FOLIO 132 : Paul et Virginie - Les contes - Assiettes - Couvent
   
 

à 12 douze ans      elle avait lu P.& V.  
                                                                         à lecture de
      Comme elle avait pleuré à douze ans, en lisant Paul &
                                             dans son cœur d’enf
Virginie ! Comme elle avait rêvé    la    fontaine au clair
                                                             jolie
                 maisonnette de bambous         larges    
 
del de lune, la case sous les larges feuilles des lataniers
le nègre Domingo, le chien Fidèle & surtout quelque
les fruits laiteux se balançant au bout d’arbres plus hts que
                                    de quelqu’un      
mais surtout    douce prévenante       caressant
des clochers  et l’amitié         d’un frère qui va pr vous
                                 caressante
cueillir
dénicher des nids charmants au bout d’arbres    plus   arbres
plus hts que des clochers – vous porte sur son dos & revient
all haletant avec un vent d’été dans ses cheveux bouclés.
 

dans les contes de fées elle avait
vu

Préparé de longue main par les lectures du premier âge
                  où de belles dames à couronnes d’or
où les fées descendent dans des nuages pr parler à leurs
                                                                             calices
filleules – où l’on entend leurs voix à tr dans les corolles
des tulipes - & par les contes moraux, où des jeunes filles
riches font sur le seuil des cabanes font l’aumône
                               tandis qu’une calèche.
à des militaires invalides, des chiens du Mont St
Bernard sauveant des voyageurs dans la neige, des
hommes pansant la patte des lions –  dévouemens
- (résumé) avaient préparé son cœur & esprit à –
                                                                          - petit jardin -
- elle essaya de faire pousser des noyaux de pêcher
Mais – prend un bain de pied dans l’auge - & quant
à son ami, bourru & peu complaisant –
 

 

 Comment le côté nature du livre s’en va
il n’en reste que le côté sentimental.
            l’amour non espèce de charité.

 

    Assiettes de Melle de la Vallière
            Couvent – Comment la Religion apporte une pature
                                                            très doux
& succède à ce type vague – époux céleste – mélanges d’expériences
profanes. – adoration du Sacré Cœur – joie d’aller en
confesse, ténèbres, mystères –
                                                 lu le soir
               génie du christianisme – lecture d’atala