Qui était Flaubert ?
Œuvres
Manuscrits
Labo Flaubert
Critique
Traductions
Médiations
Ateliers
Christèle Couleau

Christèle Couleau

Rédactrice

Christèle Couleau est maîtresse de conférences en Littérature française à l’Université Sorbonne Paris Nord, où elle est rattachée au laboratoire Pléiade et coresponsable d’un axe de recherche consacré aux plurimédialités. Elle y a codirigé pendant dix ans la revue en ligne Itinéraires. Elle fait partie du Groupe international de recherche balzacienne, et de la Société des études romantiques et dix-neuviémistes. Son terrain de recherche privilégié est celui des poétiques romanesques, qu’elle a étudiées notamment chez Balzac, Flaubert et Jules Verne, et dans des corpus contemporains. Elle s’intéresse plus généralement aux effets de discours, d’auctorialité et de légitimation, dans les récits, ou dans d’autres univers, notamment numériques.

Liste de publications

Ouvrages

Balzac. Le roman de l’autorité. Un discours auctorial entre sérieux et ironie, Paris, Champion, « Romantisme et modernités », 98, 2007, 855 p.

Premières leçons sur Illusions perdues, un roman d’apprentissage, Paris, Presses universitaires de France, « Major », 1996, 120 p.

Direction de collectifs et numéros de revues

Vivre vite, actes du congrès de la SERD organisé à la Fondation Singer-Polignac en octobre 2021, coordonnés par Claire Barel-Moisan, Jean-Claude Caron et Christèle Couleau, à paraître en ligne en 2022.

Ethos numériques, numéro coordonné par Christèle Couleau, Oriane Deseilligny et Pascale Hellégouarc’h, revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2015, 3 (2016), https://doi.org/10.4000/itineraires.2953.

Les Blogs : écritures d’un nouveau genre ?, numéro coordonné par Christèle Couleau et Pascale Hellégouarc’h, revue Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2010, 2 (Comité de lecture dirigé par Anne Tomiche et Pierre Zobermann), Paris, L’Harmattan, juin 2010, https://doi.org/10.4000/itineraires.1916.

Balzac, l’aventure analytique, actes du séminaire Balzac 2006-2007 et des journées d’étude des 20 et 21 juin 2007 (GIRB, Paris 7), réunis par Claire Barel-Moisan et Christèle Couleau, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot éditeur, 2009, 272 p.

Signe, déchiffrement, interprétation, actes du séminaire interdisciplinaire (2002-2007), sous la direction de Christèle Couleau et Andrea Del Lungo, publiés en ligne en 2007 dans l’espace « Colloques » du site internet Fabula : https://www.fabula.org/colloques/sommaire823.php.

Articles publiés dans des revues

« Le présent comme passé du futur », Belphégor, dossier coordonné par Claire Barel-Moisan et Matthieu Letourneux, Les Temps de l’anticipation, à paraître.

« Modélisation 3D : Balzac, Houellebecq, Despentes », L’Année balzacienne, dossier coordonné par André Vanoncini, Balzac et la pluralité des mondes, Paris, Presses universitaires de France, 2020, p. 271-288.

« Is science a foil », Almagest, numéro coordonné par George Vlahakis, Science and literature, volume 10, issue 1, 2019, p. 78-90.

« La Cousine Bette : le feuilleton des passions », L’Année balzacienne, dossier coordonné par Nathalie Preiss, Passionnément Bette, Presses universitaires de France, 2018, p. 213-229.

« Human Inside », Cahiers de l’Herne, dirigé par Agathe Lechevalier, Houellebecq, janvier 2016, p. 339-372.

« Le pantographe, ou la société à géométrie variable », Revue des Sciences humaines, sous la direction de José-Luis Diaz, Balzac et l’homme social, no 323, 3/2016, p. 69-84.

« Que devient l’ethos en régime numérique ? » (en collaboration avec Oriane Deseilligny et Pascale Hellégouarc’h), Itinéraires [en ligne], 2015-3, mis en ligne le 1er juillet 2016, https://doi.org/10.4000/itineraires.3175.

« Tentatives d’évasion ? Jules Verne, des topoï réalistes à la recherche d’un genre nouveau », Nineteenth-Century French Studies, no 43.3-4, Spring-Summer 2015, p. 178-193.

« Introduction » (en collaboration avec Pascale Hellégouarc’h), Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2010, 2, Les Blogs : écritures d’un nouveau genre ?, Paris, L’Harmattan, juin 2010, p. 12-17, https://doi.org/10.4000/itineraires.1921.

« Se donner un genre : pour une poétique du blog », Itinéraires. Littérature, textes, cultures, 2010, no 2 : Les Blogs : écritures d’un nouveau genre ?, Paris, L’Harmattan, juin 2010, p. 177-190, https://doi.org/10.4000/itineraires.2082.

« La Comédie humaine, une arborescence romanesque », dans Cycle et collection, actes du colloque organisé par le CENEL à l’université Paris 13, du 22 au 24 novembre 2006 (responsables : Vincent Ferré et Christophe Pradeau), publiés dans la revue Itinéraires, vol. 41, Paris, L’Harmattan, 2008, p. 45-56.

« “Qui sait ?” Faire savoir et faire croire dans les romans de Jules Verne », Romanesques, numéro hors série : Jules Verne ou les inventions romanesques, actes du colloque organisé par le CERR et le CERCLL (Amiens, 19-21 octobre 2005), édités par Alain Schaffner et Christophe Reffait, Amiens, Encrage Université, octobre 2007, p. 51-65.

« Penser et raconter : l’inscription du discours philosophique dans les romans de Balzac et Hugo », L’Année balzacienne, no 7 : Balzac et le roman philosophique, actes du colloque organisé par le Groupe d’Études Balzaciennes et le centre de recherches « Études balzaciennes » de Paris 4 les 20-21 mai 2005, Paris, PUF, 2006, p. 143-159.

« Le ruban de Möbius (note sur Mulholland Drive) », La Voix du regard, no 15 : L’Obscène, acte ou image ?, automne 2002, p. 238-247.

« Chronique d’une rupture annoncée. Sur Comment je me suis disputé d’Arnaud Desplechin », La Voix du regard, no 11 : Commencer/Finir, printemps 1998, p. 33-43.

« Variations autour de l’exposition théâtrale. Sur l’incipit du Mariage de Figaro », La Voix du regard, no 11 : Commencer/Finir, printemps 1998, p. 12-17.

« Balzac interactif ou la virtualisation du sens », La Voix du regard, no 10 : Aux frontières du virtuel, printemps 1997, p. 111-116.

« De l’hypothèse à l’image : la représentation du virtuel au cinéma », La Voix du regard, no 10 : Aux frontières du virtuel, printemps 1997, p. 128-137.

« L’œuvre de chair : Incarnation et sensualité dans le Frankenstein de Kenneth Branagh », La Voix du regard, no 9 : Voyage au centre de la chair, printemps 1996, p. 96-104.

« Ophélie dévorée, note sur les monstres marins », La Voix du Regard, nos 7-8 : Fenêtres sur mer, février 1995, p. 70-74.

« Stéphane, un héros de notre temps ? Note sur l’adaptation cinématographique du roman de Lermontov par Claude Sautet dans Un Cœur en hiver », La Voix du Regard, nos 5-6, printemps 1993, p. 56-58.

« Amers – sur Lunes de fiel, de Pascal Bruckner », La Voix du Regard, nos 5-6, printemps 1993, p. 113-122.

« Le commentaire ou le regard induit – texte et peinture », La Voix du Regard, no 4, février 1992, p. 41-45.

« Le partage des titres – problèmes de traduction », La Voix du Regard, no 4, février 1992, p. 61-62.

Articles dans des ouvrages collectifs

« Balzac, Flaubert et le prix Montyon », dans Le Choix d’Hercule. Morales du premier XIXe siècle, sous la direction de Christophe Pradeau, Myriam Roman, Sophie Vanden Abeele, Paris, Presses Universitaires de Paris Sorbonne, à paraître.

« Miroirs concentriques. Houellebecq lecteur de Balzac », dans Histoires de lecture / Storie di lettura, dirigé par Patrizia Oppici, à paraître aux Presses universitaires de Macerata.

« Angere et docere. Savoirs et catastrophes dans le roman d’anticipation scientifique », dans Le Roman des possibles, sous la direction de Claire Barel-Moisan et Jean-François Chassay, Éditions de l’université de Montréal, 2019, p. 85-100.

« Des paroles à triple dard : Les discordances du discours auctorial dans Le Cousin Pons », dans Honoré de Balzac, Le Cousin Pons, ouvrage collectif dirigé par Aude Déruelle, Presses universitaires de Rennes, 2018, p. 51-65.

*« Michel Houellebecq et Balzac – Au milieu du monde », dans Balzac contemporain, sous la direction de Chantal Massol, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 65-90.

« Paul de Kock, le choix du lisible », dans Lectures de Paul de Kock, sous la direction de Florence Fix et Marie-Ange Fougère, Éditions universitaires de Dijon, 2011, p. 117-131.

« Introduction » à Balzac l’aventure analytique (en collaboration avec Claire Barel-Moisan), actes du séminaire Balzac 2006-2007 et des journées d’étude des 20 et 21 juin 2007 (GIRB, Paris 7), publiés sous la direction de Claire Barel-Moisan et Christèle Couleau, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot éditeur, 2009, p. 5-13.

« Éloge et pouvoir de l’Absent. Sur Lost Highway et Mulholland Drive de David Lynch », dans Figures paradoxales de l’auteur, sous la direction de Chantal Massol, Université Grenoble III, Recherches et travaux, no 64, 2004, p. 229-242.

« L’ironie balzacienne ou le roman au second degré », dans Ironies balzaciennes, sous la direction d’Éric Bordas, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot éditeur, 2003, p. 207-224.

« Paysageur, inventeur de mondes », dans Christian Gardair, Paysageur, dir. Michel Collot et alii, Libourne, Lis33, 2001, p. 10-11.

Articles dans des actes de colloques

« Mode et culture : la fabrique des héroïnes », en collaboration avec Oriane Deseilligny, dans Médiations de la mode, actes du colloque organisé par le GRIPIC/CELSA, Sorbonne université, sous la direction de Pauline Escande-Gauquié et Valérie Jeanne-Perrier, Éditions Academia, « Extensions sémiotiques », 2021.

« Des raisons d’agir aux raisons de lire : la complexité de la médiation narratoriale chez Balzac », dans Raisons d’agir : les passions et les intérêts dans le roman français du XIXe siècle, actes du colloque organisé par le CELLF, Sorbonne Université, sous la direction de Boris Lyon-Caen, Fabula / Les colloques, 2020, http://www.fabula.org/colloques/ document6703.php.

« (R)évolutions – l’Histoire vue de l’intérieur », dans Relire Mauprat, actes du colloque d’agrégation, sous la direction de Fabienne Bercégol, Didier Philippot et Éléonore Reverzy, Paris, Classiques Garnier, 2020, p. 331-348.

*« Comment se porte la littérature ? Le cas de Balzac Paris » (en collaboration avec Oriane Deseilligny), dans Objets insignes, objets infâmes de la littérature, dirigé par Marie-Ève Thérenty et Adeline Wrona, Paris, Éditions des archives contemporaines, 2019, p. 83-96.

« Lire, c’est penser peut-être à deux ? De la fiction à la réflexion – la lecture entre modélisation et modalisation », dans Balzac penseur, actes du colloque international organisé à l’université de Rome Sapienza, dirigé par Francesco Spandri, Paris, Classiques Garnier, 2019, p. 315-330.

« Sublime et grotesque : le guidage émotionnel du lecteur », dans Relire le Cousin Pons, actes du colloque d’agrégation, sous la direction d’Éléonore Reverzy et Pierre Glaudes, Paris, Classiques Garnier, 2018, p. 159-176.

« “Les âmes moyennes”. De la trivialité comme poétique romanesque », dans L’Unité de l’œuvre de Michel Houellebecq, actes du colloque international organisé à l’université d’Aix-Marseille du 3 au 5 mai 2012, publiés sous la direction de Bruno Viard, Paris, Classiques Garnier, 2013, p. 13-26.

« Le roman à crédit. Émergence et dissolution du discours auctorial – 1830-1850 », communication dans le cadre du 5e Congrès des Franco-romanistes, « Sprachen, Literaturen, Kontakt, Kulturen », organisé par Dorothee Röseberg à l’université Martin-Luther, Halle/Wittenberg, 26-29 septembre 2006 (atelier « Autorité narrative et poétique du récit » organisé par Daniel Bengsch et Florence de Chalonge).

« Les animaux sont-ils des personnages comme les autres ? », dans La Comédie animale. Le bestiaire balzacien, actes de la journée d’étude du 6 juin 2009, organisée par le GIRB à la Maison de Balzac, publiés en ligne sous la direction d’Aude Déruelle en juin 2011, http://balzac.cerilac.univ-paris-diderot.fr/wa_files/Bestiaire-Couleau.pdf.

« Faire autorité : une ambition romanesque », dans L’Autorité en littérature, actes du colloque organisé par le Groupe Phi et le CELAM (université Rennes 2, 16-18 octobre 2008), publiés sous la direction d’Emmanuel Bouju, Presses universitaires de Rennes, « Interférences », 2010, p. 73-84.

« Illusions perdues : faire l’expérience du savoir, de Balzac à Flaubert », dans Madame Bovary et les savoirs, actes du colloque international organisé par les équipes « Poétique, génétique et informatique du texte littéraire » (université Paris III) et « Littératures, savoirs et arts » (université de Marne-la-Vallée), du 16 au 18 novembre 2006, publiés sous la direction de Gisèle Sésinger et Pierre-Louis Rey, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2009, p. 113-122.

« Paris, vu de la province – un topos du roman au XIXe siècle », communication réalisée lors du 3e Congrès de la Société des Études romantiques, 7-9 juin 2007, intitulé La Vie parisienne, organisé par José-Luis Diaz et Philippe Hamon, actes publiés en ligne sous la direction d’Aude Déruelle et José-Luis Diaz, 2008, http://etudes-romantiques.ish-lyon.cnrs.fr/vieparisienne.html.

« Suivez le guide ! Le commentaire esthétique du romanesque dans le récit balzacien », dans Romantismes, l’acte esthétique, actes du 2e Congrès de la Société des Études romantiques (organisé par l’Université de Caen et Paris X, du 26 au 28 mai 2005), publiés sous la direction de Jean-Louis Cabanès, Paris, Presses universitaires de Paris 10, 2009.

« Stigmates – du signe symbolique au signal narratif », dans Le Roman du Signe, Fiction et herméneutique au XIXe siècle, actes publiés sous la direction d’Andrea Del Lungo et Boris Lyon-Caen, Presses universitaires de Vincennes, « Essais et savoirs », 2007, p. 159-176.

« Les personnages génériques de La Comédie humaine », dans Balzac et la crise des identités, actes du séminaire Balzac de Paris 7, publiés sous la direction d’Emmanuelle Cullmann, José-Luis Diaz et Boris Lyon-Caen, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot éditeur, 2005, p. 73-86.

« Le discours géographe », dans Balzac géographe. Territoires, actes du colloque organisé par le GIRB et l’université de Tours (5-6 juin 2003) publiés sous la direction de Philippe Dufour et Nicole Mozet, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot éditeur, « Balzac », 2004, p. 65-74.

« Quand le roman parle à son lecteur. Stratégies du discours auctorial chez Balzac, Dumas, Stendhal », dans Stendhal, Balzac, Dumas : un récit romantique ?, sous la direction de Chantal Massol et Marie-Rose Corredor, (actes du colloque international de Grenoble III, novembre 2001), Presses universitaires du Mirail, « Cribles », 2004, p. 219-232.

« Sur la notion d’auteur induit », dans Penser avec Balzac (actes du colloque organisé par le Groupe International de Recherche Balzacienne, Cerisy-la-Salle, juin 2000), édité par Isabelle Tournier et José-Luis Diaz, Saint-Cyr-sur-Loire, Christian Pirot éditeur, 2003, p. 283-292.

« Parole utile, parole futile. La rhétorique auctoriale face aux discours du monde (à propos d’Illusions perdues) », dans Spectacles de la parole, actes du séminaire de l’unité de recherche LIRE, « Histoire, idéologies, représentations aux XVIIIe et XIXe siècles », université de Saint-Étienne, année 2001-2002), édités par Hélène Millot et Corinne Saminadayar-Perrin, Éditions Les Cahiers intempestifs, « Lieux littéraires », 2003, p. 291-318.

« “La voix de son maître” : la construction du lecteur par le discours auctorial dans Les Études de mœurs de Balzac », dans La Voix narrative (actes du 6e colloque international organisé par le Centre de Narratologie Appliquée de l’université de Nice, avril 2000), édité par Jean-Louis Brau, Cahiers de Narratologie, no 10, 2001, tome 2, p. 197-205.

« L’ironie, principe de réversibilité du récit », dans Envers balzaciens (actes des journées d’étude organisées à Bordeaux par Alexandre Péraud, novembre 1999), édité par Andrea Del Lungo et Alexandre Péraud, La Licorne, MSSH de l’université de Poitiers, 2001, p. 151-164.

« Les Études de mœurs de Balzac : une écriture de l’essai ? », dans Écriture et exercice de la pensée (actes du colloque international organisé par le centre de recherche « Textes / Histoire / Langages », université de Caen, février 1999), édité par Carole Dornier, Presses universitaires de Caen, 2001, p. 155-170.

Entretiens

« Écrire vif », entretien avec Alain Damasio, à paraître dans la revue Tête-à-tête, no 12 : Nous vivants, janvier 2022.

« Écrire, c’est regarder son vertige en face », entretien avec Maria Pourchet, en collaboration avec Oriane Deseilligny, dans Tête-à-tête, no 10 : Soyons fous !, novembre 2019, p. 84-99.

« Le geste de filmer est un geste esthétique, ce n’est pas un geste politique », entretien avec Pierre Schoeller, en collaboration avec Jocelyn Maixent, dans Tête-à-tête, no 4 : Images du Pouvoir, mai 2012, p. 56-67.

« Tentatives d’autoportrait en html : Philippe de Jonckheere », entretien en collaboration avec Pascale Hellégouarc’h, dans Genesis, no 32, dir. Françoise Simonet-Tenant, avril 2011.

« La forme brève électrifie la rencontre avec le spectateur », entretien avec Jean Boillot (en collaboration avec Jocelyn Maixent), La Voix du regard, no 17 : Échelles extrêmes, hiver 2004, p. 72-87.

« Il y a peu de différence entre la communication et la propagande », entretien avec Charles Enderlin (en collaboration avec Jocelyn Maixent), La Voix du regard, no 16 : Croire et faire croire, automne 2003.

« Le seul véritable pornographe, c’est le spectateur », entretien avec Bertrand Bonello (en collaboration avec Jocelyn Maixent), La Voix du regard, no 15 : L’Obscène, acte ou image ?, automne 2002, p. 96-107.

« La volonté méchante : un désir de destruction cosmique », entretien avec Denis Duclos (en collaboration avec Altiero Scicchitano, La Voix du regard, no 13 : Les Méchants, automne 2000, p. 17-25.

« Peindre toute la vie cette œuvre qui est la vie », entretien avec Roman Opalka (en collaboration avec l’équipe de la revue), La Voix du regard, no 11 : Commencer/Finir, printemps 1998, p. 91-111.

« Les langues ont commencé, mais la parole jamais », entretien avec Valère Novarina (en collaboration avec Jocelyn Maixent), La Voix du regard, no 11 : Commencer/Finir, printemps 1998, p. 78-90.

« Au commencement, il y a le rythme », entretien avec Christian Gardair (en collaboration avec l’équipe de la revue), La Voix du regard, no 11 : Commencer/Finir, printemps 1998, p. 88-96.

« Sans le virtuel, le monde ne serait pas vivant », entretien avec Pierre Levy (en collaboration avec l’équipe de la revue), La Voix du Regard, no 10 : Aux frontières du virtuel, printemps 1997, p. 52-61.

« Internet et la pensée complexe », entretien avec Edgar Morin (en collaboration avec l’équipe de la revue), La Voix du Regard, no 10 : Aux frontières du virtuel, printemps 1997, p. 106-110.

« Le virtuel est un choc ontologique », entretien avec Philippe Quéau (en collaboration avec l’équipe de la revue), La Voix du Regard, no 10 : Aux frontières du virtuel, printemps 1997, p. 14-22.

« Conversation sur la plage », entretien avec Jean-Didier Urbain (en collaboration avec Jocelyn Maixent), La Voix du Regard, nos 7-8 : Fenêtres sur mer, février 1995, p. 92-99.

Ce site dédié à Flaubert a été fondé en 2001 par Yvan Leclerc, professeur de littérature du XIXe siècle à l’Université de Rouen, qui l'a animé et dirigé pendant vingt ans. La consultation de l’ensemble de ses contenus est libre et gratuite. Il a pour vocation de permettre la lecture en ligne des œuvres, la consultation des manuscrits et de leur transcription, l’accès à une riche documentation, à des publications scientifiques et à des ressources pédagogiques. Il est également conçu comme un outil pédagogique à la disposition des enseignants et des étudiants. La présente version du site a été réalisée en 2021 par la société NoriPyt sous la responsabilité scientifique de François Vanoosthuyse, professeur de littérature du XIXe siècle à l’Université de Rouen Normandie. Les contributeurs au site Flaubert constituent une équipe internationale et pluridisciplinaire de chercheurs.

Menu principal

Qui était Flaubert ?

Autres rubriques


© Flaubert 2022 – Tous droits réservés

Université de Rouen Normandie
IRIHS
CÉRÉdI