ÉTUDES CRITIQUES
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

Charles de MAZADE
Revue des Deux Mondes, 1er mai 1857, p. 217-220

Chronique de la quinzaine

[...] Cependant la littérature qui vit par l'imagination, par toutes les facultés créatrices et poétiques, cette littérature se remue, cherche à attester sa présence par une activité apparente et produit peu réellement. Elle souffre d'un mal invétéré et profond : elle semble s'être séparée du sentiment de la vérité morale, de l'observation fidèle et sincère de la vie humaine. Que lui reste-t-il ? Elle en est à l'imitation, ou elle se réfugie dans quelque combinaison dont l'unique originalité consiste à mêler ensemble beaucoup de matérialisme et de vides abstractions qui prennent le nom d'idéal. La littérature romanesque surtout s'agite plus qu'elle ne vit, elle se démène plus qu'elle ne marche ; elle reprend, en les exagérant, de vieux sophismes et de vieilles peintures qui ressemblent à des fragmens [ sic ] inédits d'autrefois, et c'est ainsi que dans un moment où l'on ne voit naître ni André, ni Colomba, la grande nouveauté est Madame Bovary, œuvre de M. Gustave Flaubert, écrivain de Rouen, puisqu'il est avéré que nous avons aujourd'hui une école de Rouen, comme nous avons eu une école de Marseille. M. Gustave Flaubert est le romancier de cette école de Rouen dont le poète est M. Bouilhet, auteur de Melænis et de Madame de Montarcy. M. Bouilhet imite M. de Musset, dans son poème, l'auteur de Ruy Blas dans son drame ; M. Flaubert imite M. de Balzac dans son roman, comme il imite Théophile Gautier dans quelques autres fragmens qui ont été récemment publiés. L'auteur de Madame Bovary appartient, on le voit, à une littérature qui se croit nouvelle et qui n'a rien de nouveau, hélas ! - qui n'est même pas jeune, car la jeunesse, en ne s'inspirant que d'elle-même, a moins d'expérience, moins d'habileté technique, et plus de fraîcheur d'inspiration. M. Gustave Flaubert imite M. de Balzac, disons-nous ; il imite du moins tous ses procédés, ses descriptions minutieuses, ses prétentions d'analyse et de dissection, ses néologismes étranges et barbares : il ne peut parvenir à s'assimiler cet art qui a mis parfois un cachet si vigoureux dans les ébauches puissantes ou grossières de l'auteur du Père Goriot. Qu'est-ce donc que cette héroïne de la Normandie, madame Bovary ? C'est encore une femme incomprise de province, qui passe des Ursulines, où elle a fait son éducation, à la ferme de son père, qui prend un petit verre de curaçao avec son prétendu, accepte pour mari un pauvre officier de santé veuf, se donne sur son chemin deux ou trois amans [ sic ], fait une banqueroute de huit mille francs pour satisfaire ses goûts de luxe, et finit par s'administrer une forte dose d'arsenic qu'elle dérobe chez son ami l'apothicaire Homais, notable de Yonville-l'Abbaye, arrondissement de Neufchatel [ sic ]. Les perplexités d'un pauvre médecin vulgaire et obtus, la suffisance de l'apothicaire voltairien, un étudiant en notariat, un jeune fermier dégrossi homme à bonnes fortunes, les petitesses de la vie de province, c'est là le monde où l'auteur a placé la figure resplendissante de son héroïne.

Pour une personne d'un tempérament si idéal, c'est vraiment du malheur de ne rencontrer qu'un étudiant en notariat pressé d'acheter une étude et de se ranger, ou un jeune et robuste fermier gâté par ses succès auprès des Danaé du théâtre de Rouen. Pour une femme qui s'est si bien accoutumée dans la ferme de son père à goûter toutes les somptuosités de la vie la plus raffinée, il est cruel, on n'en peut disconvenir, de rester en route faute de huit mille francs. L'aventure est peu poétique ; elle prouve de plus ce qu'il y a de danger pour une femme de province à faire des dettes et à poursuivre un peu trop ardemment l'idéal par la commodité de l'Hirondelle, voiture qui fait le service de Yonville-l'Abbaye à Rouen. On finit par l'arsenic, et c'est ce qui a fait sans doute que la justice, qui avait évoqué ce roman devant elle pour certains détails un peu libres, a fini par lui donner bien heureusement l'absolution légale pour le renvoyer devant son vrai juge, qui est le bon goût. Ce n'est pas, il faut bien le remarquer, que Madame Bovary soit un ouvrage où il n'y ait point de talent ; seulement dans ce talent il y a jusqu'ici plus d'imitation et de recherche que d'originalité. L'auteur a un certain don d'observation vigoureuse et âcre ; mais il saisit les objets pour ainsi dire par l'extérieur sans pénétrer jusqu'aux profondeurs de la vie morale. Il croit tracer des caractères, il fait des caricatures ; il croit décrire des scènes vraies et passionnées, ces scènes ne sont qu'étranges ou sensuelles. Par une bizarrerie de plus qui ne saurait surprendre, ce roman contient évidemment une idée, une pensée sociale, bien que cette pensée ne soit point facile à démêler, et l'auteur, sous forme de compliment, dit à l'avocat qui l'a défendu, M. Senart, que par sa magnifique plaidoirie il a donné à l'œuvre une autorité imprévue. Que la parole de M. Senart ait donné une autorité imprévue à Madame Bovary, il est inutile de le rechercher ; il resterait à savoir si Madame Bovary peut rendre le même service à la parole de M. Senart.

Quel est d'ailleurs aujourd'hui le roman, la nouvelle, le conte où n'apparaisse point l'idée sociale et régénératrice ? C'est le propre de cette littérature à laquelle se rattache, il nous semble, M. Gustave Flaubert. Cette littérature prend aisément le ton apocalyptique, elle fait de ses personnages des prédictions vivantes de démocratie humanitaire. [...]

[Document saisi par Emmanuel Vincent, 2006.]


Mentions légales