BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol. 7, folio 913v
[Page entièrement barrée]
XII.
puis  et se tournant vers B. encore un mot
                     content de l'avoir battu, voulut continuer
Puis Pécuchet
voulut expliquer le Devenir Hégélien
Puisque
– L'existence du monde n'est qu'un écoulement un flux perpétuel, un
                    & ininterrompu
passage alterné de la vie à la mort de la vie à la mort & dela mort à la vie
Rien n'est                      rien n'est
loin – que tout soit – rien n'est. mais tout devient. Donc il faut chercher
l'unité des choses dans leur devenir. qui ce devenir qui les transforme & les 
conserve, tout en les détruisant. or si le devenir forme tout ce qu'il y a
de vérité                                         comprends-tu ?
— Oui je comprends ou plutôt je ne comprends pas : Hegel a raison & il a tort
aussi – Ce qui est bien* Hégélien, cela [illis.] mène* au néant
Car l'idéalisme qu qu'il
celui de Spinosa, de
Berkeley ou de Hegel

fût               par le négation   à la fin   impatientait
l'idéalisme
, en niant la personnalité, exaspérait Bouvard – Le ton
                                  toujours
                 
[illis.]                                     je n'en veux plus je n'en parle 
supérieur de Pécuchet aussi.
         Finissons une fois pr toutes & je n'en veux plus je n'en parle plus.
mais
[illis.]
— Finissons-en, une fois pr toutesJe me résume*.
résumons* à             le fameux cogito. le «                                                    pas
Je [illis.] en commençant/cer par le cogito. Je pense donc je suis ! Prquoi aussi bien
                                                                            la
je bois ou je respire [ actes dont j'ai autant de conscience que de ma pensée ]. – & avant*
                                 être                                   l'existence                     préci en quoi consiste
pr de conclure notre existence de notre pensée, nous devrions savoir ce que c'est qu'être
                        l'existence                                                                    tout d'abord
& que penser
L'être & la Pensée
                nous                                                                                              &
         Mais on prend les idées des choses pr les choses elles-mêmes, la forme de notre
esprit pr les lois de la nature [ & la manière dont nous nous représentons
       objets
les choses pr la permanence
de ces lois ]
                       Les sciences,  [illis.], nous donnent d/ces lois. mais pas un [illis.] n'est
[illis.]. toutes ont recours à des moyens ont fait des hypothèses – on veut
                                                       au moyen de mots que l'on
on veut expliquer ce qu'on n'entend fort peu par ce qu'on n'entend pas du tout.
                                                                                   autant
Force substance étendue pensée, force & matière, abstractions, c'est-à-dire qualités
                                                                                               ou d'imaginations
en
qu'on
quand on
occultes qui n'expliquent rien puisque nous les considérons comme distinctes de la
subtilise                                                 en ayant          quelconque
faire de l'unité organique de l'Homme une virtualité, qu'on appellera âme, esprit
                                                                           on fait
raison, c'est ne rien expliquer du tout. c'est faire d'un abst terme abstrait
[illis.] ou*                                         voilà tout
une enti métaphysique, rien de plus.        on en fait le croit un être, quand
                                                                         l'on a [illis.]
L'infini autre mot, qui n'a pas de sens, & dont on fait un un être tandis qu'il
                                                                    puissance [illis.]                                                              
actuellemt son domaine
[illis.]
son 
[illis.] est restreinte
mais
                               
de plus en plus
.
d'ailleurs        
et je n'en vois pas
d  l'utilité.
                                                              puiss
[illis.]
 exprime tout bonnement. la faculté qu'a notre esprit d'ajouter sans cesse –
quant à Dieu, impossible de savoir comment il est, ni même s'il est. Autrefois
                                                      pestes                                    {{         [illis.]
il causait le vent, la foudre, les maladies & les révolutions. – mais [illis.]
                                                  à l'organique x  x  x
le passage de l'état inorganique ne présentera rien de plus surnaturel que
l'évolution du gland, de la cellule ou de l'œuf. – & Dieu sera reconnu
comme inutile.  }}
                                        dans 
— Eh bien ? & la morale tout cela ?  
— Ah ! qu'elle s'arrange !
[Transcription de Nicole Caron ]