BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 202 / 8 novembre 2018

AGENDA

(< Atsuko Ogane)
25-27 octobre 2018, 44th Annual Nineteenth-Century French Studies Conference Hosted by Scripps College and the University of California, Riverside, Manhattan Beach, Los Angeles, California
http://ncfs2018.ucr.edu/program/
Flaubert et le scandale (Driftwood West)
Chair: Éric Le Calvez (Georgia State University)
1. Nathan Germain (Providence College), «Scènes de baisade dans Madame Bovary»
2. Éric Le Calvez (Georgia State University), «L’Éducation sentimentale, roman scandaleux»
3. Florence Vatan (University of Wisconsin-Madison), «Provocations littéraires: Gustave Flaubert face au monde savant»
4. Christophe Ippolito (Georgia Institute of Technology), «Scandales et pièges dans Bouvard et Pécuchet»

1er novembre 2018, Campus Mita, Keio Media Center, 5F, Université Keio, Japon10h45 -12h15.
Atsuko Ogane, «Recherches génétiques sur le manuscrit de Flaubert et les humanités numériques aujourd’hui en France», conférence au Séminaire «Le monde de la bibliographie», avec le soutien de Kyokuto Securities Co., Ltd.
http://www.mita.lib.keio.ac.jp/en/about/access.html

Mercredi 14 novembre 2018, Gênes, Galleria Nazionale di Palazzo Spinola (Piazza Pellicceria, 1), 17h.
Présentation du volume: Mauro Manica, Chiara Pasetti, Paul Vandenbroeck, Bruna Donatelli et alii, Le tentazioni di sant’Antonio Abate. Arte e letteratura, F. Simonetti e G. Zanelli, Scalpendi ed.
À suivre, Palazzo della Meridiana (Salita San Francesco 4), 19h.
Lecture théâtrale: Madame Bovary c’est moi? Texte de Chiara Pasetti (tiré des oeuvres de Gustave Flaubert), avec Lisa Galantini et Alberto Giusta. Production Association culturelle «Le Rêve et la vie». Infos: info@lereveetlavie.it
Affiche de la lecture théâtrale:
http://flaubert.univ-rouen.fr/bulletin/agenda/genes_2018.pdf

Samedi 17 novembre 2018, Hôtel des Sociétés savantes, 190 rue Beauvoisine, 76000 Rouen
Amis de Flaubert et de Maupassant, Actualité de Flaubert et de Maupassant: nouveautés et projets
http://www.amis-flaubert-maupassant.fr/samedi-17-novembre-2018-actualite-de-flaubert-et-de-maupassant-nouveautes-et-projets/
Louis Forestier, «À chacun son Christ: l’évolution d’un sujet de tableau de Goncourt à Maupassant, via Flaubert»
David Michon, «1921-1980-2021, retour sur les éléments-clés d’une appropriation patrimoniale»
Échange d’idées sur la commémoration de la naissance de Flaubert en 2021
Daniel Fauvel et Hubert Hangard, présentation de Fortune et Infortune des Flaubert –Répertoire, Wooz Éditions, 2018.
Sonia Anton, «GéoSeine: un fleuve entre art et littérature». Ce projet se donne pour objectif de rassembler et d’analyser les représentations que les écrivains de langue française ont livrées de la Seine, entre Paris et Le Havre, toutes époques confondues.

26-27 novembre 2018, Université de la Sorbonne Nouvelle, 17 rue de la Sorbonne, Paris, salle Bourjac
Colloque Sorbonne Nouvelle/ Rouen «La formation des écrivains au XIXe siècle», responsables: Jérémy Naïm et François Vanoosthuyse
26 novembre, 14h. Yvan Leclerc, «“Je fus au collège dès l’âge de dix ans”: Flaubert au collège royal de Rouen – apprendre à lire et à écrire en 1830»

Vendredi 30 novembre 2018, université de Rouen Normandie
Léopold Reigner soutiendra une thèse sur «Le Flaubert de Nabokov: interprétation, continuité et originalité», devant un jury composé de Anne-Laure Tissut (directrice), Yvan Leclerc (co-directeur), Yannicke Chupin, Florence Godeau, Isabelle Poulin et Monica Manolescu.
Voir l’article de Léopold Reigner, «Transmission et influence: Gustave Flaubert et Vladimir Nabokov», dans L’Atelier des Savoirs, 18 juillet 2018:
https://eriac.hypotheses.org/510

Séminaire Flaubert 2018-2019
Médiations: presse, édition, traduction, variation
Responsable: Florence Pellegrini (florence.pellegrini@u-bordeaux-montaigne.fr)
Les séances, ouvertes à tous, ont lieu à l’ENS, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris.
Samedi 19 janvier 2019, Salle des Actes, 10h-14h
- Aurélie Barjonet, La diffusion de Flaubert en Allemagne, traductions contemporaines
Samedi 16 février 2019, Salle des Résistants, 10h-14h
- Alain Vaillant, L’obsession médiatique de Flaubert
- Pierre-Marc de Biasi, Transmission et postérité: Flaubert et l’anticipation
Samedi 16 mars 2019, Salle des Actes, 10h-14h
- Norioki Sugaya, Jacques Neefs, Réflexion sur l’indécidable flaubertien: à partir de la traduction de Bouvard et Pécuchet en japonais
Samedi 13 avril 2019, Salle des Actes, 10h-14h
- Gersende Plissonneau, De quelques variations contemporaines sur Madame Bovary: vers une conception énergétique de la lecture?
Samedi 18 mai 2019, Salle des Actes, 10h-14h
- Judith Lyon-Caen, Le Flaubert de Bourdieu
- Bruna Donatelli, Flaubert en musique
Samedi 1er juin 2019, Salle Celan, 10h-14h
- Emily Apter, Flaubert et le mot juste

VENTES

Vente passée

(< Benoît Reverdy)
4 novembre 2018, vente Osenat
Lot n°90, Flaubert (Gustave). Manuscrit autographe intitulé «Guerres puniques» [vers 1845-1846]. 22 pages in-folio, ratures et corrections. Précieuses notes préparatoires à Salammbô. Très détaillées, elles concernent l’histoire des guerres puniques, et ont été prises à la lecture de la meilleure synthèse de l’époque sur le sujet, l’ouvrage de Victor Duruy: Histoire des romains et des peuples soumis à leur domination (Hachette, 1843-1844). À côté d’énoncés elliptiques, on trouve fréquemment des phrases entièrement rédigées, organisées en récit suivi. L’ensemble se divise en trois grandes sections: «Première guerre punique» (p.1), «Conquêtes de Rome et de Carthage entre la 1ère et la 2e guerre punique» (p.5) et «Seconde guerre punique» (p.11). Un manuscrit inédit, qui date probablement des années 1845-1846, peu de temps après la publication du livre de Duruy. Par son sujet, on serait d’abord tenté de le dater de l’année 1857, alors que Flaubert commence ses lectures préparatoires pour Salammbô, mais la graphie appartient à une époque antérieure qui se situe vers 1845 (selon Yvan Leclerc). L’ouvrage de Duruy n’est pas mentionné dans la Correspondance, néanmoins on sait que Flaubert «repasse [son] histoire» en janvier 1845 (lettre à Emmanuel Vasse de Saint- Ouen) et qu’il relit en mai 1846 l’Histoire romaine de Michelet (lettre à Maxime Du Camp). Les notes couvrent les deux guerres puniques, c’est-à-dire qu’elles excèdent de beaucoup la période qui concerne directement le récit de Salammbô. Il est donc probable que Flaubert ait pris ces notes générales en dehors d’une intention d’utilisation immédiate. Mais il les a relues et annexées à la documentation de son roman carthaginois. Deux passages sont particulièrement révélateurs de la genèse de Salammbô. La description de Carthage («Sur Carthage et son commerce», p.1): «... Les tours de Carthage s’élevaient à quatre étages, la triple enceinte montait à vingt coudées. Les loges pratiquées dans l’épaisseur des murs pouvaient abriter 300 éléphants de guerre, 4000 chevaux et 24000 soldats avec les approvisionnements et les armes. Des lames d’or couvraient son temple du soleil dont la statue en or pesait dit-on mille talents...» Et l’épisode servant de trame historique au roman («Carthage. Guerre des mercenaires 241-238», p.7-8): «La guerre finie en Sicile avec les Romains, les mercenaires qu’on ne payait plus qu’avec des promesses, réclamèrent. Le gouverneur de Lilybée Gescon les renvoya à Carthage. Arrivés, la République se disait trop pauvre. Craignant le pillage, le Sénat les envoya avec leurs chefs à Sicca en donnant à chaque soldat une pièce d’or p[ou]r les besoins les plus pressants. Les Carthaginois leur renvoyèr[ent] même leurs femmes et leurs enfants dans la crainte qu’ils ne fussent tentés de revenir. Hannon leur est député à Sicca. Il leur demande la remise d’une partie de ce qu’on devait. Ils marchent vers Carthage au nombre de 20.000 h[ommes] et campent à Tunis. Terreur de Carthage ‒ vivres ‒ leurs prétentions augmentent. Ils demandent le prix de leurs chevaux tués pendant la guerre. Députation de Gescon. Un esclave fugitif de Rome, le Campanien Spendius, et l’Africain Mathos empêchent tout accommodement. On prend l’argent apporté par Gescon et le chargent [sic] de fers. Isolement de Carthage au milieu de ses villes ennemies. Utique et Hippone Zaryte massacrèrent les soldats qu’y tenait [sic] Carthage et les laissèrent sans sépulture. On en fit autant en Sardaigne et en Corse. Hannon qu’on y envoya fut saisi par ses troupes qui le mirent en croix. Un parti des naturels de l’île y appela les Romains qui prirent à Carthage ses deux îles et la menacèrent en outre de la guerre si elle n’ajoutait au tribut stipulé 1.200 talents euboïques. Amilcar est nommé général. Il s’allie les Numides. Les mercenaires alors manquèrent de vivres. Supplice de Gescon et des siens au nombre de 700. On les mena hors du camp, on leur coupa les mains et les oreilles, on leur cassa les jambes et on les jeta encore tout vivants dans une fosse. Quand Amilcar vint redemander les cadavres, les barbares déclarèrent que tout député serait traité de même et proclamèrent comme loi «que tout prisonnier Carthaginois périrait dans les supplices, que tout allié de Carthage serait renvoyé les mains coupées». Représailles d’Amilcar qui fit jeter tous les prisonniers aux bêtes. Carthage reçut des secours d’Hiéron et même de Rome qui craignait les mercenaires. Amilcar renferme les mercenaires dans le défilé de la Hache où ils sont contraints de se manger les uns les autres. Extermination de 40.000. L’autre armée fut exterminée dans une seconde bataille et son chef Mathos livré à la populace de Carthage. Cette guerre qui fit horreur à tout le monde fut appelée guerre inexpiable...» Estimation: 10.000 – 15.000 euros.
http://www.osenat.com/lot/94449/9451340

Lot n°91. Flaubert (Gustave). Lettre autographe signée à Philippe Leparfait. «Lundi 4h.» [9 août 1869]. 3p. in-8. Poète et dramaturge, Louis Bouilhet (1821-1869) fut un des plus proches amis de Flaubert qui l’appelait «ma conscience littéraire», et qui oeuvra ensuite à servir sa mémoire posthume: Flaubert se chargea de faire jouer la pièce de Louis Bouilhet Mademoiselle Aïssé, dont la première représentation aurait lieu à l’Odéon le 6 janvier 1872, de faire paraître à ses frais ses oeuvres posthumes chez Michel Lévy, Dernières chansons (1872), ses oeuvres complètes (1880), et de faire ériger à Rouen, sur souscription, un monument commémoratif. Estimation: 400 ‒ 500 euros.
http://www.osenat.com/lot/94449/9451341

Lot n°92. Flaubert (Gustave). Lettre autographe signée à l’éditeur Alphonse Lemerre. Croisset [Seine-Maritime], «lundi soir 9h.» [27 octobre 1879]. 1p. in-8. Alphonse Lemerre, qui avait déjà réédité Madame Bovary en 1874, venait également de rééditer Salammbô. Il publierait l’édition originale de Bouvard et Pécuchet (1881, posthume). Il s’était par ailleurs fait une forte spécialité dans les ouvrages de poésie, et avait accompagné l’essor des mouvements parnassiens puis symbolistes. C’est pour cela que Flaubert lui offrit Madame Bovary et Salammbô en échange de la publication chez lui des poésies complètes de son grand ami défunt Louis Bouilhet – Lemerre traîna les pieds et ne les fit paraître qu’en 1880, après la mort de Flaubert. Estimation: 1.000 – 1.500 euros.
http://www.osenat.com/lot/94449/9451342

(< Benoît Reverdy, Jacques-Remi Dahan, Éric Walbecq)
14-15 novembre 2018, collection Aristophil, Hôtel Drouot, ventes Aguttes le 14, Ader le 15
Lot 44. Madame Bovary. Moeurs de province, Paris, Michel Lévy frères, 1857. 2 tomes en un volume in-12 (171x 115mm) demi-basane violine, dos à faux nerfs dorés. Emboîtage en forme de livre, chagrin rouge maroquiné, dos à nerfs. Doublure suédine grise [Loutrel].
Édition originale enrichie d’un envoi à Mademoiselle Leroyer de Chantepie.
Exemplaire modeste, court de marges. Le feuillet de dédicace à Senart [pour Senard] mal placé.
Carteret I-263. Estimation: 3.000 – 4.000 euros.
https://www.aguttes.com/html/fiche.jsp?id=9475805&np=1&lng=fr&npp=150&ordre=&aff=1&r=
Lot 45. Salammbô, Michel Levy 1863. in-8 (223x 142 mm); chagrin rouge maroquiné postérieur, double filet à froid en encadrement sur les plats. Dos à nerfs orné de caissons à froid. Filet doré sur les coupes. Tranches dorées. Encadrement intérieur dentelle dorée. Étui. 2ff. et 474p. Table. Édition originale enrichie d’un envoi autographe signée à Esther Guimont.
Esther Guimont (18..- 1879), courtisane, célèbre sous le surnom du «Lion» sous le second
Empire. Légères piqures. Mors et coins frottés, mais bon exemplaire. Estimation: 1.500 – 2.000 euros.
https://www.aguttes.com/html/fiche.jsp?id=9475806&np=1&lng=fr&npp=150&ordre=&aff=1&r=
Lot 48. L’Éducation sentimentale, Michel Lévy 1870. 2 vol. in-8 (220x 142 mm); demi-chagrin rouge légèrement postérieur, dos à nerfs orné de fleurons dorés. T.1- Fx-titre, titre et 427p. T.2- Fx-titre, titre et 331p. Édition originale enrichie d’un envoi autographe signé à ma chère cousine Caroline Laurent sur papier blanc remonté. Ex-libris Prochian et Caroline Laurent. Estimation: 2.000 – 2.500 euros.
https://www.aguttes.com/html/fiche.jsp?id=9475809&np=1&lng=fr&npp=150&ordre=&aff=1&r=
Lot 54. Gustave Flaubert, Trois contes, Charpentier, 1877, in-12 (188x 128mm); demi-chagrin châtaigne à la bradel.
https://www.aguttes.com/html/fiche.jsp?id=9475815&np=1&lng=fr&npp=150&ordre=&aff=1&r=
Edition originale, un des 100 exemplaires sur Hollande enrichi d’une lettre autographe signée et datée de Flaubert, format in-8 recto sur papier bleu. Destinataire inconnu, 10 mars 1880. Exemplaire à toutes marges. Carteret I-269. Estimation: 2.000 – 3.000 euros.
Lot 293. Enveloppe autographe, avec marques postales. À sa cousine Olympe Bonenfant, pendant son voyage en Orient: «France/ Nogent-sur-Seine (Aube)/ Madame Bonenfant»; cachets postaux de Beyrouth (5 août 1850), Marseille (16 août), Paris et Nogent-sur-Seine (19 août). Estimation: 200 – 300 euros.
Les lots mis en vente le 15 novembre sont regroupés sur cette page:
https://www.auction.fr/_fr/vente/aristophil-litterature-et-livres-illustres-58803?page=3
Lot 439. Manuscrit autographe signé «Gve Flaubert», Les Mémoires d’un Fou, 1838; 141 pages in-fol. sur 72 feuillets montés sur onglets et reliés en un volume in-fol. (32,7x 23,8cm) cartonné recouvert de soie lie-de-vin brochée de motifs noirs et de points rouges, chemise et étui (quelques légères rousseurs éparses). Estimation: 300.000 – 350.000 euros.
Lot 440. L.A.S. «ton G.», Samedi soir [26 juin 1852], à Louise Colet; 4 pages petit in-4, enveloppe avec cachets postaux et sceau de cire rouge (petite trace de rouille sur la p.4). Magnifique lettre sur la vie à Paris, Alfred de Musset, la poésie et la prose, et sur l’avancement de Madame Bovary. Estimation: 10.000 – 15.000 euros.
Lot 441. L.A.S. «Gve Flaubert», [Croisset fin décembre 1860], à Ernest Feydeau; 2 pages in-8 sur papier bleu. Amusante lettre fort libre à propos de Salammbô. Estimation: 2.000 – 3.000 euros.
Lot 442. L.A.S. «Gve Flaubert», Croisset Lundi soir [29 mai 1865], à Mme Hortense Cornu; 2 pages in-8 sur papier bleu (trace d’onglet au verso). En faveur de son ami Louis Bouilhet. Estimation: 1.500 – 1.800 euros.
Lot 443. Manuscrit autographe pour L’Éducation sentimentale; 2 pages in-fol. aux recto et verso d’un grand feuillet numéroté 7 (fentes réparées, petite déchirure au bord supérieur sans perte de texte, un peu jauni et sali). Précieux et rare canevas du début de la deuxième partie de L’Éducation sentimentale. Estimation: 5.000 – 6.000 euros.
Lot 444. Gautier Théophile (1811-1872). Manuscrit autographe signé, Salammbô par Gustave Flaubert [1862]; 9 pages oblongues in-8 remplies d’une petite écriture, en partie découpées pour l’impression en bandes et remontées (quelques légères rousseurs), avec enveloppe à en-tête du Moniteur universel. Magnifique article disant son admiration pour le roman Salammbô de Gustave Flaubert. Estimation: 8.000 – 10.000 euros.

(< Marlo Johnston)
20 novembre 2018, Christie’s.
Lot 55, Flaubert, Gustave (1821-1880), L’Éducation sentimentale, Paris, Michel Lévy Frères, 1870. Bel exemplaire de l’édition originale, grand de marges, enrichi d’un envoi autographe signé de Flaubert. Cet exemplaire a appartenu à Marie Dubois de l’Estang (1833-1897), épouse de Jean-Joseph Gustave Dubois de l’Estang (1823-1881), conseiller-maître à la Cour des Comptes et fait officier de la Légion d’honneur en 1877. Vicaire, III, col. 726-727; Flaubert, Vie et travaux du R. P. Cruchard et autres inédits, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2005, p.67; Todisco, Le Personnel de la Cour des Comptes 1807-1830, p.7-98.
2 vol. in-8 (230x 143mm). Édition originale (quelques rousseurs). Reliure signée David, demi-maroquin bleu à coins, dos à nerfs, gardes de papier marbré, têtes dorées (dos légèrement passés). Exemplaire relié avec en tête de chaque volume une garde intérieure de moire violette au chiffre «M D» [Marie Dubois] (garde intérieure de moire violette sans chiffre en fin de volume). Provenance exemplaire enrichi d’un envoi autographe signé sur un feuillet blanc: «Offert à Madame Marie Dubois de l’Estang, par son très humble et affectionné G. Flaubert

(< Stéphanie Dord-Crouslé)
Jeudi 22 novembre 2018, International Autograph Auction Europe
Lot n°295. Gustave Flaubert, manuscrit autographe non signé, titré Loi salique. Bon texte développant l’esprit de la loi salique, s’inspirant des commentaires de Guizot et Montesquieu, et commençant ainsi: «Deux textes de loi salique, l’un en latin, et l’autre latin aussi mais mêlé d’un grand nombre de mots germaniques, de gloses, d’explications dans l’ancienne langue franque intercalées dans le cours des articles…» Il s’agit dans un premier temps de démontrer lequel de ces deux textes est le plus ancien, puis «La rédaction de la loi salique paraît devant [sic pour devoir?] résulter d’une époque où les Francs vivaient au milieu des Romains […] la loi salique se rapporte à des coutumes antérieures transmises de génération en génération, étendues, modifiées, expliquées, rédigées à loisir à diverses reprises. La loi salique n’est point un code régulier de lois mais une simple énumération de coutumes judiciaires…» 2p. in-folio, bon état.
Note: la loi salique est un code de loi élaboré entre le IVe et le VIe siècle pour le peuple franc, dit salien, dont Clovis fut l’un des premiers rois. Estimation 2.300 – 3.400 euros.
http://catalogue.gazette-drouot.com/html/g/fiche.jsp?id=9501547

Mardi 27 novembre 2018, vente Artoria, Zurich
Lot n°250, Gustave Flaubert, La Tentation de saint Antoine, Paris, Charpentier, 1874. Grand in-8, reliure début XXe s. demi-chagrin brun, dos à 5 nerfs ornés d’un filet doré, auteur, titre et date dorés, tête dorée, couverture et dos conservés. Édition originale. Deux fautes figurant aux pages 152 et 295 ont été corrigées au crayon.
Envoi autographe signé de Gustave Flaubert «à madame Drouais, humble hommage de son tout dévoué». Bel exemplaire relié avec toutes ses marges. Estimation: 1.500 – 2.500 euros.
https://artoria.ch/parcourir-les-lots/vente-inaugurale/livres-autographes/250/livre-flaubert/?soff_session_keywords=250&soff_session_page=1

Lot n°52, Jules Barbey d’Aurevilly, Lettre autographe signée «Jules Barbey d’Aurevilly» adressée à André Basset. «Saint-Jean de Luz, mardi» [septembre 1857]. 1 page in-8. Manque dans le coin supérieur droit.
Belle lettre au rédacteur en chef du Pays au sujet de sa critique de Madame Bovary.
«Je suis en retard, mais vous êtes la bonté même. Voici un long article sur Madame Bovary.
J’ai la coquetterie de vous plaire. Je n’en ai pas la fatuité.
Je serai heureux si l’article vous convient. Je le crois juste et de bon sens.
Vous l’insérerez bientôt, je n’en doute pas.»
La critique paraîtra le 6 octobre 1857 dans Le Pays et s’ouvre sur ces lignes: «Le livre de M. Gustave Flaubert a eu un succès éclatant et rapide, et ce succès n’est pas épuisé. Rien n’a manqué à sa fortune: ni la pointe de scandale, qui est le sel d’un livre en France, ni l’intérêt dramatique d’un procès. Inconnu et sans précédents littéraires, l’auteur s’est trouvé tout à coup célèbre…» Estimation: 1.000 – 1.500 euros.
https://artoria.ch/parcourir-les-lots/vente-inaugurale/livres-autographes/52/manuscrit-barbey-daurevilly/?soff_session_page=2

VIENT DE PARAÎTRE

Édition

(< Patricia Chabot)
Tu aimes trop la littérature, elle te tuera. Correspondance George Sand et Gustave Flaubert, éditions Le Passeur, Préface de Danielle Bahiaoui, 2018.

Ouvrage

Anne Boquel et Étienne Kern, Le Crâne de mon ami. Les plus belles amitiés d’écrivains, de Goethe à Garcia Marquez, Payot, 2018.
Le chapitre 5, «Tendresse et poulet froid», est consacré à l’amitié entre Flaubert et Sand.
https://www.payot-rivages.fr/payot/livre/le-cr%C3%A2ne-de-mon-ami-9782228922227

Articles

Éric Le Calvez, «Flaubert au collège», dans Tableaux d’école. Brouillages génériques: romans, autobiographies et témoignages (1730-1913), Thierry Poyet et Josiane Guitard-Morel (dir.), Mulhouse, Orizons Universités, 2018, p.167-179.

Jacques Lecarme, «Flaubert, Satan et nous», Médium, «Qui croire?», n°56, 2018, p.189-209. [Sur La Tentation de saint Antoine.]

(< Benoît Melançon)
Nathalie Solomon, «Portraits flaubertiens en voyage. La fabrique du roman», dans Portraits dans la littérature. De Gustave Flaubert à Marcel Proust, Julie Anselmini et Fabienne Bercegol, Garnier, 2018, p.411.
https://classiques-garnier.com/portraits-dans-la-litterature-de-gustave-flaubert-a-marcel-proust.html

Sylvie Triaire, «Ce qui prend figure politique. Portraits du commun chez Flaubert», dans Portraits dans la littérature. De Gustave Flaubert à Marcel Proust, Julie Anselmini et Fabienne Bercegol, Garnier, 2018, p.107.

Compte rendu

(< Atsuko Ogane)
Éric Le Calvez (dir.), Dictionnaire Gustave Flaubert, Paris, Classiques Garnier, 2017. Gisèle Séginger (dir.), Dictionnaire Flaubert, Paris, Honoré Champion, 2017. Compte rendu par Henri Mitterand, Littérature, n°191, septembre 2018, p.119-126.

Dérivé

Lucky Luke, Un cow-boy à Paris, d’Achdé et Jul, d’après l’univers de Morris, Dargaud, 2018.
http://www.dargaud.com/bd/LUCKY-LUKE/Aventures-de-Lucky-Luke-d-apres-Morris-Les/Aventures-de-Lucky-Luke-d-apres-Morris-Les-tome-8-Un-cow-boy-a-Paris
Le sculpteur français Auguste Bartholdi fait une tournée spectaculaire aux États-Unis pour lever des fonds qui lui permettront d’achever la future statue de la Liberté. Mais plusieurs incidents visent la statue et même directement Bartholdi. Lucky Luke est missionné pour escorter le Français, et ce, jusqu’à Paris. C’est un choc culturel pour le cow-boy qui, non content de traverser l’Atlantique pour la première fois, découvre la splendeur de la Ville Lumière, et le mode de vie de ses autochtones, les Parisiens.
Traversée houleuse en bateau, installation cocasse dans un hôtel parisien de la Plaine-Monceau, dans le 17e arrondissement, rencontres savoureuses avec madame Bovary (le personnage de Gustave Flaubert), Gustave Eiffel et Victor Hugo. Le cow-boy que rien ne semble jamais déstabiliser va de surprise en étonnement pour son premier séjour en dehors des États-Unis.

SUR LA TOILE

(< Benoît Melançon)
Anne Carson, «Flaubert again», fiction, The New Yorker, 22 octobre 2018.
https://www.newyorker.com/magazine/2018/10/22/flaubert-again?mbid=social_twitter


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales