Notes sur les Psaumes (1846-1847) - folio 1 r°
Choisir un folio      1 / 14    >>>
Chargement de l'image en cours ...
  Notes sur les Psaumes, f° 1r°
[Psaumes : VIII-XXXV]
   
              Psaumes      
   ____  
VIII
      8.  les oiseaux du ciel et les poissons de la mer qui se
              promenent dans les sentiers de l’ocean.
                   __
      XIII
       5. leur gosier est comme un sepulcre ouvert ; ils se servaient
            de leurs langues pour tromper ; le venin des aspics est sous
             leur lèvres.
                   ___
       XXII.
                 1. C’est le Seigneur qui me conduit, rien ne pourra
              me manquer ; il m’a établi dans un lieu abondant
              en paturages.
                  2. il m’a elevé près d’un eau fortifiante et il a
               fait revenir mon ame.
                   −−
        XXIX
                  11. Quelle utilité retirerez vous de ma mort lorsque
                 je descendrai dans la pourriture du tombeau
                  12.  est-ce qu’une poussière pourra vous louer ou
                  publiera t-elle votre verite ?
                     −−          
         XXX
                   23.  Combien est gde Seigneur l’abondance de votre
                   douceur ineffable que vous avez cachée et reservée  pceux
                    qui vous craignent
                      −−
          XXXI
                   11[1]. Gardez vous d’etre comme le cheval et le mulet
                    qui n’ont point d’intelligeance.
                       −−
           XXXII.
                     2. louez le Seigneur avec la harpe ; chantez sa
                     gloire sur l’instrument qui est à dix cordes.

            XXXIII.
                         19. les justes sont exposés à beaucoup d’afflictions
                      et le Seigneur les délivrera de toutes ces peines
                          20.  le Seigneur garde exactement tous leurs os
                        un seul de ces os ne pourra etre brisé (est-ce
                        qu’aucun ne pourra etre brisé, ou qu’il n’y en
                        aura qu’un seul ?  et dans ce cas n’est-ce pas le
                         coxis le seul de tous les os qui selon les
                          Mahometans ne pourrit jamais[2]).
                          −−
             XXXV.
                          4. « il a medité l’iniquité dans le secret de son lit
                          il s’est arrêté dans toutes les voies qui n’etaient pas bonnes
                          et il n’a point eu de haine pour la malice.
              
 
   
  [Transcription d’Atsuko OGANE]

1.  Lapsus de Flaubert. Il s’agit du verset « XXXI-9 ».
2.  Flaubert note au crayon au-dessous de ce passage dans le livre : « Coxis ?  qui ne pourrit pas selon les Mahometans », p. 340. 
 
Marques de la main de Flaubert dans le livre des Psaumes : (VII-8) ; XIII-5 ; (XXII-1, 2) ; XXIX-11,12 ; XXX-23, XXXI-11, XXXII-2, XXXIII-19, 20 ; XXXV-4. 
Nous plaçons entre parenthèses les numéros des versets recopiés par Flaubert mais qui ne comportent pas de marques écrites dans le livre des Psaumes.