BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 215 / 25 mars 2020

FLAUBERT EN QUARANTAINE

«Nous sommes en ce moment en suspicion de choléra parce que le paquebot qui nous a amenés d’Alexandrie ici avait touché à Malte et qu’à Malte quinze jours auparavant il y avait eu deux cas de choléra. Conséquemment nous sommes claquemurés dans une presqu’île et gardés à vue – L’appartement dans lequel je t’écris n’a ni chaises ni divans ni table ni meubles ni carreaux aux fenêtres – on fait même petit besoin par la place des carreaux des dites fenêtres, détail que tu trouveras peut-être superflu, mais qui ajoute à la couleur locale – il n’y a rien de plus drôle que de voir nos gardiens qui communiquent avec nous à l’aide d’une perche, font des sauts de mouton pour nous éviter quand nous les approchons, et reçoivent notre argent dans une écuelle remplie d’eau – hier au soir, Sassetti a manqué faire à l’un d’eux dégringoler l’escalier à grands coups de pied dans le bas des reins – Pour nous purifier cet imbécile était venu nous empester avec des fumigations de soufre. Notre malheureux groom était déjà presque asphyxié et toussait comme cent diables enrhumés – Quand on veut leur faire des peurs atroces, on n’a qu’à les menacer de les embrasser – ils pâlissent – En résumé quoique nous soyons présentement dans un local de nom funèbre nous rions beaucoup – d’ailleurs nous avons sous les yeux un des panoramas comme on dit en style pittoresque des plus splendides du monde – la mer bleue comme de l’eau d’indigo bat les pieds du rocher sur lequel nous sommes huchés. Elle est si transparente que lorsqu’on descend au bord, on voit dans l'eau nager les poissons, et remuer au fond les grandes herbes et les varechs qui s’inclinent et se redressent au mouvement des vagues.»
(Lettre de Flaubert à Olympe Bonenfant, Du lazaret de Beyrouth, 23 juillet 1850.)
En ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=13630

AGENDA

(< Benoît Melançon)
20 février 2020, université de Montréal
«Gustave ou la pensée sauvage»
http://oic.uqam.ca/fr/evenements/gustave-ou-la-pensee-sauvage

Séances annulées et reportées
Vendredi 27 mars, 16h-19h, Paris, Sorbonne, Amphi Guizot
Séminaire Paris 3- Paris 4
«Flaubert et l’éros». Séance organisée par Juliette Azoulai et Didier Philippot
Jacques-David Ebguy (Université de Paris), «Équivoque érotique. Sur deux scènes d’amour flaubertiennes»
Juliette Azoulai (Université Gustave Eiffel), «Éros et expérience de l’espace»
Didier Philippot (Sorbonne Université), «“Ta réalité y disparaît presque”. Flaubert et la cristallisation amoureuse (Lecture de L’Éducation sentimentale

Mercredi 1er avril 2020, 18h30-20h30, Paris, Sorbonne, Salle des Actes
Affinités électives: rencontres animées par Alexandre Gefen et Guillaume Métayer
Pierre Michon et Gustave Flaubert
Le principe de ces rencontres est de faire parler d’un écrivain du passé un écrivain du présent, dans une confrontation éclairant à la fois un travail en train de se faire et une oeuvre du patrimoine. «Je cherche dans l’ancien ce qu’il y a de nouveau et dans le nouveau ce qu’il y a d’ancien» disait Valery Larbaud pour résumer une conversation secrète qui anime toute la littérature de passages, d’interférences, d'admirations ou de détestations et qui fait toute la profondeur du temps des lettres. L'échange cherchera à mettre en lumière les affinités électives, à saisir la force d’une influence, autant qu'à montrer la présence, possiblement importune, des classiques, dans les débats les plus contemporains.

VENTES

(< Éric Walbecq)
Catalogue Librairie William Théry, février 2020
williamthery@wanadoo.fr
40. Catulle Mendès [Bordeaux, 1841 – Saint-Germain-en-Laye, 1909], poète, dramaturge, romancier et librettiste. Lettre autographe signée, s.d. [circa 1872], à Adolphe Dupeuty; 1 page et demie, in-12 (taches jaunâtres importantes).
«Cher Monsieur Dupeuty,
C’est un grand opéra en cinq actes et non un ballet que Gustave Flaubert m’a autorisé à tirer de Salammbô. Si vous trouvez une occasion de faire cette petite rectification vous obligerez votre bien dévoué Catulle Mendès.»
Intéressante lettre au sujet de l’opéra Salammbô dont la musique fut composée par Ernest Reyer. Le projet remontait à l’année 1862. À cette époque, le livret devait être écrit par Théophile Gautier. En 1866, Flaubert relançait Gautier et lui envoyait même un scénario. En vain. À la mort de celui-ci, en 1872, son gendre Catulle Mendès acceptait de prendre les choses en main mais faisait à son tour traîner les choses, ce qui lui valut une première relance insistante du romancier: «Eh bien! Et Salammbô opéra? Vous y mettez-vous, enfin?»(20 avril 1877), puis une seconde, fin décembre de la même année. Un an et demi plus tard, Flaubert décidait de se passer des services de Mendès et chargeait Camille du Locle de conduire le livret à son terme. L’opéra de Reyer fut donc créé le 10 février 1890 à Bruxelles, au Théâtre de la Monnaie, 28 ans après le projet initial et 10 ans après la mort de Flaubert.

(< Olivier Leroy)
Vente passée
20 février 2020, vente Aguttes, Drouot-Richelieu
Livres anciens et modernes; manuscrits et lettres autographes.
https://www.aguttes.com/catalogue/102872?
250. Flaubert, lettre autographe signée adressée à Julia Daudet, femme d'Alphonse Daudet, s.l.n.d. [Croisset, 7 avril 1879], 2 pages in-8 à l'encre.
Adressée à la femme d'Alphonse Daudet, Julia, avec des mots sincères à propos de son livre tout récemment publié Impressions de nature et d'art, qui parle de littérature, de son mari et de son dernier livre Les Rois en exil et dans laquelle il reconnaît qu'il se sent vieux et faible: «Je ne saurais vous dire le plaisir que m'a causé “L'Enfance d'une parisienne”. Si le mot charmant n'était pas banal, je l'écrirais. Sans appareil scientifique, sans surcharge de couleurs, sans prétention à l'idéal ou au naturalisme, vous faites sentir ce que vous avez ressenti. Il m'a semblé parfois, en vous lisant, que j'avais été autrefois une petite fille, jouant aux Tuileries, marchant dans la rue de Rivoli, et vivant dans cette bonne vieille maison avec ses ornements Empire et ses grandes armoires. C'est un régal pour moi qui aime la Littérature en soi que de lire des choses pareilles. La race de votre style est très noble et très délicate. Si artiste, sans en avoir l'air! Voilà le difficile! Dans vos Pensées détachées, j'en ai trouvé plusieurs qui m'ont semblé éblouissantes de vérité et de tournure, comme celle sur les jets d'eau. Les deux pièces de vers que j'aime le mieux sont “à mon fils” et “la chambre aux joujoux”. Et dans les Études Littéraires, j'ai relu avec un nouveau chatouillement d'amour-propre tout ce qui me concerne. Je ne pourrai pas aller vous remercier avant un mois ou six semaines, car je ne puis faire encore que quelques pas dans mon Cabinet. Le Temps ne donne pas le roman de votre mari. Pourquoi? Dites-lui donc (à votre mari) de m'écrire un peu. Serrez-lui la main de ma part, et permettez-moi Madame de baiser la vôtre, en vous priant de me croire votre très respectueux et affectionné serviteur (et copain). Estimation: 600/ 800 euros.
En ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=13235

(< François Lapèlerie)
10 mars 2020, vente en ligne Stargardt Autographenhandlung, Berlin
Gustave Flaubert, lettre sans lieu ni date, destinataire inconnu.
«Cher ami, Voulez-vous venir me voir demain matin Samedi matin (vers 10 heures) ou Dimanche vers 1 heure? Sinon, je vous donne rendez-vous dans une quinzaine de jours. Envoyez-moi un petit mot pour me dire si vous avez reçu celui-ci? n’étant pas sûr de votre adresse.» 600 euros.
https://www.invaluable.com/auction-lot/flaubert-gustave-1821-1880.-B6548509F0
En ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=13982

Vente annulée et reportée
3 avril 2020, Vente Le Floch, Hôtel Drouot
178. Flaubert, deux pièces signées, en partie autographes. 42 bd du Temple [entre 1856 et 1869].
Bulletin de demande de livres à la Bibliothèque Nationale, pour La Ruche [populaire], journal des ouvriers et Le Monde, journal. Estimation: 300/ 400 euros.
179. [Flaubert]. Important dossier documentaire constitué par Edmond Ledoux. Estimation: 200/ 300 euros.

APPEL À CONTRIBUTIONS

Cahiers George Sand, n°43 (2021)
«Sand/Flaubert: être écrivain au XIXe siècle»
Dossier dirigé par Brigitte Diaz et Claudine Grossir
https://www.fabula.org/actualites/appel-contribution-pour-le-n-43-des-cahiers-george-sand-paraitre-en-2021dossier-sand-flaubert-etre_95631.php

VIENT DE PARAÎTRE

Éditions

Les Mémoires d’un fou, édition diplomatique par Atsuko Ogane
Transcription: https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/outils/aff_manus.php?g=31
Présentation: https://flaubert.univ-rouen.fr//article.php?id=80

«Guerres puniques», notes inédites transcrites par Axelle Thévot
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/outils/aff_manus.php?g=30
«Dans une chemise, de la main de Flaubert: Histoire romaine (Duruy), tome I-I.I» (cat. de vente).
Ces notes ont été prises sur l’ouvrage de Victor Duruy, Histoire des romains et des peuples soumis à leur domination (Hachette, 1843-1844, 2 vol.), probablement vers 1845, si l’on en juge d’après l’écriture. On sait par une lettre de Flaubert à Maxime Du Camp, datée du mois de [mai 1846], qu’il relit à cette époque l’Histoire romaine de Michelet. L’ouvrage de Duruy n’est pas mentionné dans la correspondance, mais il paraît vraisemblable que Flaubert en a pris connaissance peu après sa publication, alors qu’il s’intéressait à cette période historique.
134 p. de formats divers. Vente Franklin Grout, Antibes, n°19. Ce dossier a ensuite été divisé:
Guerres puniques
L’ensemble se divise en grandes sections. Titre général: «Guerres puniques» (f°1); «Première guerre punique» (f°1); «Conquêtes de Rome et de Carthage entre la 1ère et la 2e guerre punique» (f°5); «Seconde guerre punique» (f°11). Comprend une description physique, économique et politique de Carthage, et un résumé de la guerre des Mercenaires. 22 p. in-folio.Vente à l’Hôtel Drouot, 23 octobre 1987. Catalogue Les Neuf Muses, Alain Nicolas, «Terre des hommes», 2003, n°104. Vente Osenat, 4 novembre 2018, lot 90.

Ouvrages

(< Marie-Paule Dupuy)
Jean-Noël Castorio, Rome réinventée. L’Antiquité dans l’imaginaire occidental, de Titien à Fellini, Vendémiaire, 2019.
Un chapitre est consacré à Salammbô.

(< Benoît Melançon)
Béatrice Peyrani et Ann Bandle, Ils ont changé le monde sur le Léman. Voltaire, Rousseau, de Staël, Hugo, Stendhal, Chateaubriand, Dumas, Flaubert, Rolland, Byron, Genève, Slatkine, 2020.

Articles

Juliette Azoulai, «Évolutions ou révolutions: le rôle de l’événement chez Flaubert»,
revue Arts et savoirs, n°12, 2019, «Révolution et évolution»
https://journals.openedition.org/aes/2209

Yvan Leclerc, «Flaubert, la correspondance en débat», dans Écrire l’intime au temps du réalisme et du naturalisme. Mélanges offerts à Pierre-Jean Dufief, sous la dir. de Colette Becker, Jean-Louis Cabanès et Jean-Marc Hovasse, Honoré Champion, 2020, p.102-116.

Diana Rînciog, «Stéréotypes, idées reçues et lieux communs dans l’oeuvre et la Correspondance de Gustave Flaubert», Romanica Silesiana, n°2 (16), 2019, p.71.
https://wydawnictwo.us.edu.pl/sites/wydawnictwo.us.edu.pl/files/00_rs_2019_2_16_new.pdf

Wassim Seddik, «L’impact de l’archéologie et de l’idéologie sur les stéréotypes dans quelques fictions ayant pour sujet la Carthage punique», ibid., p.59.

Comptes rendus

Flaubert voyageur, Éric Le Calvez, éd., Paris, Classiques Garnier, 2019. Compte rendu par Hope Christiansen (University of Arkansas), Dalhousie French Studies, n°115, 2020, p.41-143; compte rendu par Céline Hromadova, The French review, mars 2020, p.256; compte rendu par Gersende Plissonneau, «Flaubert voyageur: mode d’emploi», Flaubert, revue critique et génétique, en ligne:
http://journals.openedition.org/flaubert/3984

SUR LA TOILE

15 février 2020, Répliques, France-Culture, émission d’Alain Finkielkraut
«Pourquoi Flaubert?», avec Marie-Hélène Lafon (Flaubert, Buchet Chastel, 2018) et Alexandre Postel (Un automne de Flaubert, Gallimard, 2020).
https://www.franceculture.fr/emissions/repliques/pourquoi-flaubert

(<Hélène Le Fur)
Une rencontre entre Emma Bovary et Don Quichotte, par des élèves d'un lycée de Poitiers:
https://lp2i.radio-delta.fr/podcast/fiction-sonore-adopte-un-chevalier-com-festival-longueur-dondes-brest-2020/

(< Benoît Melançon)
«La vie conne et fine de Gustave F. » (en plusieurs épisodes), sur le site La mer gelée
https://lamergelee.tumblr.com/post/613053847984816128/la-vie-conne-et-fine-de-gustave-f-épisode-1
https://lamergelee.tumblr.com/post/613110651788902400/la-vie-conne-et-fine-de-gustave-f-épisode-2

SITE FLAUBERT

Thématisation des lettres de Flaubert
Grâce au travail de l’équipe dirigée par Danielle Girard, la thématisation de la correspondance est à présent terminée. Elle concerne 6.766 lettres: 4.490 lettres de Flaubert et 2.276 lettres à Flaubert.
L’index est consultable en cliquant sur «Thèmes des lettres»
https://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/index.php

Flaubert, lieux normands. Lieux en rapport avec la biographie et les oeuvres:
https://flaubert.univ-rouen.fr/biographie/lieux_normands.php
Document établi pour Flaubert 2021

(< Joëlle Robert)
«Itinéraire du voyage entrepris par M. Gustave Flaubert», Revue de Rouen et de Normandie, 1850, p.52-54.
https://flaubert.univ-rouen.fr/ressources/orient_revuerouen.pdf

(< Joëlle Robert)
Sur Salammbô
«Les quatre costumes de Salammbô», L’Illustrateur des Dames et des Demoiselles, 22 février et 8 mars 1863:
https://flaubert.univ-rouen.fr/derives/sal_valentin.php

Costume porté par Mme Rimsky-Korsakoff, Le Monde illustré, 23 février 1863
https://flaubert.univ-rouen.fr/images/sal_costume_04.jpg

Le Charivari, 1er mars 1862, dessin de Cham:
— Vous arrivez joliment tard, mon bonhomme!
— C'est pas ma faute, je me suis endormi en lisant Salammbô.
https://flaubert.univ-rouen.fr/images/sal_charivari.jpg

NÉCROLOGIE

Peter Michael Wetherill (Mike) [1932-2020], par Tim Unwin

Colleagues will be saddened to learn of the death on 22 January, in his 88th year, of Peter Michael Wetherill (Mike), Professor Emeritus of the University of Manchester. Mike was a superlative dix-neuviémiste and one of the foremost genetic scholars of his generation. He produced a host of work on Flaubert, including outstanding editions with Garnier of L'Education sentimentale (1984) and Trois contes (1988), along with important work on (among others) Baudelaire, Zola, Proust and, in a rare foray into the contemporary period, Annie Ernaux. In more recent years, he also worked on the transcriptions of the manuscripts of Madame Bovary for the Flaubert site at the université de Rouen, under the direction of Yvan Leclerc. Following a first lecturing appointment in Leeds, Mike spent most of his career in Manchester, but along the way held adjunct or visiting roles in Australia, Canada, the USA, and France. After his retirement, Mike spent his remaining years in Paris, where he was often to be seen in Salle V at the BnF.
To add a personal memory, I first met Mike at the Flaubert centenary conference he organised in 1981 ('Flaubert: la dimension du texte') at the University of Manchester. It was a gathering of the great and the good of that era. As a young scholar, I found Mike quite terrifying: he was a towering figure (and literally so when he stood next to Alison Fairlie) – sharp, quick and authoritative, speaking immaculate French, and comfortably standing toe to toe on matters of both scholarly detail and methodological dispute with the likes of Raymonde Debray Genette, Claudine Gothot-Mersch, Jeanne Bem, Bernard Masson, Mieke Bal and so many others. It was only later, as I got to know him in conferences in the UK and Australia, that I discovered that Mike was the kindest, most humane colleague you could come across. Mike didn't suffer fools gladly, but he had great warmth, a delightful sense of humour, and if you got on the right side of him there was nothing he wouldn't do for you.


Peter Michael Wetherill (Mike) [1932-2020]
Version française par Jeanne Bem

C’est avec tristesse que nos collègues vont apprendre la mort, survenue le 22 janvier, dans sa 88e année, de Peter Michael Wetherill (Mike), professeur émérite de l’Université de Manchester. Mike a été un dix-neuviémiste exceptionnel et un des meilleurs spécialistes en génétique littéraire de sa génération. Il a énormément travaillé sur Flaubert. Il a donné chez Garnier de remarquables éditions de L’Éducation sentimentale (1984) et des Trois contes (1988). Il a aussi contribué de façon importante aux recherches sur (entre autres) Baudelaire, Zola, Proust, et même – par une rare incursion dans la littérature contemporaine – Annie Ernaux. Ces dernières années, il a aussi travaillé aux transcriptions des manuscrits de Madame Bovary pour le site de l’Université de Rouen, sous la direction d’Yvan Leclerc. Il avait commencé comme lecteur à l’Université de Leeds, mais ensuite toute sa carrière s’est déroulée à l’Université de Manchester. Il a aussi été professeur invité en Australie, au Canada, aux États-Unis et en France. Après sa retraite, Mike passait beaucoup de son temps à Paris et on le voyait souvent dans la salle V de la BnF.

Je vais ajouter un souvenir personnel. La première fois que j’ai rencontré Mike, c’était à un colloque pour le centenaire de la mort de Flaubert («Flaubert: la dimension du texte»), qu’il avait organisé à l’Université de Manchester. Ce colloque rassemblait la crème des flaubertiens de l’époque. J’étais un jeune chercheur et Mike me terrifiait: il nous dominait (littéralement, quand il était debout à côté d’Alison Fairlie), il était incisif et rapide, sa parole faisait autorité, son français était impeccable, et quand il s’agissait de détails d’érudition ou de débat méthodologique, il pouvait affronter de pied ferme d’autres collègues comme Raymonde Debray Genette, Claudine Gothot-Mersch, Jeanne Bem, Bernard Masson, ou Mieke Bal. Ce n’est que plus tard, quand je l’ai mieux connu à l’occasion de colloques en Angleterre et en Australie, que j’ai découvert que Mike était le collègue le plus gentil, le plus humain qu’il soit possible de rencontrer. Mike supportait mal les idiots, mais c’était un homme très chaleureux, il avait un délicieux sens de l’humour, et lorsque vous étiez de ses amis, vous saviez qu’il n’y avait rien qu’il ne ferait pas pour vous.





Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales