Documents 3
   
L'amour des paysages tourmentés
       
     
Habituée aux aspects calmes de la vie, elle se tournait au contraire, comme à son insu, vers les dramatiques, impétueux, mouvementés, accidentés.
Ainsi si la mer lui semblait belle, c'est à cause des tempêtes qui la soulevait, quand elle pensait aux montagnes c'est parce qu'il y avait dedans des précipices à faire trembler. [f° 1_139 et 1_121v]
       
     

 

Jean-Jacques Rousseau avait fait découvrir les Alpes grâce à La Nouvelle Héloïse (1761). Dès la fin du XVIIIe siècle, le tourisme anglais, et ses "Grands Tours" destinés aux Anglais riches, va mettre en honneur les sites des Pyrénées et des Alpes.

Ann Radcliffe, un des auteurs préférés d'Emma [f° 163v] a fait des descriptions très dramatisées des montagnes dans Les Mystères d'Udolphe (1794).

Flaubert lui-même, à 17 ans, a décrit de manière fort romantique les paysages pyrénéens qu'il a pu voir lors de son premier grand voyage.

   
Le paysage de montagne comme cadre ou comme sujet fut très en vogue à l'époque romantique.
En 1821, le gouvernement français va mandater des artistes pour peindre les paysages pyrénéens et montrer ainsi que leur beauté égalait celle des Alpes.