BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol. 7, folio 917v
XII.
— Comprends-tu (le devenir).
          le ton supérieur
justifier la supériorité de ce
qui suit                                   
— oui je comprends ou plutôt je ne comprends pas. Hegel a raison & il a tort aussi – ce qui
est bien Hégélien, cela ! »
                                                                        les idéalismes qui nient*
arrivés à un gd état de
démoralisation.
                         Car Bouvard était exaspéré. cette nég négation de la personnalité en général
(qui comprenait la sienne) par tous les idéalismes, ne lui allait aucunement. – son gros
jaloux de la supériorité
de P.
bon sens était choqué. – Le curé Meslier. – & il établit un Nihilisme soigné.
Finissons-en ! une fois pr
toutes.                                 
« je me résume, à commencer par le cogito ! Je pense donc, je suis ! – Prquoi pas
                                          acte dont j'ai autant connaissance que de ma pensée
aussi bien je mange ou je respire. Pr conclure notre existence de notre pensée
                                                      mais    
                                                         & voilà le fondemt de la certitude !     si*
nous devrions savoir premièrement ce que c'est qu'être & que penser ! La 
connaissance que nous avons de nous-mêmes nous assure la connaissance de Dieu – et
c'est Dieu qui nous octroie la connaissance de nous-mêmes ! quelle cela s'appelle
comprendre                       
expliquer l'incompréhensible
& d'expliquer ce qu'on entend
fort peu, au moyen de
ce qu'on n'entend pas du tout
une pétition de principes, mon bon !
      regarde*/prend
on considère les choses idées que nous avons des choses, comme les choses elles-mêmes
                                                                                                                & la manière dont nous
mais c'est une hypothèse*.                                                                         nous représentons
on prend les formes         notre esprit                                                                les choses
Ψ. je les sciences, soi-disant
nous [illis.]
mais les sciences pas
[illis.] . .  hypothèses 
nous prenons les lois de la raison pr les lois de la nature                      les choses pr la
mais qui m'assure de l'esprit.enfin [illis.]                                            permanence de ces lois
                                                                la rage des abstractions                                               Ψ
                          de ces lois
La Permanence n'est que la manière dont nous nous représentons les choses
                                              elle-même                                      les
tout vient de la
rage des
Le mouvement & la force ne sont que des abstractions. l'abstraction/s sont le
abstractions.
N*   la substance, l'étendue, la
pensée ne sont que des abstractions
la
        
réalité
. force,f*/ la matière
& les matérialistes aussi font
des abstractions avec les mots
force, matière.

néant. Les abstractions de quantité & de mesure sont des vérités d'expérience fixées
                                                                                                 n'expliquent
par des signes verbaux = des qualités qui occultes qui n'expriment rien puisque
nous les considérons comme distincts de la figure & de toute qualité sensible.
          L'univers l'âme   Spinoza lui mê* qui se moque des entités scolastiques ne s'aperçoit pas que   M
                                         les matérialistes aussi.
{{   – les sciences, pas plus vraies que le reste – – pas une de solide. toutes ont recours
à des moyens artificiels, à des hypothèses.
sont des
abstractions
        L'univers, l'âme et Dieu sont de simples idées. & nous savons ce qu'elles valent
les idées !
                         avant l'existence de l'hom le m l'oiseau, le reptile, l'amphibie le poisson, le
& nous savons
ce qu'[illis.]
l'[illis.].
qualités occultes
q
                         mollusque auraient pu se déclarer  causes finales de l'univers  }}
Causes finales
         subtiliser                       de        l'homme en
âme
  Faire de l'unité organique appelée âme une virtualité, quelconque, appelée âme
esprit raison*, c'est ne rien expliquer du tout. c'est faire d'un terme abstrait une entité
métaphysique, un être
                     qui n'a pas de sens et dont
L'infini
mot inoffensif ne renfermant aucun mystère – de ce substantif on
a fait une essence, un être – & le mot suivant Hobbes n'a aucun sens – il exprime
                                                esprit
seulemt la faculté de notre entendement, d'ajouter sans cesse
                                                                                    1
          nous ne pouvons savoir ni, s'il est, ni commt il est.
ni même s'il est.
Dieu
. Son [illis.] présente apparaîtra aussi claire que son [illis.] passée.– autrefois
                                                                                           ext*
                                                                         choses alors surnaturelles     l'état

il causait, le vent la foudre, les maladies, les révolutions. Le passage de l'inorganique
à l'organique, à l'état végétal ou vivant, ne présentera rien de plus surnaturel
                                                                 & Dieu sera reconnu inutile.
que l'évolution du gland, de la cellule ou de l'œuf [ quand il faut que les sciences
                                 soient avancées. il est vrai que les sciences ne sont pas plus
                                                                                                 vraies.
[Transcription de Nicole Caron ]