soulevaient qqfois dans l'âme des douceurs
                                 dès alors toute
                                                  toute
inattendues - &  la rendaient    attentive à
                 faible                   en elle-même
qque chose de lointain qui remuait   au fond

on entend dans les bois
le bruit d'une

         -même           une source cachée sous
d'elle   comme un galop de coursiers que
l'on entend venir de l'horizon
couler
           une fontaine
comme une source cachée que l'on entend
              d'un
au fond des bois

138

                                                    mots
prières tout plein
  d &  les comparaisons de fiancée
     
                         & de mariage éternel
qu'elle entendait dans
les sermons [illis.]     
qu'elle répétait
           
dans ses prières
d'époux, d'amant céleste, d'allégresses-   - mots --semblaient
[illis.]                                        soulevaient qqfois
                       
                                    par moment       l'âme
une musique (illis.]        -  &   il lui passait dans le coeur
des douceurs inattendues        et           alors toute
par bouffées - qui la rendaient   attentive
à [illis.]
de lointain
d'éloigné

qqchose de vague indistinct
qui remuait au fond
d'elle
à qquedechose d'éloigné de confus alors au fond d'elle
   à qq lointain   qui   se   passait en elle - comme
                                        battait     que l'      à
un galop lointain de coursiers  qu'on entend venir
de l'horizon
        chaque                avant la prière
      tous les soirs, après l'étude, quand la
                                                ou
prière était dite, on une des reli soeurs faisait
                                                          dans la semaine
une lecture religieuse. - C'étaient les qq résumé de
l'histoire Ste, les oraisons de Bossuet, le petit Carême
aux chapelles abandonnées
aux infortunes des reines
et aux migrations des
reines & la voix de

2        

                    1     

    

3        

de Massillon - ou les conférences de l'abbé Frayssinous
    & les dimanches, par récréation des passages du
- ou --- (dans la gde étude)    le Génie du Christianisme
elle écoutait s'éprit de la
  -    rêva les chapelles
les infortunes des reines - les ruines dans les bois &
 gothiques - les migrations des oiseaux - & les
 tombeaux │ - C'était dans l'été. - les arbres du
 jardin - fenêtre ouverte - au bruit des sonneries
 des églises qui répétaient les mêmes heures dans
                                           avec le bruit de
 ce quartier solitaire - pendant qu'on entendait
 qque fiacre attardé qui roulait sur les boulevards
               Cependant - si elle avait été dans une ville
 avec des toits pr horizon elle eut aspiré sans doute la Nature
 dont le sens lui arrivait par ce langage musical, mais
 elle connaissait trop la campagne - & cet embellissement
 du trivial lui semblait faux - & elle se rejeta sur
 le sentiment - dégagé de mise en scène
                         il y avait - Deux fois par mois pendant
huit jours il venait au couvent la Dumesnil (portrait en
3 ligne) prête des romans - vide -
   
       [texte en marge      
écrit de bas en haut]
     
S'assit dans la chaise sculptée de W. Scott
        et donjons
rêva bahuts, reines malheureuses & ménestrels
chevaliers et petits pages

116v

tous les                       dans l'étude     on faisait da
Chaque soir, on faisait avant la prière une lecture religieuse
C'était qq résumé de d'histoire Ste ou les conférences de l'abbé
    
                                                seulement
Frayssinous - & le dimanche par récréation des passages
    
                                    par récréation
du Génie du Christianisme. - Comme elle écoutait la
    
                                                            du coeur
déclamation sonore des mélancolies humaines ! comme
           
                                                     romantiques
éplorées            tombes  
assises sur les ruines  
elle pensait errant vagabondant se lamentant
à tous les échos de la nature ! comme elle sou
les yeux au plafond & le coude sur la table, elle
           
           alors
elle souhaitait voir des           
        abandonnées - des
songeait aux chapelles gothiques, aux grèves désertes
des migrations d'oiseaux  
dans les nuages   
        
des grèves désertes des  
lacs  
tom lacs, des tombes  
tempêtes - & des tombes  
                                                       voyages
aux infortunes des reines, & aux migrations des
oiseaux hirondelles, aux grèves /, aux infortunes
           
                      pl
des reines / & aux grèves abandonnées pendant
tombeaux  
mausolées fameux illustres  
cachés sous la verdure  
et des tombes au clair de  
de lune silencieuses sous les lierres  
                        &
que l - la voix -les les arbres tilleuls du
la cour
jardin bruissaient agitaient leur feuillage contre les
la voix de la bonne soeur continuait. - les tilleuls
  les sources - la verdure  
seulement   
                   
repartaient dans le quartier   

                                                          et cependant
de la cour s'agitaient dans le vent - les sonneries
horloges
                         / répétaient la sonnerie des heures
des églises du quartier / répét l'une après l'autre
répétaient les mêmes heures, couvrant de leur
et qu'on entendait delà   timbre inégal la voix de la bonne s     tandis
qq fiacre attardé roulait encore sur les boulevards
           
     régulière toujours
- & la voix de la lectrice continuait du même
           
                    alo    marchait en bas
ton  
voisines   
régulière - personne ne passait dans la rue -
                      d'alentours
tout le quartier dormait -                       de la cour
les - au vent de la contre les tilleuls du jardin
du couven
frémissaient doucement contre la fenêtre remuaient
au vent contre les fenêtres de la classe - la vitre
personne ne passait plus dans la rue - & les
           des églises         de l'une à distances inégales .
horloges répétaient dans le silence la sonnerie
                               seulement       tandis qu'au loin
des heures l'une après l'autre - pendant que qq fiacre
attardé roulait encore sur les boulevards.

139

 tous                                                                     dans l'étude
tous le[les] soirs avant la prière, on faisait une lecture
religieuse. c'était pendant la semaine qque résumé
d'histoire Sainte / ou les conférences de l'abbé Frayssinous /
et le dimanche des passages du Génie du christianisme
                                       elle           les premiers fois
par récréation / Comme  écoutait   la lamentation sonore
des mélancolies romantiques se répétant à tous les échos
de la Terre & de l'Eternité -
                                                   elle désirait les chapelles
            abandonnées               désertes
gothiques - des grèves abandonnées   des lacs - des ouragans -
des tombeaux au clair de lune. - et et le quinquet brûlant -
                                                            toujours
et la voix de la lectrice continuait - tandis que les horloges
du même ton monotone
tandis que les horloges
                                 du même ton monotone
des églises répétaient l'une après l'autre la sonnerie des
                           l'une après l'autre
mêmes heures, et qu'au loin qque fiacre attardé
           encore
roulait   sur les boulevards.
           encore                       

peut-être se fut elle
alors abandonnée

Si la 1ere enfance
         se fût écoulé

[dans la marge, à la suite de "se fût écoulé"]
Si elle  eut passé ses
1eres années dans qq l' arrière
            obscure      
boutique  d'un quartier
marchand ne voyant
                qu'aux jours de fête

le soleil      que le dimanche
     serait       2           1           
elle se   fut alors, sans doute
                    peut-être   
abandonnée  aux
sans doute

              cependant que         

                                             2                         1
            Si ses yeux, se fussent ouvert, en naissant
              des lucarnes des greniers
devant une cour pavée de trois pas de large, & qu'elle eut passé
toute                            dans                                                 c'est
son enfance,com dans quelqu'arrière boutique obscure  sans
                                 obscure
doute  alo    pleine  d'ombre ne voyant  le soleil qu'aux
elle se fut
alors sans doute
alors abandonnée

toute
                    elle se fut alors  sans doute
                                    sans doute    alors
jours de fête, c'est alors sans doute - en cette dilatation
   naïve             alors       sans doute         alors
nouvelle - qu'elle se fut  abandonnée  aux envahissemens
 
envahissemens
                                               arrivent   n'  alors
lyriques de la nature qui d'ordinaire   arrivent ainsi à
                  que                    d'ordinaire
la jeunesse  par la traduction des écrivains. Mais elle savait
                                                                    bien                      troupeaux
connaissait trop la Campagne ! elle savait le bêlement des moutons
                            tous
la rosée matinale   les laitages & les charrues. - habituée
                  calmes                             donc  naturellement  accidentés
aux aspects  de la vie, elle se tournait vers les mouvementés
                                                        par curiosité naïvement au contraire
vers des impétueux
natur ellement




lorsqu'
 elle n'aimait la mer qu'à cause de ses tempêtes, les
                seulement
                       seulement                       seulement
montagnes que pr leurs précipices & la verdure des arbres
           seulement
   elle était clairsemée
quand elle ombrageait parmi des ruines - pr la satisfaire
              pr la satisfaire
il fallait  qu'elle put retirer des choses une sorte de
                          et elle rejetait                                ainsi
profit personnel.  & instinctivement elle rejetait comme 
                                                                 aussitôt
inutile, tout ce qui ne contribuait par aussitôt à la
                                                              ainsi
consommation immédiate de son coeur / - étant en effet
        après tout de tempérament plus sentimental
                                qu'artistique - cherchant 'en effet'
 
                                            des émotions
                                        les passions et non pas des
                                                                         paysages

140

on faisait    tous
tous le soir

tous les soirs avant la prière on faisait une lecture religieuse
pendant   
C'était durant
   
ordinairement
   
      toute
dans dans la semaine

C'était qq résumé d'histoire Ste ou les conférences de l'abbé
                                          seulement
comme elle écoutait               
la lamentation sonore des
   
dans ce temps-là
                
donc
         
m rom se répétant à tous
   
les échos
                           
de la terre
                           
du monde & de l'Eternité.
   
Frayssinous - et le dimanche des passages du Génie du
Christianisme par récréation - comme elle écoutait
                                                      leur
      la mélodie des m. r. répétant la complainte à
la déclamation la déclamation sonore des mélancolies
                       les  leurs lamentations sonores à
romantiques par se lamentant sur des ruines à tous les
                           \ et            désirait voir alors alors
échos de la nature. elle  souhaitait   voir des chapelles
                                           souhaitait
elle désirait alors les ch.    gothiques abandonnées, des migrations d'oiseaux dans les
                                                                               ouragans
nuages - des grèves désertes - des lacs - des tempêtes des
                                                                           régulière
tombeaux                         cependant et  &  monotone
tombes au clair de lune - Cependant la voix de la lectrice
               comme une machine pendant que sous les fenêtres passait
personne en bas sous les fenêtres    continuait sans s'arrêter -    en bas          personne ne marchait
   en bas    dans la       tout
plus dans les rues    -    le quartier d'alentour dormait
seulement et                                                 dans la ville
   et les horloges des églises répétaient au loin la sonnerie
                                                      tandis que avec le bruit lointain
   mêmes                                                             de
des heures l'une après l'autre, pendant que qque fiacre
           qui
attardé roulait encore sur les boulevarts.
                          comme beaucoup d'autres de ses amis
Si en venant au monde ses yeux 
ouvert devant
  
devant
 
  

et qu'elle eut vécu jusque là
   
dans l'arrière boutique
   
se fussent    Si elle fut née en ayant pr horizon
               pavée                                        en tout
une arrière cour un de six pieds trois pas de large
qu'elle eut vécu jusque là dans une arrière
                  ne voyant             qu'aux
boutique, n'eut vu le soleil que les jours de fête
comme qq chose d'exceptionnel qui ajoute dans
                                                   c'est
la vie - & sans savoir ce que c'était que la
c'est alors sans doute qu'elle   
eut été éblouie par les spl. de la
   
nature
                                       
qu'à ces

poésie                              
qui
 d'ordinaire               
se                  ainsi      
que communique
    à la   
par
                                             
jeunesse la traduction des poètes.
   
écrivains
.   

                                                         alors
campagne - / c'est alors sans doute, que s'ouvrant
                              intimes intimes
aux dilations dilatations de la Poésie du sentiment
               aux
poétique, elle sen qui la gonflaient, elle eut
aspiré - qu'elle se fut éprise / – elle se fut
éprise de la nature qui ne vous arrive -
              jeunesse
dans la nature que par la traduction des
livres - que la jeunesse ne comprend d'ordinaire
que par la traduction des
écrivains

[Texte à l'envers : chap. 7]

   Il    pensait    à son retour – qu'elle allait être là
qu'il       l'entendrait       l'escalier       en courant –    qu'il
– et quand il était revenu   ,    il la serr –

121v

             connaissait
Mais elle savait bien
& que les belles phrases
trop
ce que c'était que la campagne
qu'on dit dessus ne lui
ressemblent guère
                                     à son insu
Comme elle cherchait au contraire ce qu'elle ne connaissait pas
                                                justes & désintéressés dans leur but
Mais plus un peinture était vraie, moins elle lui
                                                                  X -- - ---
semblait vraie belle in intéressantes - / qu'avant elle à
elle avait été habituée de
trop bonne h. au bêlement
des troupeaux - à la vue
       
[illis.] des charr & l'odeur des laiteries
des blés
&  habitué aux aspects
calmes, elle était
    tournée plutôt vers
               le dramatique
faire de retrouver dans ce qu'elle attendait cherchait
comme extraordinaire / – et rejetait à peu près comme
incompréhensible sur le compte de l'art & de[u] style
                  le sentiment
l'écrivain l'émotion qui en résultait tout le charme
qu'on disait y être - l'humeur tournée vers le sentimens
plutôt que vers le pittoresque & plus idéale que
faisant sur tout une
   élection - un choix
     à son âge
colorée - plus poétique qu'artistique, elle cherchait
   
                                                   réaliste
un sentiment - un but de coeur pratique - des émotions
& non des tableaux - une volupté & non des idées.
et les phrases qque belles qu'elles fussent ne la
remuaient pas.

                                il y avait
   ainsi                                        seulement
X. si la mer lui semblait belle, c'est à cause des
      qui la soulevait
tempêtes – quand elle pensait aux montagnes c'est parce
                                                               à faire
qu'il y avait dedans des précipices qui la faisaient trembler

        et elle n'estimait
                  ne lui plaisaient                  quelconque
les arbres n'avaient de une signification que groupés
                                                           montraient ainsi
clairsemés parmi les ruine / – pr indiquer le néant
     choses humaines                   indiquant
des hommes en présence devant la force de la Providence
                                       idéaliste
l'humeur plus sentimentale qu'artistique – & moins
tournée vers les images que vers les sentimens, elle
   ainsi dan naïvement                   à son usage
faisait      dans tout une élection précieuse, dans un
                                                            personnelle
but de coeur presque pratique Car elle cherchait
     en effet                                               paysages
sans le savoir des émotions & non des tableaux
                                           et des faits
et moins des idées que une volupté plutôt
que des idées

137

Tous les soirs, avant
la prière
on faisait le soir après l'étude une lecture religieuse
c'était pendant la semaine qque résumé d'histoire Sainte
et le dimanche des passages du Génie du christianisme
par récréation. - Comme elle écouta les premières fois
   
                       sonore
la mél lamentation des mélancolies romantiques se répétant
à tous les échos de la Terre & de l'éternité - tout en
les coudes sur son pupitre & reg regardant
contemplant brûler la mèche du quinquet, elle désirait
voir des chapelles gothiques abandonnées, des grèves désertes
- elles étaient rangés
debout - le dos dans l'étude
des lacs des ouragans, & des tombeaux au clair de lune -
des deux côtés de la chaise - le dos
continuait du même ton
monotone pendant

appuyé contre leurs pupitres & regardant b[illis.]- les deux quinq brûlaient
et la voix monotone de la lectrice continuait - pendant
tandis que    
                                                      toujours
que les horloges des églises, répétaient l'une après l'autre
                                                                     tout
                        mêmes    et au loin et qu'on entendait au loin
la sonnerie des heures avec le bruit de qq fiacre attardé
   roulait encore             pendant que
qui roulait encore sur les boulevards.
               naissant               ses yeux
      Si en venant au monde          se fussent ouvert devant
les toits devant d'une ville trois et qu'elle eut tant d'autres de ses amis
   une cour pavée de dix pas de large, & qu'elle eut vécu
 
sans doute alors qu'elle se
fut abandonnée
elle eut accepté bien mieux
la poésie de la nature

passé là ses premières années                                  dans l'obscure arrière
jusqu'alors, comme beaucoup d'autres de ses amis, dans quelque arrière
                                                                                marchant
boutique obscure de quelque rue bien quartier trafiquant
                                                                                    alors
ne voyant le soleil qu'aux jours de fête, c'est sans doute
  alors que parmi ces dilatations qui la gonflaient
                    abandonnée à ces             lyriques             qui arrivent
elle se fut ouverte aux envahissemens de la nature qui communique
d'abord
d'ordinaire à la

toujours ainsi

                                poésie qui ne se communiquent la
                            par
à la jeunesse que par la traduction des écrivains. mais
                                                                                par coeur
elle connaissait trop la campagne. elle savait par coeur
                                                            la rosée sur l'herbe
                                                                    matinale
le brui
t le bêlement des bre moutons, la vue des blés
les laitages &
 
de la vie
les charrues         la                                  à des
et
l'odeur          des laiteries. habituée aux aspects calmes
      se plaisait au
elle cherchait plutôt le côté dramatique - elle
                  au contraire
en cherchait des mouvementés.–- Si la lu mer lui
               ainsi                                  de ses
elle n'aimait    la mer, qu'à cause des tempêtes
que
qui la soulevaient – les montagnes pr leurs précipes
   la verdure des que          semblaient be
et    les          arbres ne lui faisaient plaisir que
il lui fallait un but
pr la satisfaire & elle
il fallait qu'elle fut
allait de l'avant
des choses
qu'elle fut retirer un
une sorte de
profit personnel -

clairsemés parmi les ruines – elle faisait une
choix              d'instinctivement    tout
élection rejetant comme       inutile ce qui ne
                     ainsi
contribuait pas à la consommation
                     de son coeur –
immédiate du sentiment – étant en effet
 

141

  de tempérament    bien plus
d'humeur sentimentale qu'artistique - aimant mieux
                                         idées          &  en effet
les aventures que les pratiques - cherchant des passions
                                                        cherchant  en effet   les
& non  pas  des                                                         
plus  que les  paysages.
                            il y
                      
                                                           nommée la Dumesnil
il y avait au couvent une per vieille fille qui venait
                 mois
                         huit
toutes les  semaines pendant   jours raccommoder
travailler à la lingerie. elle était  protégée par
 
                                                      de loin
l'archevêché comme appartenant  à une ancienne famille
de gentilshommes ruinée pendant la Révolution. - elle
        elle
                à cause de cela    avec des pensionnaires
aussi   mangeait-elle    au réfectoir      & on la traitait -
                     égards
avec qque considérations plus respectueusement qu'une
et faisait ensuite   
pendant la récréation   
avec les religieuses  
un petit doigt de
        autour du poêle
causette avant de
                     remonter à  son l'ouvrage
                         à la table des                        quand après
ouvrière. cette   -  avec les pensionnaires.   Dans la récréation
 
                                 où elle restait à faire la causette avec
qui suivait le dîner,  elle faisait,  les grandes de la première
 
                                   leur - - - -      elle était remontée    doigt
étude, les bonnes soeurs & elle, faisaient ensemble un petit
bout de causette autour du poêle. elle leur contait des
petites nouvelles, leur rapportait des cancans des autres pensions
                                                       événements
où elle allait, ou les entretenait des changements
       arrivés
survenus dans le personnel  des  sg  paroisses depuis
semaines   dernière                tels que                                             ou
la huitaine comme  des,  les  mariages,  enterrements  &
& nominations des desservans - & prédicateurs nouveaux le tout
baptêmes, nominations des desservants  avec des détails
     les personnes                    en pensait un peu
sur les toilettes,  et ce qu'on disait dans les
       Puis
sacristies. Mais  quand l'heure de se séparer était
                                                                                    bientôt
                                   lentement             et là       toute seule
venue - elle remontait  à son ouvrage,  dès qu'elle
  toute seule                                               ardente
était seule  les pieds sur sa chaufferette,   après
et s'étant préalablement bourr  - tranquille - & sans
que personne vint la troubler faisait la sieste
                              sa   carreaux d'un côté
    sa
  de l'autre
son mouchoir   à droite   &   sa tabatière à gauche
           et qu'elle avait fait
après  elle commençait  à faire une petite
sieste
somme d'une heure & demie - après quoi elle
tirait un roman de sa poche & se mettait
tranquillement à lire. - entre les
                               chapitres elle faisait qques points
                                               pr se reposer l'esprit

144

Puis quand arrive - à 6 h. et demie elle descendait pr allumer
sa chandelle, & restait dans la cuisine jusqu'à 7 h.
                                 ensuite et quand le souper
où l'on sonnait le souper - après quoi elle s'en allait
retournait chez elle - en ville -
                         Souvent dans la journée pendant les heures d'étude
On s'éch les demois jeunes filles des élèves s'échappaient
qqfois de l'étude pr l'aller voir - Emma et Melle Rouault était de celles
qu'elle aimait le mieux, car elle s'attachait de préférence
     jeunes
aux   personnes les plus naturellement
la Dumesnil
comme une personne de aristocrate qu'elle était, s'attachait
aimait les personnes naturellement  élégantes    d'
de préférence   aux natures  distingués par elles-mêmes, sans
considération de leur fortune. - elle savait qques petits
                    chansons galantes
par coeur des romances amoureuses du siècle passé. - elle
qu'elle chantait à demi voix tout en poussant son aiguille.
on l'aimait beaucoup - c'était la confidente - elle vous
faisait des petites commissions en cachette, vous achetait
des tablettes de chocolat & vous prêtait des livres amusants
        en ---                cartonnés                          sur
en cachette - ils étaient reliés en verte, gras à tous les
          et qui avaient                 prétentieux
pages & portaient pr titre des noms   de femme prétentieux
        ou
comme Flore,   Amanda, - Yseult. Ce n'était qu'enlèvement
            et
amants  amantes -
[illis.]
qu'amours & enlèvements, postillons qu'on tue à
                                   dames
                               femmes  infortunées
tous les relais,  des -[illis.]--persécutées  qui s'évanouissaient
sermens, médaillons
larmes, baisers suicides
dans des pavillons solitaires, postillons qu'on tue
          chevaux qu'on crève à toutes les pages  troubles de [illis.] l'âme
à tous les relais,           forêts sombres,                     médaillons
sanglots
 médaillons
bagues en cheveux
aux étoiles
des ivresses
                rossignols qui
    sanglots             et         suicides des   où l'on vogue
serments, larmes et baisers -  avec nacelles, [illis.]
-  fiancés plus courageux que des lions, doux
rossignols dans les bosquet│
comme des cygnes, - dévouements, - des suicides
      savoir vivre          │
      savoir vivre          │                     de tout degrés

par délicatesse
          │dévouemens à tous les degrés
   
fiancés
sacrifices de

toujours bien mis, et qui
habillés
         
messieurs braves comme des lions, doux comme des
            vertueux comme on ne l'est pas - très bien
agneaux & toujours bien mis et qui pleurant
                         toujours bien mis et qui
comme des fontaines urnes - et toujours
                  bien-habillés

143

                               ensuite         elle s'éprit de choses historiques
Avec W. Scott plus tard / elle s'éprit de choses historiques
        elle
alors rêva bahuts, salles des gardes, ménestrels et petits pages
                        vivre            vieu                         toit pointu
elle aurait voulu dans qque vieux manoir à tourelles
entouré d'un lac, au milieu des bois, comme ces châtelaines
au long corsage, qui silencieuses /et dolentes/ derrière le vitrail
            silencieuse                                               silencieuses
des ogives       passaient leurs jours tout assises, le coude sur la pierre,
                 silencieuses                        toutes
et le menton dans la main, à regarder venir du fond de la campagne
                                                  s'avançant qui
un Cavalier à plume blanche qui galoppant sur un cheval
noir.

142

 il y avait au couvent une vieille fille nommée la Dumesnil
qui venait tous les mois pendant huit jours travailler
à la lingerie. protégée par l'archevêché comme appartenant
de loin
à une ancienne famille de gentilshommes ruinée dans
la première révolution elle mangeait au réfectoir
à la table des R bonnes soeurs, et faisait avec
elles après le repas, un petit bout de Causette
autour du poêle
autour du poêle avant de remonter à son ouvrage.
                                                                                  dans
souvent les pensionnaires, pendant l'étude au milieu de la
                                 souvent                                      l'       voir
journée s'échappaient souvent de leu l'étude pr  aller  lui faire
des visites - elle savait par coeur des chansons galantes du
                                  leur             tout bas
siècle passé, qu'elle  chantait à demi voix, les pieds sur
sa chaufferette tout en poussant son aiguille. - on l'aimait
elle contait des histoires, vous       les     qqe               vous
qu'elle avait toujours
dans les poches de son tablier
 
 
 dans une de ses poches
beaucoup - elle vous apprenait toujours une nouvelle,  faisait
                                   des                       / vous /
même en ville vos petites commissions,et achetait pr vous
                                   souvent elle 2  même        les [illis.]
des tablettes de chocolat / et prêtait aux plus gdes des qq romans
                bien amusant                    qu'elle
et dont la bonne
     elle même [illis.]        
demoiselle les   pieds sur
         deux     tranquillement
sa chaufferette lisait     de longs
        de     qq
        
tout à son aise
les bien amusant que la bonne demoiselle avait toujours dans ses
     de son tablier           de temps en temps
poches,  et que la bonne demoiselle, lisait tranquillement
     dans pour se reposer un peu [illis.]
chapitres,  dans les intervalles de sa besogne. -
  
              partout qu'amours, amants, amantes, dames
Ce n'étaient qu'amantes   persécutées s'évanouissant dans des
pavillons solitaires, postillons qu'on tue à tous les relais
chevaux qu'on crève à toutes les pages, forêts sombres
                 de l'
troubles du coeur, sermens sanglots suicides larmes & baisers
        nacelles 
esquifs, bosquets
& rossignols
     où l'on vogue, -------clair de lune,  rossignols    dans les et
nacelles,   clair de lune, bos  /   où   l'on vogue,   bosquets
        qui voguent au clair de lune          dans
       voguant
et clairs de lune, messieurs braves comme des lions, doux
comme des agneaux, vertueux
comme on ne l'est pas, toujours bien mis & qui
pleurent comme des urnes.

145

se roula donc l'esprit

                                                                            donc
                                                                se roula  de tout son
Pendant six mois à quinze ans Emma dévora l'un
  coeur dans tout ce
après l'autre toutes les glorifications emphatiques des
passions à manteau / fond poudreux des vieux cabinets de lecture
de province.│depuis Caroline de Lichtfeld  jusqu'à Corinne en
                                     

avec                                          
Quand Walter Scott plus tard




choses

                                                                         Puis
passant par Me Cottin d'un bout à l'autre - Walter Scott
   lui fut
un jour lui tomba dans les mains   elle s'éprit tout à coup de
         2               et
  [illis.] 
                                salles des gardes  et   salles des gardes
   lectures historiques, rêva   bahuts  et  ménestrels, elle aurait

elle désirait habiter
        qq
dans
un vieux manoir
à tourelles, [illis.]
au milieu d'un lac au fond
tout entouré

désiré   souhaité          qq vieux manoir / antique à toit pointu
voulu voulu vivre dans un château à pont levis   entouré d'un
  lac                                 un vieux château à tourelles
lac au milieu des bois, comme ces châtelaines au long





le vitrail
                     silencieuses derrière le vit
                                                          des  tout       silencieuses derrière
corsage   qui   passaient      leur      jours   assises │dans l'embrasure
des fenêtres                         toutes
  qques

des
ogives│le coude sur la pierre et le menton dans la
main à regarder venir du fond de la campagne, un
                                                  galoppe
Cavalier à plume blanche qui s'avance sur un
cheval noir. - elle eut dans ce temps là le culte de
Marie Stuart & des vénérations enthousiastes à
                                      illustres
l'endroit des femmes célèbres ou infortunés. Jeanne
D'Arc, Héloïse, Agnès Sorel la belle Ferronnière et
                  2              
Clémence Isaure, se détachaient pr elle comme des
         (illis.]               tout obscur
 comme des comètes fulgurantes sur le fond  sur de l'histoire, où
                 bien      il est vrai
saillissait bien encore, ça & là, mais plus perdus
dans l'ombre et sans aucun rapport entr'eux
              avec
St Louis et son chêne, Bayard mourant, qq férocités
de Louis XI, un peu de St Barthélemy, le panache
du Béarnais, et toujours le souvenir des assiettes
peintes où L XIV était vanté
                  le gd roi

163v

 
tout
       2
 │fonds poudreux des vieux cabinets de lecture de
province│- Pendant six mois, à quinze ans
                                            1
elle dévora l'une à l'autre  toutes les glorifications
emphatiques des passions à manteau noir
                   Mathilde
depuis Me Cottin jusqu'à Corinne, avec
Numa pompilius l'enfant de la Forêt
depuis  Caroline de Lichtfield jusqu'à Corinne
en passant par Numa Pompilius l'enfant de la
Forêt, les histoires d'Anne Ratclif- et Me
      histoire
Cottin d'un bout à l'autre.
                                                                     ensuite
                  elle en voulut d'autres - elle lut  de   
  
Walter Scott lui       un peu   
tomba dans les mains            
elle s'éprit alors de lectures     
hist                                         
et rêva bahuts & ménestrels

 

                       et eut
l'histoire, palpitant d'un plaisir tout nouveau
au récit d'aventures dont elle était sure de la
réalité - elle s'assit dans la chaise sculptée de
Walter Scott, rêva bahuts│& vieux donjons, reines
                                                  salles voûtées
malheureuses / │ménestrels, chevaliers &  petits pages.
     tout               demeurer
elle aurait voulu vivre dans un château à pont
             entouré        gd       au milieu
levis, au milieu d'un  lac, avec des bois tout autour
       comme [illis.] ces            au long corsage
elle enviait la vie des femmes châtelaines, qui --
qui   passaient  leur jour toutes            
                              temps assises sur les escabots
passaient leur tem jours
, dans l'embrasure - de/d'une
de qq ogive    d'une ogive fenêtres le coude sur la pierre & le menton dans
           à                                  vers
le main  regarder[nt] venir   à l'horizon venir sur
du fond  de l'horizon de la campagne un
un cheval noir / un Cavalier à plumes blanches
qui galoppe sur un cheval noir. - elle eut le
                                                                enthousiastes
culte de Marie Stuart et une espèce des vénérations
inébranlables                à l'endroit des
presque religieuses   pr toutes les femmes célèbres
                             Jeanne d'arc, héloïse
la Pucelle d'Orléans, héloïse & infortuné- Héloïse, Clémence Isaure,
Anne de Boulen        la belle Feronnière

Clémence Isaure

Jane Gray, Agnès Sorel & et la Laure de
se détachaient comme des comètes isolées                  furent  étaient   pr elle                     pr elle
Pétrarque  étaient là comme des comètes  fulgurantes

 toutes seules
qui brillant   isolées

                 obs   de l'humanité
sur le fond de l'hum du passé plein
          tout obscur de l'histoire où saillissait bien
                                      encore            dans l'ombre
d'ombre, - où brillait bien ça & là encore

146v

                                                        perdus
 
encore il est vrai, mais plus avant dans l'ombre - │espacés - & de loin en loin
                    suite
   
et sans rapport entr'eux

le gd ro
  i
- espacés - & de loin en loin - qques figures moins
dessinées
aimées & partant moins importante, St Louis sous
et
son chêne, - les templiers sur leur bucher, Bayard
                des                                 la bataille de Pavie
mourant, qq férocités de Louis XI, - la St Barthélemy
                      du béarnais                       un peu de
& le panache blanc d'henri IV - │montez au ciel fils
                                                                       peintes
de St Louis │ - & le souvenir des assiettes    L. XIV
était vanté.
elle apprenait par coeur
                   à la classe de musique elle chantait des
               [illis.]               au
romances  qui avaient des pre sur la première page des
                     calabraises devant la madone     en
vignettes italiennes à la fontaine,    brigands à chapeau
pointu - calabraises - alb, gondoliers sur la lagune.
                                           Giovani
alors

les Giovanni –,
les Batisto les Rodolpho, les Pandol, les Giovanni
                          et les giovanni            les éventails
et les Margharita  les masques noirs, les
    descendant sur l'eau par des
palais à escaliers blancs, les fanaux sur les gondoles,
                     pleins              noirs et
les Carnavals   à masques  & poignards & à
                      de venise
les madones illuminées
     galas
                       
les  fêtes nocturnes sur
l'eau - avec des
   
   les jardins à terrasse
les éventails, les poignards,
les rubans à gaine de
velours - les guitares
flambeaux - avec des soupers aux flambeaux
les palais de marbre à gds jardins
dans les jardins - et des hommes cachés dans
l'ombre des statues. Les des palais à escaliers
  galeries
blancs, bordés qui descendent sur l'eau -
     les poignards les mandolines les éventails et les msques noirs
les  masques noirs - les traîtres - & les éventails
les palais à escaliers blancs droits descendant
                   des
dans l'eau  golfes - les villages de pêcheurs
les éventails - les poignards à m vermeil
des touffes de rubans à garde manche vermeil - dans des gaines de
velours, & les femmes de pêcheurs au
ch répétant - & des villages de pêcheurs
en tourbillons
tournèrent alors dans
                           rythme
sa cervelle au bruit
emporté   
               
rythmé des mélodies
italiennes
               
                        au
chantant le soir des litanies, devant de la
Vierge, au devant la Madone illuminée
                      alors
lui tournèrent dans la tête, au bruit
bruit des à l'accompagnement
rythmé      tourbillonnèrent dans sa cervelle
           au rythme emporté des mélodies
                                               italiennes

166v

Elle jouait du piano d'une manière dure
               beaucoup
il y était question
toujours
de lavandières, de golfes bleus
              d---
de petits anges aux ailes
     de lavandière & de golfes bleus
d'or, de gondoliers et
-u
de brigands
            2                                                              1
Dans les romances qu'elle chantait / │à la[sa] classe de musique
les romances qu'elle étudiait avaient presque toutes pr
                                                                       lavandières
frontispice des  vignettes représentant des jeunes filles à
la fontaine
                     Calabrais                       ou des
des brigands à en chapeau pointu et gondoliers sur la lagune
  alors les Batisto les rodolpho les Giovanni &
                      les lagunes, les madones  1  stylets
les Margarita, les Carnavals de Venise, les madones
les lagunes        les
 
en terrasses
madones illuminées   gd escaliers blancs  sur les
illuminées   les  les palais de marbre à gds jardins
     les poignards
         stylets             les poignards     à paillettes
les poignards, les guitares, les éventails et les masques
 ainsi               
passèrent en valsant
dans sa tête au rythme
emporté des
          lui       tournèrent dans  la
noirs   tourbillonnèrent dans sa cervelle au rythme vif
                       passèrent ainsi
emporté  des mélodies italiennes -
lui passait tourbillonnèrent
   alors dans sa tête
dans la cervelle au ---          emporté
rythme des mélodies
italiennes
                                                                        Quand elle aspirait
     & lorsqu'elle         d'air

de l'air pr s'emplissait  la poitrine afin de pousser
                                                       pathétique  tombait
plus longuement le point d'orgue   final  qui   tom
               de loin
son coeur se gonflait
en elle, en même temps
vague
une volupté confuse
toute pénétrée
au bout de la mesure       aussi  au même temps    de loin
finissait
, elle aspirait   en même temps je ne sais

                         ame

de toute son coeur je ne sais quel Catholisme

           [illis.]             une vague                 vague
vague --[illis.]---Catholique  -  volupté confuse pénétrée
lui tourbillonnèrent dans
la cervelle au ryth /dansant/
des mélod italiennes
de Catolis Catholisme et de soleil- d'ardeurs
                                              qu'elle copia
méridionales. - C'est alors sur que sur des
                 de papier à lettres
petits cahiers reliés dorés sur tranche qu'elle
                                   goût
des morceaux de son choix qu'elle choisissait
dans les keepsake. - Deux ou trois de ses
                            de                ou de notaire de la ville
camarades fille d'un banquiers, apportaient
                à la pension
qqfois dans leurs pupitres les beaux livres dorés
sur tranche qu'on leur avait donné au jour
                              maniait en tremblant
de l'an. - Emma fr maniait touchait avec
                       de en satin      doucement
     
 
dont plusieurs
qui signaient tous pr
la plupart vicomtes ou
marquis au bas des pages
joie  aux reliures de soie  rose, soufflait
d'un souffle
timide
les papiers de soie qui cachaient les gravures
                                    lisait découvrait
et anglaises - & contemplait au bas
                                       double
des pages avec respect   les noms des auteurs
               inconnus avaient signé vicomtes
                         qui étaient des marquis, des
                               comtes ou des barons.

146

à la classe de musique dans les romances qu'elle chantait
            beaucoup
il n'était  question que d'albanaises, de petits anges aux
                 d'albanaises
ailes d'or, de flots bleus de gondoliers. & de brigands.
alors
alors les Balisto, les Rodolpho, les Giovanni & les Margarita
les lagunes, les madones, les Carnavals de Venise, les guitares
les poignards les guitares, les éventails et les masques noirs
                                alors
lui tourbillonnaient  dans la cervelle au rythme des mélodies
italiennes, et lorsqu'elle s'emplissait d'air la poitrine
afin de pousser plus longuement le point d'orgue pathétique
qui tombait au bout de la mesure, elle son coeur se
       aussitot en même temps   vague
gonflait  d'une volupté confuse toute pénétrée de Catholicisme et
                                             confuse               un             albums
d'ardeurs méridionales. - elle copiait sur des petits cahiers de
                                               de littérature                 de   trouvait
papier des morceaux de son goût qu'elle choisissait dans les
                        qq unes                                                  rencontrait
keepsakes. Deux ou trois de ses camarades, filles de banquiers ou
                                                     au couvent
                                                      à la pension

de notaires apportaient ainsi au couvent les beaux livres qu'on
                           pr étrennes         emma   maniant avec
leur avait donné au jour de l'an, & Emma y regardait
toute émue
précaution
délicatement toute émue
avec respect-
leurs belles reliures de satin
   envie     les leurs- belles                              imprimées
avec elle les belles reliures de satin rose avec leurs titres en
titres d'or / considérait avec un double respect, les noms
                elle arrêtait
des auteurs qui avaient signé vicomtes ou marquis
       E. elle fixait ses -ye  longuement - ses regards
au bas des pages.  - à considérer les noms des auteurs
                                    involontairement  jusque sur la forme
elle admirait s'arrêtait ses yeux sur les noms mêmes
jusque sur les lettres elles-mêmes                       longtemps  regards sur les titres
                                           inconnus  avaient

mêmes du nom des auteurs  in  qui  signaient/é
         pr la plupart signé
vicomtes ou marquis ou vicomtes au bas de leurs
                         frémissait   toute émue
pages - elle frissonnait   de plaisir, tout en
                   [illis.]                 de plaisir
retournant  de son souffle, le papier de soie des
                   avec                             un peu
gravures, qui, volait de se levait d'elles, se
à demi plié plié  2                         doucement
bruissant  en retombait contre la page.  -  et


toutes
    ces scènes du monde
passaient   qui passaient devant elle
                    l'une après l'autre
                   carré
l'abat jour du carré du quinquet de fer
de fer blanc
blanc
accroché dans la muraille au dessus de sa tête
      également dans un   tranquille
éclairait d'une lumière immobile ces scènes
     variées du monde passaient devant elle poussée l'une après l'autre
différentes    qui se succédaient tour à tour
                                                        à tour de
                                                                à l'étude
                     de la classe          et qui

pendant que les plumes   et avec le
au milieu du silence de l'étudeau bruit lointain
                                    de l'étude
de qq fiacre attardé qui roulait encore sur les
                         attardé                        boulevards

165v

  
   à aux boucles blondes mollement
  pap/ frisées & qui vous leur gds ch. de paille rond
   vous regardent en face
                                        
 
                                            dans ce temps-là
 
                                                   d'hiver
elle a passé ainsi bien des heures, – à - contemplant
avec

devant
reverie              vision
comme une un    tableau d'un autre monde, le
les                                         blon
portrait in anonyme des qul   ladies anglaises
          molles                   
aux longues bloucles
tombantes frisées
sous leurs ch gds
    
chapeaux ronds
       
    à chapeau de paille
qui vous regardent de face, avec sous leur chapeaux
                       tout ouverts    purs
avec leurs yeux  froids   &       clairs, comme le ton des  
                                                       de paille
sur le fond - sous leur gd chapeau rond, ombrage
   et
qui vous regardent
en plein
                       
de face, sous leur gds
chapeau de paille
     
longues 
     blondes        
à boucles frisées & en
chap de paile rond
avec leurs visales ovales de voiles verts
qui sous leur gd chapeau de paille dont le voile vole
au vent, vous regardent de face vous vous regardent
regardent –     à chapeau de paille    -    à longues
                   sous leur large chap rond fixement  sous leur chapeau
papillotées qui vous regardent en face sur les gravures
& qui vous regard /de
                            chap de paille
face /sous leur gd ch.
avec leurs longs yeux
calmes  clairs comme
l'eau des lacs
                     longs          calmes  clairs   plus    que
avec leurs gds yeux froids  -  clairs,       froids comme l'eau

                                on en voyait  d'étalées
des lacs.  - elles  - il y en avait d'étalées dans des
calèches  à quatre chevaux qui se promenant
voitures,     qui passaient  se promenaient toutes
                                                                   les allées
seules traînées par quatre chevaux dans  des
         à l'automne  un                       à la
         gd galop
conduisaient au trot
 

              penchés
    
parcks, avec des lévriers jappant aux jarrets à
                   devant             que montaient  couchés
la  au  poitrail  des chevaux      qui     montés par
                           petits
sur leur  crinière
deux  postillons à culottes blanches
deux grooms  petits garçons  – d'autres dans
                                                                papier
leurs boudoirs et tenant à la main une lettre
deployé, étaient regardaient la lune par
             ouverte
la fenêtre  que drapait, un riche gd rideau -
   attaché par le milieu           relevé             ou le col tendu vers la muraille
noir.  - les naïves             becquettaient un oiseau
                                                                    tourterelle
chéri     à travers les barreaux de d'une cage gothique
effeuillant une marguerite     bout
égrenaient ou une rose   du bout de leur doigts
       mignons                            pointe
fins
,  pointus et retroussés par le bout, comme
des souliers à la poulaine.  qqfois
                                                      en souriant
effeuillaient une marguerite avec un sourire
      qui coupait en deux leur face ovale   un balcon      
en cheveux –        
et à souliers crevés
de côté   -   qqfois  c'était  sur     les     marches d'un
                  jeune homme        à toque de velours &  à
escalier.  un page à petit manteau tenait       crevés
        dans ses bras
embrassé  une demoiselle en robe blanche

147v

  elle a passé dans ce temps là bien des heures devant les portraits
des ladies blondes qui sous reg leur larges chapeaux ronds vous
                  fixement des
           regardent en face avec leurs gds yeux calmes, clairs comme les lacs
 dev                                anglaises
          devant les ladies  blondes aux boucles blondes mollement
           frisés                                                  en face
                                                  qui vous reg.   sous leur larges
                                                                ch.  - avec leurs gds y. calmes
&
qui sous leur large
chapeaux d'été ronds
à voiles verts
          
vous regardent
                          vous
   
  

d'été
                                                                               à
le portrait anonyme des ladies anglaises en boucles
                               mollement frisés qui sous leurs larges chapeaux
blondes / tombantes mollement et qui vous vous
                    fixement                        gds
regardent en plein, de sous leur larges chapeaux
               avec
    en face larges gds
avec leurs gds yeux calmes - clairs comme l'eau des
            il y en avait que l'on voyait       calèches
lacs.   on en voyait d'étalées dans des voitures
qui                    toutes seules
se promenant toute seule dans des parks à l'automne

un lévrier 
 
 
que menaient
 
 
&



à demi

     des chiens tachetés sautaient
                                 devant l'attelage     qu'entraînaient
avec  un lévrier jappant de les chevaux que conduisaient
au galop
au trot deux petits postillons à culotte blanche -
              rêvant             près d'une lettre décachetée tombée
d'autres   sur des divans, un papier déployé par
                              pâle
terre regardaient la  lune par la fenêtre entr'ouverte
drapée d'un rideau noir, ou le col  levée sur leur
les naïves la larme à l'oeil                   des yeux à l'oeil
pointe ou pleurant un peu  becquettaient une tourterelle
                                                                        ou
à travers les barreaux d'une cage gothique  et les
mignonnes souriant doucement,
naïves la tête de côté sur la feuill  l'épaule,
                                                 du bout            petits
effeuillaient une marguerite du bout de leurs  doigts
                    pointus
                            
mignons
                                          en l'air
      
pointus                      en l'air  en l'air
f maigr  fins  retroussés par le bout comme des
                                           par le bout
souliers à la poulaine

153v

                                                                           de
et d'un souffle emma retournait les papiers  soie qui cachaient les gravures
                  retournait en soufflant le papier de soie des gravures
                            sous le quinq dont l'abat-jour en fer blanc
                                                          rabatt la lumière pendant les soirées d'hiver



 
 larges
de paille à voile

                                                                         ainsi
elle a passé dans ce temps-là bien des heures  devant
les portrait anonyme des an ladies anglaises à boucles
                                                          gds   de paille à voiles verts
blondes qui vous reg  sous leurs larges chapeaux vous

ronds

de paille à long voile vous    doux
regardent en face, avec leurs gds yeux calmes - clairs
                 fixement           on en voyait de toute
comme l'eau des lacs - il y en avait que l'on voyait
toutes                 leurs              qui
d' d'étalées dans des voitures  se promenaient toutes
toutes seules   leurs           où
  dans   dans   des parks ; et  un lévrier sautait devant
l'attelage que conduisaient au trot deux petits postillons
en                                             rêvant sur des sophas
à culotte blanche.  -  d'autres sur des divans, près
près   billet décacheté décacheté
d'un papier déplié regardaient la lune par la
la
une fenêtre entr'ouverte, à demi drapée d'un rideau
                                       une     sur la joue
noir - les naïv  naïves la larme à l'oeil,
                         leur tourterelle chérie
becquettaient une tourterelle à travers les barreaux

          
 
 
petits
                      
de leurs  doigts pointus,
    
retroussés par le bout
    
comme des souliers à la
    
poulaine
                           

                                 colombe            un peu  de côté
d'une cage gothique ou souriant doucement la tête
de côté sur l'épaule, effeuillaient une marguerite
          petits       pointus pointus     en pointe
de leurs doigts mignons, retroussés   par le bout
          petits      mignons
comme des souliers à la poulaine
                   petits          pointus
                          doigts mignons       en l'air

du bout de leurs  [illis.] retroussés en pointe comme
                               mignons
des souliers à la poulaine

 

                            
                                  qui sous leur chapeaux de paille
                               ronds

                              toutefois      
Quand ce n'était pas   un j. h. à toque velours qui embrass tenait embrassée
                                                   qque
        dans ses bras - sur un balcon une j. fille en robe blanche portant une
           aumônière à sa ceinture

154v



coeur - on
                 une aumônière  -  l'échelle de soie était sur le
qui portait  à la ceinture -    & toute d   -  on s'en
pleurait - on s'embrassait en pleurant car il fallait partir
le vent jouait dans ses longs cheveux dénoués.  -  elle pleurait
                                            tout
ils se quittaient  -  ou bien  armé un chevalier au à
gdes moustaches enlevait au milieu des flammes
et dans une pose solen  formidable, maudissait
                                                                   à ses pieds
au pied d'une croix, une femme demi nue   dans une
sur la marche d'un

prie-dieu
pose désespérée  -  Quand ce n'était pas un grec en
jaquette blanche contemplant s'échappant des
étreintes d'une odalisque au bain. -  Car vous
 
et vous y
sous des tonnelles

                                                       pipes
étiez aussi   vieux      à longues pipes qui vous jardins
passiez aussi    sultans  pâmés sous  des  arbres, au bras
                                                       pâmés dans des j
des bayadères - to  Cafés turcs proprets comme des
       tout
toujours [illis.]
+ que blanches comme
à la craie dans une
                             dure
sèche  lumière sèche
                   barbe
                                                   chameliers à l'air poétique
boutiques de parfumeurs      et vous haltes au désert
    rêveur
où les voyageurs  -  sérails à mandoline, sabres
recourbés,                                    à longue
                 et vous aussi  - chameliers qui
             majestueusement
rêvent comme des  poètes dans les haltes du désert.
                                 poétiques   de pays dithyrambique
& vous surtout  beaux paysages  com orientaux
granulée par la pointe
des burins
à ne
     dans votre lumière froide     atmosphère
qui sur un fond d'acier froid  - à ne savoir si
savoir si      d'Afrique
vous êtes de Chine ou de Norvège, nous
              tout ensemble            à droite

montrez   à la fois, des tigres & des  sous des
 
 
et qui
          et des tulipiers
                    sapins     à gauche

des palmiers - un lion dans un coin - des cygnes
voguant sur l'eau - une pagode au fond
                    tartares
des minarets à l'horizon des minarets ou des
dômes avec  - tartares  - au premier plan
des ruines romaines, le tout encadré dans d'une
            bien nettoyée et    et une   rayon soleil
forêt pr   vierge avec une gde ligne de lumière
perdiculaire      toujours
qui tremblotte du haut en bas dans l'eau où
se détachent en   
écorchures blanches
    fines    
 
              sur le fond le                  gris pâle
ça et sur le t un fond d'acier pâle, se
          voient en blanc ça et là         de loin en loin
détachent des taches blanches des cygnes qui
nagent - toutes cela lui

147

                            sur                                           en dehors
        2          1   à balustrade d'       où pendait une échelle de soie
qq fois c'était  sur le bal sur un balcon. - un jeune homme
   à                           à
en   petit manteau en toque de velours, et à toqu crevés
       embrassée                   jeune fille                    blanche
tenait   dans ses bras une    damoiselle en robe robe
quiavait
portant une aumônière à sa ceinture - on s'embrassait
en pleurant car il fallait partir -                y aussi
                                                       et vous y  y étiez aussi
   farouches     farouch      qui vous sous des berceaux  bosquets
    vieux                                                                          tonnelles

,    sultans  à  longues  pipes   pamés      dans des jardins
dans les jardins
sous des tonnelles
giaours
au bras des bayadères,  et vous surtout,  giours,
                           bayadères         bonnets grecs  et vous
sabres turcs, bonnets grecs, et chameliers, mais   surtout
  blancs                      [illis]
poétiques paysages    de pays dithyrambiques│toujours
qui nous montrez à la
\tout à la fois /
fois                                    sèche             jamais
radi   dans une lumière dure à ne savoir si vous
êtes de l d'afrique ou de Norvège & │qui nous montrez
       │à la fois│                          avec -et- / et / des
tout  ensemble des palmiers  et des tulipiers sapins
les tigres à droite, un lion à gauche, des minarets
tartares à l'horizon - au premier plan des ruines romaines
     plus loin des chameaux ça & là                             et
et le tout encadré d'une forêt vierge bien nettoyée avec
     gd                                                       tremblottant
un    rayon de soleil perpendiculaire qui tremblotte
    sur                  touch         comme des     blanches  sur un
            sur le
                                  sur  un fond
à
dans l'eau, où se détachent en écorchures fines, de
d'acier gris pâle de               blancs
loin en loin, des cygnes  qui nagent
    ça & là
Quand sa mère mourut, Emma avait 15 ans.
les premiers jours elle pleura beaucoup les premiers
jours, / – on la laissa toute entière à sa douleur
dans lui demander de devoirs / - elle restait à
les
pleurant sanglottant prosternée
priant de toute son âme
         
espérant avoir des
         
s'attendant à avoir
            
visions qqu'elle
   
des visions et au
contraire gardât son
l'esprit net
         
après midi
prier dans la chapelle priant d'abord
                   pleurant  toute
puis voulant prier - prosternée - sanglottante
       devant
baisant  l'image de la Ste Vierge & s'attendant
                           la nuit
à avoir des visions, & n'en ayant pas
puis                  de la prière diminuant
mais le soulagement  qu'elle éprouvait
à mesure que ses larmes coulaient
                                         mo
             ses larmes coulèrent moins

148

          d'ordinaire sur                                          qque
C'était souvent à la balustrade d'un balcon, un jeune
              à en court court          qui serrait
homme en manteau ten court qui tenait dans ses bras
              à
une jeune fille en bl robe blanche qui portant une
                                              bien les
aumônière à sa ceinture, ou les portraits anonymes des
ladies anglaises à boucles blondes qui sous leur chapeaux de
                                                        leurs
paille ronds, vous regardent avec gds yeux calmes, clairs
doucement
glissant au trot
se promenant toutes seules
le long du gazon des
parks où
comme l'eau des lacs. - ou en voyait de tout étalées dans
                                                         seules au milieu
des voitures qui se promenaient dans des parks, avec
                                                        à l'ombre [illis.]
un lévrier sautait devant l'attelage que conduisaient
au trot penchés
au trot deux petits postillons en culotte blanche.
D'autres, rêvant sur des sophas, près d'un billet
décacheté, regardaient la lune par la fenêtre entr'ouverte
à demi drapée d'un rideau noir. - les naïves une larme
sur la joue, becquettaient une tourterelle à travers les
barreaux d'une cage gothiques ou souriant de côté
                                                          fleur
la tête sur l'épaule, effeuillait une marguerite, de leurs
doigts pointus, retroussés par le bout comme des
souliers à la poulaine - & vous y étiez, aussi
                                                    dans
Sultans à longue pipe, pamés sous des tonnelles
aux
au bras des bayadères, giaours, sabres turcs, bonnets
                                                                         de contrées
grecs, et vous surtout blafards paysages des pays contrées
                                  souvent
dithyrambiques, qui nous montrez tout ensemble, des palmiers
avec
et des sapins, des tigres à droite, un lion à gauche
des minarets tartares à l'horizon, au premier plan des
                     ça & là                accroupis   et
ruines romaines, des chameaux ça & là, le tout encadré
                                                          et
d'une forêt vierge bien nettoyée, & avec un gd rayon de
soleil, perpendiculaire, tremblottant dans l'eau, où se détachent
en écorchures blanches sur un fond sur d'acier gris
de loin en loin des cygnes qui nagent

180v

  Cependant les heures les quarts les demi se répétaient aux églises –
                      vitres                           nu
aux carreaux des fenêtres il faisait noir, personne en bas dans la rue
                                                                                                        de fer blanc
 personne ne marchait sur les pavés. Et l’abat jour du quinquet accroché
                                                                                                    ainsi
dans la muraille au dessus de la tête d’Emma lui éclairait pr elle
également   d’une        égale     tous
       en pleine lumière immobile ces tableaux du monde qui passaient
                ain devant elle l’un après l’autre au milieu du silence
                        l’étude
                de la classe, et avec le bruit lointain de qq fiacre
                attardé qui roulait encore sur les boulevards.

196v

noire
il faisait nuit




les quarts les demi
 
contre
les croisées fenêtres

               en bas dans la rue
Personne ne passait, ne marchait sur les pavés
Cependant                          dans le quartier
     les heures se répétaient aux clochers églises. et l’abat jour
du quinquet accroché dans la muraille au dessus de sa tête
d’Emma                   ainsi tout en plein  de sa
éclairait également de sa d’une lumière immobile ces
tableaux                                                       devant elle l’un après
scènes qui du monde qui passaient   ainsi l’une après l’autre
                                                                                              l’autre
au milieu du silence de la classe, et avec le
bruit lointain de qq f. attardé qui roulait encore
sur  les boulevards.
                                                    2                1
                                             il faisait noir aux carreaux des
                                                                            fenêtres

148v

 


Quand sa
à

qui
Quand sa mère mourut Emma       une
                    que sa mère était morte Melle Rouault
A la nouvelle  de la mort de sa mère, Melle Emma eut un
mère mourut
la mort de sa mère Emma avait 17 ans. Ce fut la surprise
en
lui apprit                          elle sanglotta toute la nuit &
              nerveuse  
attaque de nerfs avec                                     ensuite
Emma eut un
et ensuite    ensuite
      
     sanglotta  pendant
toute la nuit -
      
spasme nerveux avec des convulsions - et   pleura beaucoup
     toute la semaine  les premiers                            les 1ers jours
les soirs jours suivans -       Comme on la laissait tranquille
sans lui demander de devoirs elle passait ses
                 touj chaque après
elle allait      dans la chapelle où elle restait prosternée
                                   Ste                                  pleurant
devant l'image de la  Vierge prosternée sanglottant
                                             en elle-même
                                             croy

priant de toute âme, et s'attendant à avoir des visions
qqu'elle eut gardé l'esprit lucide
                                  la mort                 Emma fut saisie d'
Quand on lui apprit un soir
                         de la mort de    venait de mourir
à la nouvelle que sa mère était morte, Melle R. eut une attaque
                         nerveuse
de nerfs violente avec des convulsions - elle sanglotta toute la
             elle
nuit
& pleura beaucoup les premiers jours. Comme on fut
                  encore avait la                  sans                           de devoirs
encore


priant
seule
qq temps à la laisser tranquille sans lui demander aucun travail
        allait      les souvent toute seule
elle passait ses après midi dans la chapelle - où elle restait
de toute s. âme & s'att.
jusqu'au soir, - toute prosternée devant la Ste Vierge
                                     et s'attendant
récitant toutes les litanies jusqu'elle savait, priant
                                     s'attendant
de toute son âme, et espérant intérieurement à toute
minute à avoir des visions qqu'elle eut gardé l'esprit
lucide
                         des heures

 - elle restait tous  les après midi entiers dans la chapelle
prosternée devant l'image de Ste V. priant de toute son
âme & │s'attendant│
              des h. ent.
elle restait   dans la chap. - à prier de toute
                                             et --- toute
ell rest dans

de toute âme,
la ch - des h. entières prostern dev la Ste V. à prier
                                                                   eut
et s'attendant à avoir des visions qqu'elle gardé
l'esprit lucide

167v

 

     
à la mort de sa mère Emma                          elle en eut une attaque de nerfs
Quand sa mère mourut Emma avait 17 ans - et elle pleura beaucoup les
premiers jours - on la laisse toute entière à sa douleur sans lui demander de devoirs
       - attaque de nerfs -

        passait                    entiers
elle restait les après midi  dans la chapelle, prosternée
s'attendant à toute minute
à avoir des visions qqu'elle
eut
   gardé l'esprit lucide
            l'image de                             sanglottant
devant  la Ste Vierge, pleurant  et priant de toute
         s'attendant
                et               avoir                qqu'elle gardât

âme - et  espérant   des visions, qqu'au contraire
               et n'ayant point             Mais
elle gardât bien son esprit net - Puis le soulagement
                                 à mesure que
de la prière diminua, ses larmes coulèrent moins et
                                                              ainsi
                    et bientôt désespoir  bientôt tout gd qu'il fut
quoiqu'elle fut -   son   chagrin malgré elle, s'amoindrit
bientôt en chagrin

prtant
        tristesse alors                       s'usant          cependant
en chagrin.  -   elle s'y com  cramponna prtant
comme à deux mains dans la confuse conscience
confuse que cette tendresse lui échappait. - elle se fit
             un coiffeur
faire par   un tableau funèbre avec les cheveux de sa
       en porta d'autres en médailles, envoya aux B.
mère. - et dans une lettre qu'elle envoyait aux
                                                  philosophiques sur l'existence
Bertaux toute pleine de réflexions  tristes sur la vie
         le priait de la faire enterrer
elle demandait à son père le serment solennel de la
faire enterrer plus tard côte à côte, │ce qui le déchira
                                        le bonhomme la crut malade & vint la voir
jusqu'aux entrailles -│ le bonhomme la crut malade
     exprès à Rouen pr la voir
& vint aux à Rouen.
              Cette résolution d'être triste occupa dans les
oisivetés qui succédèrent à sa douleur - et elle fut intér
et inter. elle fut satisf                                                             de se sentir
 au fond                    intérieurement       d'être arrivée
au fond satisfaite d'elle-même d'avoir atteint du premier
              ce rare         d'elle-                      pâles
coup à cet  idéal pâle des existences décolorées où ne
                                                                                pr
parviennent jamais les coeurs médiocres. Soit afin d'y
de s'y maintenir
rester plus longtemps, ou  peut-être par pente naturelle de la
                                                        alors
circonstance elle se laissa glisser  dans les lacs laiteux
                                                      son âme    alors
de   Lamartiniens,   et se   balançant curieusement
    leur          monotone
au  roulis monotone des stro rimes, de toutes
                                      elle lui fit
les poésies poitrinaires    écouter tous les chants de cygnes
                                                             vierges
 mour




tous
toutes les chutes de feuilles tous les   pures malades
                               avec
                   perdus dans l'espace   &  de l'éternel dans les vallons
les choeurs d'ange,                     la voix  du bon Dieu derrière
                             voguant dans
les coteaux                                   derrière les coteaux

149

 
Quand sa mère

                                             de prendre            
mourut Emma  venait d'entrer    17 ans. elle  eut attaque de
                                                                 nerfs & pleura beaucoup
                                                                            les 1ers jours

   à la nouvelle de la mort de sa mère
En apprenant la mort de sa mère, emma fut saisie de d'une
                                          alors
                                       ensuite      les premiers jours [ères semaines]

attaque conv[ulsion ner]veuse et  pleura beaucoup
- comme on fut
             encore
      temps  avant d'exiger d'elle aucun travail

comme on fut au couvent

qq jours encore sans lui demander aucun devoir. elle allait souvent
                                 elle y    elle     des après midi entiers
dans la chapelle où  restait seule  des heures entières priant
                 tout                                       l'image         à  à prier
de toute son âme prosternée devant  la Ste  Vierge   priant
                       et   et  naïvement   à avoir

prosternée priant      

de toute âme [illis.]   s'attendant  toujours à des visions
                                                            mais
qqu'elle eut gardé l'esprit lucide. mais le soulagement
  de ses      diminua                                             aussi
des prières s'affaiblit à mesure que ses larmes    se tarirent
                  de lui-même quoi qu'elle fit  bientôt   de lui-même
et son désespoir tout gd qu'il fut, s'amoindrit bientôt en

 
bientôt

                            alors
                 qq temps encore

chagrin - alors elle s'y cramponna comme à deux mains
            conscience                                                                   se
dans sa   confuse que cette tendresse lui échappait - elle  fit
faire par un coiffeur un tableau funèbre avec les
cheveux de sa mère, et dans une lettre qu'elle envoyait
         aux Bertaux                              tristes    la vie
à son  père, toute pleine de réflexions  sur l'existence

[folio 161 v°]

elle lui prie demandait comme un service de la faire
ensevelir plus tard à ses côtés
enterrer dans le même tombeau / quand elle serait
                      le bonhomme

ce qui le déchira jusqu'aux
entrailles
                     
à Rouen

morte - / le bonhomme - il la crut malade & vint
 
la voir.                                                   occupant ainsi
             Cette résolution d'être triste occupa dans les oisivetés
                                                        au fond    intérieuremt
qui succédèrent à sa douleur et elle fut au fond satisfaite
                                            [illis.] -       du premier coup
d'elle-même de se sentir arriver du premier coup à ce
rare idéal des existences décolor. pâles où ne parviennent
                                                         soit afin de       maint
jamais les coeurs médiocres. soit afin pr s'y  maintenir
                                        soit
plus longtemps, ou peut-être par pente toute naturelle de la
                                    soi  peut-être
circonstance elle se laissa glisser alors dans les lacs Lamartiniens
et berçant son âme au roulis monotone des poésies
                                              ainsi jusqu'au bout
poitrinaires
│, elle lui fit écouter tous les chants de
          mourants                                                  pures qui montent

     s'envolent           
qui s'envolent
               au ciel
                 
  qui montent au ciel
     
                     aux cieux

cygne, toutes les chutes de feuille, les vierges  qui s'envolent
                    de -Dieu
et la voix de l'éternel   derrière les coteaux -
                                  parlant dans les vallons
elle continua par habitude & qq temps par
         vanité -        et sa


157v

            elle s'en irrita contre elle-même
            et qqu'elle voulut
                               

                    s'enfuyait malgré elle
le retenir son chagrin s'amincissait
                                           en tristesse X -  


X
elle s'y cramponna prtant
comme à deux mains
dans la conscience
confuse que cette tendresse
lui échappait - elle se fit
faire par un coiffeur
un tableau funèbre
avec les cheveux de sa mère
et dans une lettre qu'elle
envoyait aux Bertaux
toutes pleines
où elle faisait des réflexions
                       bien vite   à mesure que son chagrin s'en allait
à prier diminuant elle s'en irrita contre elle-même
   naïvement afin                      désespoir
et              pr       d'aviver son chagrin qui se tournait
                               déjà
déjà en mélancolie  -  elle se rejeta dans une
exaltation dont elle fut dupe elle-même, sur les
religiosités Lamartines     navigua dans ses méandres
laiteux, se fit faire un crucifix d'ivoire, écrivit
voulut avoir des cheveux de sa mère qu'elle fit monter
en bague, et changer plusieurs fois, – écrivit à son père
                                                   côté
qu'elle voulait être enterrée à   son père quand elle [illis .]
          & resta plus [illis.]-    - pensa à faire son testament,
tristes sur la vie
philosophiques
 elle demandait à son père                plus tard    
 le serment solennel de la faire enterrer côte à côte  -
    
le pauvre fermier
ce qui le déchira jusqu'aux entrailles 
 Ψ il la crut malade & vint la voir
puisqu'elle se trouvait
parce qu'elle se croyait
          ainsi      du premier    
d'avoir atteint du premier
         certain              
              exalt
coups à cet idéal pâle
des existences décolorées
          parviennent jamais
ne peuvent atteindre
les coeurs médiocres - afin
soit afin
d'y rester plus longtemps  -
                                                          d'être           
Décidée
  -  Dans cette résolution  de tristesse l'occupa
                       l'oisiveté      succédaient             et au fond elle fut
pendant les oisivetés qui succédèrent à sa douleur & la
         satisfait                                                 elle av
rendant  contente d'elle-même, parce que ça lui semblait
beau, y trouvait un certain idéal pâle très convenable
                   aux existences décolorées       dont tout le monde
n'était pas capable
l'occupa assez et elle l'aviva d'
assez de choses pr oublier
                                donc                                     berceur
             elle se laissa  bercer au roulis mélancolique
 son chagrin même  - Comme à    elle se laissa aller au
et se balançant           alexandrins      A  écouta dans sa
 │  tête tous les chants 
roulis monotone des strophes poitrinaires,   les chants

ou par pente naturelle de
la circonstance
ou parce ça correspondait
mieux
-
elle vag  erra mélancoliques
              lacs laiteux
dans les méandres bleus
de Lamartine

vogua│ navigua
l'âme en deuil sur
les lacs lamartiniens

        [illis.]  les feuilles                        toutes
de cygne, les pensées solitaires, toutes les chutes des feuilles, les
plaintes de jeunes  / si bien que c'était  passé lorsqu'étourdies
      jeunes        malades │- / jusqu'à ce qu'étourdie, elle s'arrêta
Car elle avait un certain côté réaliste de l'esprit
                     à avoir
    s'attendit des visions n'en eut pas & à la fin

- & se dégoûta un peu d'une poésie qu'elle avait
    se délia des étreintes multiples mais usées
lue longtemps par habitude - et qu'elle avait aimée par
sous l'empire d'une occasion

[illis.] , de sorte que l'occasion passée, elle l'ennuyait.
le choeur des anges
au Paradis                     
et la voix du bon Dieu
dans tous les bruits
                ---       
apprit par coeur le lac
& la chute des feuilles
de même que   - les bonnes soeurs
                          il en fut de même de la Religion. -
                                               voulant en faire un sujet
les bonnes soeurs qui l'y poussèrent l'en détachèrent
la bourrèrent tellement de messes, jeunes, etc. qu'elle
  finit par ne plus trouver que sécheresse. - la règle
   l'ennuyait. - elle trouvait bête toute discipline - et
      sans qu'elles puissent dire comment elle avait changé
       les bonnes soeurs la virent partir sans chagrin
       elle qui avait été jadis un modèle.

190v

 

                                                        mais
elle s'en ennuya, ne l'avoua point, n'en voulut point
                               encoreencore        et  puis
convenir, continua  par habitude, et qq temps encore
                             enfin   un jour prtant  se réveilla
par vanité, et tout doucement le côté sans qu'elle
prtant un jour dans une santé complète
s'en fut doutée, un matin se réveilla toute calme

appaisée          -

                            tristesses au coeur
et sans plus de soucis dans l'âme que de rides
      son
sur le front -               maîtresses

                            les Bonnes soeurs du couvent qui avaient
si bien           jadis
tant présumé de sa vocation religieuse, furent dans
                                                                           ne comprenaient
les derniers temps mortifiées un peu   - de voir que

pas comment  
elles l'avaient fait passer
en effet par tant de jours
             offices de l[illis.]      
maigres
, du Carême        
Carêmes de vigiles
de neuvaines
de    de messes               
  retraites   et de sermons 

 plus Melle Rouault grandissait, plus de jour en jour
                échapper davantage                    en effet
semblait  aller  à leurs soins - elles l'avaient  tant
   fait assister à tant de sermons, messes, neuvaines, offices, angélus
bourrée de sucreries mystiques,   lui avaient   l'avaient
prières du matin & du soir
de tant de sermons, de tant de d'oraisons, retraites, vigiles
                tellement rabâché les respect qu'on doit aux Sts et aux martyrs
jeunes - de neuvaines et de respects à St Pierre et à

particulièrement à
et tant                                 
de si bons conseils pr avoir
                                     faire son
une tenue modeste  &  un  
     salut assuré dans           
l'autre monde                   

St Pierre et
St Paul et aux autres martyrs                -  & si bien prêché
                            si bien
l'ennui     tellement parlé de contrition, de componction, de
                                   donné tant d'avis pr le bien de cette vie & de l'autre
damnation, si bien prêché l'ennui de la vie   - & d'exemple
                 en un mot                                            de la vie
et de discours paroles, si bien prêché l'ennui, qu'Em  qqu' d'exemple
                                           à la fin                             que l'on tire
& de discours,   qu'elle fit  comme les chevaux qu'on veut
     en avant en à soi                                            tout court
tirer   par la bride -
   elle tir  s'arrêta,   et le mors lui
                                                           dans ses enth. successifs
sortit des dents - Ce côté réaliste de  son esprit qui

      avait                     
qui  aimé l'église pr 
ses fleurs & la confession   
pr son prêtre   
                         la musique
qui avait - les romances
          ses                     
pr leurs paroles, les   
gravures - & qui ne   
cherchait dans les livres   
et qui faisait du monde   
un cadre vide                et   
                              exigences                     
contre les tyrannies multipliées   
de la discipline                     

              rebuté tout d'abord
s'était arrêté, tout dans son enfance, des contes de fées
          avait               sur le seuil                                       mignard
qui s'était arrêté devant  plus tard devant le mysticisme
dont s'éprennent tous les enfans
naïf avait découvert le mensonge des morales en action
  ensuite
qui s'était lassé d'atala, des qui avait dédaignés
comme bêtes les romans de la Dumesnil  Me Cottin
et trouvé du vide à Jocelyn, n'accepta se revo
                  en grandissant             mystères
s'insurgeait malgré lui contre les miracles de la Foi -
                                                          qu'elle s'irritait
de même qu' dont au - de même que son humeur
                       nerveux            [illis.]arrangemens
tempérament nerveux s'irritait aux minuties de la discipline
contres les minuties niveau de la règle qui lui
                                               le devoir
                                                   règle      d'elle-même

agaçaient les nerfs.  -   la discipline était de
            qque chose de contraire à sa constitution
                           d'antipathique                     nerveuse


168v

Quand elle en


 d'abord

fut ennuyée        bientôt mais
elle s'en ennuya   mais n'en voulut pas convenir,
                                         puis
             encore        encore ensuite  qq temps  enfin elle

                  
                   puis
et un matin prtant

continua  par habitude, par vanité,  et enfin  se réveilla
                            ensuite surprise elle-même de se sentir
prtant dans un jour dans une santé complète sans plus
                              matin toute appaisée et
de tristesses au coeur que de rides sur son front.

                           les bonnes religieuses qui avaient tant
                        Les maîtresses du couvent qui avaient si
                                                             s'apercevaient avec étonnement

si
s'aperçurent         




l' si bien
 tant  
lui avaient

bien présumé jadis de sa vocation ne comprenaient pas
                              que                                              semblait
maintenant comme Melle Rouault de jour en jour échapper
                                                                             en effet
à leurs soins. Elles l'avaient en effet fait passer par
ennuyée de                                    neuvaines
      tant de jeunes, de vigiles, de retraites et de sermons tellement
si bien prêché
rabâche le respect qu'on doit aux saints et aux martyrs
particulièrement le respect qu'on doit à St Pierre & à
                            tant d' excellens
           et                si --nombreux
St Paul et donné tant de conseils pr avoir une tenue
la tenue du corps et le salut de l'âme
modeste & faire son salut dans l'autre monde, qu'elle
      à la fin                                    ces               l'on veut tirer à soi
fit tout naturellement comme les cheveux que l'on tire





la musique à cause des   
paroles des romances et    

en avant par la bride - elle s'arrêta court & le mors lui
sortit des dents - cet esprit (réaliste au milieu de ses
                                              et          l            lassé       des
enthousiasmes successifs) qui s'était rebuté vite aux contes
               qui      ensuite                  pr [illis.]
de Fées, avait aimé l'église pr ses fleurs & le confessionnal

                                    mobile
et dont l'exigence capricieuse
dont les exigences variables

la littérature pr ses

      ses ténèbres  les romances   les romances      de romances
pr son prêtre,          comme la musique pr leurs paroles   et
fouillait avait cherché dans les livres tout à tour
qui demandaient aux livres une assouvissance des
                                à la littérature       passionnels
excitations ou des calmans presque physiques se
          en effet   avec pour finir   devant        de la Foi
s'insurgeait    en grandissant    contre les mystères

de même que le niveau de la
l'irritait
s'insurgeait contre les mystères
de la Foi           

d'une

 discipline                    toute    qu'elle se blessait chaque jour
de la Foi, de même que sa constitution nerveuse se
davantage         chaque jour    se bless sous aux le niveau d'une
bless  s'irritait  de plus en plus dans les minuties de la
                                            qui était
discipline méticuleuse, comme quelque chose d'antipathique
à sa cons  son tempérament.
de même que le niveau
                              Règle
/
râpeux/ de la discipline
blessait chaque jour davantage
dans
toute sa constitution nerveuse
                                    de même qu'elle se blessait
                 de plus en plus sous le que  au
chaque jour davantage sous le niveau / râpeux
             règle                       comme qq chose
de la discipline qui était   qq chose d'antipathique
à toute sa constitution nerveuse

d'ailleurs

 son tempérament


de même

davantage

            qu'il        chaque jour
    qu'elle s'irritait de plus
                       contre                            d'ailleurs                             
         en plus de la discipline qui était qq chose
                  d'antipathique à (toute) sa constitut. nerv.


150

elle s'en ennuya mais n'en voulut point convenir
             encore                  qq temps encore
continua   par habitude, ensuite par vanité
                                                   toute
et se réveilla prtant un matin,  surprise elle-même
                      toute
de se sentir tout appaisée et sans plus de tristesses
au coeur que de rides sur son front.

                                 soeurs du couvent
             les bonnes religieuses qui avaient si bien
                                           religieuses           alors
présumé jadis de sa vocation   s'aperçurent  avec de gds

          dans ce temps-là

                                                                           alors  paraissait
étonnemens que Melle Rouault  de jour en jour  semblait
                                                            fatiguée           ta
échapper à leurs soins. elles l'avaient en effet -ennuyée

        elles lui avaient tant prodigué
                 en effet  tant    

les offices tant     des      les                   les          les  jeunes et
de  tant de jeûnes, vigiles,  les retraites, neuvaines  et 
les sermons
 lui avaient      tant
lui avaient si bien prêché le respect que l'on doit
aux saints et aux martyrs (particulièrement à St Pierre
              
        et tant donné de bons conseils, donné
et à St Paul)  et tant d   lui avaient tant de si

et donné tant de bons
                        conseils        modestie
        la -[illis.]
pr la modestie du corps
 
que l'on veut tirer

   en leurs conseils  pour avoir leur tenue modeste et faire
de son
                                son               
du maintien et le salut de son l'âme         
 finit donc à la fin
son salut dans l'autre monde qu'elle fit donc  à la fin
                                                veut       en avant
comme ces chevaux que l'on  tirer à soi par la bride
elle s'arrêta court & le mors lui sortit des dents.

 

Cet esprit (réaliste au milieu de ses enthousiasmes
successifs,) qui avait aimé l'église pr ses fleurs / le
confessionnal pr ses ténèbres/, la musique à cause
                                             et                               stimulans

rejetant au fur & à mesure
tout ce qui ne contribuait
pas à la consommation
immédiate de son coeur

des paroles des romances,  la littérature pr ses excitations
                                              maintenant
passionnelles s'insurgeait  avec orgueil devant les
                                                                             de plus
mystères de la Foi, de même qu'elle s'irritait chaque
       en plus davantage  de                                 d'ailleurs
jour davantage contre la Discipline qui était d'ailleurs
qq chose d'antipathique à toute sa constitution
nerveuse.  - Quand son père au bout de l'année vint

donc 

la retirer tout à fait du couvent pr la remmener
chez lui, on ne fut point fâché de la voir
partir - et la supérieure trouvait même qu'elle
                                                                     trop
était devenue dans ces derniers temps assez peu
révérencieuse envers la communauté.


142v

 
 
 
aussi
 
et même la supérieure
                       au bout de l'année vint  la chercher pour la
                                                                    remmener chez lui
             son père vint au bout de l'année la retirer du
Quand elle sortit du couvent à 18 ans, on ne fut pas
                                                  au bout de l'année
trop fâché de la voir partir. La Supérieure trouvait
                      depuis qq vers la fin    qu'    avait    pas
même que dans ces derniers temps    elle n'était plus pas
                                    envers
assez   révérencieuse pr la communauté.
qu'elle était devenue peu révérencieuse envers la
communauté
 
Aussi Quand son père     
au bout de l'année vint    
la retirer tout à fait          
du couvent pr la             
remmener chez lui on 
   –––
                           donc   donc à la fin
aussi Quand son père  vint   au bout de l'année la retirer du
couvent tout à fait / pr la remmener chez lui / , on
                                          de l'en
ne fut point très fâché de la voir partir et
                 même même         même même  dans ces derniers
       même 
elle revit aux Bertaux  
des choses qui lui semblèrent 
presque nouvelles                 
qqs voisins ne la reconnurent   
par tant elle grandie            
la Supérieure   trouvait  qu'elle était devenue depuis
                   assez                        même
qque temps   peu révérencieuse  envers la communauté                                         
               revenue à la ferme
             Arrivée aux Bertaux Emma prit plaisir
quinze jours dur  s'amusa les trois premiers jours
à de revoir des choses qu'elle avait presque oubliés
    les
des domestiques de qui la tutoyaient autrefois
                                                           tout de suite
l'appelèrent Mademoiselle, elle prit  dans la maison
 
 

tout à fait
la place
 toutes                 
parmi  ses nippes       
                                             2
                           dès le lendemain  1           armoires

de sa mère, et   s'amusa   fouilla dans ses affaires
                                                   pas
pr voir si elle n'y trouverait  qq chose. - elle
                              bien habituée        les premiers jours
 le elle s'aperçut  qu'elle éblouissait un peu le
elle s'amusa les 1ers jours
à commander aux           
                                              il est vrai
voisinage prit de gds airs,  commanda aux gens
                               elle          d'abord comme un enfant
à tors & à travers   s'amusa   à commander
                           ensuite      s'aperçut qu'elle n'y entendait rien
aux gens de la ferme - Ce qui dura quinze jours
                                                le désoeuvrement
alors                         
prit  la campagne en       
dégoût                  
après quoi elle tomba dans un ennui morne
  
attendit la saison prochaine         2 une fois 1
et regretta son  le couvent - elle  essaya      pr se
distraire, de mettre à profit ses talens comme
                                                                  son
disait le curé. Munie d'un carton sous le
bras & portant une chaise de l'autre elle alla
 
s'installer dans
s'asseoir
dans
la cour pr y dessiner des arbres
                                               faire d'abord
d'après nature - voulut dessiner une vache
qui broutait      mais habituée à copier des têtes d'après
                                            l'antique

162v

 trouva bon de n'être plus commandée -
   plaisir d'avoir la place de sa mère -
     et de commander.
mais s'embête - ennui de la régularité - personne ne passe -
                                           abandonnée
Retournée aux Bertaux & seule toute à elle-même, elle
prit d'abord plaisir à commander et s'amusa de la ferme
quinze jours à peu près, - à cause de la nouveauté, ou
du moins c'était tout comme - mais elle ne tarda pas
à s'en embêter. - et il y avait déjà quatorze gds
mois qu'elle était dans cet état quand Mr Bovary
vint un matin
- elle tomba dans des ennuis
                                                                         manuelles
qui n'étaient compensés que par des irritations   et
regretta son couvent. - pr se distraire elle essaya
de dessiner, mais ne put réussir d'après nature
elle fit des visites à la femme du notaire de St Victor
                                    mais la fem. du not la méprise comme
pr jouer du piano, mais   le piano était démantibulé
                                                                                     paysanne
de toutes des cordes - & d'ailleurs - qqu'elle se fût forcée
pr l'être, Emma n'était pas musicienne elle
ne jouait que des contredanses
-
                                                            comme une vieille
             s'enfouit dans ses souvenirs - désespéra du
bonheur encore une fois & se résigna -
en bloc              elle avait acheté à une foire - tout un
casier de livres à un colporteur moyennant 30 fr. - depuis
des traités de Pharmacie jusqu'à la cuisine[ière] bourgeoise
                                                par hasard
la nouvelle Héloïse s'y trouvait. - elle se jeta dessus
s'enferma à double tour - mais quel fut son
étonnement en lisant ces déclamations vertueuses
& rien - et puis elle en avait assez des livres
Ce n'était pas un mets qui la rassassiat. -
prquoi.  plutôt la vie - mais elle était vide pr elle
                    la conn. de Charles la tira de ce calme et
                 Ainsi à l'époque où elle fit la connaissance
de son mari - elle était calme - état -
 
fréquentation
             Mais l'irritation causée par la longue
d'un homme bandant
attente - qq mots de galanterie ( ! ) de Charles qui lui faisaient
voir que tout n'était pas phrases dans l'amour -
l'anxiété d'un état nouveau lui firent croire
                         à la fin
qu'elle était à cet état en cette passion qui
avait brillé devant ses yeux & qu'elle n'avait
pu saisir.

154

                                     Mais habituée à copier des têtes d'après l'antique
                 elle essaya d'abord une vache
                                           jamais
la remua, elle ne sut pas seulement comment s'y
[illis.] venus exprès      
la regardaient comme
un escamotteur          




toute
                    et séance tenante au milieu d'un cercle de voisins qui
prendre -  barbouilla tro six feuilles de papier essaya
   successivement
séance tenante, des arbres un mouton, un charrette
barbouilla
brouilla six feuilles de papier cassa ses crayons, rentra
            dans sa chambre
dépitée - et renonça aux Beaux arts - le matin dans
                                         le matin
l'hiver elle était réveillée   par les galoches des ch valets
                      lourdement en descendant
qui marchaient lourdement dans l'escalier - le soir après
             non plus                
Personne  ne venait jamais
aux Bertaux, hor peut-être
qq fermier du voisinage   
et quel gens ! hors peut-être
etc   -                          
     ou sa cous.                  
les dames des environs        
les paysannes                     
                      dans son salon
                              le soir  et seule à côté de lui    &  les bras croisés
le souper son père   s'endormait auprès du feu - elle ne
            elle regardait le bois brûler en  
sachant                         attendant 9 h      alla voir
savait que faire ? - elle   un jour elle fit au jour
de l'an   une visite à la femme du notaire de
           qu'elle alla voir au jour de l'an       ne lui
St Victor, mais celle-ci la reçut avec de gds airs
ne lui parla que bestiaux & recettes comme à
                                                           même
une paysanne &   ne lui rendit pas   sa visite
Quand Ch.                        
         elle était donc ainsi
     Ainsi
elle - sérieuse, se croyant mure et
qu'il n'y avait pas sur la terre de condition plus
lamentable - espérant des jours à l'avenir - elle se
résigna à vivre dans sa solitude - se reportant déjà
à ses souvenirs comme si elle eut été vieille –
& se croyant très au fait de la vie - très expérimentée
très mure - n'ayant plus rien à apprendre
et ne devant plus rien sentir.
                     Cependant qques mots de galanterie que
dits par Charles, une fois la et quelles galanteries. Prtant
                singulière                              présence assidue
l'irritation   causée à la longue par la fréquentation de
             qui la regard
cet homme, l'anxiété d'un état nouveau, et plus que
tout cela l'idée - lui firent croire - le trouble
lui avaient fait         
croire un moment    
projeté de loin par l'événement - lui firent croire
                          tenait enfin
alors qu'elle touchait à cette passion

152

   Emma                            bien bien
elle revit aux Bertaux des choses qui lui parurent presque
                       des des
nouvelles. qques voisins  ne la reconnurent pas tant elle
Revenue chez elle, Emma    
d'abord          
s'amusa les premiers temps  
au commandement des gens 
de la ferme, prit dans la        
maison tout à fait la             
parmi toutes
même    
place de sa mère, fouilla dans 
affaires                             
ses armoires pr voir si elle     
n'y découvrit pas qq chose   
prit alors
prit bientôt la campagne      
en dégoût & regretta          
son couvent.                     
                                                                                     jadis
était grandie. Les domestiques qui la tutoyaient autrefois
                                                       tout de suite
l'appelèrent mademoiselle - elle   prit dans la maison
                               et même                     elle
la place de sa mère, et dès le lendemain   fouilla dans
parmi ses nippes
ses armoires pr voir si elle n'y découvrirait pas
                    Elle s'amusa       au commandement des
qque chose.   Ses premiers jours à commander aux
                            sur      puis    s'aperçut vite
gens de la ferme, s'apercevant qu'elle  n'y entendait rien
     en dégoût         en dégoût
prit   la campagne en dégoût et regretta son couvent.
                 afin de                             une fois
une fois, pr se distraire, elle essaya  de mettre à profit
ses talens comme disait le curé. Un carton sous le bras
et portant une chaise de l'autre, elle alla s'installer
dans la cour pour y dessiner d'après nature et là,
séance tenante, au milieu d'un cercle de monde qui la
                faire                                       elle         de faire
regardait  comme un escamotteur  essaya   successivement
               qui broutait     la grange            l'écurie et
une vache, des  arbres, un mouton une des [illis.]
              une charrue              cassa tous ses ses crayons
barbouilla six feuilles de papier l'un après l'autre
                                  dans sa chambre    en et     du coup
rentrant toute dépitée dans sa chambre et renonça aux
                                                 tous chaque
Beaux arts. - elle était réveillée le matin par les
                                                montaient dans
galoches des valets qui descendaient lourdement l'escalier
              après le souper après le souper le soir au coin du feu
son père   le soir s'endormait après souper au coin
ne sachant que faire      
elle
regardait le bois
donc les charbons
            et alors   │ne disant rien│, les bras croisés
du feu. seule avec lui, les bras croisés   elle regardait
les charbons                       qu'il fut
le bois  brûler  en attendant     neuf heures.
fréquentait            
pouvait voir   f  
les paysannes qu'elle voyait lui      
toutes                                      
semblaient  plus bêtes que leurs veaux
depuis.         
et les dames des environs           
ne voulaient                                             
n'auraient pas voulu
s'abaisser à rendre des
visites à une
fermière      

                        2       jamais
Personne ne venait à la ferme, hors qq voisin le
                  d'ailleurs
dimanche. - les paysannes avaient peur de la fréquenter
                                                                                           abaissées
                             s'il y en avait    ne -se seraient pas compromises-
et quant aux dames des environs     la considéraient comme
au dessous d'elles. la femme du notaire de St
Victor qu'elle alla voir un jour de l'an ne lui rendit
                           pas sa visite
elles ne voulaient pas descendre-

                         descendre de leur rang

dans la société d'

elles n'auraient jamais voulu s'abaisser à lui
                                                    rendre des visites
                                      à faire des visites à une
                                                         fermière


151 (droite)

dès le lendemain de son arrivée
De ret. aux B. Emma fouilla dans les arm de
son sa mère pr voir si elle n'y découvr p. qq ch.
s'am se plut les pr. j.
  pendant la 1ere quinzaine
à peu près s'amusa se plut les premiers
                                                   domestiques
jours au commandement des gens de la ferme
m prit ensuite la campagne en dégoût
et regretta son couvent
Dès le lendemain de son arrivée aux Bertaux Emma
fouilla dans les armoires de sa mère pr voir si elle n'y
découvrirait pas qq chose, pendant la 1ere quinzaine à
peu près, se plut au commandement des domestiques
prit ensuite la campagne, en dégoût & regretta son
couvent

190

alors

où n'y
 
 elle tomba dans un ennui morne, - un et comme elle
elle ne vit point
n'y voyant point d'issue elle s'y résigna se posa
         elle s'y résigna
vis-à-vis d'ell/ │Stoïquement vis-à-vis même pr tacher
de s'y résigner, tout en espérant un peu en l'avenir
sans savoir prquoi / comme une martyre, laissa
tout alla aller dans la maison, vivant dans ses
            comme si elle eut été vieille
souvenirs. Quand Charles vint à la ferme la première
fois elle était ainsi et elle se considérait déjà
                          déjà
                revenue  de toutes les illusions de la vie

comme ayant déjà passé par beaucoup connaissant
déjà toutes les désillusions de la vie, / très expérimentées
très mûre, / n'ayant plus rien à apprendre, ne
devant plus rien sentir sentir
 
 
elle essay à
                             donc                                      ne voyant
alors elle tomba dans un ennui morne où elle ne vit pas d'issue
se résigner du mieux qu'elle put                            fois emma
et quand Charles vint à la ferme pour pr la première elle se
                       déjà         tout à fait désillusionnée 
considérait déjà comme   revenue         depuis bien longtemps de toutes les illusions
de la vie n'ayant plus rien à apprendre ni devant plus rien
sentir           Cependant                                            avait
                                                                 cependant     adressa

                  qques mots de galanterie qu'il lui dit - une fois le
                     que
que mariage fut arrêté - & quelles galanteries prtant - l'anxiété
         l'anxiété                                                     changer
l'attente prolongée d'un événement qui devait   sa destinée
d'où   cependant   se  tro  se trouvait                         puis
derrière lequel il y avait tout son avenir, le trouble et l'irritation
causée à la longue par la présence de cet homme av avaient
av bien pu suffire                                                              peut avaient suffi sans
bien par leur nouveauté la tr
  avaient suffi pr lui faire
     doute à lui faire croire
croire  pu l'impressionner assez pr lui faire croire que
                    peut-être    à
avaient été suffisants pr lui faire croire, tant ces impressions là
                                                          à la fin                        coeur
étaient nouvelles - qu'elle tenait enfin dans cette son âme
palpitante & toute

depuis longtemps planait
entière
cette passion indescriptible passion d'amour qui planait
merveilleusement           aigle                     roses  dans
toujours comme un gd oiseau aux ailes d'or dans au haut
     les azurs
des ciels poétiques elle levait les yeux ses regards
étaient montés
                   au sommet des

155

                                   peut-être
Cependant l'anxiété  d'un état nouveau et
aussi l'irritation causée à la longue par
la présence de cet homme avaient suffi
sans doute      la convaincre
peut-être à lui faire croire (tant ces
impressions là étaient nouvelles) qu'elle possédait
à la fin
enfin toute entière & descendue dans son coeur
                 2       1 merveilleuse             3         toujours
cette passion merveilleuse de l' d'amour qui était
      qui pr elle s'était tenue pr elle    sans cesse
restée pr elle   jusque là / à présent , comme un
toujours               
au dessus de sa tête
aigle aux ailes                             bien
oiseau à plumage rose planant tout
          toujours
en haut dans la splendeur des ciels poétiques
                               donc croire maintenant
            donc s'imaginer

& elle ne pouvait donc à présent que cette
                             donc
                       qu'elle vivait / │maintenant│
tranquilli qu'elle éprouvait fût tout le
                                 avait cru.
bonheur qu'elle s'était dit.

         / qui pr elle jusqu'à présent, s'était
tenu toujours comme / -

155v

Cepend. l'anxiété d'un état nouveau ou
                                          à
bien l'irritation causée par la longue
par la présence de cet h. avaient suffi peut-être à lui
faire croire (tant ces impressions-là et. nouv.)
                 possédait
qu'elle tenait en elle, à la fin, palpitante
                                   fameuse
et toute entière cette   passion merveilleuse
      pr elle avait toujours  s'était tenue
qui    planait jusqu'à présent au
qui se


gd






maintenait toujours        planant bien haut
sommet de ciels poétiques,     comme un
                         roses.    laissant la terre
aigle aux ailes d'or   sans s'abaisser
par sur la terre - & elle ne pouvait
                               cette
s'imaginer que cette la tranquillité où
qu'elle éprouvait
elle vivait fût tout le bonheur qu'elle
avait cru
                   qui brillait resplend se tenait
qui resplendissait au milieu des ciels poétiques
& planant merveilleusement comme un gd
  aigle aux ailes roses     qui pr elle
                                                  lors
         s'était tenu jusqu'à présent, comme
        planant comme un gd ai. aux roses
                                   sans cesse
               planant lo toujours au milieu des
                                          ciel poétiques.

156

                                                                         & plus plat
                                                        plus immobile que la mare de la
                                                                              basse cour
                                                                     et quand Ch

                                                                                        
elle vit
alors elle tomba - dans dans un ennui morne où ne voyant
                                      elle tachait de se résigner   aussi et
point d'issue, elle tâchait de résigner, et quand Charles
il y avait déjà six mois  
qu'elle
                            
                                                                              aussi
vint à la ferme pr la première fois, elle  Emma
                                   elle déjà depuis six mois déjà    bien
elle se considérait déjà   comme revenue depuis bien longtemps
                              déjà déjà                 déjà depuis bien longt. déjà
de toutes les illusions de la vie, n'ayant plus rien à
 apprendre, - ne devant plus rien sentir.
                                                         peut-être que l lui
               qques mots de galanterie  adressés après que le
                                                       d'un    derrière lequel il y avait tout son                                                               
l'anxiété d'un état nouveau mariage fût conclu--/   l'anxiété de l'événement, l'irritation
                  ou bien
avenir, & puis l'irritation causée à la longue par
                                                                     sans doute
la présence de cet homme avaient suffi peut-être (tant
qui planait merv         ces impressions-là étaient nouvelles)  à lui faire croire
                                  possédait enfin maintenant    merv
dans tous        dans          
qui au sommet des ciels     
toujours
poétiques planait bien haut
merveilleusement
comme un gd aigle            
aux ailes roses.                  
persuader qu'elle  tenait  à la fin cette   passion d'amour
                                          en elle            gde
   merveilleuse passion d'amour

fugace et chatoyante qu'elle avait vu comme un
                         qui planait éternellement dans tous les ciels
gd aigle aux ailes roses planant au sommet des           
                                                     
donc  penser  à présent
ciels poétiques - & elle ne pouvait  croire que  la cette
                                                            s'imaginer
                        où elle vivait             tout

tranquillité qu'elle éprouvait fût  le bonheur qu'elle
        [illis.]                                  encore
avait cru. il y avait autre chose. tout ne finissait pas.
                                                                             pu mentir
encore là. tant de phrases si belles n'avaient point
                                 par  quelle
prquoi           
d'où venait
menti menti. C'était donc une infirmité de sa nature
donc que la  n'avait-elle
n'éprouvait
cela pas ce que tout le monde se vante de
que de ne pas sentir ce que l'on disait-que tout
                                                          hasard
subir - quelle infirmité -ou quelle
mal[illis] l'en empêchait
elle sentait prtant           
qqfois                        
s'agiter son coeur se      
gonfler par soubresauts
                                       et   et
le monde sent mais non pourtant. son coeur
                                                             cependant
  [illis.]   en ce gd  / plat /de la vie                   inquiets
au milieu du calme où elle promenait ses yeux
                                      comme fait – au vent
inquiets Elle sentait se gonfler s'agiter          inutile d'une barque
son coeur était agité comme   la voilure d'un navire
dont l'écoute est restée     amarrée. \ et qui se gonfle de vent sans pouvoir
                 puisse
le faire avancer
le pousser au large
 

153

                                                             2                 1
                                        les premiers
 jours se plut
Revenue chez elle, Emma   s'amusa, d'abord au commandement
                                      occupa
des gens de la ferme, prit dans la maison tout à fait la
                      [illis.] elle  même
place de sa mère, ( fouilla   dès le lendemain dans ses armoires
pr voir si elle n'y découvrirait pas qq chose)
eut
prit bientôt la campagne en dégout & regretta son
couvent. elle était réveillée tous les matins par les
galoches des valets qui descendaient l'escalier - son
le soir
père après le souper s'endormait au coin du feu et seule
alors avec lui, les bras croisés, ne sachant que faire, elle
                les charbons
regardait le bois brûler en attendant qu'il fut neuf
heures. hors qq voisin, le dimanche, personne ne venait jamais
                                                                            d'ailleurs
à la ferme. Les paysannes qu'elle fréquentait  lui semblaient
  d'ailleurs                                                      quant a
d'ailleurs plus stupides que leurs veaux - et  les dames des
                                        elles
environs s'il y en avait,   n'auraient jamais voulu s'abaisser
à faire des visites à une fermière - alors elle tomba
                     morne  terne & plus et plus terne froid terne
donc dans un ennui,  plus   immobile   et   plus   glacé que
                                                                           parut
la mare de sa basse cour, et quand Charles vint aux
                                                   emma               déjà
Bertaux pr la première fois, elle se  considérait  comme
                                                                                          de la vie
revenue depuis bien longtemps de toutes les illusions n'ayant
plus rien à apprendre, ne devant plus rien sentir
peut-être       
sans doute
          Mais l'anxiété peut-être d'un état nouveau, et puis
aussi l'irritation causée à la longue par la présence
                                                      peut-être
de cet homme jeune, avaient suffi sans doute à lui
                                                      sans doute
faire croire (tant ces impressions là étaient nouvelles)
                          à en        palpitante & toute entière
qu'elle possédait  à la fin cette passion merveilleuse
      jusqu'alors                    pr elle
qui   pr elle   s'était tenue jusque là comme un
        oiseau au plumage d'or             bien haut
                     plumes                        au dessus de la
vie
gd aigle aux ailes roses, planant dans la splendeur
                                            et
des ciels poétiques, si bien qu'elle ne pouvait donc
                                           s'imaginer à présent

MANUSCRITS DÉFINITIFS

70

 

                                       songer peut-être
l'appelait à elle, c'était sans y penser sans doute, et plutôt
par condescendance
        lui faire plaisir qu'instinctivement poussée.
[Elle ne comprenait pas ces effusions de sentiment qui
                    cependant
la flattaient pourtant puisqu'elle s'en savait être la cause toute
                                              sentir
toute étonnée même de ne rien éprouver elle attendait qu'il lui survînt
au coeur quelque chose d'aussi extraordinaire. Aussi
la société de Charles son mari (une fois la curiosité du
sexe passée) n'avait donc pr elle que le charme d'une
                                                      encore en plus la satisfaction
bonne camaraderie où se melait le plaisir d'être enfin
débarrassée des paysans et celui de vivre désormais d'une
façon plus agréable.]

 

Avant le mariage qu'elle ne se mariât, elle avait
                                                          mais le
cru avoir de l'amour cependant mais mariée maintenant
                                          eut
Charles bonheur qui aurait dû résulter de cet amour
n'étant pas encore venu, il fallait qu'elle se fût
                songeait-elle & Emma
trompée d'avance pensait-elle cherchait à savoir ce que
                                                dans la vie
l'on entendait au juste dans la vie par les mots de
félicité, de passion & d'ivresse qui lui avaient
paru si beaux dans les livres.

 

A douze ans, elle avait lu Paul et Virginie
   alors         xxxx
et elle avait rêvé la maisonnette de bambous, le nègre
Domingo, le chien Fidèle, mais surtout l'amitié douce
                                                            chercher
de quelque bon petit frère, qui va cueillir pour vous
des fruits rouges dans de gds arbres droits, plus hauts
                  qui [illis.]
que des clochers, ou qui court pieds nus, sur le sable,
vous apportant un nid d'oiseau.

                                                                  Elle essaya
de semer des graines dans le jardin pour voir pousser
des arbres. Elle enfouit en terre un noyau de pêcher
l'année suivante, mais rien ne sortit l'année suivante
un jour qu'il faisait chaud, elle alla même vers
                                  l'abreuvoir aux vaches,
                                                   sous la pompe.

71

 

 pr s'y baigner

                                                       assise sur le bord
                                                                    même
                          dans                    ses bas étaient déjà retirés
comme Virginie à la fontaine, elle entrait déjà ses jambes
et déjà  ses bas déjà étaient retirés                   survenant
dans l'eau                          quand sa mère arriva tout en courant
     flanqua
lui donna deux soufflets et la fit rentrer à la
                                             les jours de fête
maison - elle jouait aussi le dimanche avec le fils du
                                    le dimanche             comme
charpentier leur voisin mais craintif et tout
mais ---[illis.]--complaisant
lourdaud Isidore n'osait pas seulement monter
                                                      lui chercher
sur le toit de la bouillerie pr cueillir des iris
   d'ailleurs                   d'ailleurs
et      jaloux de tout ce qu'elle avait
et d'ailleurs jaloux de tout ce qu'elle avait ,il
                          même
il se précipitait comme un vorace sur ses tartines de
                           même
compottes] alors elle s'enfuyait pr l'éviter car elle
était légère comme un chevreau.

    on leur -[illis.]     
souper

         

Lorsqu'elle eut treize ans, son père l'amena
lui-même à la ville, pr la mettre au couvent. Ils
descendirent un soir dans une auberge du quartier
St Gervais, où  on leur servit à souper dans des
où ils eurent à leur souper des                             peintes
     -[illis.]- assiettes de faïence  peinte, qui représentaient
l'histoire de Melle de la Vallière  

 

                                                            [ Sur l'une d'elles
           sur l'une d'elles
on la voyait avec une gde robe à queue,
et embrassant d'une main un crucifix, tandis
qu'elle repoussait de l'autre Louis XIV qui
s'avançait, le chapeau bas ] les explications de
chaque tableau]  [ dont les lignes nombreuses étaient]
 Les explications légendaires

 coupées                   l'égratignure
brisées ça & là, par la coupure des couteaux  
glorifiaient toutes la Religion, les délicatesses
du coeur & les pompes de la Cour.


72

                                                                                  temps    elle
Loin de s'ennuyer au couvent les premiers jours, elle se plut
                                                               Religieuses
au contraire, dans la société des Bonnes Soeurs, qui pour
                   l'emmenaient la conduisaient qquefois
l'amuser, la menaient de temps à autre,  dans la chapelle où
l'on pénétrait du réfectoire, par un long corridor.
Elle jouait fort peu         
durant les récréations,   
ce qui lui valut    
     
                                                                       [ naturellement
adroite de ses doigts, Emma fut bientôt la plus forte aux
ouvrages à d'aiguille, où personne jusqu'à présent ne l'avait
exercée.] elle ne jouait pas beaucoup pendant les récréations
elle préférait rester assise à faire la petite dame  ce qui lui
valut l'estime de ses maîtresses, d'autant qu'elle comprenait
bien le Catéchisme et que c'est elle qui répondait toujours
au Vicaire, dans les questions difficiles. Vivant donc sans
jamais sortir de la tiède atmosphère des classes, et parmi ces
femmes au teint blanc portant des chapelets à croix de cuivre, elle
s'assoupit tout doucement, à la langueur mystique qui s'exhale
                  de
des parfums des fleurs de l'autel, de la fraîcheur des bénitiers
et du rayonnement des cierges. Au lieu de suivre la Messe, elle
regardait dans son livre les petites vignettes pieuses bordés
d'azur qui servent de signets, et elle aimait la brebis
malade, le sacré coeur│tout rouge│percé de flèches aiguës
ou le pauvre Jésus qui tombe en marchant sous sa
                            mortification
           une fois                  contri-
croix. Elle essaya par pénitence, de rester tout un jour
sans manger; elle cherchait dans sa tête, quelque voeu à
accomplir.
         Quand sa première communion fut faite elle eut
                                           certaine de n'avoir
un gd espoir de moins – sûre qu’elle était maintenant
                                                                   qu'elle n'aurait plus de
de n’avoir plus à attendre de la Religion aucune sensation
sensation [illis.]
        Quand elle allait en à confesse
nouvelle.      elle demandait souvent à aller en confesse
                                                     et       elle inventait
quoiqu'elle n'eut rien à y dire-et alors de petits
péchés afin de rester là, plus longtemps, dans l'ombre,

73



 à genoux dans l'ombre, les mains jointes, le visage à la grille
agenouillée, les mains jointes, la bouche collée contre la grille
écoutant
sous
à écouter le chuchottement monotone du prêtre. qui l'exhortait
d'une voix   doucement
à l'amour de dieu avec des caresses de langage
. Les comparaisons
 de fiancé, l' d'époux, d'amant céleste, & de mariage éternel qui
                                                                               au fond de
reviennent dans les sermons lui soulevaient parfois dans l'âme
[illis.]         des douceurs inattendues. et la rendaient attentive à qque chose
 de lointain qui remuait en elle comme une source cachée 
que l'on entend au fond d'un bois
tous
tous
Les soirs avant la prière, on faisait dans l'étude
une lecture religieuse. C'était, pendant la semaine, quelque
 résumé d'histoire sainte ou les conférences de l'abbé Frayssinous,
                   des qques des
le dimanche des passages du Génie du Christianisme par
récréation. Comme elle écouta, les premières fois, la lamentation
sonore des mélancolies romantiques, se répétant à tous les
  échos de la terre et de l'Eternité ! Si son enfance se fût
écoulée dans l'arrière boutique obscure d'un quartier marchand,
                                                                                     fût
[ne voyant le soleil qu'aux jours de fête] elle se serait peut-être,
                        alors
alors, ouverte aux envahissements lyriques de la nature qui
                        ne vous arrivent que
d'ordinaire, arrivait ainsi à la jeunesse - par la traduction
des écrivains. Mais elle connaissait trop la Campagne ! elle
savait le bêlement des troupeaux, les laitages, les charrues.
                                                        donc au contraire

[ habituée aux aspects calmes, elle se tournait, par -curiosité
                                            n'admirait ainsi
vers les accidentés. ] Elle n'aimait un peu la mer qu'à cause de ses
tempêtes, et la verdure, des arbres seulement lorsqu'elle était
                                                        elle-même
clairsemée parmi les ruines. il fallait pour la satisfaire qu'elle
pût retirer des choses, une sorte de profit personnel, et elle
                                                                                          ainsi [illis.]
rejetait comme inutile, tout ce qui ne contribuait pas aussitôt
à la consommation immédiate de son coeur, étant après tout
de tempérament plus sentimentale qu'artistique, cherchant
des émotions et non pas des paysages.

74

Il y avait au couvent une vieille fille nommée la Dumesnil qui
                                                     quinze      /  │travaillait
venait tous les mois, pendant huit jours, travailler à la lingerie.
                                                    huit
Protégée par l'archevêché comme appartenant de loin, à une ancienne
                                                                   dans sous
famille de gentilshommes ruinée  pendant la Révolution, elle mangeait
                                                             -[illis.]
au réfectoirà la table des Bonnes Soeurs, et faisait avec elles,
après le repas, un petit bout de Causette autour de poêle, avant
                                              Souvent
de remonter à son ouvrage. Les pensionnaires dans la journée
 s'échappaient de l'étude pr l'aller voir. elle savait par coeur
des chansons galantes du siècle passé, qu'elle chantait à demi voix,
tout en poussant son aiguille. Elle contait des histoires, & vous
apprenait des nouvelles, faisait en ville vos commissions, et même
              en cachette   [illis.]
 
prêtait aux grandes   quelque roman bien amusant qu'elle avait
                             en cachette
toujours dans les poches de son tablier, et dont la bonne
                                        dévorait avidement
demoiselle, elle-même, les deux pieds sur sa chaufferette lisait
tranquillement  de longs chapitres, dans les intervalles de sa besogne.
Ce n'étaient qu'amours, amants, amantes, dames persécutées
s'évanouissant dans des pavillons solitaires, postillons qu'on tue à
tous les relais, chevaux qu'on crève à toutes les pages, forêts sombres,
                                                                                 &
troubles du coeur, serments, sanglots, larmes et baisers, nacelles
au clair de lune, rossignols dans les bosquets, messieurs braves
comme des lions, doux comme des agneaux, vertueux comme on
ne l'est pas, toujours bien mis - et qui pleurent comme des
                                                                               se graissa
urnes. Pendant six mois, à quinze ans, Emma se roula donc
                             mains
           donc les doigts à tout cette poussière  [illis.]
l'esprit dans tout ce fond poudreux  des vieux cabinets de lecture
de province. Avec Walter Scott plus tard, elle s'éprit de choses
historiques, rêva bahuts, salle des gardes et ménestrels.
                                                 quelque  un            / à tourelles /
Elle aurait voulu vivre dans quelque vieux manoir, entouré
d'un lac, au milieu des bois  comme ces châtelaines au long
                     corsage qui derrière le vitrail des ogives
                             
sous le trèfle des ogives

75

  passaient leurs jours tout assises, le coude sur la pierre et le menton
dans la main, à regarder venir du fond de la campagne, un Cavalier
                           qui
à plume blanche, galoppe sur un cheval noir. Elle eut dans ce
temps là, le culte de Marie Stuart et des vénérations enthousiastes
à l'endroit des femmes illustres ou infortunées. Jeanne d'Arc, Héloïse,
                                                                                        [illis.] pr elle

donc

perdu

Agnès Sorel, la belle Ferronnière et Clémence Isaure, se détachaient
                                            l'immensité ténébreuse          \  pr elle,
comme des comètes, sur le fond tout obscur de l'histoire, où saillissait
encore ça et là, mais plus perdus dans l'ombre et sans aucun
rapport entr'eux, St Louis avec son chêne, Bayard mourant
qques férocités de Louis XI, un peu de St Barthélemy, le panache
du Béarnais, et toujours le souvenir des assiettes peintes où Louis
XIV était vanté.
               à la classe de musique, dans les romances qu'elle chantait
                   question que      de madones de lagunes,
il n'était toujours question de petits anges aux ailes d'or, d'albanaises
de gondoliers
pacifiques compositions
qui lui laissaient
entrevoir à travers la
niaiserie du style
& les imprudences de la
note les splendeurs-
l'attirante fantasmagorie
des réalités sentimentales.
                        Alors les Batisto les Rodolpho les Giovanni et les
                            les brigands
Margarita, les lagunes, les madones, les carnavals de Venise, les
poignards, les guitares, les éventails et les masques noirs lui
tourbillonnèrent dans la tête au rythme des mélodies italiennes
et lorsqu'elle s'emplissait d'air la poitrine afin de pousser plus
longuement le point d'orgue pathétique qui tombait au bout
de la mesure, son coeur se gonflait en même temps d'une volupté
vague, tout pénétrée de catholicisme et d'ardeurs méridionales
                                                              de son choix      rencontrait
elle copiait sur un album des morceaux    qu'elle  choisissait
dans les keepsakes.

c'était tout une affaire
que d'en dérober la vue
aux Religieuses & si

                                / qques unes de ses camarades filles de banquiers
                                                          à la pension      keepsakes
ou de notaires apportaient ainsi au couvent les livres qu'on
                                    au couvent          keepsakes
il les fallait cacher; c'était
toute
                              
une affaire; on les lisait
au dortoir, maniant
qu'elles avaient reçus en
leur avait donnés pour étrennes. elle maniait toute émue
                                                          elle Emma fixait
délicatement leurs belles reliures de satin, Emma arrêtait
                   éblouis sur                                         le
ses regards jusque sur les lettres elles-mêmes du nom
                                                          l        le plus souvent
des auteurs inconnus qui avaient signé pour la plupart
comtes ou vicomtes, ou marquis au bas de leurs pages.

76

                                                  soulevant   de son haleine
                    
     elle même                                            avec sous de
Et elle frémissait de plaisir en tournant  avec son souffle,  le papier
de soie des gravures, qui se levait à demi plié et retombait
                                       qqfois          derrière
doucement contre la page. C'était  souvent   à sur la balustrade d'un
                                          souvent
balcon, un jeune homme en court manteau, qui serrait dans
ses bras une jeune fille en robe blanche, portant une aumônière
à sa ceinture ou bien les portraits anonymes des ladies anglaises
à boucles blondes qui sous leur chapeau de paille ronds, vous
          en face placidement des
                 placidement                 clairs
regardent  avec leurs grands yeux calmes, clairs comme l’eau des
                fixement des          d'
lacs / on en voyait de toutes étalées dans des voitures, glissant
               au milieu des
le long du gazon des parcs, où un lévrier sautait devant
l'attelage que conduisaient au trot, deux petits postillons en
culotte blanche. D'autres rêvant sur des sophas, près d'un
                              contemplaient
billet décacheté, regardaient la lune, par la fenêtre entr’ouverte,
à demi drapée d'un rideau noir - les naïves une larme sur la
joue, becquetaient une tourterelle à travers les barreaux d'une
cage gothique, ou souriant de côté la tête sur l'épaule
effeuillaient une marguerite de leurs doigts pointus, retroussés
par le bout comme des souliers à la poulaine. - et vous y étiez
aussi, sultans à longues pipes, pâmées sous des tonnelles
aux bras des bayadères, giaours, sabres turcs, bonnets grecs,
et vous surtout ! paysages blafards de contrées dithyrambiques,
                                                à l’ à la fois
qui souvent nous montrez tout ensemble des palmiers,
                                                  tout
des sapins, des tigres à droite, un lion à gauche, des
minarets tartares à l'horizon, au premier plan des ruines
romaines, puis des chameaux accroupis ; - le tout encadré dans
d'une forêt vierge bien nettoyée, et avec un grand rayon de
soleil perpendiculaire tremblotant dans l'eau où se détachent
en écorchures blanches, sur un fond d'acier gris, de loin
en loin, des cygnes qui nagent.

77

cependant les heures, les quarts, les demies se répétaient aux
églises aux vitres des fenêtres il faisait noir. en bas dans
la rue personne ne marchait sur les pavés. Et l'abat jour

Et l'abat-jour –

 

du quinquet de fer blanc accroché dans la muraille au-dessus
                                                                      immobile
de la tête d'Emma, éclairait d'une lumière égale tous ces
tableaux du monde, qui passaient devant elle, l'un après
            dans le silence de l'étude et avec le bruit

dans le silence du dortoir & 
                                    au bruit
l'autre au milieu du silence de l'étude, et avec le bruit
lointain de quelque fiacre attardé, qui roulait encore sur
les boulevards.
           Quand sa mère mourut, Emma eut une attaque
de nerfs  et elle pleura beaucoup les premiers jours.
 
                                                                              Comme on fut
                                        avant
quelque temps encore sans d'exiger d'elle aucun travail, elle
            souvent
elle allait   dans la chapelle où elle restait des après-midi
            souvent
entiers prosternée devant la Ste Vierge [ à prier de toute
son âme et] s'attendant naïvement à avoir des visions
quoiqu'elle eut gardé l'esprit lucide. [Mais le soulagement
de ses prières s'affaiblit à mesure que ses larmes se tarirent
                            peu à peu            2          1
et son désespoir de soi-même, s'amoindrit bientôt en
                                                           2
chagrin. Elle s'y cramponna comme à deux mains dans
la conscience confuse que cette tendresse lui échappait
  Elle se fit faire [par un coiffeur] un tableau funèbre
            des cheveux      la défunte
avec les cheveux de sa mère, et dans une lettre qu'elle
                 aux Bertaux
envoyait à son père, aux Bertaux, toute pleine de
réflexions tristes sur la vie, elle lui demandait comme
                             qu'on l'ensevelît
un service
de la faire ensevelir plus tard, dans le même
tombeau. Le bonhomme la crut malade et vint
la voir.

78

 

Cette résolution d'être triste occupa dans les oisivetés qui
                                                  Emma
succédèrent à sa douleur et elle fut intérieurement satisfaite
                                                        du premier coup
d'elle-même de se sentir arrivée du premier coup à ce rare
idéal des existences pâles, où ne parviennent jamais les coeurs
                                             naturelle
              Soit Par pente naturelle soit de la circonstance

médiocres. Pour s'y  maintenir ou  peut-être par pente naturelle
                            alors                                  donc       alors    méandres
de la circonstance \  ( elle se glissa laissa glisser alors dans les lacs
                        tous les harpes sur les lacs,
lamartiniens  écouta   tous les chants de cygnes mourants, toutes
les chutes de feuilles, les vierges pures qui montent au ciel  et la
                     parlant dans [illis.]
voix de l'Eternel    dans les vallons. - Elle s'en ennuya, n'en
                  discourant
voulut point convenir, continua par habitude, qque temps
ensuite                       un jour     cependant
encore par vanité et   se réveilla pourtant un matin            
 toute surprise elle-même de se sentir tout apaisée - et sans plus
de tristesse au coeur que de rides sur son front.
                                                       du couvent
                    Les bonnes religieuses qui avaient si bien présumé
jadis de sa vocation, s'aperçurent /alors/ avec de gds étonnements
que Melle Rouault de jour en jour semblait échapper à leurs soins.
elles lui avaient en effet, tant prodigué les offices, les retraites,
les neuvaines et les sermons, si bien prêché le respect que
l'on doit aux saints et aux martyrs, (particulièrement à
St Pierre & à St Paul) et donné tant de bons conseils pr
la modestie du corps et le salut de son âme, qu'elle fit
comme les chevaux que l'on tire en avant par la bride,
elle s'arrêta court et le mors lui sortit des dents.
                    positif
Cet esprit, réaliste au milieu de ses enthousiasmes successifs,
                                                                                  pr les paroles
qui avait aimé l'église pour ses fleurs, la musique à cause
des paroles des romances, et la littérature pr ses
excitations passionnelles, s'insurgeait maintenant devant
                                                                      davantage de plus en
les mystères de la Foi, de même qu'elle s'irritait chaque
                               plus                            d'ailleurs
jour davantage contre la discipline, qui était, d'ailleurs


79

  quelque chose d'antipathique à sa constitution nerveuse.  Quand
                                                                                     pension
son père au bout de l'année vint donc la retira du de couvent pour
                                                                désolé
la remmener chez lui
, on ne fut point  fâché de la voir partir.
                                                                                         dans les derniers
La supérieure trouvait même, qu'elle était devenue, dans ces derniers
         temps
temps assez peu révérencieuse envers la communauté.
   rentrée        
¶ Emma revenue chez
elle, se plut d'abord
au commandement
des domestiques, prit
ensuite la campagne
en dégoût & regretta
son couvent
                                 retour à la ferme
                        
         arrivée à la ferme[illis.]                fouilla dans les armoires
le lendemain de son    Revenue chez elle, Emma se plut les premiers jours
de sa mère, pr voir si elle n'y découvrirait pas qque chose, pendant la première
au commandement des gens de la ferme occupa dans la maison
quinzaine environ se plut de commandement des domestiques domestiques
la place de sa mère ---------[illis.]- -------fouilla dans les armoires
pr voir si elle n'y découvrirait pas qq chose -[illis.]
prit ensuite ensuite
la campagne en dégoût et regretta son couvent. Elle était réveillée
tous les matins par les galoches des valets [qui descendaient
                                                   le soir
l'escalier] son père après le souper s'endormait au coin du feu -
et seule avec lui, les bras croisés, elle regardait les charbons
                                                                          d'ailleurs
brûler, en attendant qu'il fut neuf heures. - les paysannes
qu'elle fréquentait, lui semblaient d'ailleurs plus ineptes que leur
                                                       s'il y en avait,
bétail, et les dames des environs,    n'auraient jamais voulu
s'abaisser à faire des visites à une fermière. Elle tomba donc
                                     & - - - -
dans un ennui plus plat que l'eau de la mare de la basse-
cour -
                    et quand Charles vint aux Bertaux pour la première
                                              fort
                     regardait déjà     fort désillusionnée déjà

fois, elle se considérait comme revenue  depuis bien longtemps,
                                  déjà déjà                        depuis bien longtemps
depuis bien longtemps  de toutes les illusions de la vie, n'ayant plus rien à apprendre,
ne devant plus rien sentir.
                                                                                           ou
                                Mais l'anxiété d'un état nouveau, et peut-être
aussi l'irritation causée à la longue par la présence de cet
homme, avaient suffi sans doute à lui faire croire qu'elle
                                                                          pr elle jusque là
possédait enfin cette Passion merveilleuse qui jusqu'alors
                                                 pr elle jusqu'alors jusqu'alors
  s'était tenue  pr elle   comme un grand oiseau au plumage
       
   planant
rose, planant dans la splendeur des ciels poétiques - et

elle ne pouvait s'imaginer à présent, - que le
 cecalme où
       
                                                           rêvé
elle vivait, fût le bonheur qu'elle avait cru. -
                                                                     imagé.

 

MANUSCRITS DU COPISTE

Les caractères en rouge indiquent ce qui sera modifié dans le texte édité.
Les corrections en bleu ont été portées sur le folio du copiste.

55

    
     Avant qu'elle ne se mariât, elle avait
cru avoir de l'amour, mais le bonheur qui au-
rait dû résulter de cet amour n'étant pas venu, il
fallait qu'elle se fut trompée, songeait-elle ; et Emma
cherchait à savoir ce que l'on entendait au juste, dans
la vie, par les mots de félicité, de passion et d'ivresse
qui lui avaient paru si beaux dans les livres.
VI            A douze ans, elle avait lu Paul et Virginie
et elle avait rêvé la maisonnette de bambous, le
nègre Domingo, le chien fidèle, mais surtout l'amitié
douce de quelque bon petit frère, qui va chercher pour
vous des fruits rouges dans des grands arbres plus hauts
que des clochers, ou qui court pieds nus sur le sable,
vous apportant un nid d'oiseau.
             Lorsqu'elle eut treize ans, son père l'amena
lui-même à la ville, pour la mettre au couvent. Ils
descendirent dans une auberge du quartier St Gervais,
ils eurent à leur souper des assiettes peintes, qui repré-
sentaient l'histoire de Melle de Lavallière ; Les explica-
tions légendaires coupées çà et là par l'égratignure
des couteaux glorifiaient toutes la Religion, les
délicatesses du coeur et les pompes de la Cour.
             Loin de s'ennuyer au couvent les premiers
temps, elle se plut au contraire dans la société des
bonnes Soeurs, qui pour l'amuser, la conduisaient
dans la Chapelle où l'on pénétrait du réfectoire, par
un long corridor. Elle jouait fort peu durant les
récréations, ce qui lui valut l'estime de ses maîtresses,
d'autant qu'elle
comprenait bien le cathéchisme et
que c'est elle qui répondait toujours au Vicaire, dans

56

 

 

 

les questions difficiles. Vivant donc sans jamais sortir
de la tiède atmosphère des classes et parmi ces fem-
mes au teint blanc portant des chapelets à croix de
cuivre, elle s'assoupit doucement à la langueur mys-
tique qui s'exhale des parfums de l'autel, de la fraîcheur
des bénitiers et du rayonnement des cierges. Au lieu
de suivre la messe, elle regardait dans son livre, les
vignettes pieuses bordées d'azur qui servent de signets,
et elle aimait la brebis malade, le sacré coeur percé
de flèches aiguës ou le pauvre Jésus qui tombe en mar-
chant sous sa croix. Elle essaya par mortification, de
rester tout un jour sans manger ; elle cherchait dans
sa tête quelque voeu à accomplir. | ¶ Quand elle allait
en confesse elle inventait de petits péchés afin de res-
ter là, plus longtemps, à genoux dans l'ombre, les
mains jointes, le visage à la grille sous le chuchottement
du prêtre. Les comparaisons de fiancé, d'époux,
d'amant céleste et de mariage éternel qui reviennent
dans les sermons lui soulevaient au fond de l'âme
des douceurs inattendues.
Le soir avant la prière, on faisait dans l'étude
une lecture religieuse. C'était, pendant la semaine,
quelque résumé d'histoire sainte ou les conférences
de l'abbé Frayssinous, et le Dimanche des passages
du Génie du Christianisme, par récréation. Comme elle
écouta, les premières fois, la lamentation sonore des
mélancolies romantiques, se répétant à tous les échos
de la terre et de l'Eternité ! Si son enfance se fût écou-
lée dans l'arrière boutique obscure d'un quartier mar-
chand, elle se serait peut-être, ouverte alors aux envahis-

57

  sements lyriques de la nature qui d'ordinaire, ne nous
arrivent que par la traduction des écrivains. Mais
elle connaissait trop la campagne ! Elle savait le
bêlement des troupeaux, les laitages, les charrues.
Habituée aux aspects calmes elle se tournait, au contrai-
re vers les accidentés. Elle n'aimait la mer qu'à cause
de ses tempêtes, et la verdure seulement lorsqu'elle était
clairsemée parmi les ruines, il fallait qu'elle put
retirer des choses, une sorte de profit personnel, et
elle rejetait comme inutile, tout ce qui ne contribuait
pas à la consommation immédiate de son coeur, étant
de tempérament plus sentimentale qu'artistique,
cherchant des émotions et non des paysages. | Il y
avait au couvent une vieille fille nommée la Dumesnil
qui venait tous les mois, pendant huit jours, travail-
ler à la lingerie. Protégée par l'Archevêché com-
me appartenant à une ancienne famille de Gentils-
hommes ruinée sous la Révolution, elle mangeait
au réfectoire à la table des bonnes soeurs, et faisait avec
elles après le repas, un petit bout de causette au coin du
poêle, avant de remonter à son ouvrage. Souvent les
pensionnaires s'échappaient de l'étude pour l'aller voir.
Elle savait par coeur des chansons galantes du siècle
passé, qu'elle chantait à demi-voix, tout en poussant son
aiguille. Elle contait des histoires, vous apprenait des
nouvelles, faisait en ville vos commissions, et prêtait
aux grandes en cachette, quelque roman qu'elle avait
toujours dans les poches de son tablier, et dont la bonne
demoiselle elle-même, dévorait avidement de longs chapi-
                                             avalait
tres, dans les intevalles de sa besogne. Ce n'étaient qu'amours

58

  amants, amantes, dames persécutées s'évanouissant
dans des pavillons solitaires, postillons qu'on tue à tous
les relais, chevaux qu'on crève à toutes les pages,
forêts sombres, troubles du coeur, serments, sanglots,
larmes et baisers nacelles au clair de lune, rossignols
dans les bosquets, messieurs braves comme des lions,
doux comme des agneaux, vertueux comme on ne l'est
pas, toujours bien mis  et qui pleurent comme des
urnes. Pendant six mois, à quinze ans, Emma se
graissa donc les mains à cette poussière des vieux cabi-
nets de lecture ! Avec Walter Scott  plus tard, elle s'éprit
de choses historiques, rêva bahuts, salle des gardes
et ménestrels. Elle aurait voulu vivre dans quelque
vieux manoir, comme ces châtelaines au long corsa-
ge  qui  sous le trèfle des ogives, passaient leurs jours le
coude sur la pierre et le menton dans la main, à
regarder venir du fond de la campagne, un cavalier
à plume blanche qui galoppe sur un cheval noir.
Elle eut dans ce temps là, le culte de Marie Stuart  et
des vénérations enthousiastes à l'endroit des femmes
illustres ou infortunées. Jeanne d'Arc, Héloïse, Agnès
Sorel, la belle Ferronnière et Clémence Isaure, pour elle, se
détachaient comme des comètes sur l'immensité téné-
breuse de l'histoire, où saillissaient encore ça et là, mais
plus perdus dans l'ombre et sans aucun rapport entr'
eux, St Louis avec son chêne, Bayard mourant,
quelques férocités de Louis XI, un peu de St Barthélemy, le pana-
che du Béarnais, et toujours le souvenir des assiettes
peintes où Louis XIV était vanté.

            A la classe de musique, dans les romances

59

 
qu'elle chantait  il n'était question que de petits anges
aux ailes d'or, de madones, de lagunes, de gondo-
liers ;-pacifiques compositions qui lui laissaient en-
=trevoir  à travers la niaiserie du style et les impru-
dences de la note, l'attirante fantasmagorie des
réalités sentimentales. Quelques unes de ses camarades
apportaient au couvent, les keepsakes qu'elles
avaient reçus en étrennes. Il les fallait cacher, c'était
une affaire ; on les lisait au dortoir ; maniant
délicatement leurs belles reliures de satin, Emma fixait
ses regards éblouis sur le nom des auteurs inconnus
qui avaient signé  le plus souvent, comtes ou vicomtes,
                            pièces
au bas de leurs pages §.Elle frémissait  en soulevant
de son haleine le papier de soie des gravures, qui
se levait à demi plié et retombait doucement contre
la page. C'était derrière la balustrade d'un balcon,
un jeune homme en court manteau, qui serrait
dans ses bras une jeune fille en robe blanche, portant
une aumônière à sa ceinture, ou bien les portraits
anonymes des ladies anglaises à boucles blondes,
qui  sous leur chapeau de paille ronds, vous
regardent avec leurs grands yeux clairs. On
en voyait d'étalées dans des voitures, glissant
au milieu des parcs, où un lévrier sautait devant
l'attelage que conduisaient au trot, deux petits
postillons en culotte blanche. D'autre(s), rêvant sur
des sophas, près d'un billet décacheté, contemplaient
la lune, par la fenêtre entrouverte, à demi drapée
d'un rideau noir. Les naïves, une larme sur la
joue, becquetaient une tourterelle, à travers les barreaux

 

60

   
d'une cage gothique, ou  souriant la tête sur l'épaule,
effeuillaient une marguerite de leurs doigts pointus,
retroussés comme des souliers à la poulaine. - Et vous

y étiez aussi, sultans à longues pipes, pâmées sous
des tonnelles  aux bras des bayadères, giaours, sabres
turcs, bonnets grecs, et vous surtout ! paysages blafards
de  contrées dithyrambiques, qui souvent nous montrez
à la fois des palmiers, des sapins, des tigres à droite, un
lion à gauche, des minarets tartares à l'horizon, au
premier plan des ruines romaines, puis des chameaux
accroupis ; - le tout encadré d'une forêt vierge bien netto-
yée, et avec un grand rayon de soleil perpendiculaire
tremblotant dans l'eau, où se détachent en échor-
chures blanches, sur un fond d'acier gris, de loin en
loin, des cygnes qui nagent.     Et l'abat-jour du quinquet
accroché dans la muraille au-dessus de la tête d'Emma,
éclairait tous ces tableaux du monde, qui passaient de-
vant elle, l'un après l'autre dans le silence du dortoir
et au bruit lointain de quelque fiacre attardé, qui rou-
lait encore sur les boulevards.
      Quand sa mère mourut, elle pleura beaucoup
les premiers jours. Elle se fit faire un tableau funèbre
avec les cheveux de la défunte, et  dans une lettre qu'elle
envoyait aux Bertaux, toute pleine de réflexions tristes
sur la vie, elle demandait qu'on l'ensevelît plus tard,
dans le même tombeau. Le bonhomme la crut ma-
lade et vint la voir.
      Cette résolution d'être triste occupa les oisivetés
qui succédèrent à sa douleur et
Emma fut intérieurement
satisfaite de se sentir arrivée, du premier coup, à ce rare

 

61

 

 
idéal des existences pâles, où ne parviennent jamais
les coeurs médiocres. Par pente de la circonstance, Elle se
laissa donc glisser dans les méandres Lamartiniens
écouta les harpes sur les lacs, tous les chants de cygnes
mourants, toutes les chutes de feuilles, les vierges pures
qui montent au ciel  et la voix de l'Eternel discourant
dans les vallons. - Elle s'en ennuya, n'en voulut point
convenir, continua par habitude, ensuite par vanité,
                  fut enfin                                               apaisée
et un jour se réveilla surprise de se sentir apaisée et
sans plus de tristesse au coeur que de rides sur son front
Les bonnes religieuses, qui avaient si bien
présumé de sa vocation, s'aperçurent avec de grands
étonnements que Melle Rouault semblait échapper à
leurs soins. Elles lui avaient, en effet, tant prodigué les
offices, les retraites, les neuvaines et les sermons, si bien
prêché le respect que l'on doit aux saints et aux mar-
tyrs, et donné tant de bons conseils pour la modestie du
corps et le salut de son âme, qu'elle fit comme les
chevaux que l'on tire par la bride, elle s'arrêta
court et le mors lui sortit des dents. Cet esprit, positif au
milieu de ses enthousiasmes, qui avait aimé l'Eglise
pour ses fleurs, la musique pour les paroles des ro-
mances, et la littérature pour ses excitations passion-
nelles, s'insurgeait devant les mystères de la Foi, de même
qu'elle s'irritait davantage contre la discipline, qui
était quelque chose d'antipathique à sa constitution.
Quand son père la retira de pension, on ne fut point
fâché de la voir partir. La supérieure trouvait même
qu'elle était devenue, dans les derniers temps, peu révé-
rencieuse envers la communauté. § Emma rentrée chez elle

62

VII


elle, se plut d'abord au commandement des domesti-
ques, prit ensuite la campagne en dégoût et regretta
son couvent. Quand Charles vint aux Bertaux pour
la première fois, elle se considérait comme fort
désillusionnée, n'ayant plus rien à apprendre, ne de-
vant plus rien sentir.
         Mais l'anxiété d'un état nouveau, ou peut-
être l'irritation causée par la présence de cet homme,
avait suffi à lui faire croire, qu'elle possédait enfin
cette passion merveilleuse qui jusqu'alors s'était tenue
comme un grand oiseau au plumage rose, planant dans
la splendeur des ciels poétiques, et elle ne pouvait
s'imaginer à présent, que ce calme où elle vivait, fût
le bonheur qu'elle avait rêvé.

           Elle songeait quelquefois que c'étaient là pour-
tant, les plus beaux jours de sa vie, la lune de miel,
comme on disait. Pour en goûter la douceur, il eût fallu,
sans doute, s'en aller vers ces pays à noms sonores,
les lendemains de mariage ont de plus suaves paresses !
Dans des chaises de poste, sous des stores de soie bleue,
on monte au pas des routes escarpées, écoutant la
chanson du postillon, qui se répète dans la montagne
avec les clochettes des chèvres et le bruit sourd de la
cascade. Quand le soleil se couche, on respire au bord
des golfes, le parfum des citronniers ; puis, le soir, sur
la terrasse des villas, seuls et les doigts confondus, on
regarde les étoiles en faisant des projets. Il lui sem-
blait que certains lieux sur la terre, devaient produi-
re du bonheur, comme une plante particulière au sol,
et qui pousse mal tout autre part. Que ne pouvait-elle