BOUVARD ET PÉCUCHET
PLANS ET SCÉNARIOS : Tableau génétique | Hors tableau || BROUILLONS : Tableau génétique
Afficher un folio
Chargement de l'image en cours ...
Bouvard et Pécuchet - Brouillons, vol. 7, folio 926v
[Page entièrement barrée]
XI.
                                     & la perpétuité
[ la mort est la condition de la vie. –] partout la différence & partout l'identité
                                                                                                        d'union
                                       principe de                           un autre de rapprochemt
partout dans l'être une tendance à la diversion & partout un principe qui
                                                    & un principe de cohésion   de [illis.]
l'enchaîne à l'unité.
finir
pr continuer
devant lui
Ils étaient sur le vignot &                    le long    grille  [illis.]                        à la main
            
À ce moment le curé passait derrière la clairvoie. avec son bréviaire
   Pécuchet l'invita            curieux de            [illis.]                                     le
Il eut l'idée de l'appeler pr continuer la [illis.] l'exposition de Hegel. – & voir
                   le pria d'entrer désirant poursuivre  un peu –      ce qu'il dirait –  
                                              en*
                                              après                             devant lui aborda
       L'h. à la soutane après les premières politesses.                                 devant lui [illis.]
L'ecclésiast. vint s'asseoir près d'eux. & les politesses échangées P. tournant le  [illis.]
& bientôt               bientôt                                              l'aime*
et Pécuchet aborda                                — « Je l'admire surtout
— « j'admire le christianisme parce qu'il a compris cette gde vérité : la Nature n'est
[illis.]
prônant un dieu*
[illis.]                                       pr avoir [illis.]/compris    que
qu'un moment de l'idée. »                     bien* établi  cette vérité
            murmura stupéfait         
                                 [illis.] « un moment de l'idée.
une manière de monter
jusqu'à l'esprit
L'abbé répéta tout surpris « un moment de l'idée ?
                                   parvenir
— oui ! un degré pr atteindre* jusqu'à l'esprit ?
— « Mais oui                prenant                                         nous a







oui  Dieu en revêtant une enveloppe visible, a montré son union consubstantielle
avec elle.
                               —                          ah ! non.
consubstantielle avec la Nature. permettez !            
                                                                 ah ! ah ! »
Il s'est soumis (Jésus) *à toutes* les conditions qui sont inhérentes à son essence & à
son idée.
ne blasphémez pas » dit
gravemt le prêtre  s'il est
                                    mort
Le curé : « essence de quoi, idée de quoi. —  Par son [illis.]
Je dis                                                         signifié         par cette    à [illis.]
— essence de l'idée de Nature ! Il a rendu témoignage sa mort l'essence 
            de la mort
— Le prêtre
mais non !
divine la de la mort. – car s'il est mort, c'est qu'il pouvait mourir
donc la mort était virtuellemt en lui, en Dieu, faisait & fait partie de Dieu.
                                                                                                   de Jésus
— c'était pr sauver le
genre humain. il s'est
offert en holocauste. il a
Je vous arrête » dit
Pécuchet
subi volontairemt
les douleurs
— je vous arrête » dit Pécuchet
— Le curé dit qu'il fallait s'en tenir au dogmeLa mort du sauveur est un sacrifice
                              &/notre Seigneur s'est offert en sacrifice il a subi volontairem
pr sauver le genre humain. il s'est infligé les douleurs de la Passion & de la mort.
  voilà bien
    [illis.] l'erreur commune   la mort                                                          c'est différent 
Mais au lieu de la considérer en elle-même, & relativement aux choses vous la considérez
vous                                                     [illis.] mais
vous
 considérez la mort                      [illis.]
dans l'individu où est elle est un mal, parbleu ! L'erreur provient d'un antagonisme
toujours               d'abord
illégitime. on croit que l'Esprit | peut subsister | sans la Nature & ensuite on
                                                               sans                                                elle   [illis.]
conçoit Dieu comme un esprit n'ayant aucun rapport interne avec la naturemais
                                                                                               intime
ne séparez donc pas la matière de l'esprit.
     cependant, objecta le prêtre  le créateur
— Mais au commencemt quand Dieu a créé
                                                                elle est éternelle
— Mais il n'y a pas eu de création. elle est de toute éternité puisqu'elle a
                          toujours
toujours existé dans la pensée de Dieu. Autrement ce serait un être nouveau
                                        de Dieu
s'ajoutant à la pensée divine. – ce qui est abl absurde »
                                    des affaires l'appelant  un
      Le curé se leva, . il n'avait pas le temps – autre jour, il reprendrait
la conversation. & il s'en vac'est* – – – –
                           & ayant remis son tricorne     reprit et tira 
                                                                             [illis.] sa poche son
P. « il ne comprend pas l'idée.                           petit bréviaire
                                                       il descendit le vignot         & s'éloigna
                                                                                et disparut dans
                                                    ne comprend pas            la campagne
dit
 — encore un » dit P. « qui n'entend goutte à l'idée
[Transcription de Nicole Caron ]