Correspondance de Flaubert
Calmann Lévy à Flaubert, Paris, 10 avril 1878
Correspondant
Notice
Chargement de l'image en cours ...

 

CALMANN LÉVY À FLAUBERT

 

Paris, le 10 avril 1878.

 

Ainsi que je vous l’avais écrit, à la date du 21 février, je ne demande pas mieux que d’autoriser mon confrère Lemerre à comprendre Meloenis dans son édition des œuvres complètes de L. Bouilhet, moyennant la somme de cinq cents francs.

C’est évidemment par erreur que dans votre lettre d’hier vous parlez d’une cession de propriété. Quand je dis que j’autorise la reproduction de Méloenis dans les œuvres complètes de L. Bouilhet, il doit être bien entendu que je reste possesseur de l’ouvrage au même titre que devant et que je conserve le droit d’en disposer selon ma convenance.

Sous cette réserve, je suis tout prête à terminer l’affaire, soit avec vous, soit avec M. Lemerre, c’est-à-dire à vous donner une autorisation régulière contre le versement de la somme stipulée.

Bien cordialement à vous.

Signé : Calmann Lévy

 

À M. Gustave Flaubert.