Paul-Émile Destouches
     

L'Amour médecin

1830

       
     
Ameublement de l'hôtel à Rouen : Vue du port de Lisbonne. Vue du Vésuve - éruption de 1779 - L'amour médecin (Destouches) - La Cruche cassée - 2 vases d'albâtre sur la cheminée - pendule : amour avec une guirlande devant le balancement. [f°5_206]
L'oeuvre est également citée dans le plan 5.
       
     

        L'Amour médecin porte le même titre que la pièce de Molière (1665). Mais si le propos est le même, la situation est symétrique et un peu différente.
        Ici, c'est le jeune homme qui est alité. Il n'y a aucune supercherie, on ne cherche pas à gruger un vieux père ridicule : les parents des deux jeunes gens sont présents et semblent heureux de l'amour réciproque de leurs enfants. La jeune fille, timide et confuse, est amenée au chevet du malade. On voit à l'air surpris et heureux de celui-ci qu'il est déjà presque « sauvé » de son mal d'amour.
        Le choix de Flaubert s'explique par la grande célébrité de ce tableau abondamment répandu grâce aux lithographies. Son sujet le rattache aux romans qu'Emma dévore et qui détermineront sa conception de l'amour : c'est la femme qui a du pouvoir sur l'homme, prêt à mourir d'amour pour elle.

       
Mais son esthétique est plus proche des tableaux de Greuze que des étreintes passionnées des gravures romantiques où l'amour se manisfeste par des « sanglots, larmes et baisers ». La composition générale du tableau évoque Le fils puni (1777-78) et la pudeur de la jeune fille rappelle L'accordée de village (1761).

Danielle Girard

       
Liens
    Vous pouvez lire la biographie de Destouches et voir la gravure.