Documents 1
   
Les lectures religieuses au couvent
       
     
Tous les soirs, dans la grande étude, avant la prière, une des soeurs faisait une lecture religieuse. C'était ordinairement, dans la semaine, quelque résumé de l'Histoire Sainte, les oraisons de Bossuet, le petit Carême de Massillon, ou les conférences de l'abbé Frayssinous, et, le dimanche, des passages du Génie du christianisme, par récréation. [f° 1_138] 
       
     
À la Restauration, fleurissent les éditions de textes religieux, "choix des meilleurs morceaux à l'usage des collèges et des maisons d'éducation". C'est sans doute une de ces anthologies qu'on lit aux pensionnaires du couvent.
Bossuet, Massignon, Frayssinous, Chateaubriand y figurent souvent. Mais Flaubert ne retiendra dans les brouillons suivants ni Bossuet ni Massignon, trop éloignés qu'ils sont des préoccupations d'Emma.

Vous pouvez lire une notice sur les Oraisons funèbres de Bossuet, sur le Petit carême de Massignon, sur les Conférences de l'abbé Frayssinous réunies dans la Défense du Christianisme et sur le Génie du christianisme.
   
Pour comparer l'éloquence religieuse du XVIIe siècle avec les "lamentations sonores" des romantiques, lisez l'Oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre de Bossuet puis les méditations sur la mort de Chateaubriand dans un extrait de René : Tombes au clair de lune, ou dans Atala : les Funérailles.

   
Pour comparer Ordre et beautés de la nature (1821) avec les textes du Génie du Christianisme qui l'ont inspiré, lisez Au milieu des mers atlantiques - Forêts du Nouveau-Monde.