BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Bouvard et Pécuchet - Texte édité
       Pécuchet le pria d’entrer, pour finir devant lui l’exposition d’Hegel
et voir un peu ce qu’il en dirait.
       L’homme à la soutane s’assit près d’eux ; – et Pécuchet aborda le christianisme.
       — « Aucune religion n’a établi aussi bien cette vérité : “ La nature n’est qu’un
moment de l’idée ! ” »
       — « Un moment de l’idée ? » murmura le prêtre, stupéfait.
       — « Mais oui ! Dieu, en prenant une enveloppe visible, a montré son
union consubstantielle avec elle. »
       — « Avec la nature ? oh ! oh ! »
       — « Par son décès, il a rendu témoignage à l’essence de la mort. Donc, la
mort était en lui, faisait, fait partie de Dieu. »
       L’ecclésiastique se renfrogna : — « Pas de blasphèmes ! C’était pour le salut
du genre humain qu’il a enduré les souffrances... »
       — « Erreur ! On considère la mort dans l’individu, où elle est un mal sans doute.
Mais relativement aux choses, c’est différent. Ne séparez pas l’esprit de la
matière ! »
       — « Cependant, monsieur, avant la Création... »
       — « Il n’y a pas eu de création. Elle a toujours existé. Autrement ce serait
un être nouveau s’ajoutant à la pensée divine ; ce qui est absurde. »
       Le prêtre se leva. Des affaires l’appelaient ailleurs.
       — « Je me flatte de l’avoir crossé ! » dit Pécuchet. « Encore un mot ! Puisque
l’existence du monde n’est qu’un passage continuel de la vie à la mort,
et de la mort à la vie, loin que tout soit, rien n’est. Mais tout devient.
Comprends-tu ? »
       — « Oui ! je comprends, ou plutôt non ! » L’idéalisme à la fin exaspérait Bouvard.
« Je n’en veux plus ! Le fameux cogito m’embête. On prend les idées des choses
pour les choses elles-mêmes. On explique ce qu’on entend fort peu, au moyen
de mots qu’on n’entend pas du tout ! Substance, étendue, force, matière et
âme, autant d’abstractions, d’imaginations. Quant à Dieu, impossible
de savoir comment il est, ni même s’il est ! Autrefois, il causait le vent,
la foudre, les révolutions. À présent, il diminue. D’ailleurs, je n’en vois
pas l’utilité. »
       — « Et la morale, dans tout cela ? »
       — « Ah ! tant pis ! »