BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 210 / 11 septembre 2019

Édition numérique de la correspondance de Flaubert

Depuis novembre 2017, la correspondance de Flaubert est en ligne. Du moins les lettres qu’il a écrites, au nombre de 4.487. Mais il manquait les lettres reçues, la correspondance dite «passive», l’autre moitié sans laquelle rien ne correspond. Pour que la correspondance soit vraiment complète, nous ajoutons désormais les lettres reçues par Flaubert: 1.116 sur les 2.000 connues au total (les autres suivront).
https://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/index.php
Les principes de navigation restent les mêmes: on peut afficher par ordre chronologique, par correspondant, par lieu d’écriture et par lieu de conservation les lettres de Flaubert, les lettres à Flaubert ou toutes les lettres: il est alors possible de suivre les échanges croisés, restituant ainsi à la correspondance sa véritable dimension de dialogue.
L’indexation thématique des lettres à Flaubert est en cours.
Grand merci à toute l’équipe qui permet au public d’accéder à ce remarquable outil de lecture et de travail:
https://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/equipe_scientifique.php

AGENDA

Vendredi 20 septembre 2019, Rouen, Bibliothèque Simone de Beauvoir
Journée annuelle du séminaire «Patrimoine normand à l’ère du numérique»
Séminaire d’échanges entre professionnels du livre et chercheurs de la région, en partenariat avec la Maison de la Recherche en Sciences Humaines de l’Université de Caen, Normandie Livre & Lecture et la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Normandie
Programme et les modalités d’inscriptions en ligne
14h-15h. L’édition numérique de la correspondance générale de Flaubert: un chantier collaboratif
par Danielle Girard et Yvan Leclerc, professeurs, Université de Rouen Normandie, Centre Flaubert, CÉRÉdI (Centre d’Études et de Recherche Éditer/Interpréter).

Samedi 21 septembre 2019, École Normale Supérieure de Lyon, Site Descartes, salon de la Direction, 14 heures
Soutenance de thèse d’Anne-Claire Marpeau, «Emma entre les lignes: Réceptions, lecteurs et lectrices de Madame Bovary»
Jury composé de Mesdames et Messieurs Joël Castonguay-Bélanger (Université de Colombie-Britannique), Christine Détrez (École Normale Supérieure de Lyon), Marie-Ange Fougère (Université de Bourgogne), Nancy Frelick (Université de Colombie-Britannique), Henri Garric (Université de Bourgogne), André Lamontagne (Université de Colombie-Britannique), Éléonore Reverzy (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3).

Vendredi 27 septembre 2019, Archives départementales de Seine-Maritime, pôle culturel Grammont, 17h30
Daniel Fauvel présentera et dédicacera son nouveau livre L'affaire Ferdinand Delamare a-t-elle inspiré Flaubert? (Wooz-Editions).

Samedi 28 septembre 2019, Amphithéâtre Lecat, CHU, Rouen, 14h30
Conférence organisée par les Amis du Musée Flaubert et d’histoire de la médecine
Fabrice Duparc et Yvan Leclerc, «Le dessin d’art et d’anatomie dans la famille Flaubert»
https://sites.google.com/site/amismuseeflauberthistoiremed/

Samedi 12 octobre, château de Martainville, Musée des Traditions et Arts normands, Seine-Maritime
«Être une femme dans la vie et l’œuvre de Flaubert et de Maupassant»
Matin: 10h, visite de l’exposition «Femmes, je vous aime. Être une femme en Normandie du XVIIIe au début du XXe siècle».
Après-midi: 15h et 16h, tables rondes avec Véronique Bui, Daniel Fauvel, Hubert Hangard, Marlo Johnston, Yvan Leclerc, Françoise Mobihan, Joëlle Robert
https://www.amis-flaubert-maupassant.fr/programmes/programme-2019-2020/

VENTES

3 octobre 2019, vente Ader, salle des ventes Favart, expert Thierry Bodin
46. Flaubert, manuscrit autographe signé, Voyage en Orient. I. La Cange, février 1850; 23 pages sur 15 feuillets in-folio. Estimation: 20.000/ 25.000 euros.
https://www.gazette-drouot.com/lots/10727528  

(< Olivier Leroy)
Catalogue Bertran, Rouen
Lettre de Flaubert à Hortense Cornu, 29 décembre 1862, 2.300 euros.
http://www.librairie-bertran-rouen.fr/Catalogue/Ber_Fich.php?id=20027&Ar=3&Orig=4&Carte=&pg=1

APPEL À CONTRIBUTIONS

«Flaubert et les dictionnaires», à paraître dans la Revue Flaubert, n°20, 2020
Site Flaubert de l’Université de Rouen, sous la direction de Biagio Magaudda.
Les propositions d’articles, d’environ 300 mots, accompagnées d’une courte bio-bibliographie, sont à envoyer avant le 1er novembre 2019 à Biagio Magaudda
(biagio.magaudda@gmail.com).
Les auteurs seront contactés dans le courant du mois de novembre. Les articles, d’une longueur approximative de 6000 mots, devront être remis avant le 1er juin 2020, pour une mise en ligne à la fin de 2020.
https://flaubert.univ-rouen.fr/revue/revue20_appel.php

VIENT DE PARAÎTRE

Édition

Gustave Flaubert, Madame Bovary. Nouvelle édition préfacée, annotée et commentée par Jacques Neefs. Le Livre de Poche, 2019.

Ouvrage

José-Luis Diaz et Mathilde Labbé, dir., Les XIXes siècles de Roland Barthes, Les Impressions Nouvelles, collection «Réflexions faites», 2019.
Ce volume propose un panorama aussi complet que possible du rapport de Barthes au XIXe siècle: à sa littérature principalement, à sa musique aussi, à sa philosophie (Nietzsche), parfois à son histoire et à ses historiens.
Si, dans le titre, le pluriel s’est imposé, c’est parce que ces rapports furent multiples. Tout au long de sa carrière de critique, Roland Barthes a pu changer d’interprétation globale sur le XIXe siècle. Siècle amical pour lui lors de l’adolescence, plutôt mal vu au temps de la «nouvelle critique» structuraliste, il rentre en grâce à partir de S/Z et des Fragments du discours amoureux, et plus encore dans les derniers séminaires sous les auspices du romantisme allemand.
Une approche en mosaïque des amours et désamours de Barthes pour Balzac, Stendhal, Flaubert, Michelet, Zola…
https://lesimpressionsnouvelles.com/catalogue/les-xixes-siecles-de-roland-barthes/

Revue

Revue Flaubert, n°18, 2019
«Bouvard et Pécuchet et l’agriculture»
Numéro dirigé par Stéphanie Dord-Crouslé et Éric Le Calvez, Centre Flaubert, Université de Rouen, 2019. EAN13 : 21043345.
https://flaubert.univ-rouen.fr/revue/sommaire.php?id=20
Le dernier numéro de la Revue Flaubert, intitulé «Bouvard et Pécuchet et l’agriculture» sous la direction de Stéphanie Dord-Crouslé et Éric Le Calvez, vient d’être mis en ligne sur le site du Centre Flaubert de l’Université de Rouen. Il est entièrement consacré au second chapitre du roman inachevé de l’écrivain.
Flaubert visionnaire ? En tout cas, de nombreux sujets qu’il traite dans ce chapitre (esclavage de la terre, révolte de la nature, rôle des engrais, même les incendies) sont terriblement d’actualité.

Stéphanie Dord-Crouslé, Éric Le Calvez
Avant-propos
[Article complet]

Éric Le Calvez
Flaubert à la ferme
[Article complet] [Résumé]

Jeffrey Thomas
Le jardin face à Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Abbey Carrico
L’eau et l’agriculture dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]
 
Stella Mangiapane
Flaubert, Bouvard et Pécuchet «devant la divergence des opinions» dans les savoirs agricoles du XIXe siècle
[Article complet] [Résumé]

Sucheta Kapoor
«Incessamment, ils parlaient de la sève»: Bouvard et Pécuchet pratiquent l’agriculture
[Article complet] [Résumé]

Florence Vatan
«Cultiver son jardin»: rêves et délires de l’engrais dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Christophe Ippolito
L’agriculture hors de son champ: débordements du chapitre II dans Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Yvan Leclerc
Bouvard et Pécuchet sur leur terre: comment bien rater sans savoir pourquoi
[Article complet] [Résumé]

Florence Pellegrini
«D’abominables mulets qui avaient le goût de citrouilles»: traduire les causes d’un ratage. Traduction, orthonymie et chaîne de causalités
[Article complet] [Résumé]

Stéphanie Dord-Crouslé
Le sottisier agricole de Bouvard et Pécuchet
[Article complet] [Résumé]

Annexes
Stéphanie Dord-Crouslé, Éric Le Calvez
Bibliographie indicative
[Article complet]

Stéphanie Dord-Crouslé, Éric Le Calvez
Pour mémoire: appel à contributions
[Article complet]

Résumés
Bio-bibliographie des auteurs

Articles

Haruyuki Kanasaki, «Le Brahmane et le Bouddha dans La Tentation de saint Antoine» (2019), site Flaubert:
https://flaubert.univ-rouen.fr/article.php?id=77
Cette étude est la traduction remaniée d’un article publié en japonais: Haruyuki Kanasaki, «Le Brahmane et le Bouddha dans La Tentation de saint Antoine», Gallia, n°57, La Société de Langue et Littérature Françaises de l’Université d’Osaka, 2018.

François Lapèlerie, «Le chocolat froid de Gustave Flaubert ou Madame Bovary outre-manche et quelques autres sujets», site Flaubert, 2019.
https://flaubert.univ-rouen.fr/etudes/chocolat_lapelerie.pdf
[À partir des traductions de Madame Bovary publiées chez Penguin Books, l’auteur étudie l’histoire des maquettes, de la typographie et des illustrations de couvertures, en particulier celles qui sont empruntées à des tableaux.]

Yvan Leclerc, «Mathilde et Flaubert», Un soir chez la princesse Mathilde. Une Bonaparte et les arts, catalogue de l’exposition présentée au Palais Fesch, musée des Beaux-Arts du 27 juin au 30 septembre 2019, SilvanaEditoriale, Ville d’Ajaccio Palais Fesch Musée des Beaux-Arts, 2019, p.247-253.

SUR LA TOILE

Dans le Bulletin Flaubert précédent, nous diffusions cette information communiquée par Benoît Melançon:
Une couverture de Madame Bovary, vue sur Twitter:
claro @madmanclaro: «Quand tu te lances dans la déco...»
https://twitter.com/madmanclaro/status/1131851884640329729/photo/1
Ambroise Perrin nous écrit:
«Je peux vous apporter un éclairage concernant la couverture de Madame Bovary évoquée ici. J’ai découvert cette couverture il y a une dizaine d’années sur Amazon UK; j’ai cherché à acheter un exemplaire de l’ouvrage, et j’ai sollicité de nombreuses connaissances au Royaume-Uni et ailleurs. Le livre en fait n’existe pas, c’est une couverture générique pour iBooks, utilisée pour différents titres, et non pas exclusivement pour celui de Flaubert… Cependant, l’aspect coquin est assez plaisant, et il figurera dans mon catalogue de couvertures, dans les annexes puisque l’on ne voit pas de visage, de mon livre Mesdames Bovary, qui sera publié l’an prochain, après plus de 30 ans de recherches…»

(< Benoît Melançon)
Madame Bovary et le contrôle des naissances
Glynnis Fawkes, «Nineteenth-Century Novels, with Better Birth Control», The New Yorker, 21 juin 2019
https://www.newyorker.com/humor/daily-shouts/nineteenth-century-novels-with-better-birth-control
Traduction: «C’est tellement génial d’avoir des liaisons et de ne jamais m’inquiéter d’avoir d’autres enfants! Je suis tellement détendue et concentrée que je ne me soucie même plus du shopping et que je ne rêverais pas de prendre de l’arsenic!»

Fake news concernant Madame Bovary

Le 8 août 2019, le quotidien gratuit 20 minutes, en partenariat avec le pourtant sérieux Retronews, site de presse de la BnF, a consacré une série aux faits divers qui ont inspiré la littérature française. Parmi eux, bien sûr, l’affaire Delamare et Madame Bovary: «En 1890, la France découvre la véritable Madame Bovary. Trois décennies après la parution du roman de Gustave Flaubert, un journal révèle l’histoire d’une jeune normande. Les similitudes avec Emma Bovary sont troublantes, mais ce n’est pas la seule affaire qui inspira l’écrivain.»
https://www.20minutes.fr/arts-stars/culture/2576475-20190808-romans-faits-divers-1890-france-decouvre-veritable-madame-bovary
Des spécialistes de Flaubert sont appelés à témoigner. Hélas, ils colportent les contre-vérités de la vieille critique des sources, dont on se croyait débarrassé. Pierre-Marc de Biasi mentionne l’affaire de Marie Lafarge en ces termes: «L’auteur ne retint de la célèbre empoisonneuse qu’une figure de jeune femme romanesque et déséquilibrée, comme elle apparaît dans les Mémoires». Or, Flaubert n’a lu ces Mémoires qu’en 1852, alors qu’il travaille sur son roman depuis près d’un an (voir la lettre à Louise Colet du 27 mars 1852). Est ensuite cité par 20 minutes l’article sur Delphine Delamare dans le Dictionnaire Flaubert (Garnier, 2017), qui reprend sans distance la biographie de cette femme, imaginée par Georges Dubosc en projetant la fiction sur la réalité: «Gagnée par l’ennui de la vie de province, Delphine prend un premier amant, Louis Campion, puis un second, Narcisse Bollet, qui rompent avec elle.». Interrogé par 20 minutes, Jacques Neefs colporte la même version erronée: «Dans le fait divers, ce sont les dernières péripéties les plus importantes. Flaubert fait exactement l’inverse: le milieu du livre, c’est l’adultère avec Rodolphe, ensuite, tout va très vite, ça se précipite. Là encore, c’est une différence avec la réalité.» Faut-il rappeler, une fois de plus, que du couple Delamare, nous connaissons des actes d’état civil, une reconnaissance de dettes à l’égard des parents Flaubert, un inventaire après le décès d’Eugène et ses contributions aux délibérations du conseil municipal de Ry et aux débats du club républicain dont il fut un des fondateurs en 1848 (Eugène Delamare a été plus actif que Charles!), mais rien, absolument rien sur les moeurs de Delphine ni sur les causes de sa mort prématurée. On lui prête des amants parce qu’Emma en a eu; on suppose qu’elle s’est suicidée parce que c’est la conclusion du roman. La force du roman consiste à configurer la réalité, la faiblesse de la critique à confondre la vérité et la légende née de la fiction. Sur la question des sources de Madame Bovary, les références les plus fiables sont Claudine Gothot-Mersch, La Genèse de Madame Bovary, Corti, 1966, réimp. Slatkine, 1980 (I, 1, «Les sources documentaires», p.19-60), et plus récemment Gilles Cléroux, «De Yonville-l’Abbaye à Ry: nouvel examen de la question», Bulletin Flaubert-Maupassant, n°22, 2008, p.7-35.

(< Benoît Melançon)
Ces jours-ci, un «mème» (https://fr.wikipedia.org/wiki/Mème_Internet) circule sur Internet: on imagine une cafétéria et on y regroupe des personnes (musiciens, journalistes, etc.) à une même table. Laquelle choisiriez-vous?
Il y a bien sûr un de ces mèmes avec les écrivains. Flaubert y est.


Emma Bovary parmi les super anti-héros, dans un dessin réalisé par @LaMineComics et Llndeprimeuse:
https://twitter.com/LaMineComics/status/1163848837393453057

Orhan Pamuk: la Turquie, Oedipe, Flaubert et moi
Sur France Culture, Christophe Ono-dit-Biot a reçu le 10 août 2019 le Prix Nobel de littérature Orhan Pamuk pour parler de son dernier livre, La Femme aux cheveux roux (Gallimard) et de la place de l’écrivain dans une Turquie de plus en plus autoritaire.
https://www.franceculture.fr/emissions/le-temps-des-ecrivains/orhan-pamuk-la-turquie-oedipe-flaubert-et-moi

Flaubert: «La bêtise consiste à vouloir conclure»
Fabrice Midal, «3 minutes de philosophie pour redevenir humain», France Culture, 16 août 2019
Conclure semble nécessaire, pour arrêter de tergiverser, pour passer à autre chose, etc. Mais pourquoi Flaubert pense-t-il le contraire?
https://www.franceculture.fr/emissions/3-minutes-de-philosophie-pour-redevenir-humain/flaubert-la-betise-consiste-a-vouloir-conclure

Le musée montréalais Pointe-à-Callières présente actuellement l’exposition «À table! Le repas français se raconte»
https://pacmusee.qc.ca/fr/expositions/detail/a-table-le-repas-francais-se-raconte/
George Sand et Flaubert y sont commensaux.

LECTURES

(< Benoît Melançon)
En 2004, en collaboration avec mon collègue Pierre Popovic, je publiais un Dictionnaire québécois instantané. L’ouvrage vient de ressortir en livre de poche. J’avais oublié qu’il y était question, à l’occasion, de Flaubert. Ça se trouve notamment ici:
http://oreilletendue.com/2019/06/29/supplement-alimentaire
Puis il y a ceci, à l’article «clencher»: «Du lexique de la quincaillerie (“Emma tourna la clenche d’une porte”, Flaubert), ce mot est passé, sous l’influence de l’anglo-américain, à celui de la cynégétique: “Pour clencher ton chien au frisbee” (publicité). Traduction libre: “Pour accélérer plus vite que Milou au frisbee”» (p.43).
Benoît Melançon, en collaboration avec Pierre Popovic, Dictionnaire québécois instantané, Montréal, Fides, 2004 (deuxième édition, revue, corrigée et full upgradée), 234p. Illustrations de Philippe Beha. Édition de poche: Montréal, Fides, coll. «Biblio-Fides», 2019, 234p. Illustrations de Philippe Beha. Site Web du livre: http://fides.qc.ca/dictionnaire_quebecois

Corinne Larochelle, Pour coeurs appauvris. Fictions, Montréal, Le cheval d’août, 2019.
On trouve dans ce livre une fiction intitulée «Les pantoufles» (p.122-125). Il y est question de la relation épistolaire Flaubert/ Colet et des «pantoufles brunes» de celle-ci, qui ont valeur de «fétiches» pour lui (p.124).

Annie Ernaux, Les Années, Gallimard, 2008.
«S’annuleront subitement les milliers de mots qui ont servi à nommer les choses […], les mots dont on s’étonne qu’ils aient existé déjà autrefois, mastoc (lettre de Flaubert à Louise Colet), pioncer (George Sand au même)» (p.15-17).




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales