Bernardin de Saint-Pierre
  L'enfance de Paul et Virginie  
 
Il y avait dans le voisinage un gamin de six mois plus âgé qu'elle, et qui s'appelait Isidore. – Que n'était-ce Paul ! [f° 1_125v]
 
 

Virginie n’avait que douze ans, déjà sa taille était plus qu’à demi formée ; de grands cheveux blonds ombrageaient sa tête ; ses yeux bleus et ses lèvres de corail brillaient du plus tendre éclat sur la fraîcheur de son visage.

 

Paul, à l’âge de douze ans, plus robuste et plus intelligent que les Européens à quinze, avait embelli ce que le Noir Domingue ne faisait que cultiver.

Une nourriture saine et abondante développait rapidement les corps de ces deux jeunes gens, et une éducation douce peignait sur leur physionomie la pureté et le contentement de leur âme.
 
       
Liens
   

Le texte intégral de Paul et Virginie est consultable sur Wikisource.
Ici même vous trouverez une notice sur Paul et Virginie, sur Bernardin de Saint-Pierre, et trois autres passages auxquels Flaubert fait allusion dans ses brouillons : la végétation luxuriante, le bain, l'amitié.