Correspondance de Flaubert
George Sand à Flaubert, Nohant, 27 juin 1870
Correspondant
Notice

 

GEORGE SAND À GUSTAVE FLAUBERT

 

[Nohant, 27 juin 1870.]

Nohant, 27 juin

 

Encore un chagrin pour toi, mon pauvre vieux. Moi j’en ai aussi un gros, je pleure Barbès, une de mes religions, un de ces êtres, qui réconcilient avec l’humanité. Toi, tu regrettes ce pauvre Jules et tu plains le malheureux Edmond. Tu es peut-être à Paris pour tâcher de le consoler. Je viens de lui écrire et je pense que tu es frappé encore une fois dans tes affections. Quelle époque ! Ils meurent tous, tout meurt et la terre meurt aussi, mangée par le soleil et le vent. Je ne sais où je prends le courage de vivre encore au milieu de ces ruines. Aimons-nous jusqu’au bout.

Tu m’écris bien peu, je suis inquiète de toi.

 

G. Sand.