Morale en action : sauvetages
     

Le saint-bernard
       
     
Son cœur, ensuite, s'était ému aux sensibilités, aux charités enfantines des livres du Second Âge qui peuplent les pages de cette littérature vertueuse [...] chiens du Mont-Saint-Bernard qui sauvent les voyageurs, Androclès, hommes qui pansent la patte des lions... [F° 1_82v]
       
     

        L'hospice au sommet du col du Grand Saint-Bernard à 2469 m d'altitude a été fondé au XIe siècle pour offrir un refuge aux voyageurs et aux pèlerins. Dès le milieu du XVIIe siècle, les moines s'entourèrent de grands chiens de type montagne destinés à la garde et à la défense. La présence de ces chiens à l'hospice du Grand Saint-Bernard est attestée par des documents iconographiques datant de 1695 et par une note dans les actes de l'hospice de l'an 1707. Bientôt ces chiens furent utilisés pour accompagner les voyageurs et surtout pour retrouver et sauver ceux qui s'étaient égarés dans la neige et le brouillard. Les chroniques publiées dans de nombreuses langues sur la manière dont ces chiens avaient sauvé un grand nombre de vies humaines de la mort blanche, et les récits des soldats qui, en 1800, franchirent le col avec l'armée d'Italie de Napoléon, répandirent au XIXe siècle la renommée du chien du Saint-Bernard partout en Europe.
        En groupe de quatre, ces chiens ont démontré rapidement un instinct étonnant pour découvrir les personnes perdues dans la tempête. Après avoir localisé un corps blessé, deux saint-bernard s'allongeaient auprès de celui-ci pour lui apporter de la chaleur, un autre le léchait dans un effort de réanimation et un quatrième appelait de l'aide humaine. Sur une période de 300 ans, ces chiens courageux ont sauvé plus de 2000 vies humaines.
        Le plus célèbre est le chien Barry (1800-1814) qui sauva quarante personnes dont un enfant qu'il ramena à l'Hospice après l'avoir hissé sur son dos.