Correspondance de Flaubert
Flaubert à Élisa Schlésinger, Croisset, 26 septembre 1857
Notice
2 images :
Chargement de l'image en cours ...

 

À ÉLISA SCHLÉSINGER

 

[Croisset, 26 septembre 1857.]

 

Voici chère Madame, deux petites boites pour Me Maria, l'une seule doit servir. Mais je ne sais laquelle ? Elles ont toutes deux été bouchées à Jérusalem. Il y a dans l'une de l'eau du Jourdain & dans l'autre de l'eau de la Mer-Morte. Celle-ci doit être reconnaissable à une forte odeur nauséabonde & à un gout salé très acre.

Comme je vous suis reconnaissant de m'avoir envoyé votre fils ! Je le trouve charmant – et j'en dirais plus long s'il n'était porteur de ce billet. 

Je fais des voeux bien profonds pour la réussite de l'événement que vous attendez avec anxiété.

Adieu – ou plutôt au revoir ?

Je vous baise les mains très affectueusement

 

tout à vous

Gve Flaubert

 

Croisset. Samedi. 26 7bre [septembre]