BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol. 2, folio 219.
17/27.*
ce n'est pas
              point qu'il raffolât
                                            b                      car                     végétal
ce n'est pas qu'il aimait/ât les melons, au contraire. ce fruit l'incommodait
                                    pr en avoir – par orgueil de propriétaire &
mais il tenait à en avoir, par vanité – entêtement, ambition
d'artiste.
                                                                   ......[illis.].....*
                                                                      jaunissent*             examinait*
stationnait
devant eux
vingt fois par ils mûris* grossissent, ils mûrissent. &, il les visitait 
                          se penchait vers*  du pouce délicatemt & s'agenouillait
dix fois par jour. – les tâtait amoureusemt. se mettait à genoux
  afin de les mieux
pr les flatt*/flairer.
          & il guittaient guettait ...[illis.]...*                   de leur            indiq
                    Enfin une petite déchirure parut autour de la queue, – & il
indiqueraient/ait
             qu'ils étaient bons à manger/prendre.
le cueillit un Prescot.
l'apporta.
se mirent à le déguster, –
coupe les tranches. –
                                      roulent des
yeux, ouvrant les narines
écrase bouffant les joues

tous les deux dégustèrent
goûtèrent
Ils les dégustèrent les unes
tous         comme
après les autres, soigneusemt
[illis.]                les yeux
en roulant leurs prunelles
en                                
dilata bouffant leurs joues.
les
dilatant leurs narrines
       les
& roulant leurs yeux
                      déboires :
à chaque déception
                  [illis.]* Ψ
chaque fois c'était une
                            nouvelle
                    déception
Mais le premier ne valut rien – Ca*excuse qu'il l'avait cueilli trop tôt.
       le second ne fut pas meilleur
                                                    ni                         non plus
il en fut de même pr le second, pr le troisième & pr tous les autres.
                    en                                                                    n'était* bon mais
   imaginait cherchait la cause & la  – Ah ! celui-là est cueilli trop tôt 
P. trouvait toujours une raison différentes. – « j'aurais dû faire le
                                      trouvait  ou une excuse
                                     c'est peut-être       
pincement au 7e oeil : j'ai trop ménagé le bassinage ? – Φ »
                   Puis il rêvait — « aurais-je.
                                                                  & ceux que l'on pouvait manger
                                                                                               étaient des mulets
                       En effet comme il avait cultivé les une près des autres
                                            qui florissaient
des espèces différentes dont les floraisons  en même temps, les maraîchers
                                           dont les floraisons arrivent
s'étaient confondus avec les Cantaloups, le sucrin de Tours avec les prescots
                                                    le Polignac avec l'oryental*
le brûlot hâtif avec le noir des Carmes, & le gros Portugal
                                                                                           peut-être
avec le gd Mogol. – Le voisinage des Courges avait contribué
     aidant à la confusion
     avait dû être funeste                                       en
aux à ces funestes résultats – & de tout cela il était résulté
{{  Φ                             
jusqu'au moment où il
déclara n'y rien comprendre
                                    morceau
et rejeta la dernière
tranche
le morceau               
bouchée
avec fureur.   }}
                                       des manières
d'abominables mulets. concombres* da/e la citrouille
                       d'inf cucurbitacés       qui avaient le goût des
                                                                                   concomb.


 
                                était toujours
Les exécrables eussent été
                         m*
les meileurs qu'il*
cela                                      
elle venait de la cueillette  
                                              ou


&                                                          raison
P. ne manquait pas d'en trouver la cause – 
tantôt il [illis.]* s'accusait de les avoir            ou
— « celui-là est bon mais on l'a cueilli trop tôt. – j'aurais dû faire
trop prompte, d'une erreur dans l   –  à la    ou du défaut                             ou du hasard*
le pincement. au 7/3e oeil.  –  c'est la faute du bassinage. – on
m'aura –     ou de la mauvaise qualité des
m'a peut-être trompé sur les graines ? » jusqu'au moment où
il déclara n'y rien comprendre en rejetant le dernier melon d'un
                                                                                          avec fureur
                                                                   par la fenêtre      
air furieux
où dans sa fureur il jeta par le dernier melon en déclarant
                                               la fenêtre        n'y rien comprendre.
[Transcription de Nicole Caron ]