BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 209 / 20 juin 2019

AGENDA

Lundi 12 août 2019, Château de Bosmelet (Seine-Maritime), 17h.
Salon d’honneur. «Gustave Flaubert, ou le défaut de ligne droite», conférence sur l’oeuvre de Flaubert, par Vincent Vivès, Professeur des Universités
Mardi 13 août 2019, 14h.
Rendez-vous Chapelle. Sur les pas d’Emma Bovary. Randonnée: circuit pédestre «Emma Bovary», avec lecture de grandes pages de Flaubert
http://bosmelet.fr/IMG/pdf/bosmelet_saison2019.pdf

VENTES

(< Éric Walbecq)
20 juin 2019, vente Ader, salle des ventes Favart, Paris
Trois lettres de Flaubert.
Lot 51, L.A.S., Croisset 13 décembre [1859], à Aglaé Sabatier, «la Présidente»; 2 pages in-8, sur papier bleu.
Jolie lettre tendre à la Présidente, lui parlant de sa soeur Adèle-Irma Sabatier, dite «Bébé» ou «Doudou» [maîtresse du peintre Fernand Boissard, dont elle eut une fille, morte en octobre 1859].
«Voulez-vous, belle Présidente, faire à Melle Doudou tous mes compliments de condoléance, pr la mort de son pauvre petit enfant. Que j’ai apprise avant hier au soir.
Je ne lui écris pas, pr mille raisons. – Mais la meilleure de toutes est que vous vous entendrez à cela, bien mieux que moi, en votre qualité de femme. – Dites-lui de ces choses qui vous font pleurer & qui soulagent.
La voilà revenue telle que devant. – Rien ne reste plus de cette liaison que le souvenir. Ainsi finissent les choses humaines. Quelle triste mascarade que l’existence!
Quant à vous, vous savez les sentiments que je vous porte. Le silence est donc plus éloquent que toutes les paroles. Lorsque vous n’aurez rien de mieux à faire, écrivez-moi pour me dire si vous vous ennuyez beaucoup & si la portraiture fait son chemin. [La Présidente peignait des miniatures.]
Mille tendresses.» Correspondance, Bibliothèque de la Pléiade, t.III, p.63. Estimation: 1.500 - 2.000 euros.
Lettre en ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=10384

Lot 52. L.A.S., [Paris 10 avril 1861], à Aglaé Sabatier, «la Présidente»; 1 page in-8, sur papier bleu.
«Belle Présidente,
C’est demain, selon l’affiche, la 1ère de la Statue [opéra-comique d’Ernest Reyer, créé au Théâtre-Lyrique le 11 avril].
Donc le festival aura lieu vendredi.
J’espère vous voir demain au théâtre.
Je vous ai cherché [sic] hier au soir, vainement.
Mille tendresses […].
Il m’a été hier, impossible de mettre la main sur Reyer. Pouvez-vous m’envoyer son adresse.»
[Ernest Reyer composera un opéra sur Salammbô qui sera créé en 1890.]
Correspondance, Bibliothèque de la Pléiade, t.III, p.151. Estimation: 1.200 - 1.500 euros.
Lettre en ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=10483

Lot 53. L.A.S., [Paris] Mardi soir [23 février 1864], à Aglaé Sabatier, «la Présidente»; 1 page in-8, sur papier bleu.
Belle lettre galante, à propos de la création du drame de son grand ami Louis Bouilhet, Faustine (Porte Saint-Martin, 20 février 1864).
«Chère Présidente,
Voici une loge 1° parce qu’on vous aime & 2° parce que vous êtes bien gentille & bien aimable.
Vous ne m’en voulez pas (comme tant d’autres) de n’avoir pu vous faire assister dans la loge impériale à la 1ère de Faustine! – quel embêtement que les billets!
Je vous adore de plus en plus! – Ah! si j’étais une des bêtes du Jardin d’acclimatation comme je vous verrais souvent. Mille tendresses et un long baiser sur vos beaux bras.
Votre vieux soupirant»…
Correspondance, Bibliothèque de la Pléiade, t. III, p.379. Estimation: 1.500 – 2.000 euros.
Lettre en ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=10791

(< Stéphanie Dord-Crouslé)
20 juin 2019, International Autograph Auctions LTD
Lot 123. Lettre à Philippe Leparfait, 17 novembre 1874.
Estimation : 1.000 – 1.500 dollars.
Lettre en ligne :
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=12377

(< Éric Walbecq)
23 juin 2019, vente Millon, Hôtel Drouot
Lot 250. L.A.S, slnd [janvier 1863 d’après le catalogue; en fait 30 décembre 1862], 2pp., adressée à Hortense Cornu.
http://www.millon.com/html/fiche.jsp?id=10476741&np=1&lng=fr&npp=150&ordre=&aff=1&r=
Intéressante lettre relative à la traduction en allemand de Salammbô:
«Je me suis présenté hier, chez vous chère Madame pour vous remettre les autorisations relatives à la traduction allemande de Salammbô.
J’avais, de plus, un service à vous demander. Seriez-vous assez bonne pour venir de demain en huit […] avec Mr Cornu et vos deux amis les Duplan dîner chez moi en compagnie de ma mère et de ma nièce?
Il ne faut pas me remercier de mes douceurs. (Vous m’en donnez bien d’autres en m’admettant dans votre intimité.) Je vous les ai envoyées non que je vous suppose gourmande mais c’est afin que vous pensiez un peu à moi quand je n’y suis pas. ‒ Simple égoïsme comme vous voyez!
Mille souhaits pour 1863 ‒ que la bénédiction soit pleuve sur tout ce que vous aimez. […]»
Femme de lettres et salonnière, Hortense Cornu (1809-1875), née Lacroix, était la filleule de la reine Hortense et sa secrétaire. Elle fut élevée avec le futur empereur Napoléon III et épousa le peintre Sébastien Cornu (1804-1870) en 1833 à Rome. Elle fit la connaissance de Flaubert par l’intermédiaire de leur ami commun Jules Duplan et confia la traduction de Salammbô en allemand à l’une de ses amies. Duplan était l’un des fidèles de Flaubert, à l’instar de Bouilhet; frère du notaire de l’écrivain, Ernest Duplan, ils se connaissaient depuis 1851 par l’intermédiaire de Maxime du Camp. Estimation: 600 - 800 euros.
Lettre en ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=13708

(< Stéphanie Dord-Crouslé, Éric Walbecq)
28 juin 2019, vente Aguttes, Neuilly
https://www.aguttes.com/catalogue/99555?search=Flaubert&Submit=OK&npp=&sort=&p=
Lot 271. Manuscrit autographe «Histoire de France. Origines». S.l.n.d. 1p. 1/4 in-folio.
Notes manuscrites exposant la géographie de la Gaule au IVe siècle sous domination romaine. Flaubert liste les limites: le Rhin, les Alpes, les Pyrénées, l’Océan Atlantique; puis développe en trois points: 1. Au Nord, entre le Rhin et la Seine les deux Germanies et les deux Belgiques [...]. 2° Au centre, entre la Seine et la Loire, les quatre lyonnaises [...]. 3° Au Sud, les Aquitaines et les Narbonnaises. Estimation: 1.200 ‒ 1.500 euros.

Lot 272. L.A.S. à Mme Schlésinger. Croisset, Samedi 26 septembre [1857]. 2 ff. sur bi-feuillet in-8.
Lettre de Flaubert à son retour de Palestine, offrant deux petits souvenirs à Élisa Foucault, Mme Schlésinger. «Voici [...] deux petites boîtes pour Mlle Maria; l’une seule doit servir. Mais je ne sais laquelle? Elles ont toutes deux été bouchées à Jérusalem. Il y a dans l’une de l’eau du Jourdain et dans l’autre de l’eau de la Mer Morte. Celle-ci doit être reconnaissable à une forte odeur nauséabonde et à un gout salé très acre.» Il lui est reconnaissant de lui avoir envoyé son fils (Adolphe-Maurice Schlésinger: «Je le trouve charmant et j’en dirais plus long s’il n’était porteur de ce billet.» Flaubert lui adresse ses voeux pour la réussite de l’événement «que vous attendez avec anxiété» [...]. Estimation: 1.500 – 1.800 euros.
Lettre en ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=10105

L.A.S. Lundi, 5h (circa janvier-mars 1874). 1p. in-8 sur papier bleu.
À propos de son oeuvre Le Candidat qu’on souhaite jouer. «Monsieur Markley [lecture conjecturale], directeur “du théâtre Français” à Bordeaux me demande à monter le Candidat et réclame à cet effet un manuscrit. C’est Mr Michaelis qui possède l’unique ms lisible de ma pièce. Je lui ai écrit pr le prier de vous en envoyer une copie [...]». Inédite. Estimation: 1.000 – 1.200 euros.

Lot 274. L.A.S. à Edmond Laporte. Nuit de dimanche, 1h [Saint-Gratien, 16 septembre 1878]. 2pp. bi-feuillet in-8; petit cachet de collection.
À propos de l’intervention de Flaubert auprès du ministre de l’Instruction publique, en faveur de Laporte pour lequel il a demandé un rendez-vous. «Mon vieux Bab. Vous êtes invité à venir Samedi prochain déjeuner chez le Ministre de l’instruction publique à 11h 1/2. Voilà le résumé de la conversation que je viens d’avoir avec lui, à trois reprises différentes. Le dialogue a été long et sérieux. D’Osmoy qui m’a l’air du vice-ministre, je parle très sérieusement, veut vous nommer directeur des Gobelins (sic) à la place de Darcel qu’on se propose de foutre à la porte. (C’est un secret d’État.) J’ai dit que vous n’en demandiez pas tant. Mais une place médiocre est plus difficile à avoir qu’une très belle [...] il y aura une place pour vous. Je n’en doute pas. Bardou [le ministre] est simplement adorable. Il a, de lui-même, travaillé déjà pour que l’on reprenne une pièce de Bouilhet. Quant à Leplé, je regarde la chose comme faite?. Cependant, ne lui annoncez rien de positif.» Flaubert demande de ne pas manquer le rendez-vous; il dînera ce soir-là chez Baudry. «Si vous voulez venir, vous m’attendrez. Sinon soyez chez moi [...] pr que nous ayons le temps de causer avant d’aller déjeuner rue de Grenelle [...].» Flaubert insiste sur le rendez-vous et ajoute en P.S.: «il faut venir samedi même si vous aviez les quatre membres cassés. Plus de conscription! plus de droits réunis!» Estimation: 1.200 ‒ 1.500 euros.
Lettre en ligne, redatée au [11 mars? 1878]:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=12945&mot=&action=M

Lot 386. George Sand, L.A.S. à Gustave Flaubert, Nohant, 5 février 1873. 4pp. bi-feuillet in-6, chiffre «GS» estampé en coin.
Lettre de Sand évoquant ses liens intimes avec Flaubert. Elle demande tout d’abord, de faire intervenir le frère de Flaubert pour une affaire qui est renvoyé en cassation. «Je t’ai écrit hier à Croisset {...].» Puis elle s’inquiète de la santé de Flaubert, lui recommandant un remède à base de morphine. «Qu’est-ce que cette bronchite obstinée? Il n’y a qu’un remède [...]. Je ne fais pas autre chose et je m’en tire toujours bien [...]. J’attends ta guérison avec impatience, pour toi d’abord et puis pour moi, parce que tu viendras et que j’ai faim et soif de te voir. [...] Mais nous t’aimons, voilà qui est sûr, et nous voudrions t’infuser une de notre patience berrichonne à l’endroit des choses de ce monde qui ne sont pas drôles, nous le savons bien! Mais pourquoi sommes-nous en ce monde si ce n’est pour patienter? [...]» Estimation: 1.200 – 1.500 euros.

(< Éric Walbecq)
28 juin 2019, vente Cornette de Saint Cyr
Lot 41. L.A.S. À Philippe Leparfait, [19 août 1869]. 1 page in-12. Sur un double feuillet.
Philippe Leparfait, fils naturel de Philippe de Chennevières et de Léonie Leparfait, compagne de Louis Bouilhet qui éleva cet enfant comme son propre fils.
«Les feuilletons qui contiennent le cœur à droite sont dans une vieille couverture de livre, rouge. C’est Delattre lui-même qui vient de me donner ce renseignement. Tâche de retrouver cela & de me l’expédier promptement. Delattre fera cet hiver une conférence sur B. [Bouilhet]. – Bonne préparation au succès d’Aïssé. Mais il a d’autres idées que j’approuve moins. – Je te les communiquerai. Comment se porte maintenant ta pauvre maman. Adieu, mon cher enfant. Je t’embrasse.»
Louis Bouilhet étant mort il y a peu, c’est Gustave Flaubert qui fit représenter pour la première fois Mademoiselle Aïssé, le drame de son grand ami, en janvier 1872. Quelques rousseurs. Traces de ruban adhésif au verso du double feuillet. On joint un portrait de Flaubert, gravure d’après une photographie. Correspondance, Bibliothèque de la Pléiade, t.IV, 1997. Estimation: 1.200 – 1.400 euros.
Lettre en ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=11421

(< Éric Walbecq)
Catalogue de la librairie Faustroll, [juin 2019]
Lot 10. Trois contes, exemplaire sur Chine de J.-K. Huysmans, Charpentier, 1877, édition originale. Un des 12 exemplaires sur Chine.
Ex-libris autographe de Joris-Karl Huysmans, à l’encre bleue, sur un feuillet de papier ordinaire placé entre la couverture et le faux-titre. Exemplaire enrichi du portrait de Flaubert gravé à l’eau-forte par Champollion et la suite des 70 compositions gravées d’après Georges Rochegrosse, Émile Adam et Luc-Olivier Merson pour les éditions Ferroud de 1892, 1894 et 1895, le tout tiré sur chine. Remarquable reliure en maroquin doublé de Salvador David, dont le modèle décoratif est inspiré des reliures du XVIe siècle. 30.000 euros.
http://librairie-faustroll.com/img/cms/Book%20Mont%20des%20Arts%20-%20Version%20Finale%20LD.pdf

VIENT DE PARAÎTRE

Ouvrages

(< Benoît Melançon)
Patrick et Véronique Sinsard, Petite reine et grands romans, 25 circuits vélo sur les traces de grands romans français, Éditions du Chemin des Crêtes, 2019. [Un chapitre sur Madame Bovary.]
https://www.chemindescretes.fr/Petite%20reine%20et%20grands%20romans.html

Articles

(< Paul Paumier)
Monia Kalle
, «Sand et Flaubert, “Les deux amis”. Scénographies de l’échange épistolaire (1866-1876)», dans Catherine Nesci et Olivier Bara (dir.), Écriture, performance et théâtralité dans l’oeuvre de George Sand, Grenoble, UGA éditions, (Bibliothèque stendhalienne et romantique), 2014, p.197-219.
https://books.openedition.org/ugaeditions/4743

Guy Pessiot
, «Trois caricatures d’Ernest Pinard: Paul Hadol, Hippolyte Mailly et Faustin», 2019, site Flaubert
https://flaubert.univ-rouen.fr/iconographie/pinard.php

SUR LA TOILE

(< Benoît Melançon)
Une couverture de Madame Bovary, vue sur Twitter:
claro @madmanclaro: «Quand tu te lances dans la déco...»
https://twitter.com/madmanclaro/status/1131851884640329729/photo/1

On remplace les signes astrologiques par des signes littérologiques.
https://twitter.com/GPoPesie/status/1129292298930589696
[23 octobre-22 novembre]
Signe: Flaubert
Le Flaubert est atrabilaire et gueule tout le temps.
Travail: Vous travaillez seul car vous n’aimez personne.
Amour: Vous n’aimez personne.
Santé: Considérez-vous comme guéri, vous le serez.
Famille: Vous aimez votre maman (c’est tout).

Madame Bovary classé deuxième dans la liste des grands livres du XIXe siècle, établie par 150 auteurs célèbres:
https://www.brainpickings.org/2012/01/30/writers-top-ten-favorite-books/

(< Paul Paumier)
Cindy Mahout et Anne-Bénédicte Levollant, «Flaubert habite encore Rouen: visite guidée», Normandie livre et lecture.
Lieux de mémoire, la bibliothèque personnelle de Flaubert, ses manuscrits, l’édition électronique de sa correspondance.
https://www.actualitte.com/article/reportages/flaubert-habite-encore-rouen-visite-guidee/95340

QUESTION

Un de nos lecteurs nous écrit:
«Je possède un exemplaire de l’édition originale (1857) de Madame Bovary qui m’intrigue: il présente toutes les caractéristiques relevées par René Dumesnil et D.-L. Demorest (Bibliographie de Gustave Flaubert, Paris, Giraud-Badin, 1939), puis par G.R. Piclin («L’Édition originale de Madame Bovary», Les Amis de Flaubert, 1960, n°16, p.54-56).
Voici quelques-unes de ces caractéristiques: page de titre avec la faute à Senart, avec un t; la virgule après abîme (page 290, 4e ligne en partant du bas); les deux chiffres du «10» au bas de la page 397 sont bien décalés; la page 67 n’est pas chiffrée. Plus toutes les autres erreurs mentionnées dans la bibliographie. Toutes sauf une… et c’est là la question, la page 50, elle, est bien chiffrée, alors qu’elle ne devrait pas l’être…
Je ne sais pas si cette bizarrerie a déjà été relevée, car je vois mal une correction faite sur un seul exemplaire et surtout, pourquoi ne corriger que cette erreur-là?
Je remercie à l’avance celles et ceux qui pourront contribuer à éclairer ce point!
MD»
Voir cette question avec les images du livre, ici:
https://flaubert.univ-rouen.fr/questions_reponses/

DÉRIVÉS

(< Élisabeth Musset)
Le film Un Tramway à Jérusalem, réalisé par Amos Gitaï et sorti le 24 avril 2019, fait intervenir un personnage (incarné par Mathieu Amalric) lisant des extraits de la correspondance de Flaubert visitant la Ville Sainte avec Maxime Du Camp. Est à l’honneur en particulier la lettre adressée à Louis Bouilhet le 20 août 1850, auquel le voyageur faisait part de sa grande déception: nulle émotion devant les lieux tant rêvés, l’impression d’un vaste mensonge...

Dans son film Le Livre d’image, Jean-Luc Godard lit un passage de Salammbô: «“Tout à coup, il aperçut à l’horizon, derrière Tunis, comme des brouillards légers, qui se traînaient contre le sol; puis ce fut un grand rideau de poudre grise perpendiculairement étalé, et, dans les tourbillons de cette masse nombreuse, des têtes de dromadaires, des lances, des boucliers parurent. C’était l’armée des Barbares qui s’avançait sur Carthage.” Ô Salammbô!» (fin du chapitre III)
Film en ligne sur Arte. La citation se trouve à 51 min 40:
https://www.arte.tv/fr/videos/082224-000-A/le-livre-d-image/

LECTURE

(< Catherine Pret)
Elena Ferrante, «Comme cette enfant est laide!», Frantumaglia. L’écriture et ma vie, Gallimard, 2019, p.226-231.
«Avant, bien avant Paris, la France a été pour moi Yonville-l’Abbaye […]. Pour sûr, je me vis dans Berthe Bovary, la fillette d’Emma et de Charles, et cela me causa une violente secousse.»


Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales