BULLETIN
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

BULLETIN FLAUBERT n° 226 / 4 septembre 2021

Flaubert, correspondance électronique

Grâce à une convention signée entre l’Institut de France et l’université de Rouen Normandie, sont désormais affichées sur le site de la correspondance électronique de Flaubert (éd. Danielle Girard et Yvan Leclerc, et une équipe de chercheuses et chercheurs), toutes les images des lettres conservées à la Bibliothèque de l’Institut, dans la collection Lovenjoul pour l’essentiel, et dans d’autres fonds (Du Camp, Gautier, etc.). Cette Bibliothèque est riche de 3.389 lettres (1.483 de Flaubert, 1.906 à Flaubert). Au total, la correspondance électronique générale compte 6.943 lettres dans les deux sens (4.504 de Flaubert, 2.439 à Flaubert), dont 5.478 comportent des images et 208 sont inédites. Cette édition est en continuelle évolution, grâce aux inédits qui passent en vente et aux lettres déjà éditées dont les autographes deviennent accessibles.
https://flaubert.univ-rouen.fr/correspondance/edition/

AGENDA

8-10 septembre 2021, Rouen, Université et Musée des Beaux-Arts
Colloque international «Genre et sexualité dans l’oeuvre de Gustave Flaubert»
Responsables scientifiques: Véronique Bui (GRIC), Brigitte Diaz (LASLAR), Éléonore Reverzy (CRP 19), François Vanoosthuyse (CÉRÉdI).
Contact: francois.vanoosthuyse@univ-rouen.fr
Programme:
http://ceredi.labos.univ-rouen.fr/main/IMG/pdf/2021_09_08_programme_genre_sexualite_flaubert.pdf

Amis de Flaubert et de Maupassant, saison 2021-2022
«Flaubert: 200 ans, toujours vivant!»
Programme du bicentenaire de la naissance (labellisé «Flaubert 21»)
https://www.amis-flaubert-maupassant.fr/programmes/programme-2021-2022/

29 septembre 2021, Arte, 23h15
«Le procès d’Emma Bovary», documentaire d’Audrey Gordon, dans la série «Les grands romans du scandale». Précédé à 20h55 du film Madame Bovary de Claude Chabrol.

VENTES

(< Stéphanie Dord-Crouslé)
Art et autographes, Jean-Emmanuel Raux, catalogue 95 [juillet 2021]
https://cdn.autographe.com/pdf/catalogue-autographes-tableaux-95.pdf
Lot 34202. Flaubert. Manuscrit autographe signé «Cours de Philosophie, année 1839-1840», in-4 (21,8x 18cm), 330 pages à l’encre brune ou noire sur papiers de différents types. Reliure signée Mercier et datée 1936: demi-maroquin à long grain brun à coins.
Précieux et considérable manuscrit autographe signé, formé par l’ensemble des notes du cours de philosophie suivi par Flaubert à l’âge de 18 ans, l’année de son baccalauréat. En même temps qu’une infiniment émouvante relique du grand écrivain, ce manuscrit constitue un document très important pour l’étude et la compréhension de son esprit. Outre, en effet, les données du cours inculquées au futur romancier, quelques brèves notes ajoutées parfois plus tard apportent une indication sur ses réactions, tel son étonnement de voir omis Spinoza: «Spinoza, pas nommé!», son scepticisme devant la vérité à portée de l’intelligence humaine, ou son refus de croire que le «moi qui ne se souvient pas de tout soit complet». Chaque cours est séparé en leçons, portant souvent en tête la signature de Flaubert, et traite d’un sujet du programme dont il est curieux de voir quelle fut son influence future. Ainsi les chapitres consacrés à la morale, à la conscience, à l’imagination – notamment à l’imagination créatrice et aux circonstances qui contribuent à son développement. Les nombreuses pages sont annotées postérieurement par Flaubert qui ajoute des commentaires sur tel philosophe ou telle idée. En décembre 1839, Flaubert est renvoyé de son lycée pour mauvaise conduite et ces cours sont donc très probablement copiés sur ceux d’un de ses camarades, peut-être Ernest Chevalier. Il passera son baccalauréat avec succès en 1840. Très émouvant et imposant manuscrit philosophique de la jeunesse de Gustave Flaubert, qui éclaire la pensée du futur écrivain sur des principes philosophiques (morale, conscience) qui parcourent son oeuvre. Prix sur demande.

VIENT DE PARAÎTRE

Éditions

(< Benoît Melançon)
Trois contes
, présenté par l’historienne Aurélia Michel, Seuil, coll. «Points classiques», à paraître en octobre 2021.
https://www.livreshebdo.fr/article/points-lance-points-classiques

Ouvrages

(< Élisabeth Brunet)
Christine Baron, La littérature à la barre, CNRS Éditions, 2021.
https://www.cnrseditions.fr/catalogue/arts-et-essais-litteraires/la-litterature-a-la-barre/
À la littérature, la recherche esthétique, les vies singulières, la langue libérée de toute entrave, la transgression; au droit, les procédures réglées, les rôles établis, le langage figé, la reconduction de l’ordre. Rappelant l’imaginaire de l’écrivain hors-la-loi, né dans le sillage des procès intentés en 1857 à Baudelaire et à Flaubert, cette opposition terme à terme dissimule à quel point droit et littérature ont partie liée. Car la soif de justice irrigue la littérature au point d’en faire un laboratoire du droit. En retour, les lettres peuvent être convoquées dans le prétoire, les romans participer à la formation des juges. La proximité de ces deux champs se manifeste également dans les débats théoriques qui traversent chacun d’entre eux, sur la place de l’interprétation ou le rôle du contexte. Et la censure elle-même, lieu de confrontation par excellence, tend aujourd’hui à prendre de nouveaux visages.
Explorant les oeuvres de Truman Capote et Emmanuel Carrère comme de John Grisham, Juli Zeh, Tanguy Viel ou Franz Kafka, mobilisant des procès récents autant que les philosophes contemporains du droit, cette enquête révèle des solidarités inattendues entre légalité et légitimité, règle et vérité, responsabilité et liberté.
Préface de Denis Salas.

Piotr Śniedziewski, Flaubert. W poszukiwaniu opowieści, Wydawnictwo Sic!, Warszawa, 2020 [Flaubert. À la recherche du récit, Maison d’édition Sic!, Varsovie]
Gustave Flaubert s’est fait connaître comme un écrivain qui accordait une attention particulière aux questions de style et de composition. Nous connaissons de nombreuses études dont les auteurs soulignent son travail insolite, son désir d’éviter les répétitions, d’effacer les assonances et les consonances, et enfin de créer au moins une page de prose parfaite. Cependant, nous négligeons trop souvent sa façon de travailler, son penchant pour la plume d’oie, son attachement à l’encrier en forme de crapaud, sa prédilection pour le papier chinois… Toutes ces choses étaient extrêmement importantes pour Flaubert, comme en témoigne sa correspondance. Néanmoins, le travail outré sur l’écriture et l’attachement aux outils d’écrivain n’égalaient pas pour Flaubert l’éloge de la forme; tout au contraire, il est devenu le fondement d’une apologie du récit, dont Flaubert reste le meilleur symbole.
http://wydawnictwo.ibl.waw.pl/nowosci/flaubert?vid=2

Revue

Revue Flaubert, n°19, 2021, «Flaubert, le Dictionnaire et les dictionnaires»
Numéro dirigé par Biagio Magaudda.
https://flaubert.univ-rouen.fr/revue/sommaire.php?id=21
Biagio Magaudda
Avant-propos
[Article complet]

LE DICTIONNAIRE DES IDÉES REÇUES
Anne Herschberg Pierrot
Le Dictionnaire des idées reçues, les dictionnaires, et Bouvard et Pécuchet
[Article complet]
Denis Saint-Amand
Le voisinage du Dictionnaire des idées reçues
[Article complet]
Rosa Maria Palermo
Une sonate à quatre mains
[Article complet]
Pierre Fleury
Musique de la notice: le style flaubertien aux prises avec le dictionnaire. Approche d’une comparaison Flaubert-Wagner
[Article complet]

L’USAGE DES DICTIONNAIRES
Stéphanie Dord-Crouslé
La Biographie Michaud, un dictionnaire au coeur de «l’encyclopédie critique en farce» flaubertienne
[Article complet]
Éric Le Calvez
L’Éducation sentimentale: les dictionnaires contre Maxime Du Camp
[Article complet]
Biagio Magaudda
Flaubert et les fraudes alimentaires: l’utilisation du Dictionnaire des altérations et falsifications des substances alimentaires d’Alphonse Chevallier
[Article complet]
Atsushi Yamasaki
«Mais nous allons tomber dans l’abîme effrayant du scepticisme»: relire l’épisode philosophique de Bouvard et Pécuchet à la lumière du Dictionnaire des sciences philosophiques
[Article complet]
Biagio Magaudda
Bibliographie
[Article complet]

Résumés
Bio-bibliographie des auteurs

Articles

(< Benoît Melançon)
Letizia Carbutto, «Les classiques français (re)traduits dans la «Biblioteca Romantica» (1930-1942) et le cas emblématique de Madame Bovary», RELIEF - Revue électronique de littérature française, 15(1), p.85-99.
https://revue-relief.org/article/view/10905

Sophie Demoy, «Le musée Flaubert et d’histoire de la médecine, un musée à double vocation original et atypique», dans Hôpital, ville et citoyenneté, dir. Yannick Marec, Presses des universités de Rouen et du Havre, 2021.
https://www.lcdpu.fr/livre/?GCOI=27000100905680&fa=sommaire

Francisco González Fernández, «Le bourdon mathématique de Flaubert», Çédille, revista de estudios franceses, Universidat de la Laguna, n°18, 2020.
[La place des mathématiques dans Bouvard et Pécuchet.]
https://www.ull.es/revistas/index.php/cedille/issue/view/j.cedille.2020.18

Compte rendu

Stéphanie Dord-Crouslé, “Gertrude Tennant. Mes souvenirs sur Hugo et Flaubert”, Cahiers victoriens et édouardiens [Online], 93, Printemps 2021.
http://journals.openedition.org/cve/9290; DOI: https://doi.org/10.4000/cve.9290

SUR LA TOILE

(< Benoît Melançon)
C’est en traversant le désert Arabique à dos de chameau que Maxime Du Camp découvrit la passion de Gustave Flaubert pour les glaces au citron.
https://fr.wikipedia.org/wiki/Maxime_Du_Camp #WPLSV
https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Gustave_flaubert.jpg
https://twitter.com/Wikipedia_fr/status/1418245261583859713/photo/1

Project Gutenberg @gutenberg_org
The Paris Review - The Madame Bovary of North-East London via @parisreview
https://www.theparisreview.org/blog/2021/08/31/the-madame-bovary-of-north-east-london

LECTURES

(Stéphanie Dord-Crouslé)
Bienvenu, «Supplément au Dictionnaire de l'Académie», Le Tintamarre, 16 août 1863
«Agaçant, e. — Adj. Qui agace: le piano de la voisine; la queue au théâtre; une mouche sur le nez; un chapitre de Flaubert; un gros qui marche tout doucement devant vous sur le trottoir quand vous êtes pressé.»

(< Florence Naugrette)
Lettre inédite de Juliette Drouet à Victor Hugo, 5 novembre 1859, alors qu’elle lit Lui de Louise Colet (elle a aussi lu Elle et lui de Sand quelques mois plus tôt):
«Je viens de lire quelques pages du livre de Mme Colet, il y a là un portrait hideux de Villemain et qui ressemble [à] la revanche féroce de sa propre déception avec le jeune Flaubert. Je ne défends pas Villemain, que je ne connais pas, mais je sens moins de sympathie et de pitié pour les malheurs de coeur de cet aventureux bas bleu qui fait si bon marché des passions ridicules des autres et étale les siennes parmi le luxe d'une coquetterie qui n'est pas non plus de la première fraîcheur. L'âge de Mme Colet est sans pitié pour l'amour des vieux hommes. Il n'est indulgent qu'aux chérubins en gants jaunes.»
Cette lettre sera bientôt en ligne sur le site des lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo:
http://www.juliettedrouet.org/lettres/#.YS_q-o4zaMo

(< Bernard Bretonnière)
Paul Claudel, Réflexions sur la poésie (première partie: «Réflexions et propositions sur le vers français»), Gallimard, 1963 (collection «Idées», n°29)
«[…] remarquons que le style est une qualité naturelle comme le son de la voix, il n’est nullement l’apanage des écrivains professionnels. […] on pourrait prendre quarante lettres de charcutiers réclamant leurs factures. On en trouverait dix dont les auteurs ont le sens du français pour trente qui ne l’ont pas. Flaubert appartenait à cette dernière catégorie et ce tourment d’un sourd cherchant à réaliser une note qu’il ne parvient pas à entendre est l’un des martyres les plus émouvants de l’histoire des lettres. Je copie de mémoire les premières lignes de Salammbô:
“C’était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d’Hamilcar. Les soldats qu’il avait commandés en Sicile se donnaient un grand festin pour célébrer le jour anniversaire de la bataille d’Eryx, et comme le maître était absent, et qu’ils étaient très nombreux, ils mangeaient et buvaient en pleine liberté.”
Le lecteur a remarqué l’uniformité décolorée de ces syllabes sans vibration. L’auteur a réussi à éteindre l’a lui-même, cette lettre cramoisie. Les trois a de la première phrase ont exactement le même indice et il en résulte une ligne absolument plate sans aucun rythme. Les terminaisons masculines[1] dominent, terminant chaque mouvement par un coup mat et dur sans élasticité et sans écho. Le défaut du français qui est de venir d’un mouvement accéléré se précipiter la tête en avant sur la dernière syllabe n’est ici pallié par aucun artifice. L’auteur semble ignorer le ballon des féminines, la grande aile de l’incidente qui, loin d’alourdir la phrase, l’allège et ne lui permet de toucher à terre que tout son sens épuisé. Et je pourrais encore comparer la belle prose à une danseuse espagnole ou japonaise qui prend son assiette non pas sur ses jambes mais sur ses reins. – Et j’ajoute que la beauté ne pouvait être accordée à un homme qui la recherche d’une manière aussi inconvenante!
Il y aura toujours une différence profonde entre un fabricant et un inspiré, entre le cheval et le portrait d’un cheval[2].

[1] Supposons que Pascal ait écrit:
L’homme n’est qu’un roseau, mais c’est un roseau pensant, la voix ne trouve aucun appui sûr et l’esprit demeure dans un suspens pénible, mais il a écrit: L’homme n’est qu’un roseau, LE PLUS FAIBLE DE LA NATURE, mais c’est un roseau pensant – et la phrase vibre tout entière avec une ampleur magnifique.
[2]. Il serait injuste d’oublier que parfois Flaubert a abouti à certaines réussites modérées. Par exemple: «Et moi sur la dernière branche j’éclairais avec ma figure les nuits d’été.» Ou encore: «Et les Celtes regrettaient, etc.» Mais ses succès isolés ne sauraient faire oublier la morne pauvreté, le ton de zingue de l’ensemble. Mon Dieu, comme il devait pleuvoir à Rouen!»

DIVERS / BICENTENAIRE

(< Christophe Hoguet)
Madame Bovary adapté à la télévision, pour France 2
https://actualitte.com/article/101788/adaptation/madame-bovary-de-nouveau-adapte-cette-fois-en-telefilm




Ce Bulletin est édité par le Centre Flaubert, avec la collaboration de Marie-Paule Dupuy, Olivier Leroy et Joëlle Robert. Il vous tiendra informés, selon une périodicité variable, des manifestations et des publications concernant Flaubert. Si vous désirez le recevoir gratuitement, veuillez vous inscrire à l'adresse suivante:
https://sympa.univ-rouen.fr/sympa/info/flaubert-bulletin
Contact: flaubert-bulletin-request@listes.univ-rouen.fr



Mentions légales