BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol. 7, folio 903v
[Page entièrement barrée]
XI.
N. pas de création ! elle
est de toute éternité puisqu'elle
a toujours existé dans
de dieu
la pensée divine. autremt
ce serait un être nouveau
s'ajoutant                          
à la vie divine – c'ét* Je
                              nie la création
je n'y crois pas. –
                        « n'a pas le temps
— le curé s'en va.
un autre jour.
il ne comprend pas l'idée.  (1)

J'admire le christianisme, parce qu'il a compris cette gde vérité : la nature
n'est qu'un moment de l'idée.
          — « un moment de l'idée ? je ne comprends pas .
                     échelon [illis.]                  atteindre 
— oui ! un degré qu'elle franchit pr s'élever jusqu'à l'esprit.
                      degré
                 
Dieu en revêtant une enveloppe corporelle, visible & matérielle a montré
son union consubstantielle avec elle –
                                                                   ah.
      — consubstantielle avec la Nature. . permettez ! –
union qui selon l'église se renouvelle & se perpétue chaque jour dans la cène
Il s'est soumis, (Jésus) à tenter les conditions qui sont inhérentes à son essence
                               le curé tout ahuri                                       de
& son idée éternelle. – « essence de quoi ? idée de quoi ? — la matière[illis.] le curé
                               murmura   
                                              Il a rendu témoignage par sa mort, de l'essence divine
— « essence & idée de la Nature           Il a sanctifié la mort, en rendant par là témoignage de sa divine origine.
de la mort
Car s'il est mort c'est qu'il pouvait mourir. donc la mort était virtuellemt
en lui. en Dieu –
le curé objecte que la mort
de Jésus est un sacrifice
pr sauver le genre humain. –
les douleurs de la Passion.
— mais le sacrifice de la
Passion !
Pécuchet ne bronche pas.

      [ Loin que la mort soit contradictoire & incompatible avec son essence, il trouve
dans la mort son fondement & sa plus hte signification ]
       Vous trouvez une                                                                                              [illis.]
             
La contradiction apparente entre les deux concepts de Dieu & de mort vient d
    vous faites comme tout le monde. au lieu de la considérer
de ce que
au lieu de considérer la mort en elle-même & dans ses rapports avec les
                   vous                                               où elle est un mal, parbleu.
choses on les considère dans l'individu, ce qui porte à penser qu'elle est un mal.
                                                                           un
                                        L'erreur survient d'un [illis.] antagonisme illimité
Parce qu'on sépare la matière de l'esprit, on en fait des antagonistes. on croit que
(2)
Pécuchet explique le devenir
l'existence du monde n'est qu'un
écoulemt, un flux perpétuel
un passage alterné & ininterrompu
de la vie de la à la mort, et de la
mort à la vie. loin que tout
soit, rien n'est ; tout devient.
et l'Être n'est qu'une pure
abstraction. Donc il faut
chercher l'unité des choses dans
leur devenir, ce devenir qui les
transforme, & les conserve
                                                                        puis
l'esprit peut subsister sans la nature, & ensuite on conçoit Dieu comme un esprit
            n'ayant
qui n'a aucun rapport interne avec D la Nature – mais ne séparez pas la matière
                           mais                                                                    création absurde   
         de l'esprit. – Au commencemt, quand Dieu a créé ! . — ah ! je vous attendais.  M.
                                                                                                           il ne comprend pas l'idée
Scandale du/Le curé. s'indigne scandalisé
tout en les détruisant. si le devenir forme tout ce qu'il y a de vérité & de
         réalité dans les choses, l'apparence sera tout ce qu'il y a de plus réel
Le devenir                                                                          or
                 
& de plus vrai. car devenir c'est apparaître, & toute la réalité d'une
il mène au [illis.] – Lefebvre 397 – 399                      chose se concentre dans
                                introd Heg.* 138*                           le moment indivisible, 
Bouvard ne le comprend pas – & en tire le nihilisme –      où elle apparaît, & où
                                                                                                           [illis.]
                                                                                                      elle est telle* qu'elle
                                                                                                       apparaît.
 {{                              Bouvard n'y comprend goutte.
                                         — «  oui. oui/je comprends p/non plutôt je ne comprends pas.
— « Comprends-tu ? » non pas du tout    Hegel a raison. & il a tort
                                                                                aussi. – ce qui est bien Hégélien 
tu ne l crois donc à rien — eh oui. à rien. & je
                 commence par le cogito. –                       }}
[Transcription de Nicole Caron ]