FOLIO 125 v° : fin des contes - Paul et Virginie - Abreuvoir - Isidore
   


 

Ainsi  mais insensiblement elle se détacha
Ainsi préparée au merveilleux
  ces tendresses-là s’en
                   elle n’attendit          bientôt
allèrent, &  elle n’espérant plus    de bonnes marraines

    au diadème d’or     

désaffectionné de          
d’un merveilleux dont
elle avait parcouru cent fois
le cercle restreint     

×  qui s’était aiguisée
à des tendresses vides


en aspira le souffle
et voulu dormir entre les
feuillets du livre

                             tout à coup                                   Ainsi
pr la venir consoler  quand elle pleurait. – Ainsi   Mais
                                             par les
préparée de longtemps aux  aux  féeries du fantastique 
                   lui
         qui ne  suffisait plus à son imagination
gracieux,   &    par les tendresses d’une sympathie
                                 habituée aux
 vague ×               
désintéressée, dont   elle avait répété cent fois la banalité
                                            précipita dans
elle sentait vide, - elle se   rua    avec avidité cette
                                      de tendresses
                          qui satisfaisait ses appétits d’im. & de sentiments
histoire d’amour - / se colla le cœur dessus, s’y enlaça
  dans les phrases
tout autour – vécut dedans – s’incarna à ses héros. │
                                                                    naissant en des
Comme - │avec toutes les caresses du sentiment &
                                       inconnue
les splendeurs de la nature – │le départ de Virginie lui
ravagea le cœur – elle se roula avec Paul dans les
angoisses d’un déchirement profond – elle pleura tant
qu
’ & à la fin quand elle ne veut pas retirer ses
habits, elle jeta le livre furieuse – elle pleura tant qu’elle
trempa les pages. -



 

                                        essaya
                                 │elle voulutelle comme Paul
                                          dans le jardin
+ eur, semer des graines dans son jar    pr voir
                                                        même
pousser des arbres. – elle enfouit   en terre un noyau

  
elle eut même du mal
à en retrouver la place

                     d’où            l’année suivante  dont
de pêcher – mais  rien ne sortit,    &           elle ne le retrouva
                         mais                  fouilla
pas quand désespérée elle creusa un trou – une fois

dans l’été qu’il  

un jour d’été qu’il faisait chaud

           vers
elle alla dans l’abreuvoir aux vaches sous la
                                                en
pompe - & comme la pierre   était verte, avec de
                                 comme Virginie – dans
pendant la nuit
la mousse au fond, elle eut envie de s’y baigner
   
ses bas étaient                        elle
elle avait déjà défait ses bas &    commençait à

  
arriva tout à coup         
lui donna deux soufflets sur

les joues & la fit rentrer
                         à la maison

                             dans l’eau
y entrer les pieds    quand sa mère arriva &
                                          soufflets sur les joues
la fit rentrer avec deux     calottes. – il y avait                              
                     
 charpentier                        du même âge
     le fils du charron était de six   mois  plus âgé qu’elle -
dans le voisinage un gamin de deux ans plus
âgé qu’elle et qui s’appelait Isidore –
          - que n’était-ce Paul !