BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol. 2, folio 101.
D
Partant de ce principe qu'on ne saurait avoir trop de blé, ils consacrèrent au
froment la moitié environ de leur terrain.  Ils firent d/leur semailles sur un terrain*
     sol
t/ameubli trop nouvellent ameublis/i, & comme ils n'avaient pas d'engrais puisqu'ils
 s'étaient privés de la paille                           fourrage
s'étaient privés de la paille par le f/la vente de leur foin.             ils achetèrent des
tourteaux qu'ils employèrent sans les concasser, si bien que le rendemt fut
pitoyable.
                                                         fort         évitèrent de herser trop fort
La saison suivante, ils semèrent très dru, soignèrent les hersage
                        au printemps
et se réjouirent de voir les blés verdoyer. Mais des orages survinrent. & Les
{{ éprouvait moins un
fort* un sentiment
d'avarice
avait envie de pleurer
moins par avarice
que par une affection
presque*
{{                                    Bouvard en les contemplant
épis versèrent. A      On les voyait emmêlés, offrant des trous, rompus 
les tiges rompues penchaient d'un
penchés en avant
 air lamentable qui semble dire « soutiens-moi
» comme
 si un régiment de cavalerie avait passé par là.
Ayant mis l'année suivante. Ils prodiguèrent ensuite le fumier frais. Les graines
des mauvaises herbes poussèrent merveilleusement }}
paternelle. }}

                                         de larges larges  trous comme si un troupeau se fût
                               B
 roulé dedans.  Les barbes blanches étaient toutes emmêlées. De place
       il y avait des               de place en place                               eût
en place les larges trous s'ouvraient comme si un troupeau avait
                                                                        se  
passé par là. & les longues tiges rompues penchant d'un air mélancoli*
B, en les contemplant ressentait moins                             en les contempl
      ne fut pas seulement affecté comme propriétaire. mais Mais il ressentait
une violente une déception
en les contemplant une douleur presque paternelle & il avait
 envie de pleurer.                                                             les larmes
                                                                                             lui en venaient
                                                                                                  aux larmes/yeux 
                   deuxième              déception plus forte pr

            La seconde année, autre surprise ayant pr cause une l'abondance de
                      deuxième                                                    en quantité
ayant pr fumier frais.     Les mauvaises herbes poussèrent merveilleusement. 
                                                                                                 le pain/la farine
   coquelicots, ciguë, méla ivraie -   mélampyre  et on se plaignait
provenant venant de chez eux donnait un                               de
du pain qui avait une couleur violette.  Mais ils s'acharnèrent
à la culture au froment. & pr en avoir davantage voulurent
                                                                     spécialemt
épierrer la butte. Un banneau fut destiné à cet emploi. Car
                                                                        particulièr 
tout le long de l'année, depuis le matin du jo jusqu'au soir
par la pluie par le soleil, on voyait l'éternel banneau
                                                                      pr descendre    & remonter
avec le même hom & le même banneau monter la butte
                                                         cheval   [illis.]       petite colline
                                         Elle était raide      [illis.]        et Bouvard  
                                                              [illis.]   [illis.]  

imperturbablement.   Bouvard allait qqfois  quand il allait voir  
                                                                        [illis.]/haltes   inspecter
Si le tr  la besogne avançait mais* il faisait des stations à mi-côte
                                                                                  haltes
pr souffler un peu & s'éponger le front.
[Transcription de Bernadette Goarant]