REVUE
RECHERCHE
Contact   |   À propos du site
Revue Flaubert, n° 6, 2006 | Flaubert, rêves, rêveries, hallucinations.
Numéro dirigé par Chiara Pasetti.

Revue Flaubert 6, 2006

Appel à contributions
Flaubert, rêves, rêveries, hallucinations

« As-tu remarqué quelquefois le peu d’empire de la volonté sur les rêves ? comme il est libre, l’esprit, dans le sommeil, et où il va ! » (lettre à Louise Colet du [20 mars 1852], Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibl. de la Pléiade, t. II, p. 59).


La Revue Flaubert consacre son sixième numéro à « Flaubert, rêves, rêveries, hallucinations ». Les études pourront porter aussi bien sur l’œuvre que sur la biographie.

« Toi tu écriras tes rêves », dit Flaubert à son ami Ernest Chevalier, dans l’une de ses premières lettres. Lui aussi en écrira, dès ses premiers contes de jeunesse, par exemple celui où le héros, qui « n’avait pas la réalité pour jouir », souhaitait « des illusions pour rêver » (
Le Moine des Chartreux). La plupart de ses personnages sont caractérisés par une intense activité psychique. Rêverie, rêve, imagination fantastique sont une constante de l’œuvre : le héros flaubertien s’abandonne aux souvenirs, aux images, aux visions presque surréalistes, oubliant parfois sa propre situation, errant, voltigeant librement, « avec la facilité que l’on éprouve dans les rêves ». Mais la rêverie flaubertienne se réfère toujours à un état de veille, et non de sommeil.
La démarcation entre rêverie et souvenir, ou rêverie et désir, est quelquefois incertaine, de même que la limite est poreuse entre la rêverie et l’hallucination ou le délire.
Ces états ne concernent pas seulement l’œuvre du romancier, mais aussi sa vie ; c’est lui-même qui raconte les avoir éprouvés, quand il parle de ses attaques de nerfs et de ses hallucinations, dans les célèbres lettres à Marie-Sophie Leroyer de Chantepie et à Hippolyte Taine.
Flaubert ne se contente pas les subir ou de les décrire : il les étudie d’un point de vue scientifique auprès des spécialistes de son temps (Alfred Maury, Brière de Boismont), surtout au moment où il compose Salammbô et La Tentation de saint Antoine.

Dans le domaine de la fiction, on pourra par exemple étudier :
– les frontières incertaines entre rêve, rêverie, hallucinations ;
– les contenus et les techniques narratives des récits de rêves et de rêveries ;
– les hallucinations des personnages, en particulier celles d’Emma (la séquence des hallucinations sera en ligne sur le site Flaubert à la fin de mars 2006).
– les lectures de Flaubert.

En ce qui concerne l’aspect biographique :
– les états de rêveries et les récits de rêves nocturnes ;
– les hallucinations dont il parle dans sa Correspondance ;
– et la maladie dont on a beaucoup débattu : « mal de nerfs », épilepsie, névrose ou hystéro-épilepsie ? On tentera de faire le point sur cette question controversée, à partir des témoignages de l’intéressé et de ses proches.

Nous vous invitons à nous faire parvenir un projet d’article avant le 30 avril 2006. Les articles devront nous être remis sous forme de document attaché ou de disquette au plus tard le 30 septembre 2006. Ils seront lus par un comité avant leur publication, prévue en décembre 2006.

Les propositions sont à adresser à Chiara Pasetti : chiarapasetti@libero.it

Demande d’informations administratives à Yvan Leclerc : Yvan.Leclerc@univ-rouen.fr



Mentions légales