Qui était Flaubert ?
Œuvres
Manuscrits
Labo Flaubert
Critique
Traductions
Médiations
Ateliers
Florence Godeau

Florence Godeau

Rédactrice

Florence Godeau, certifiée de Lettres classiques et agrégée de Lettres modernes, habilitée à diriger des recherches en littérature comparée par l’Université Paris Sorbonne, est depuis 2003 Professeur de Littérature générale et comparée à l’Université Jean Moulin-Lyon 3. Elle est membre du CERCC de l’ENS-Lyon (Centre d’Études et de Recherches Comparées sur la Création, EA 1633).
Ses principaux domaines de spécialité sont la poétique comparée des formes narratives au XIXsiècle et au XXsiècle, les poétiques de la réécriture, et les relations entre les arts et la littérature (domaines linguistiques et culturels francophones, germanophones et anglophones).
En 2013, elle a mis en place avec Yvan Leclerc la base de données « Flaubert sans frontières » (ouverte en ligne en 2016) et en a assuré le suivi en co-direction : https://flaubert.univ-rouen.fr/traductions/.

Liste de publications

Ouvrages scientifiques (monographies)

Les Désarrois du moi. À la recherche du temps perdu de M. Proust et Der Mann ohne Eigenschaften de R. Musil, Tübingen, M. Niemeyer Vlg., « Communicatio », 1995, 301 p.

Récits en souffrance. Essai sur « Bartleby » (Herman Melville), « La métamorphose » et « Le terrier » (Franz Kafka), L’Innommable (Samuel Beckett), Paris, Kimé, 2001, 222 p.

Destinées féminines, à l’ombre du Naturalisme, Paris, Desjonquères, 2008, 135 p. ; compte rendu en ligne : http://www.fabula.org/acta/document4698.php.

Direction d’ouvrages ou de revues

Fratries. Frères et sœurs dans la littérature et les arts, de l’Antiquité à nos jours, textes recueillis et présentés par F. Godeau et W. Troubetzkoy, Paris, Kimé, 2003, 661 p.

Et in fabula pictor. Peintres-écrivains au XXe siècle : des fables en marge des tableaux, textes recueillis et présentés par F. Godeau, Paris, Kimé, 2006, 336 p.

Langages (de) frontaliers. La traduction esthétique de situations-limites dans la littérature occidentale (XIXe-XXe siècles), Paris, Kimé, 2013, 292 p.

Vivre comme on lit. Hommages à Philippe Chardin, dir. F. Godeau et S. Humbert-Mougin, Presses universitaires François Rabelais, « Perspectives littéraires », 2018, 534 p.

Constructions comparées de la mémoire. Littérature et cinéma post-traumatiques des années 1980 à nos jours, dir. I. Bleton, F. Godeau, F. Dumontet et M. C. Coelho Ferreira, Paris, Hermann, « Échanges littéraires », 2018, 309 p.

Revue Flaubert, no 17, dir. Y. Leclerc et F. Godeau, 2018 : http://flaubert.univ-rouen.fr/revue/sommaire.php?id=19.

Le symptôme Bartleby, ou le travail réticent, dir. E. Dayre, F. Godeau, E. Hamraoui, Paris, Kimé, 2020.

D’après Flaubert, dir. E. Dayre, F. Godeau, Paris, Kimé, 2021.

Ouvrages de vulgarisation (ou chapitres de ces ouvrages)

Chapitre consacré à « Un amour de Swann » dans Puissances de l’imagination, Paris, Bréal, 2006, p. 99-134. [ouvrage destiné aux étudiants des classes préparatoires scientifiques].

Poétiques du récit d’enfance (Benjamin, Nabokov, Sarraute), Paris, PUF/CNED, 2012.

Romans de la fin d’un monde, Paris, Atlande, « Clefs Concours – Littérature comparée », 2014 ; coordination de l’ouvrage, rédaction de la partie « synthèses » ainsi que des pages concernant Le Temps retrouvé de M. Proust. Autres contributeurs : Carole Matheron (pour Joseph Roth) et Lise Bossi (pour Giuseppe Tomasi di Lampedusa)

Fictions animales, Paris, Atlande, « Clefs Concours – Littérature comparée », 2021 (rédaction des parties consacrées à « La Métamorphose » et « Un rapport pour une académie » de Franz Kafka).

Contributions à des revues, articles publiés dans des ouvrages collectifs

« Der Mann ohne Eigenschaften et À la recherche du temps perdu : la relation à l’écriture », Musil-Forum, Revue du Centre de recherches autrichiennes de l’Université de la Sarre, nos 19-20, Jahrgang 1993-1994, p. 208-213.

« Fictions d’amour » (Tolstoï, Svevo et Proust), Revue Op. cit., Publications de l’Université de Pau, no 7, novembre 1996, p. 283-293.

« L’amour-jalousie chez Proust », L’Information littéraire, Paris, no 4, septembre-octobre 1996, p. 3-12. (« Bibliographie sélective pour Un amour de Swann », p. 39-41).

« Les vaines espérances : la faillite des valeurs héroïques dans L’Éducation sentimentale (1869) et La Marche de Radetzky (1932) », Roman 20-50, no 26, décembre 1998, p. 145-156.

« Der Sandmann : une poétique du leurre », Revue Op. cit., Publications de l’Université de Pau, no 13, 1999, p. 301-312.

« Métatextualité et crise de la représentation : la figure de l’épanorthose dans Der Bau (“Le terrier”) de F. Kafka et L’Innommable de S. Beckett », Narratologie, no spécial La Métatextualité, Université de Nice-Sophia Antipolis, no 3, 2000, p. 137-148.

« Lenteur et “récit de pensées” chez Proust et Musil », La Manchette. La lenteur, Revue de littérature comparée, Université Paul Valéry, Montpellier, no 1, printemps 2000, p. 137-157.

« Tentatives pour aimer un monstre : Rachel et l’Infamilier. Épreuve de l’hospitalité dans L’Homme sans qualités de Robert Musil », dans Le Don d’hospitalité. De l’échange à l’oblation, dir. V. Deshoulières et D. Perrot, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2001, p. 199-211.

« L’autobiographie », dans Les Grands Genres littéraires, dir. D. Mortier, Paris, Champion, « Unichamp-Essentiel », 2001, p. 75-87.

« Temps intimes (Valery Larbaud, Virginia Woolf, Arthur Schnitzler) », Méthode !, Billière, Éditions de Vallongues, no 1, 2001, p. 281-296.

« Août-septembre 1939 : le sismographe des écrits intimes (V. Woolf, T. Mann, R. Musil », 1939 dans les lettres et les arts, essais offerts à Yves Chevrel, Paris, PUF, 2001, p. 31-39.

« “Der Bau” de F. Kafka et L’Innommable de S. Beckett : êtres en mal d’aîtres », Endlessness in the Year 2000 / Fin sans fin en l’an 2000, Samuel Beckett Today / Aujourd’hui, dir. A. Moorjani et C. Veits, vol. 11, Amsterdam/New-York, Rodopi, 2001, p. 84-91.

« Portraits de Narcisses en jeunes filles (Valery Larbaud, Virginia Woolf, Arthur Schnitzler), Agora, Revue d’études littéraires, Cluj, Editura Napocastar, no 3, janvier-juillet 2002, p. 24-37.

« Écriture du piège et pièges de l’écriture. “Le terrier” de F. Kafka et L’Innommable de S. Beckett », La Manchette. Le piège, Université Paul Valéry, Montpellier, no 2, 2002, p. 153-168.

« Molloy aux mille tours », Samuel Beckett Today / Aujourd’hui, Pastiches, Parodies & other Imitations / Pastiches, Parodies & autres Imitations, vol. 12, Amsterdam/New York, Rodopi, 2002, p. 71-80.

« Marguerite Duras, Robert Musil : la lectrice et l’écrivain », Musil-Forum, nos 23-24, Jahrgang 1997-1998, Université de la Sarre, janvier 2003, p. 59-72.

« Nuremberg, New-York, Paris. Stations d’un parcours erratique, de Melville à Georges Perec », Agora, Revue d’études littéraires, Cluj, Editura Napocastar, juillet-décembre 2002, no 4, no spécial « Perec », 2003, p. 45-62.

« De l’exil intérieur au déni de l’histoire dans le roman moderne des années vingt », dans À la recherche de l’Austriacité. Mélanges en l’honneur de Gilbert Ravy, dir. Paul Pasteur et Christine Mondon, Centre d’études et de recherches autrichiennes, Publications de l’Université de Rouen, « Österreichische Nationalbibliothek. Bildarchiv », p. 107-120.

« Éros picaresque, fils de Nécessité et d’Expédient. Une lecture croisée de Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Céline, Invisible Man de Ralph Ellison et Die Blechtrommel de Günter Grass », Méthode !, no 5 (Agrégations de lettres 2004), Billère, Vallongues, 2003, p. 289-307.

« Peindre l’éphémère. Marcel Proust, Virginia Woolf », dans Proust et les images. Peinture, photographie, cinéma, vidéo, dir. Jean Cléder et Jean-Pierre Montier, « Aesthetica », Presses Universitaires de Rennes, 2003, p. 39-49.

« Pourquoi deux ? », Europe, no 923, Franz Kafka, mars 2006, p. 49-62.

« Narratologie comparée », La Recherche en littérature générale et comparée en France en 2007, SFLGC-CAMÉLIA, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007, p. 253-261.

« O cume e o abismo: paisagem e poética do excesso em Pierre, ou las ambigüitas, de Herman Melville », Tempo Brasileiro, no 169, Os significados do excesso, São Paulo – Brésil, avril-juin 2007, p. 97-108 (Volume consacré à « L’excès, une catégorie européenne en Amérique » ; n. b. : article non traduit par nous ; titre original : « La cime et le gouffre : poétique du paysage et réflexion métaphysique dans l’imaginaire melvillien »).

« Muettes rencontres de deux sommités : Marcel Proust, Robert Musil », Bulletin d’Informations Proustiennes, no 38, 2008, p. 143-150.

« Mémoire littéraire, imaginaire paysageant : l’exemple des lectures “proustiennes” du paysage », Les Cahiers de la Compagnie du Paysage, no 5, Paysage visible, paysage invisible : la construction poétique du lieu, dir. Odile Marcel, Seyssel, Champ Vallon, 2008, p. 113-123.

« Figures d’exclus, figures exclues chez Franz Kafka et Samuel Beckett », SBT/A no 20, Des éléments aux traces / Elements and Traces, Amsterdam/New-York, Rodopi, 2009, p. 347-358.

« La promenade au bord de la mer : variations sur un topos littéraire au tournant des XIXe et XXe siècles en Europe », Carnets I, La mer… dans tous ses états, Revue électronique d’études françaises, janvier 2009, p. 117-129 (http://www.apef.org.pt/carnets/2009/godeau.pdf ; ISSN 1646-7698)

« La “notion imaginaire de loi” dans L’Homme sans qualités) », dans Dix études sur le roman et la loi, suivies de Hommage à Norman David Thau, coordonnée par P. Zard et A. Schaffner, Paris, Éditions Le Manuscrit, « L’Esprit des Lettres », 2009, p. 117-127.

« Réduites au silence (Tess of the D’Urbervilles, Effi Briest) », dans Le Silence et le livre, dir. Évelyne Lloze et Valentine Oncins, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2010, p. 79-95.

« La cime et le gouffre : paysage et poétique de l’excès dans Pierre ou les Ambiguïtés d’Herman Melville », dans Excessives Amériques. Héritage et transfert culturel, dir. J.-C. Laborie, Paris, Desjonquères, « Littérature et Idée », 2011, p. 128-141.

« Quelques réflexions sur l’animalité dans À la recherche du temps perdu. De l’hybridité de l’“être de fuite” à l’impossible domestication du désir », Bulletin Marcel Proust, Société des Amis de Marcel Proust et des Amis de Combray, no 61, 2011, p. 63-72.
[Communication prononcée lors du « Century French and Francophone Studies International Colloquium Human-Animal/Humain-Animal » San Francisco, Californie, 31/03/2011, Panel 3D (« Jalousie des animaux et animalité de la jalousie »).]
Traduit en langue italienne, introduit et suivi par un texte de Gennaro Oliviero (« Proust, i gatti, Babuk (Autour de Florence Godeau) », p. 80-85 et p. 98-100) : « Alcune riflessioni sull’animalità ne Alla ricerca del tempo perduto. Dall’ibridismo de “l’essere in fuga” all’impossibile addomesticamento del desiderio », traduzione di Laura Cherubini Celli, Da Illiers a Cabourg. L’impronta di Marcel Proust nel cuore della Francia. A cura di Giuliano Brenna e Roberto Maggiani, Pubblicato da La Recherche.it in occasione del 141o anniversario della nascita di Marcel Proust (10 luglio 1871), p. 85-98.
Également publié dans : Associazione Degli Amici Di Marcel Proust Napoli, Quaderni Proustiani, 2013, Edizioni Scientifiche e Artistiche Napoli, Quaderni, p. 31-43.

« In Praise of Iconoclasm: Reflections on the Improbable “Illustration” of À la Recherche », dans Proust and the Visual, dir. Nathalie Aubert, Cardiff, University of Wales Press, 2012, p. 203-218.

« Récit et réflexion chez Proust, Musil et Woolf : l’exemple de la scène mondaine », Bulletin Marcel Proust, no 42, oct. 2012, p. 101-107.

« “And I only am escaped alone to tell thee.” Lecture métatextuelle du Livre de Job dans Moby-Dick d’Herman Melville », Imaginaires de la Bible, sous la direction de Véronique Gély et de François Lecercle, Paris, Classiques Garnier, 2012, p. 223-233.

« Silences et lueurs : Kafka, Beckett et les fantômes », Degrés, Revue de synthèse à orientation sémiologique, Publication internationale trimestrielle ; Quatrième année, nos 149-150, printemps-été 2012 : Beckett Revisité, p. h1-11.

« Une ombre au tableau. Vanités et mondanité dans quelques récits modernistes (M. Proust, J. Joyce, V. Woolf, T. Mann) », article publié en ligne dans : Études Epistémè, no 22, Vanités d’hier et d’aujourd’hui : une poétique de l’éphémère, http://revue.etudes-episteme.org/?une-ombre-au-tableau-vanites-et.

« Lectures plastiques de la Recherche : Luis Marsans, Enrico Baj », Textimage, mars 2013 : http://www.revue-textimage.com/07_varia_3/godeau1.html.

« La madeleine, la langue et la boue. Image première, image dernière (Proust, Beckett) », Europe, nos 1012-1013, Marcel Proust, août-septembre 2013, p. 155-163.

« Souvenirs de rivages. Proust, Colette, Woolf, Nabokov », Europe, nos 1012-1013, Marcel Proust, août-septembre 2013, p. 116-125.

« Texte(s)-fantôme(s) et spectralité dans Not I (Pas moi), Rockaby (Berceuse) et Footfalls (Pas) », Samuel Beckett, no 3, Les dramaticules, dir. Llewellyn Brown, Caen, Lettres Modernes Minard, 2013, p. 131-144.

« Lendemains de fête… (Proust, Roth, Lampedusa) », Méthode !, no 24, Vallongues, 2014, p. 263-271.

« Le titre comme embrayeur fictionnel : Jean Le Gac, Gérard Schlosser », dans Ceci n’est pas un titre. Les artistes et l’intitulation, dir. Brogniez, Marianne Jakobi et Cédric Loiret, Lyon, Fage Éditions, 2014, p. 164-175.

« Fins de romans, fins d’un monde. Le Temps retrouvé, La Marche de Radetzky, Le Guépard, Lectures de La Marche de Radetzky, études réunies par Stéphane Pesnel, Austriaca, no 77, déc. 2013, Rouen, PURH, 2014, p. 195-209.

« Devant l’Histoire (Robert Musil, Joseph Roth) », L’Herne, Joseph Roth, dir. C. Matheron et S. Pesnel, no 111, 2015, p. 136-141.

« Who’s who? Noms impropres et jeux identitaires dans Le Temps retrouvé », Bulletin d’informations proustiennes, no 45, 2015, Presses de l’École Normale Supérieure, p. 111-123.

« “Vivre comme on lit”, maxime musilo-chardinienne », dans Vivre comme on lit. Hommages à Philippe Chardin, dir. F. Godeau et S. Humbert-Mougin, Presses universitaires François Rabelais, « Perspectives littéraires », 2018.

« Lire, verbe intransitif », dans Vivre comme on lit. Hommages à Philippe Chardin, dir. F. Godeau et S. Humbert-Mougin, Presses universitaires François Rabelais, « Perspectives littéraires », 2018.

« Narratología comparada », dans Investigación en literatura general y comparada en Francia. Balance y perspectivas, compiladores Anne Tomiche y Karl Zieger, edición y traducción Juan Sebastián Rojas, Pauline Voisinne, Roberto Salazar Morales y Juan Moreno Blanco, Cali, Programa Editorial Universidad del Valle, 2017, p. 295-303.

« La relation père(s)-fils », Europe, nos 1077-1078, Giuseppe Tomasi di Lampedusa, janvier-février 2019, p. 78-86.

« Aussi long, mais tout autre » (Proust et Les Mille et Une Nuits), Europe, nos 1089-1090, Les Mille et Une Nuits, janvier-février 2020, p. 161-168.

« Fiction/s pour mémoire: l’exemple de Fernando Gabeira et de Bernardo Kucinski au Brésil », dans Violences historiques : quelles représentations de l’Après ? Regards croisés sur les dimensions juridiques, littéraires et psychiques de la réparation, dir. Virginie Brinker, Pascal Vacher, David El Kenz et Daniel Derivois, Dijon, Abell, 2020, p. 93-105.

« Fanfarons et anti-héros dans le roman moderniste : “une mystérieuse maladie d’époque” ? », dans Le Personnage du fanfaron : théâtre, récits, cinéma, dir. Élisabeth Gavoille et Cristina Terrile, Paris, Kimé, 2020, p. 225-236.

« “L’Adoration perpétuelle”, ou le Narrateur au miroir », dans Le Métadiscours, études réunies par Arselène Ben Fahrat, Université de Sfax, « Laridiame », p. 227-237.

« Nouvelles indécises. Quelques réflexions sur le suspens du sens dans le récit bref (1850-1925) », dans Approches comparatistes intermédiales et interculturelles, dir. É. Lloze et E. Marigno, Binges, Éditions Orbis Tertius, 2021, p. 31-50.

« Normopathies. Le monde de l’entreprise vu par le roman européen contemporain », Europe, no 1105, Regards sur le roman contemporain en Europe, mai 2021, p. 30-41.

Actes de colloques

« La réflexion abstraite dans À la recherche du temps perdu et Der Mann ohne Eigenschaften », Austriaca, Université de Rouen, Centre d’Études et de Recherches Autrichiennes, no 41, décembre 1995, p. 103-114.

« Edvard Munch, Alpha et Omega : de la série lithographique au récit poétique », dans De la palette à l’écritoire, Actes réunis sous la direction de M. Chefdor, Centre d’études du roman et du romanesque, Université de Picardie Jules Verne, Joca seria, 1997, vol. II, p. 149-157.

« Paris-Balbec, Hambourg-Davos-Platz : voyage en chemin de fer et formation du héros », dans Écritures du chemin de fer, dir. François Moureau et Marie-Noëlle Polino, Paris, Klincksieck, 1997, p. 95-107.

« L’inceste adelphique. T. Mann, R. Martin du Gard et R. Musil » (Actes du XXVe Congrès de la SFLGC, septembre 1995, Rennes II), dans Littérature et interdits, Presses Universitaires de Rennes, « Interférences », 1998, p. 99-110.

« Pédagogie et satire chez quelques écrivains au tournant du siècle », Neohelicon, XXV/1 (Actes du colloque « Littérature et sciences humaines 1880-1930 » organisé par le Centre Interuniversitaire d’Études Hongroises et le Centre d’Études et de Recherches comparatistes, Université de la Sorbonne Nouvelle - Paris III, janvier 1997), Akadémiai Kiadó, Budapest - Kluwer Academic Publishers, Dordrecht / Boston / London, 1998, p. 131-150.

« André Gide, Robert Musil : éloge de la disponibilité », dans Poétiques de l’indéterminé, dir. V. Deshoulières, Centre de Recherches sur les Littératures Modernes et Contemporaines, Association des Publications de la Faculté des Lettres et sciences Humaines de Clermont-Ferrand, 1998, p. 369-380.

« Une comparaison raisonnée : pour une lecture croisée des productions plastiques et des œuvres littéraires dans le contexte de la modernité », dans Le Comparatisme aujourd’hui, dir. Sylvie Ballestra-Puech et Jean-Marc Moura, Édition du Conseil Scientifique de l’Université de Lille III, « UL3, Travaux et recherches », 1999, p. 183-195.

« D’un pôle à l’autre, Robert Musil : essai de topographie cérébrale », dans Le Nord, Latitudes imaginaires, Actes du 29e Congrès de la S.F.L.G.C., Université de Lille III, « UL3 », 2000, p. 343-351.

« Ulrich, lector in fabula sine qualitatibus (...comme une méduse flottant dans l’eau) », La lecture littéraire, no 4, no spécial Robert Musil, dir. P. Chardin, Paris, Klincksieck, novembre 2000, p. 211-222.

« Hermann Kesten, Georges Limbour : Visions de l’apocalypse espagnole », The Conscience of Humankind: Literature and Traumatic Experiences, ed. Elrud Ibsch, in cooperation with Douwe Fokkema and Joachim von der Thüsen, vol. 3 of the proceedins of the XVth Congress of the International Comparative Literature Association, “Literature as Cultural Memory” [15e Congrès de l’AILC, Faculté des Lettres de Leiden, août 1997], General Editor: Theo D’haen, Studies in Comparative Literature 27, Amsterdam/Atlanta, Rodopi, 2000, p. 363-374.

« La décadence démythifiée. Critique du décadentisme fin-de-siècle chez Thomas Mann et Robert Musil », dans Mythes de la décadence, dir. Alain Montandon, Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, « Littératures », 2001, p. 271-280.

« Ambivalence de la voix narrative et effets d’ironie : “Bartleby” (H. Melville) et “Un petit bout de femme” (F. Kafka) », La voix narrative, vol. 1, Cahier de Narratologie, Université de Nice-Sophia-Antipolis, no 10, 2001, p. 503-511.

« Et pourquoi donc à la cathédrale ? (F. Kafka, Le Procès) »,dans La Cathédrale, Université Charles de Gaulle-Lille 3, « UL3 », 2001, p. 287-295.

« Les amours de Jacques, de Diderot à Kundera », dans L’Autre et le même. Pratiques de réécriture, Presses Universitaires de Rouen, 2001, p. 91-101.

« Le poète, le philosophe, l’anthropologue et l’anthropophage. (Musil et quelques autres) », Littérature et philosophie, dir. A. Tomiche et P. Zard, Arras, Artois Presses Université, 2002, p. 147-163.

« Banquets fatals. Thyeste de Sénèque et Lucrèce Borgia de Victor Hugo », dans L’Hospitalité au théâtre, dir. A. Montandon, Université Blaise Pascal, Presses Universitaires B. Pascal, 2003, p. 75-85.

« Appropriation, réinvention et subversion de la mythologie grecque dans quelques récits brefs de Franz Kafka (« Der Jäger Gracchus », « Das Schweigen der Sirenen », « Prometheus », « Poseidon ») » [Colloque « Les métissages culturels dans le domaine européen », organisé par l’Institut d’Études Littéraires de l’Académie Hongroise des Sciences, le Centre Interuniversitaires d’Études Françaises, l’Université Loránd Eötvös-ELTE de Budapest et l’Université de Paris 8, Institut hongrois de Paris, 8-10 novembre 2001], Cahiers d’études hongroises. Visages de la Hongrie et métissages culturels européens, Paris, L’Harmattan, no 11, 2003, p. 23-34.

« Détail ou fragment ? Analogies et faux-semblants. Étude du champ d’application sémantique de deux termes voisins dans le domaine des arts et des lettres », dans Modes et modèles dans les domaines artistiques et littéraire, dir. I. Oseki-Dépré, Publications de l’Université de Provence, 2004, p. 105-120.

« Monde de l’esprit ou esprit mondain ? Quelques aspects de la réception critique du spiritualisme chez M. Proust et R. Musil », Revue d’Études Françaises, no 9, Le Renouveau spirituel dans la première partie du XXe siècle, Budapest, ELTE, 2004, p. 47-59.

« Oskar Kokoschka (1886-1980) et l’héritage des Jungen : donner à voir l’invisible », Recherches Valenciennoises, no 16, Les « Jeunes Viennois » ont pris de l’âge. Études réunies par Rolf Wintermeyer & Karl Zieger, Presses Universitaires de Valenciennes, 2004, p. 231-243.

« Oskar Kokoschka : portrait d’un artiste en écrivain », Métissages littéraires, Actes du 32e Congrès de la SFLGC, Publications de l’Université de Saint-Étienne, 2005, p. 441-449.

« Sémiologie clinique, mantique et poétique : le corps médical dans À la recherche du temps perdu et La montagne magique », dans Les Réécritures littéraires des discours scientifiques, dir. Chantal Foucrier, Paris, Michel Houdiard Éditeur, 2006, p. 259-267.

« Espèces d’entomologi(st)es : les Poli de Perec », dans Georges Perec, inventivité, postérité, dir. Mireille Ribière et Yvonne Goga (Actes du Colloque International de l’Université de Cluj-Napoca, Roumanie, mai 2004), Casa Carti de Stiinta, Cluj-Napoca, 2006, p. 36-54.

« Opera silencieux : autoportrait(s) de l’écrivain en dilettante (textes et dessins de Louis-René des Forêts », dans De la plume au pinceau. Écrivains dessinateurs et peintres depuis le romantisme, dir. Serge Linares, Camélia, Presses Universitaires de Valenciennes, 2007, p. 179-195.

« Visions d’avenir, désillusions à venir ; variations sur un topos du roman de formation : la projection imaginaire de soi », dans Roman d’éducation, roman de formation dans la littérature française et dans les littératures étrangères, dir. P. Chardin, Paris, Kimé, 2007, p. 313-323.

« Parasites et autres perturbations », Présence de Samuel Beckett, Colloque de Cerisy, Samuel Beckett Today/Aujourd’hui, no 17, 2007, p. 365-377.

« Relecture et inachèvement : Marcel Proust et Robert Musil », dans La Relecture de l’œuvre par ses écrivains mêmes, volume I, Tombeaux et testaments, dir. Mireille Hilsum, Paris, Kimé, 2007, p. 215-226.

« Rivages et marines chez M. Proust et V. Woolf », dans Correspondances : vers une redéfinition des rapports entre la littérature et les arts, 33e Congrès de la S.F.L.G.C., Presses Universitaires de Valenciennes, édition numérique, 2007.

« Les frères de la forêt (Franz Kafka, Louis-René des Forêts), dans Sillage de Kafka, dir. Philippe Zard, Paris, Éditions Le Manuscrit, 2007, p. 163-179.

« Le chat botté, Perrault-Tieck-Grumberg : du conte à la fantaisie théâtrale », (Colloque Rouen, décembre 2003), dans D’un genre littéraire à l’autre, dir. M. Guéret-Laferté et de D. Mortier, Mont-Saint-Aignan, Publications des Universités de Rouen et du Havre, 2008, p. 211-223.

« Dialog zwischen einem ‘richtigen’ und einem verhinderten Berliner: Alfred Döblin und Robert Musil », dans Rober Musil : Drang nach Berlin, dir. Annette Daigger et Peter Henninger, Bern, Peter Lang, « Musiliana 14 », 2008.

« Vues de l’esprit. Images de la pensée chez Marcel Proust et Robert Musil », (Colloque International « Fictions et vues imageantes : typologie et fonctionnalités », Université de Tartu (Estonie), avril 2008), article publié en ligne : http://www.fl.ut.ee/fiction et dans la revue Studia Romanica Tartuensia VII, Tartu, 2009, p. 155-170.

« Ascèses excessives. De quelques Perécritures3 – au cube », dans L’Excès : signe ou poncif de la modernité ?, dir. Gilles Bonnet et Lionel Verdier (Université Jean Moulin - Lyon3, 25/27 janvier 2007), Paris, Kimé, 2009, p. 313-324.

« De l’assujettissement à l’effacement : le déni du “sujet” féminin et sa dénonciation dans le roman au tournant du XIXe et du XXe siècle ». Communication dans le cadre du Colloque « Poétiques du sujet » organisé par C. Dumoulié, Université de Paris-Ouest, 12 et 13 novembre 2009, Silène (ISSN 2105-2816), http://www.revue-silene.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=151.

« Antique et moderne : originalité de la référence homérique dans À l’ombre des jeunes filles en fleurs », Colloque « Originalités de l’œuvre et notion d’originalité dans la pensée de Marcel Proust », Université François Rabelais, Tours, 4-6 mars 2009, Originalités proustiennes, dir. par P. Chardin, Paris, Kimé, 2010, p. 151-160.

« La narratologie comparée : méthodes et recherches actuelles en France », Actes du Symposium International 2010, Langue, littérature et culture franco-chinoises du XXIe siècle, Novembre 2010, département de Français Université Tamkang, Tamkang University Press, New Taipei City, 2011, p. 75-85 (texte en français) et p. 223-231 (traduction chinoise).

« Le vaisseau Pandore : histoire d’une traversée, de l’Europe vers l’Amérique (sur Henry James, Pandora, 1884) » : communication sur invitation dans le cadre du Colloque franco-allemand organisé du au 18 octobre 2009, à Brême, par Françoise Rétif, Heinz-Peter Preußer et Juliane Rytz, publié sous le titre Pandora. Zur mythischen Genealogie der Frau. Pandore et la généalogie mythique de la femme. Hg. von Heinz-Peter Preußer, Françoise Rétif und Juliane Rytz. Heidelberg: Winter 2012. 288 Seiten und Abbildungen auf 8 Tafeln, p. 175-184. [analyse de « Pandora », de H. James, dans une perspective intertextuelle et interculturelle].

« Parlerie diplomatique et mondanité ou l’art de ne rien dire tout en parlant beaucoup (À la recherche du temps perdu de Marcel Proust et L’Homme sans qualités de Robert Musil) », dans Littérature et langue de bois. Quand l’Autre parle en moi, dir. Christine Queffélec et Merete Stistrup Jensen, Paris, Eurédit, 2012, p. 165-183.

« “Outside the loop of time”: désordre syntaxique et temporel dans le discours intérieur du “fou” (V. Woolf, S. Beckett, J. Frame) », Actes du Colloque organisé par le Centre J. Prévost – Lyon 3 (F. Boissiéras, J. Thélot, G. Lavorel, avril 2009), dans Dire le désordre, Paris, Garnier, 2012, p. 193-207.

« Henry James et Joseph Roth lecteurs de Flaubert », dans L’Écrivain et son critique : une fratrie problématique, dir. Philippe Chardin et Marjorie Rousseau, Paris, Kimé, 2014, p. 131-141.

« À l’ombre des insectes en fleurs (Maeterlinck, Proust et les hyménoptères) », Histoire(s) naturelle(s) des animaux (XXe-XXIe siècles), Actes du colloque international organisé du 5 au 7 février 2014 dans le cadre du Programme ANR « Animots : animaux et animalité dans la littérature de langue française (XXe et XXIe s.) », dir. A. Romestaing et A. Schaffner, Paris, Presses de la Sorbonne Nouvelle, 2016, p. 203-211.

« Éloge du laconisme », dans Stratégies et pouvoirs de la forme brève, dir. E. Gavoille et P. Chardin, Paris, Kimé, 2017.

« La Vision d’Avigdor ou Le Marchand de Venise corrigé, d’Alain Fleischer : retraduction et réécriture » (communication prononcée lors du Congrès de l’AILC – Paris IV, juillet 2013), dans Traduction et événement, dir. É. Dayre et M. Panter, Paris, Éditions Hermann, 2017, p. 219-230.

« Kafka, pela memória », dans Memória & Trauma Histórico – Literatura e Cinema, dir. A. Hossne Saad, A. P. Pacheco et S. Nitrini, São Paulo, Hucitec, 2018, p. 124-135.

Ce site dédié à Flaubert a été fondé en 2001 par Yvan Leclerc, professeur de littérature du XIXe siècle à l’Université de Rouen, qui l'a animé et dirigé pendant vingt ans. La consultation de l’ensemble de ses contenus est libre et gratuite. Il a pour vocation de permettre la lecture en ligne des œuvres, la consultation des manuscrits et de leur transcription, l’accès à une riche documentation, à des publications scientifiques et à des ressources pédagogiques. Il est également conçu comme un outil pédagogique à la disposition des enseignants et des étudiants. La présente version du site a été réalisée en 2021 par la société NoriPyt sous la responsabilité scientifique de François Vanoosthuyse, professeur de littérature du XIXe siècle à l’Université de Rouen Normandie. Les contributeurs au site Flaubert constituent une équipe internationale et pluridisciplinaire de chercheurs.

Menu principal

Qui était Flaubert ?

© Flaubert 2022 – Tous droits réservés

Université de Rouen Normandie
IRIHS
CÉRÉdI