BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 222 / 10 mars 2021

AGENDA

FLAUBERT 2021
Flaubert est-il votre «patron»? Les réponses de 23 écrivains
À l’occasion du bicentenaire de la naissance de Flaubert, L’Obs a demandé à une vingtaine d’écrivains français et étrangers si l’auteur de Madame Bovary est leur maître à écrire, et pourquoi. Dossier spécial.
https://www.nouvelobs.com/bibliobs/20210213.OBS40178/dossier-flaubert-est-il-votre-patron-les-reponses-de-23-ecrivains.html

VENTES

(< Éric Walbecq)
16 mars 2021, Espace Tajan, 37 rue des Mathurins, Paris
Lot 14. Flaubert, L.A., non signée, à Louise Colet, octobre 1847, 3 pages, bi-feuillet in-8.
Estimation: 4.000/ 6.000 euros.
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=9765


(< Stéphanie Dord-Crouslé)
18 mars 2021, vente Aguttes
Lot 113. Flaubert [ou Follbert], Damas 2 septembre 1850, à Camille Rogier; 1 page in-4 (légères fentes bien réparées).
Amusante lettre du voyage en Orient. Elle est adressée au dessinateur Camille Rogier (1810-1896), alors directeur des postes à Beyrouth, un ami de Gérard de Nerval.
Estimation: 3.000/ 4.000 euros.
https://www.aguttes.com/catalogue/112803?sort=num&num=113&id=&p=1#lot113

Lot 114. Flaubert, Dimanche soir [«5 décembre 1852» a noté Louise Colet], à Louise Colet; 1 page in-8, enveloppe.
Au sujet du poème «La Paysanne» de Louise Colet.
Estimation: 1.000/ 1.200 euros.
https://www.aguttes.com/catalogue/112803?sort=num&num=114&id=&p=1#lot114

Lot 115. Flaubert, Dimanche 5 août [1860], à Ernest Feydeau; 2 pages in-8 sur papier bleu (petite déchirure au pli central du bifeuillet sans perte de texte).
Belle lettre, en termes crus, sur l’avancement de Salammbô.
Estimation: 4.000/ 5.000 euros.
https://www.aguttes.com/catalogue/112803?sort=num&num=115&id=&p=1#lot115

Lot 116. Flaubert, [4 juin 1861], à Ernest Feydeau; 2 pages in-8 sur papier bleu (légères fentes marginales). Sur Sylvie de Feydeau et sur Salammbô. Estimation: 2.000/ 2.500 euros.
https://www.aguttes.com/catalogue/112803?sort=num&num=116&id=&p=1#lot116

Lot 117. Flaubert, L.A.S, samedi [23 mai 1868], à Edmond About; 1 page in-8 sur papier bleu.
Il ne pourra venir dîner lundi, car il n’est plus à Paris. «J’ai quitté précipitamment “la nouvelle Athènes” mardi dernier – étant exaspéré par les maçons qui travaillaient au-dessus de ma tête. Donc à l’hiver prochain!»
Estimation: 700/ 800 euros.
https://www.aguttes.com/catalogue/112803?sort=num&num=117&id=&p=1#lot117

Lot 118. Flaubert, 15 [octobre] mercredi soir [1879], à «Mon cher critique» [Jules Lemaitre]; 1 page in-8. Lettre inédite au critique. [Le 11 octobre, Lemaitre avait publié une étude sur «Les Romans de moeurs contemporaines» dans la Revue politique et littéraire.] «Comment vous remercier de l’article? [...] d’abord, je suis loin d’avoir la science que vous me prêtez! Hélas! S’il fallait que je relève (ou relevasse?) tout [ce que] je trouve de juste & de profond dans votre travail, je ferais un volume.» Il propose de venir en parler de vive voix à Croisset: «Je ne bougerai d’ici, de tout l’hiver, ayant à coeur de finir le lourd bouquin que j’élabore»... [Il s’agit de Bouvard et Pécuchet.]
Estimation: 800/ 1.000 euros.
https://www.aguttes.com/catalogue/112803?sort=num&num=118&id=&p=1#lot118

Lot 205. George Sand, Nohant, 17 janvier [18]69, à Gustave Flaubert; 7 pages in-8 à son chiffre.
Très belle et longue lettre à Flaubert.
«L’individu nommé G. Sand se porte bien, savoure le merveilleux hiver qui règne en Berry, cueille des fleurs, signale des anomalies botaniques intéressantes, coud des robes et des manteaux pour sa belle-fille, des costumes de marionnettes.»
Estimation: 4.000/ 5.000 euros.
https://www.aguttes.com/catalogue/112803?sort=num&num=205&id=&p=1#lot205

(< Étienne Bertran)
Catalogue «La Jument verte», en ligne, mars 2021
Flaubert, Novembre, illustré de vingt et une eaux-fortes et pointes-sèches gravées par Edgar Chahine, Paris, Les éditions d’art Devambez, 1928.
Avec une lettre de Flaubert à Feydeau, 29 juin 1863. 4.500 euros.
https://librairiejumentverte.com/fr/livres-anciens-litteratures/3270-novembre-illustre-de-vingt-et-une-eaux-fortes-et-pointes-seches-gravees-par-edgar-chahine.html

VIENT DE PARAÎTRE

Éditions

Atsuko Ogane, Cabane fantastique. Édition diplomatique de la deuxième version (1856) de La Tentation de saint Antoine, Droz, 2021
Flaubert est revenu à trois reprises sur La Tentation de saint Antoine: entre 1846 et 1849, en 1856 et entre 1869 et 1874. De ces trois versions, la plus mal connue jusqu’à aujourd’hui est la deuxième, quoique Baudelaire et George Sand l’aient remarquée et admirée. C’est cette version sur laquelle se concentre cet ouvrage. On trouvera ici, en transcription diplomatique, la version intégrale du manuscrit autographe de 1856. À mi-chemin entre la première version (1849), version mystique, et la troisième (1874), version scientifique, La Tentation de 1856 offre un terrain d’analyse privilégié. On verra l’importance de la Bible dans ce texte. Michel Foucault l’avait déjà souligné dans son célèbre article intitulé «La Bibliothèque fantastique», mais il ne se référait qu’à la troisième version. Or il apparaît que c’est déjà dans la deuxième version que Flaubert rattache son dispositif de vision hallucinatoire des tentations à la lecture par le moine de passages de la Bible. Ainsi, la version de 1856 est un texte qui non seulement reprend la version antérieure, mais annonce et prépare la dernière version.
https://www.droz.org/9782600062329

Flaubert, La Tentation de saint Antoine [1874], éd. Gisèle Séginger, GF Flammarion, 2021.
«C’est l’oeuvre de toute ma vie», dira Flaubert à propos de La Tentation de saint Antoine (1849-1874). Inspirée par un tableau de Bruegel le Jeune et inlassablement reprise, elle métamorphose la légende en une série de visions inédites. Dans la Thébaïde, en haut d’une montagne, l’ermite est torturé par le doute et par des désirs refoulés que la lecture de la Bible stimule.
Grâce à la science de son époque – histoire des religions, psychiatrie et biologie –, Flaubert crée une oeuvre qui pose quelques questions majeures du XIXe siècle sur les croyances et l’origine de la vie. Le texte publié en 1874 anticipe certaines hypothèses de la psychanalyse et sa modernité retiendra l’attention des surréalistes.
Trésor d’érudition, ce texte est présenté ici avec un appareil critique riche et précis qui nous dévoile toute la subtilité de l’oeuvre et nous laisse pleinement apprécier le défilé fantasmagorique qui subjugue Antoine.
[Le tableau que Flaubert a vu à Gênes a été réattribué à Jan Verbeeck. Voir Paul Vandenbroeck, «L’iconografia delle Tentazioni di sant’Antonio Abate di Jan Verbeeck», Le Tentazioni di sant’Antonio Abate, Milano, Scalpendi Editore, 2018, p.15-51.]
https://editions.flammarion.com/la-tentation-de-saint-antoine/9782081515147

Ouvrages

(< Joëlle Robert)
Philippe Berthier, Amitiés d’écrivains. Entre gens du métier, Honoré Champion, 2021
[«Ils voyagèrent: Flaubert et Du Camp», p.93-120, et «Concordia discors: Sand et Flaubert», p.121-142.]
«Une seule âme en deux corps»: telle est la définition de l’amitié par Aristote. C’est évidemment une denrée rare. Et particulièrement, peut-être, chez les écrivains, espèce réputée volontiers «irritable», comme le disait déjà le poète Horace. Cet ouvrage propose un parcours à travers des amitiés d’écrivains des XIXe et XXe siècles. […] C’est à travers la médiation irremplaçable de la correspondance qu’on a tenté de saisir la tonalité spécifique de chaque duo: dans la lettre, espace idéalement plastique, chacun s’avoue avec le maximum de spontanéité et de vérité.
https://www.honorechampion.com/fr/champion/11410-book-08535477-9782745354778.html

(< Benoît Melançon)
Isabelle Daunais, La Vie au long cours. Essai sur le temps du roman, Boréal, 2021.
Depuis des années, Isabelle Daunais poursuit une réflexion tout à fait unique sur le roman, art majeur des temps modernes. Lire et méditer comme elle le fait ici les grandes oeuvres de l’histoire du roman (Cervantès, Balzac, Flaubert, Proust, Kundera, Philip Roth, Gabrielle Roy) aussi bien que certaines de ses réalisations les plus actuelles (Marie NDiaye, Karl Ove Knausgaard, Hallgrímur Helgason, Yannis Kiourtsakis ou Dominique Fortier) n’est pas un exercice d’érudition, mais une véritable quête philosophique et morale, l’examen – à travers des personnages et des univers fictifs – de certaines des questions les plus concrètes et les plus pressantes que nous nous posons du seul fait de vivre la vie que nous vivons, faite d’incertitude, d’imperfection, de temps qui passe, bref, de simple et commune humanité.
https://www.editionsboreal.qc.ca/catalogue/livres/vie-long-cours-2765.html
Compte rendu par Louis Cornellier, Le Devoir, 13 février 2021
https://www.ledevoir.com/opinion/chroniques/595045/l-essai-en-dentelle

Stéphanie Dord-Crouslé, Flaubert. Itinéraire d’un écrivain normand, Gallimard, coll. « Découvertes », 2021.
Né à Rouen en 1821, Gustave Flaubert puise son inspiration dans sa ville natale, de même que dans la Normandie tout entière qu’il parcourt depuis son enfance: Trouville, Pont-l’Évêque, Honfleur… autant de lieux et de souvenirs qui nourrissent son œuvre.
Pendant plus de trente ans, Flaubert rédige l’essentiel de ses romans dans sa demeure de Croisset, loin du monde, tel un reclus sacrifiant sa vie aux exigences de son art. Ses voyages à Paris lui offrent cependant divertissements mondains et plaisirs littéraires où il côtoie Zola, Maupassant, les Goncourt ou George Sand. C’est aussi à Paris qu’il fait la connaissance de Maxime Du Camp. Il l’accompagnera dans son voyage en Orient, en Grèce et en Italie.
Mêlant documents d’archives et photographies contemporaines, cet ouvrage nous conduit sur les pas de Flaubert, révélant les liens entre les lieux et l’œuvre, d’hier à aujourd’hui. Une façon de rendre hommage, deux cents ans après sa naissance, à «l’enfant terrible de Rouen» et à l’un des plus grands écrivains du XIXe siècle.
https://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Decouvertes-Gallimard/Decouvertes-Gallimard-Hors-serie/Flaubert-itineraire-d-un-ecrivain-normand

Régis Jauffret, Le dernier bain de Gustave Flaubert, roman, Seuil, 2021
Le 8 mai 1880 au matin Gustave Flaubert prit un bain. Il décéda peu après dans son cabinet de travail d’une attaque cérébrale sans doute précédée d’une de ces crises d’épilepsie dont il était coutumier. Allongé dans l’eau il revoit son enfance, sa jeunesse, ses rêves de jeune homme, ses livres dont héroïnes et héros viennent le visiter. Il se souvient d’Élisa Schlésinger, la belle baigneuse de Trouville qui l’éblouit l’année de ses quinze ans, de Louise Colet dont les lettres qu’il lui adressa constituent à elles seules un chef-d’œuvre mais aussi de l’écrivain Alfred Le Poittevin qui fut l’amour de sa vie.
https://www.seuil.com/ouvrage/le-dernier-bain-de-gustave-flaubert-regis-jauffret/9782021453669

Véronique Samson, Après la fin. Flaubert et le temps du roman, Presses universitaires de Vincennes, 2021
Qu’est-ce qu’écrire après la fin? Véronique Samson propose de relire l’oeuvre de Flaubert comme une réponse de l’écrivain à sa relation au temps. Elle ouvre plus largement une réflexion sur l’histoire des formes romanesques au XIXe siècle. Ce livre a pour point de départ la singulière vieillesse que s’attribue Gustave Flaubert, dès le plus jeune âge, dans sa correspondance. Il propose de relire l’oeuvre du romancier comme une réponse à cette expérience du temps, héritée du romantisme mais exacerbée par la génération d’après la révolution de 1848 au point de devenir une véritable vie posthume. Il offre, du même coup, une réflexion sur l’histoire des formes romanesques au XIXe siècle, en tâchant de comprendre comment le roman flaubertien compose à partir de l’expérience posthume – comment il traduit cette expérience et comment il la produit, pour faire ressentir au lecteur dès la première page que tout est déjà terminé.
https://www.puv-editions.fr/nouveautes/apres-la-fin-gustave-flaubert-et-le-temps-du-roman-9782379241543-0-711.html

Gisèle Séginger, L’Orient de Flaubert en images, Citadelles & Mazenot, 2021
L’Orient de Flaubert est imprégné d’histoires et d’influences contemporaines. Dès ses oeuvres de jeunesse, le lien entre textes et images illustrant l’Orient et l’Antiquité semble évident pour le jeune artiste. Cet Ailleurs – qui est constitutif de sa vocation d’écrivain – s’affirme très vite comme la contrée de tous les excès, des rêves de luxe impossible, où un esthète exigeant pourrait dormir dans des «hamacs en plume de colibri».
Premier beau livre sur Flaubert et les arts, cet ouvrage examine à la fois les images et les oeuvres qui ont marqué la formation visuelle de l’écrivain, ou qui ont été les sources avérées de ses créations et les nombreuses réinterprétations plastiques auxquelles celles-ci ont donné lieu. Dès son époque – c’est le cas de Gustave Moreau qui ne peindra pourtant jamais de tableaux directement inspirés de son oeuvre –, puis après sa mort, les illustrateurs, sculpteurs, peintres des courants les plus divers s’en emparent, de Georges-Antoine Rochegrosse à Salvador Dali. À l’époque moderne, le cinéma et la bande dessinée s’approprient également des romans de Flaubert, comme Philippe Druillet qui a consacré une partie de ses albums et de son oeuvre gravé à Salammbô.
https://citadelles-mazenod.com/coups-de-coeur/512-l-orient-de-flaubert-en-images-?mc_cid=e60fbf14a8&mc_eid=6b378c6d66

La Bibliothèque municipale de Rouen. 200 ans d’histoire(s), sous la direction de Marie-Françoise Rose, Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2021.
[Sur Flaubert, textes de Joëlle Robert, «Flaubert à la bibliothèque»; Pierre-Yves Cachard, «L’analyse génétique des manuscrits de Madame Bovary»; Yvan Leclerc, «Les manuscrits de Flaubert», «Gabrielle Leleu». «Pierre Dumayet et Madame Bovary».
https://purh.univ-rouen.fr/node/1326

Salammbô de Flaubert. Histoire, fiction, textes réunis par Daniel Fauvel et Yvan Leclerc, Champion, 2021. [Retirage à l’identique du titre paru en 1999.]
Contributions de Lionel Acher, Claude Aziza, Jeanne Bem, Claude Briand-Ponsart, Maria Voda Capusan, Stéphanie Champeau, Sonja Dams Kropp, Rae Beth Gordon, Claudine Gothot-Mersch, Anne Green, Odile de Guidis, Isabelle Laboulais-Lesage, Christine Le Bozec, Yvan Leclerc, Daniel Mortier, Guy Rosa, Gisèle Séginger, Peter Michael Wetherill.
https://www.honorechampion.com/fr/champion/12418-book-08535619-9782745356192.html
Table des matières:
https://www.honorechampion.com/fr/index.php?controller=attachment&id_attachment=2025

Articles

(< Philippe Monart, Benoît Melançon)
Olivier Frébourg, «Lettre de Gustave Flaubert à George Sand» [pastiche], Le Figaro Magazine, 29 janvier 2021.

Barbara Lefebvre, «Flaubert face au tumulte de 1848. Quand le roman parvient à transfigurer l’histoire», Front populaire, n°3, hiver 2020, p.92-99.

Patrick Mathieu, «Objets sexués et fétichisme chez Flaubert: vers une psychocritique», Travaux de Littérature, vol. XXXIII: «Poétiques de l’objet», sous la direction de Myriam Marrache-Gouraud, Droz, 2021.
Giampiero Marzi, «La fonction des livres dans le réalisme flaubertien», ibid.
https://www.droz.org/suisse/product/9782600062886

(<Philippe Robert-Tanguy)
Christian-Georges Schwentzel, «Salomé: itinéraire d’une jeune fille impudique»
The Conversation, revue en ligne.
«Ses lèvres étaient peintes, ses sourcils très noirs, ses yeux presque terribles, et des gouttelettes à son front semblaient une vapeur sur du marbre blanc.» C’est en ces termes suggestifs que Gustave Flaubert décrit Salomé dans Hérodias, l’un de ses Trois contes. Héroïne sulfureuse s’il en est, Salomé a aussi inspiré peintres et cinéastes, avant de retomber dans un oubli relatif. Christian-Georges Schwentzel (Université de Lorraine) retrace l’histoire et l’évolution de cette figure biblique, femme puissante et source de fantasmes.

Gisèle Séginger, «Flaubert: des savoirs du vivant à la pensée en style», Arts et Savoirs: Styles de pensée, pensées du style. Écrire le vivant au XIXe siècle, sous la direction de Gisèle Séginger, n°14, 2021.
https://journals.openedition.org/aes/2893

Comptes rendus

Éric Le Calvez, éd., Flaubert voyageur, Classiques Garnier, 2019. Compte rendu par Sucheta Kapoor, Nineteenth-Century French Studies, 49, 1-2, Fall-Winter 2020-2021, en ligne:
https://www.ncfs-journal.org/sucheta-kapoor/kapoor-le-calvez-2019

Thierry Poyet, Flaubert, Ellipses, 2020. Compte rendu par Patrick Mathieu, site Flaubert, 2021, en ligne:
https://flaubert.univ-rouen.fr/comptes_rendus/poyet_mathieu.php

SUR LA TOILE

Le procès de Madame Bovary
Chiara Pasetti a consacré plusieurs articles, essais, conférences et lectures théâtrales à Flaubert. Elle travaille sur le «Maître» de Rouen depuis 25 ans. Un article, consacré au procès de Madame Bovary, a paru dans «La Nuova Savona» le 6 février 2021. Il est tiré de son essai «Una ricezione emblematica: il caso Madame Bovary», dans L’esperienza estetica (AA. VV., Mimesis 2008).
https://www.lanuovasavona.it/2021/02/06/leggi-notizia/argomenti/cultura-3/articolo/un-crimine-di-lesa-anima.html
Voir aussi une vidéo en hommage à Flaubert pour l’année du bicentenaire de sa naissance:
https://youtu.be/mfNJAZUNwQo
L’acteur Massimo Rigo joue des extraits tirés des actes du procès et de la Correspondance, traduits par Chiara Pasetti et mis en scène dans la lecture théâtrale Madame Bovary c’est moi? (2018).

(< Benoît Melançon)
Dictée tirée de L’Éducation sentimentale, dans «En français dans le texte», France-Culture, 6 février 2021
https://www.franceculture.fr/emissions/en-francais-dans-le-texte/un-depute-a-travers-la-revolution-et-lempire-journal-de-francois-jerome-riffard-saint-martin-la
La dictée est également en ligne ici (signalée par Oleg Hirschmann et Danielle Girard):
https://www.youtube.com/watch?v=_qEuaMo6eIY

(< Benoît Melançon)
Marc Hillman @HillmanMarc
Rue Gustave Flaubert
— Ils sont chers les loyers dans cette rue?
— Cela dépend, d’un immeuble à l’autre, les baux varient.
https://twitter.com/HillmanMarc/status/1360884784646545419

(< Stéphanie Dord-Crouslé)
Adrien Goetz @adriengoetz
Vu sur interenchères: le secrétaire fabriqué spécialement pour Bouvard et Pécuchet, qui permettait aux deux amis «copistes» de travailler ensemble – dans le plus célèbre des romans à tiroirs de la littérature française.
https://twitter.com/adriengoetz/status/1367046284859834373

LECTURE

(< Joëlle Robert)
«Belles lettres». La chronique de Laurence Cossé dans La Croix, 10 février 2021, p.24
«Les grands écrivains mettent autant de verve, d’inventivité et de soin à écrire une lettre qu’une page de roman […]. Leurs correspondances sont des mines d’or. Une des plus riches est celle de Flaubert, en particulier pour ce qu’il dit de l’art littéraire et de son exigence en la matière. […]
Flaubert remonte le moral de Louise Colet: “Tu t’étonnes d’être en butte à tant de calomnies, d’attaques, d’indifférence, de mauvais vouloir. Plus tu feras bien, plus tu en auras. C’est là la récompense du bon et du beau. On peut calculer la valeur d’un homme d’après le nombre de ses ennemis et l’importance d’une oeuvre au mal qu’on en dit” (14 juin 1853).

SITE FLAUBERT

Jean-Yves Mollier nous a communiqué deux copies de lettres inédites de Calmann Lévy à Flaubert au sujet de la publication de Meloenis de Bouilhet chez Lemerre (archives Calmann-Lévy, dossier «Louis Bouilhet»).
Lettre du 21 février 1878:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=16706
Lettre du 10 avril 1878:
https://flaubert.univ-rouen.fr/jet/public/correspondance/trans.php?corpus=correspondance&id=16707

Pierre Dufay, «Gustave Flaubert et Jeanne de Tourbey», L’Intermédiaire des chercheurs et curieux, 15 février 1934, colonnes 947 à 952, transcription par Olivier Leroy, site Flaubert, 2021
https://flaubert.univ-rouen.fr/biographie/tourbey.php




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales