ÉTUDES CRITIQUES
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site

Fortuné CALMELS
Boulevard, 30 novembre 1862

La nouvelle œuvre de G. Flaubert

Un événement vient de se produire dans le monde littéraire : Salammbô, la nouvelle œuvre de Gustave Flaubert, a paru.

Ceux qui n'ont jamais lu les fragments publiés de la Tentation de saint Antoine seront fort surpris. Ceux-là, certes, - dont le nombre est grand, - auront jugé d'une façon très-incomplète Madame Bovary, ce livre unique (si peu compris !), où du premier au dernier mot, l'auteur se gausse avec une impitoyable gravité de ses personnages, - à tel point que le public n'en a rien vu, et qu'il a tout simplement pensé avoir affaire au réaliste le plus convaincu de notre époque.

Seuls, sans doute, - malgré ce fameux chapitre, presque parasite d'ailleurs, sur le comice agricole de Yonville-l'Abbaye, - ceux qui connaissaient le profond lyrisme et la raillerie puissante renfermés dans la Tentation, auront possédé la clef de ce petit monde bourgeois où s'agitent le pharmacien Homais, Rodolphe, Léon le clerc de notaire, Charles Bovary, et cette héroïne, essentiellement moderne, la femme hystérique cherchant fougueusement l'Idéal à travers toutes les grotesqueries de la province.

Et le sens intime de cette froide satire ne leur aura pas échappé.

Dans Salammbô, Gustave Flaubert évoque une époque et des paysages disparus. En regard de ces affreux fantoches de la vie moderne, il était bon de montrer les hommes du monde antique, non déprimés par les bandelettes du Progrès. Et ne vous méprenez pas cependant, les Carthaginois de Flaubert ne sont pas des abstractions, ce sont bien réellement des hommes. Salammbô est une œuvre vivante, quoique toute pleine d'un fantastique étrange et farouche. On y aime, on y est passionné, on y souffre, on y respire enfin malgré ce grand style de marbre où le mot ne grimace jamais. Cette évocation est plus qu'une création, c'est une résurrection.

Sous le coup d'une lecture haletante, nous ne pouvons faire ici une étude sérieuse et complète, mais nous nous dédommagerons bientôt. Aujourd'hui nous sommes encore tout entier à l'admiration et nous nous bornons à détacher au plus vite quelques fragments de l'œuvre elle-même.

[Document saisi par Virginie Basquin, 2002. Mise en ligne par Emmanuel Vincent, 2006.]


Mentions légales